Une plainte qui revient souvent chez bon nombre de surfeurs est celle du mal au dos. Il arrive que l’on diagnostique à certains un spondylolisthésis, comme c’est arrivé à cet internaute qui a envoyé un message à Surf Prevention:

« Bonjour je souhaite vous poser une question. J’ai 26 ans, je surfe depuis 2 ans (fish 6’3 et minimalibu en 6’7). Suite à un mal aux lombaires, mon docteur m’a fait passer des radios, et il m’a diagnostiqué un glissement de vertèbre lombaire. Sur le compte-rendu de la radiographie du rachis lombaire (face, profil) est écrit: « Spondylolisthésis de grade I. Pas de trouble de la statique rachidienne dans les plans frontal et sagittal, pas de pincement significatif d’un disque mobile, ni de remaniement dégénératif des plateaux vertébraux adjacents marqué. Pas de lyse ou d’ostéocondensation des corps et arcs postérieurs vertébraux lombaires. Respect des interlignes sacro-iliaques. » Je ne peux pas vous dire avec certitude de quelle vertèbre il s’agit mais je pense que c’est la L5. J’ aurais voulu savoir si je peux continuer quand même la pratique du surf sans aggraver le glissement. Je vous remercie d’avance de la réponse que vous pourriez m’apporter. Votre site est vraiment génial. »

Le spondylo-machin kézako ?
Le spondylolisthésis est un basculement du corps d’une vertèbre vers l’avant. On parle le plus souvent de spondylolisthésis pour une vertèbre lombaire, surtout la dernière (L5, plus rarement L4). La cause est généralement une « lyse isthmique », c’est-à-dire une fracture de l’isthme de la vertèbre qui ne consolide pas (voir schéma).

Très fréquent chez les sportifs
On retrouve le spondylolisthésis chez quasiment 1 personne sur 10 dans la population générale. Les sportifs sont encore plus touchés, et les surfeurs tout particulièrement. Des auteurs ont décrit* l‘augmentation du risque de spondylolisthésis chez les surfeurs du fait de l’hyperextension répétée de la colonne lombaire. L’hyperlordose à la rame et les rotations du rachis peuvent entraîner cette fracture de fatigue qui cause le spondylolisthésis.

Les symptômes:
Ils vont de l’absence de signes cliniques (le plus souvent) à la douleur lombaire (en bas du dos). La douleur d’intensité variable est plutôt mécanique (apparaît après des efforts, disparaît au repos). La douleur peut parfois descendre dans la cuisse ou la jambe (sciatique) et une paralysie peut survenir dans les cas graves (urgence chirurgicale).

Peut-on surfer avec un spondylolisthésis ?
Notre internaute présente un spondylolisthésis de grade I, c’est-à-dire débutant avec un glissement de la vertèbre encore modéré. Il n’en est donc pas encore à penser à une intervention chirurgicale (qui ne s’envisage que dans les cas sévères où le traitement médical a échoué), mais il doit par contre dès maintenant respecter une hygiène du dos, car la pratique du surf en petite planche ne va pas améliorer son problème, bien au contraire.

A ce stade, le surf n’est pas contre-indiqué tant qu’il est pratiqué en loisir (la non contre-indication pour un surfeur de compétition est à évaluer au cas pas cas), mais il faut adapter sa pratique. De nombreux surfeurs pratiquent sans savoir qu’ils ont un spondylolisthésis (il serait intéressant d’en étudier la prévalence) qui peut rester asymptomatique très longtemps.

Quelques conseils de prévention:
– Échauffement et étirements doux avant et après chaque session ;
– Adopter une posture moins cambrée sur sa planche ;
– Eviter les sessions trop longues (mieux vaut 2 sessions de 45 minutes qu’une session de 1h30) ;
– Préférer le surf debout (SUP+++, windsurf) quand le plan d’eau ne remue pas trop, plutôt que le surf cambré (shortboard, bodyboard, bodysurf) ;
– Pour le surf couché à la rame, préférez une grande planche qui flotte. Alterner rame allongée et rame à genoux sur un longboard.
– Eviter le port de charges lourdes, y compris le port d’une grande planche (longboard, SUP) sur de longues distances ;
– Apprendre les exercices adaptés pour étirer son dos, éventuellement en s’aidant d’un swiss ball ;
– Renforcer son « gainage » pour soutenir son colonne vertébrale (renforcement de la musculature dorso-lombaire et abdominale) ;
– Préférer des activités physiques comme la natation (pour se muscler de manière harmonieuse et non traumatisante), la marche (plutôt que la course) ou le vélo (sur du plat).
Adopter une bonne posture pour le surf et dans tous les actes de la vie quotidienne.

