Alors que je glissais sur ma planche de stand-up paddle par une belle journée d’été à la Grande Plage de Biarritz, j’ai soudainement été frappé par l’extrême pureté de l’eau de mer. L’eau était transparente et semblait indemne de toute pollution. Je pouvais même observer le fond et les poissons (alors que la plupart du temps on ne voit même pas ses pieds quand on est assis sur sa planche…)

Cette eau de mer cristalline m’a d’autant plus frappé que je connais bien toutes les pollutions auxquelles sont confrontées les stations balnéaires urbanisées. Entre les pollutions bactériologiques et chimiques des rejets en mer, et la pollution inhérente à la surfréquentation des plages en été, il n’est pas toujours évident de trouver une eau de mer pure.

Et pourtant, je me trouvais là, sur cette eau translucide, digne d’un lagon polynésien, en pleine saison estivale sur la côte basque. Cet état de propreté absolue a duré plusieurs jours pendant cet été où les pluies se sont faites rares. Les bains de mer dans cette eau de qualité étaient un délice. L’eau de mer avait vraiment le goût de l’eau de mer. On aurait presque eu envie d’en boire…

Je me suis alors demandé comment il se pouvait que l’eau de mer arrive à retrouver un état de pureté absolue dans un environnement marin pourtant contaminé de manière chronique et massive à l’échelle planétaire, dans un océan qui ne connaît pas de frontière.

Comment se peut-il que l’eau de mer arrive à retrouver sa pureté originelle en seulement quelques jours après de fortes pluies qui lessivent les sols, les trottoirs et les routes de leurs impuretés ? Comment expliquer que l’on puisse ce rebaigner sans risques quelques mois, parfois seulement quelques semaines, après une marée noire ?

Mes recherches m’ont amené à faire une découverte qui a changé radicalement ma compréhension de l’environnement marin: l’eau de mer a la capacité de se décontaminer toute seule.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, l’eau de mer est un milieu vivant qui sait s’auto-épurer. L’eau de mer peut se désintoxiquer, se dépolluer, elle peut même se soigner elle-même.

On parle souvent des pollutions diverses (plastique, marées noires, microbes…) qui menacent l’océan, mais on omet d’expliquer que la mer sait se défendre contre toutes les pollutions. Sans cela, le milieu marin, la faune et la flore marines seraient morts depuis bien longtemps déjà, suite aux pollutions multiples que l’homme leur fait subir au quotidien.

La mer est un milieu vivant qui tend toujours à retrouver son équilibre de manière dynamique. Si la mer est bien la victime des pollutions, elle ne les assimile pas de manière passive mais oeuvre en permanence à se désintoxiquer.

La mer a cette capacité de se détoxifier de toutes les pollutions que nous lui faisons subir. Les pollueurs usent et abusent de ce pouvoir auto-épurateur de la mer qu’ils connaissent bien, et il va sans dire qu’il n’est pas sans limite.

Quand le pouvoir auto-épurateur de l’eau de mer est dépassé par l’importance ou la nocivité de la pollution, le milieu tombe malade (exemples: disparition des récifs coralliens dans les eaux polluées, contamination radioactive des poissons après la catastrophe nucléaire de Fukushima…). Mais cet état est temporaire et réversible car la mer a des ressources insoupçonnées pour s’épurer de tous les polluants et retrouver son équilibre naturel.

Bien sûr, ces capacités ne sont pas infinies et il faut lutter de manière inlassable contre toutes les pollutions. Mais il faut également prendre conscience de ce pouvoir auto-épurateur de l’eau de mer pour mieux comprendre la problématique de la pollution marine.

La mer peut empêcher la prolifération de bactéries pathogènes pour l’homme, la mer peut assimiler les pires marées noires en un temps record… Et comme la mer est polluée continuellement, elle doit s’auto-épurer en permanence.

Mais comment la mer fait-elle pour se désintoxiquer de la pollution ?

C’est ce dont nous parlerons dans un prochain article 🙂

A propos de l'auteur :

Médecin, surfeur, blogueur sur Surf Prevention. Auteur du livre Surf Thérapie. Adjoint au maire de Biarritz à l'Environnement, Qualité de Vie et Bien-Être.

 

Tags: , , , ,

 

10 Commentaires

  1. david dit :

    Si l’eau est si »claire  » c’est probablement le vent d’est voir de sud est qui devait souffler.
    Les particules en suspension on tendance à regagner le fond. ça fait un effet Tahiti.

  2. gerard dit :

    Attention car une eau d’apparence limpide ne signifie pas qu’elle est dépourvue de pollution. Certains composés présents dans l’eau (matières en suspension, hydrocarbures…) peuvent avoir un impact visuel très négatif, en revanche les pesticides, les phénols, les molécules issues de nos médicaments (pour ne citer qu’eux…) sont présents dans l’eau sans qu’on puisse les remarquer à l’œil nu. Difficile donc de parler d’un  »état de propreté absolue » sur une simple observation de l’aspect de l’eau.

    • Tout à fait d’accord Gérard. C’est pour cela que j’ai écrit que l’eau « semblait » indemne de pollution.

      Cette introduction un peu romancée est le prélude à un raisonnement que je développerai dans les prochains articles.

      • amsm dit :

        mois je m’en tiens au ton romancé qui me permet d’établir deux hypothèses empiriques: Soit le vent d’Est et le courant a tout envoyé au large, soit le vent des turpitudes de nos vies te fût favorable cette semaine là au point de cesser un bref instant ensoleillé de plénitude aquatique de prévenir voir même de guérir…

  3. Mieux vaudrait vous abstenir, Docteur …
    Le terme « auto-épuration » est ABSURDE !!!
    Allez donc voir http://www.labo-analytika.com/Atlantique__Adour.htm

    • Colonel Bigorno dit :

      Bonjour,
      rien d’absurde dans le terme: les eaux contiennent entre autre de l’oxygène (effet… oxydant) et des bactéries naturellement présentes qui sont à même de « bouffer » certains polluants, organiques notamment. Alors évidemment, ça a ses limites, mais ce n’est en rien négligeable.

  4. Guillaume Barucq dit :

    Je connais parfaitement ces résultats pour les avoir personnellement diffusés sur ce site: http://blog.surf-prevention.com/2011/02/27/hydrocarbures-phtalates-detergents-des-analyses-confirment-la-pollution-chimique-de-la-mer/

    Je ne vois pas en quoi ils peuvent remettre en cause le principe d’auto-épuration de l’océan.

    Le jour où on arrêtera de le polluer, l’océan retrouvera son équilibre tout seul.

    Si les cours d’eau et le bord de mer sont pollués de manière chronique, il n’en va pas de même pour les eaux des profondeurs.

    Je suis engagé dans la lutte contre les pollutions de l’océan mais pour mener ce combat à bien, il faut tenir un discours raisonné qui sera certainement plus productif que le catastrophisme systématique.

    Cet article ne minimise en rien la gravité des pollutions chimiques et vous verrez dans les suivants qu’il sert au contraire à mieux amener le problème.

  5. BUGS dit :

    N’y aurait-il pas un RÔLE « ANTIBIOTIQUE » DE L’EAU DE MER qui REPOSE ESSENTIELLEMENT SUR DES SECRETIONS D’ORIGINE BIOLOGIQUE ??????

Laisser un commentaire