Est-il possible de développer une allergie à l’eau de mer ? De nombreuses personnes en sont persuadées et certaines évitent même de retourner dans l’eau après une réaction cutanée ou des manifestations allergiques plus ou moins sévères suite à une immersion dans la mer. Il est pourtant hautement improbable voire impossible que ces personnes soient réellement allergiques à l’eau de mer. Ce qui est beaucoup plus plausible, c’est qu’elles réagissent à l’une des nombreuses substances invisibles présentes dans le milieu marin (polluants, micro-organismes, micro-algues…).

Il m’arrive régulièrement de recevoir au cabinet des patients présentant des démangeaisons, une éruption cutanée érythémateuse, urticarienne ou eczématiforme suite à un bain de mer, surtout en période estivale (en hiver les surfeurs sont protégés par leur combinaison intégrale, quand ils n’y sont pas allergiques…). Il est très difficile de déterminer à quoi ces personnes ont réagi. Il existe tant de polluants chimiques non identifiés dans certaines eaux de baignade qu’il est quasiment impossible de retrouver le coupable.

A l’heure actuelle, on fait croire à la qualité des eaux de baignade en réalisant des analyses très incomplètes qui font totalement abstraction de tous ces polluants qui viennent contaminer l’eau de mer : hydrocarbures, pesticides, PCB, phtalates, produits de nettoyage, produits cosmétiques dilués dans l’eau (crème solaire+++), etc. Avec tous ces produits chimiques divers et variés, on a l’embarras du choix pour faire une réaction allergique dans l’eau de mer. Mais il ne s’agit certainement pas d’une réaction à l’eau de mer qui est un milieu physiologique pour l’organisme, quand elle est préservée de la pollution.

On n’est pas allergique à l’eau de mer mais aux substances et aux microorganismes que l’on peut parfois y trouver. De nombreux animaux marins peuvent occasionner une réaction cutanée. On ne se rend pas toujours compte du contact avec une physalie ou une méduse dans les vagues. Il est également fréquent de réagir à ce que l’on appelle dans le langage courant des « oeufs de méduses » qui sont en fait des larves de cnidaires : méduses, corail, anémones de mer qui peuvent provoquer une « éruption du baigneur » (seabather’s eruption), sans que l’on n’ait pu identifier les larves indésirables et très prurigineuses sous le maillot.

Pour savoir pourquoi votre peau réagit dans l’eau de mer, un bon test consiste à changer de plage ou de région pour vous baigner. Si vous réagissez de la même façon après une session de surf en maillot à Biarritz qu’après un bain de mer en Méditerranée, il faut se poser d’autres questions.

On peut faire de véritables réactions allergiques pendant un bain en eau de mer mais celles-ci ne sont pas provoquées par l’eau de mer en elle-même mais par ses caractéristiques physiques :
prurit à l’eau qui survient dans différents types d’eau et qui doit faire éliminer certaines pathologies hématologiques (maladie de Vaquez, maladie de Hodgkin).
urticaire aquagénique provoqué par l’eau et qui peut aller jusqu’au choc anaphylactique ;
urticaire au froid déclenchée par l’eau froide ou un vent froid et confirmée par « le test du glaçon » ;

Certaines réactions non provoquées par l’eau font partie des diagnostics différentiels:
urticaire cholinergique déclenchée par un effort, la chaleur ou l’émotion…
– urticaire à la pression.
– sans oublier les différentes réactions cutanées que l’on peut faire au soleil : urticaire solaire, lucite estivale bénigne, photosensibilisation…

L’eau de mer a également un pouvoir irritant. Le sel présent sous le maillot ou sous la combinaison peut entraîner des irritations par salabrasion, d’autant plus douloureuses et profondes que l’on reste longtemps dans l’eau et que les frottements se répètent.

L’eau de mer peut également assécher la peau. Les surfeurs qui restent longtemps dans l’eau peuvent présenter une xérose de la peau par dissolution du film hydrolipidique de surface (a fortiori s’ils prennent ensuite de longues douches). Cette sécheresse cutanée rend la peau plus vulnérable et peut ensuite favoriser des réactions à type d’eczéma de contact.

Si cela vous intéresse, nous pourrons développer dans de prochains articles ces différentes réactions.