N.B.: en cas de spondylolisthésis, PAS DE MANIPULATIONS ostéopathiques qui peuvent aggraver la symptomatologie comme en avait témoigné ce surfeur. Consulter un médecin et faire un bilan radio avant de consulter un ostéopathe expérimenté connaissant la pathologie et proposant une approche douce sans cracking.

Si tout cela ne suffit pas, retourner chez son médecin traitant pour prescription de séances de kinésithérapie, médicaments antalgiques si nécessaire, et bilan radiologique complémentaire éventuel (scanner, IRM lombaire). Dans tous les cas, respecter le suivi médical de l’évolution du spondylolisthésis.

Si vous aussi vous avez un spondylolisthésis, n’hésitez pas à faire part de votre expérience et de vos conseils. Ce serait bien d’avoir l’avis d’un spécialiste (rhumatologue, orthopédiste, neurochirurgien, kiné, posturologue…) ayant l’expérience de cette pathologie.

*Kenneth S. Taylor, Todd B. Zoltan, Suraj A. Achar. Medical Illnesses and Injuries Encountered During Surfing. Curr Sports Med Rep. 2006 Sep;5(5):262-7.

A propos de l'auteur :

Surfeur, médecin généraliste, adjoint au maire de Biarritz à l'Environnement. Auteur du livre Surf Thérapie.

 

Tags: , , , , ,

 

20 Commentaires

  1. Tortue dit :

    Bonjour,
    Je ne souffre pas de cette maladie, mais j’ai été opérée en mars 2012 d’une hernie discale (L4/L5) avec sciatique paralysante du mollet droit jusqu’aux orteils (releveur défectueux). A l’issue de l’opération, je n’avais pas retrouvé ma mobilité et mon médecin a prononcé le mot « séquelles ». J’ai alors entamé une rééduc d’enfer avec un jeune kiné, qui m’a involontairement donné l’idée de surfer. Je me suis préparée intensivement pendant 1 mois: étirements, gainage, musculation tous les jours, natation deux fois par semaine. Cette idée de surfer était complètement dingue, mais je voulais tester mes nouvelles limites, histoire également de me sentir à nouveau « vivante ». Mi-août 2012, je débutais une session, étalée sur cinq jours. Je me suis blessée aux orteils droits (à cause du releveur….), j’ ai appris à ramer, mais sans pouvoir me relever. J’ai eu un rab de cours de trois jours et, ô miracle, le dernier jour, j’ai réussi à me redresser (une seule fois et au prix d’un effort assez terrible). Durant ces huit jours de surf, j’ai eu mal partout, sauf au dos, grâce aux abdos quotidiens et au gainage. Mon médecin a failli tourner de l’oeil à mon retour de vacances en apprenant cette aventure. Je remets ça cette année, bien décidée à réussir mon take off.
    Je pense donc que le surf n’est pas une contre indication aux lombalgies et autres pathologies dorsales, à condition de respecter son dos: abdos, gainage, musculation, étirements réguliers sont autant de gestes préventifs qui vous assureront à mon avis, une longue vie de glisse.
    Good surf!

  2. sebastien dit :

    Merci guillaume pour ces infos.
    En ce qui me concerne j’ai une spondylolyse bilatérale de L5 avec un discret antelisthesis de L5 sur S1 de grade 1
    C’est ce qui m’a fait cesser le golf (je faisais entre 2 et 8h par jour)et me mettre au sup.
    Je veux me mettre au longboard et peut etre shortboard mais mon dos m’inquiète même s’il ne me fait pas souffrir actuellement.
    Ton avis me serait utile car ce sont 2 pathologies proches mais différentes… et nous sommes nombreux dans mon cas surtout parmi les sportifs.

    • Le spondylolisthésis est une évolution de la spondylolyse. Il peut y avoir un continuum entre les 2 états et il semble que tu sois à peu près dans le même cas que notre internaute.

      Les mêmes conseils s’appliquent donc à toi. Se mettre au shortboard n’est pas forcément l’idéal: à choisir, mieux vaut le longboard ou une petite planche qui flotte bien type fish ou évolutive.

      J’en profite pour préciser que je suis médecin généraliste et que je ne donne que des conseils d’ordre…général. Je ne suis ni médecin du sport ni orthopédiste vers lesquels il vaut mieux se tourner pour un avis éclairé. Ce serait d’ailleurs bien d’avoir un chirurgien surfeur pour intervenir sur ces questions sur le blog.

  3. vincent dit :

    aujourd’hui âgé de 46 ans je vies avec un spondylo L4 L5 depuis 30 ans et surf depuis autant d’année.actuellement en crise depuis 2 mois je n’arrive pas a me soulager malgré des visites répétées chez l’osteo;
    mon experience m’a montré que seul un travail de gainage et de renforcement musculaire me permet d’aller mieux .
    J’ai laissé tombé le short board pour entamer une reconversion en longboard et en sup qui est devenu un soutien dans l’entretien de mon tonus musculaire abdominal.
    Malgré cela et apres 2 mois de pratique de la natation j’ai reussi a me bloquer le dos a cause d’une surcharge de travail.en effet j’ai accumulé en 5 jours une seance de surf , rentré 5 stères de bois passé le rotofil et voulu décaisser 5m carré de grave et la: SANCTION.
    a force de rechercher une parade a ce mal du siecle j’ai rencontré un kiné sportif ( luc senegas a bordeaux ) qui m’a donné les outils pour eviter les récidives.
    mais avançant en age l’entretien doit etre quotidien. et malgré la natation,le sup et la muscu j’ai oublié de me preserver et maintenant j’en chies .
    antiinflammatoire qui détraque l’estomac , myorelaxant qui te donne la chiasse et douleurs récurrente.je dois passer un irm pour voir l’etendu des degats et refaire une visite chez l’osteo.
    et surement reprendre la kiné a fond pour esperer profiter de ma passion et continuer mon travail .
    parceque je suis prof de surf et que l’ecole que j’ai créé depuis 12 ans a besoin d’avoir un moniteur en pleine forme.

  4. Laet dit :

    J’ai commencé à avoir mal aux lombaires après mes sessions de surf quand j’ai arrêté l’équitation que je pratiquais quasi quotidiennement !! la position de l’assiette chez les cavaliers entraîne un étirement de la zone lombaire puisque le bassin rentre vers l’avant à chaque balancement du cheval au pas… Donc j’ai repris l’équitation !! Attention, ceci n’est pas valable pour les débutants !!

  5. nass dit :

    surtout le port de charge est a éviter vraiment!! merci de vos reponse et conseil(je suis l’internaute en question)

  6. roro dit :

    à la vue des témoignages et de tes recommandations, renforcer son gainage semble vraiment une bonne solution contre le mal de dos en général !
    Après une costocondrite douloureuse (inflamation du cartilage des cotes, pathologie évoquée sur surfprevention également, merci !), j’ai arrêté le gainage pendant 3 mois tout en continuant à surfer, j’ai enchaîné sur ce qui pourrait être d’après les symptômes une spondilolisthesys, la douleur étant relative au stress et à la pratique du surf, depuis j’ai repris le gainage journalier et je n’ai plus de problèmes non plus.

  7. Alexis dit :

    Bonjour, je surf depuis plusieurs années déja, j’ai 19 ans. Et l’année drnière, j’ai souffert d’une douleur plutôt aigue dans le bas du dos suite au port d’une lourde charge et je suis résté au lit pour une journée.. Ensuite tous les trois mois, la douleur revenait (et elle était surement lié au surf!), en lisant votre article, je pense bien qu’il s’agisse de la douleur décrite ici! PLus tard un ami qui venait de finir ses études de kiné, m’a conseillé trois étirement à faire le soir. Lui même ayant eu le même problème il a donc su bien me conseiller. Je fait maintenant depuis plus d’un an ces étirements quand je commence à avoir un petit peu mal et en prévention, et je n’ai jamais eu aussi mal que les premières fois depuis!! Donc s’étirer le dos marche très bien pour moi, après les étirement sont peut être spécifiques à chacun.

    Voila, je surf toujours (enfin la un peu moins parce que je suis à la Reunion et ça mord par ici!! ) et mon dos va beaucoup mieux. Par contre j’avais fait un peu de kiné avant et ça n’avait rien changé, mon ami connaissais le problème donc il à su, a mon avis il faut que le kiné soit bien au courant de cette douleur!!