Auteur du post: Guillaume Barucq.
Twitter: @GuillaumeBarucq

A propos de l'auteur :

Surfeur, médecin généraliste, adjoint au maire de Biarritz à l'Environnement. Auteur du livre Surf Thérapie.

 

Tags: , , , , , ,

 

12 Commentaires

  1. drakkars dit :

    Tiens guillaume, pour amener de l'eau à ton moulin …..

    Je suis maintenant exilé en loire-Atlantique …. La plupart de mes sessions se déroulent en Vendée (bud,brétignolles ….)
    Je suis descendu le WE de l'ascension au PB ….
    2 sessions de surf (ou bain amélioré au vu des conditions):
    – une à la madrague
    – une à la Grande plage de biarritz
    Bilan :
    – une otite non douloureuse à l'oreille gauche (perte d'audition importante)
    – Réapparition de démangeaisons familières (et quasi oubliées depuis que je ne vais plus sur la CB)

    En bref, il me semble qu'il y a un problème sur la CB en dehors de la saison touristique ….

  2. Masin dit :

    ça fait des années que j'évite certaine plage ou que je fais attention a ne pas trop plonger dans l'eau. J' ai découvert que ça me rend allergique sans savoir la cause. Il doit absolument y avoir une relation entre la qualité de l'eau, la saison et l' allergie. Par contre a certains endroits je me sens bcp mieux et sans problème.

  3. mutuelle dit :

    Bonjour,

    Comment peut-on être allergique à l’eau de mer ? comme j'ai jamais été témoin de cela, c'est vraiment nouveau pour moi.

  4. yaya44 dit :

    bonjour
    ma fille se plaint que l'eau la brûle au niveau des parties intimes dès que l'eau de mer est chaude,par exemple lorsque nous partons en Tunisie à djerba.par contre lorsque nous sommes dans le Nord de la Tunisie vers Bizertel'eau est plus fraiche et nous n'avons plus ce souci.Avez vous déjà entendu un tel problème et connaissez vous une solution?
    merci

  5. gabriel jean marc dit :

    bonjour,
    je vis en Guadeloupe et dernièrement après une exposition aux soleil (2 heures)sans protection des avants bras(j’avais un tee shirt) j ai remarqué que dans le creux des 2 coudes des petits boutons sont apparus
    je précise quand même que je me suis ensuite baigné torse nu après m être badigeonné de crème
    Je me suis rendu compte de l apparition de ces boutons 1 a 2 jours après qui ont disparus après avoir passé une crème ADERMA
    Mon soucis c est que ces petits boutons ou rougeurs se sont etalé sur mon dos et un peu sur le ventre (zone protége par tee shirt lors de mon exposition ausoleil sans creme
    Donc je vais chez le doc et la il pense a une allergie à un micro organisme present dans l eau de mer
    j ais effectué des testes aux algues j attends les résultats
    j aimerais savoir ce que vous en pensez et surtout si je peu me baigner sans risquer une grosse allergie
    merci

    • Andre dit :

      Bonjour gabriel jean marc…nous sommes arrivés en guadeloupe depuis le 01aout ..le 25 nous sommes allés a la plage st felix et le lendemain matin notre fils de 10 etait couvert d urticaire sur 90%du corps…nous sommes allés au urgence et eux ne pense pas a ca mais nous nous y avons pensé de suite ..sont urticaire est present depuis 8 jours maintenant et malgré le traitement ne disparait pas..qu a donné le resultat de vos tests?? Cela pourra peut etre nous aider

  6. marterer dit :

    J’habite Barbatre à Noirmoutier.Je ne m’expose pas au soleil mais me baigne tous les jours et vais nager au large.
    En début de saison ma famille et moi nous plaignions souvent de boutons prurigineux en grappe attribués faute de mieux à de bizarres moustiques..
    Or le 3-9 m’est survenue une eruption de ces mêmes boutons rouges terriblement prurigineuse sur le devant du torse le ventre et les bras.Je prends le traitemenet du prurigo .
    apres renseignements près des médecins et pharmaciens:ily a eut de nombreux cas sur l’ile et c’est un phenomène nouveau.

  7. Anlynx dit :

    Bonjour,

    j’ai également des problèmes avec l’eau de mer depuis plusieurs années déjà. J’ai des plaques rouges qui apparaissent au niveau du torse, du cou et du visage. J’ai remarqué avec les années que j’avais le même problème avec les après-shampoings et quand je transpire…
    conclusion: je suis allergique au sel
    mais seulement en surface et à certain endroits du corps. Si quelqu’un a plus d’informations pour savoir si cela se traite, merci de me tenir au courant. Je n’ai pas encore eu le courage d’aller voir un « allerguologue », je n’ai pas envie de perdre mon temps si ce n’est pas traitable.

  8. Alex dit :

    J’habite à Nice et chaque fois que je vais à la plage et je rentre dans l’eau je commence a éternuer, je n’arrive plus a respirer par le nez et je sens une démangeaison dans la gorge. C’est horrible.. et ça gâche vraiment mon plaisir de aller à la plage.

  9. Pauline dit :

    merci pour le partage, très instructif

  10. Nico dit :

    Bonjour,
    J’habite depuis toujours sur la cote basque et me baigne régulièrement en saison estivale sans combi et le reste de l’année en combi peu epaisse. Lorsque je n’ai pas la combi j’ai quasiment a chaque fois les aisselles irritées quand je reste plus de 20 minutes dans l’eau. Ca prend parfois des proportions assez génantes genre aujourd’hui la, ca pique vraiment beaucoup. Quand j’ai la combi ca me l e fait mais beaucoup moins, en général au bout de quelques heures c’est terminé.
    Quand j’eatais petit c’etait assez sain encore de se baigner dans la mer, a part des demangeaisons ça passait mais depuis une quinzaine d’années c’est chaque saison de pire en pure et tout le monde dans mon entourage le confirme, otites a répétitions que je ne compte plus depuis longtemps (j’ai perdu définitivement l’usage d’une grosse plage de fréquences a l’oreille gauche a cause des otites) des conjonctivites (beaucoup plus rare j’en suis a ma deuxième en 25 ans de baignade), des boutons de différentes formes et tailles, purulents ou pas(le plus souvent sur les bras dans mon cas mais quasiment a chaque fois.
    L’eau est de plus en plus polluée et tout et n’importe quoi c’est dilué au fil des années de pollution intensive et ça continue aujourdéhui malgres les soit disant test qui, au passage, non seulement sont complètement orientés pour rassurer le touriste mais en plus sont de moins en moins honnètes et fréquents. L’eau est bourrée d’hydrocarbures, de produits ménagers, il y a des staphylocoques partout dans l’eau et aussi beaucoup sur le sable.
    Sur la cote basque je ne me baigne plus ni a la barre ni aux cavaliers qui en fait récupèrent toute l’eau de l’adour, en gros on se baigne dans l’adour, qui est encore plus polluée que la mer, forcement(les tests sont vraiment flippants) ni a bidart ou l’uhabia est déguelasse également, ni a biarritz ou le système d’égouts medieval de la ville est catastrophique(les eaux de rincage et pas mal d’eaux usées s’écoulent directement dans la mer lors de grosses pluies a cause du trop plein, merci le drapeau rouge en mer calme a cause de centaines de cadavres de rats morts noyés) donc en fait j’alterne entre les dunes, l’ocean, la madrague, la petite madrague, les corsaires, la marinella,. Je ne vais plus tellement aux sables d’or au club et au vvf non plus pour cause de touristes majoritairement je ne pourrait donc pas me prononcer sur la qualité de l’eau las bas.

    • Adrien dit :

      Les « oursins sous les bras », c’est à cause du déodorant, et des interactions de ses résidus sur votre peau au contact de l’eau de mer !
      Si vous n’en mettez pas avant d’aller vous baigner, vous n’aurez pas ces démangeaisons des aisselles.
      E tout cas, pour moi, ça se vérifie !

      Quant à la dégradation de la qualité des eaux de baignade, je pense que vous ne réalisez pas à quel point c’était pire avant, dans votre jeunesse !
      Vous n’en aviez juste pas conscience…
      Je ne sais pas quel âge vous avez, mais si c’est plus de 40 ans, il n’y avait pas beaucoup de stations d’épuration (rejets directs), et peu de suivi des activités industrielles.
      Certes, nous sommes beaucoup plus nombreux aujourd’hui qu’hier, mais les outils modernes de dépollution sont efficaces (et, au moins, existent !).

      Nous sommes surtout devenus intolérants (dans tous les sens du terme) !

Laisser un commentaire