  8. Wind49 dit :

    Bonjour à tous,

    je viens apporter ma contribution sur cet article même si je ne suis pas surfeur mais windsurfeur occasionnel et lecteur de surf prévention de temps à autre.

    Je suis concerné directement par cette pathologie. j’ai 28 ans aujourd’hui et à l’age de 12 ans environ j’ai commencé à me plaindre de douleurs dans le bas du dos lors de différentes activités et même dans la vie courante. Il m’a été diagnostiqué un spodylolisthésis L4/L5.

    J’ai été opéré à l’age de 14 ans par arthrodèse après reduction par étirement car je commençais à perdre la sensibilité dans le pied droit et la fesse droite, Mon glissement vertébrale s’étant aggravé avec la croissance. pour faire simple j’ai été étiré pendant 2 jours allongé dans un lit pour me remettre la colonne en place puis platré des épaules aux genoux en position alongée, le chirugien a ensuité fixé ma colonne avec de l’os pris sur ma hanche. je vous passe les 4 mois dans cette position pour que la greffe osseuse prenne et la rééduc pour réaprendre à marcher.
    Cette opération c’est très bien passé et je n’ai jamais eu de problème particulier si ce n’est par moment de la fatigue musculaire.

    Je me suis mis à la muscu il y a 5 ans environ pour gagner de la force et un peu de volume pour la pratique de la planche car je suis mince. 1 an de muscu en faisant bien attention à mons dos et des exercices adaptés et aucun soucis,

    puis il y a 3 ans j’ai fait du crunch sur machine pour les abdos http://www.youtube.com/watch?v=4kRNE2RGYB0
    J’ai ressenti des douleurs dans le dos et dans l’aine mais pas dans les lombaires, j’ai poursuivi un peu cet exercice avec des charges légères. mais la douleur à persisté et elle ne m’a plus quitté depuis. j’ai reconsulter mon chirugien, fait une IRM et tout va bien au niveau de ma colonne, les medecins n’y comprennent rien, l’explication serait une contraction du psoas qui tire sur les lombaires. je fais des étirements mais ce n’est pas vraiment efficace, très peu d’amélioration et je ne sens pas que cela me fait du bien. j’ai fait 10 séances de kiné pour étirer les ischios…bon j’ai de nouveau une prescription pour faire du kiné. j’y retourne en septembre….je vais faire de la planche cet été.

    j’ajoute que les cas de spondylos nécéssitant une intervention médicale sont quand même assez rare, mon chirurgien à environ 1 cas par an, j’étais son premier patient.

    Bon surf à tous et prenez soins de votre dos 😉

  9. Mr S dit :

    Bonjour à tous,

    est ce qu’un kiné ou medecin ( guillaume par exemple) pourrait donner quelques exos de renforcement musculaire, gainage de la liaison tronc bassin et d’étirements pour preserver son « dos ».
    Soit l’art de rester souple et tonique notament au moment du take off , ou parfois le dos « morfle »!

    a ce niveau il est clair que le sup est une petite révolution par rapport au traumatismes du surf « shortboard ».

  10. François ripoll dit :

    Je suis kinésithérapeute dans un centre de chirurgie de la colonne.

    Je prépare des programmes de rééducation spécifiques aux différentes pathologies de la colonne vertébrale.
    Il semble en effet que la pratique sportive régulière nécessite un travail musculaire spécifique d entretien pour conserve d’une certaine longévité dans la pratique sportive. Ce que négligent beaucoup de gens.
    Concernant le spondylolisthesis, il faut imaginer que les vertèbres s articulent par un système à 3 pieds comme un tabouret: le disque en avant et les articulaires postérieures en arrière. Avec la lyse isthmique les vertèbres perdent cet équilibre et le disque devient le seul moyen d union. Il s’use donc plus vite.

    La stratégie rééducation vise donc à protéger ce dernier au maximum par un renforcement musculaire de type gainage :plan antérieur : abdominaux + transverse, l
    Latéral: oblique et carré des lombes ( qui permettent notamment le contrôle des rotations)
    Postérieur: les extenseurs

    Le stretching des chaînes sous pelviennes permettent de repartir les contraintes sur la hanche plutôt que sur la colonne, et est donc fondamental.

    Concernant les principes de rééducations pour chaque sujet, il découle du Bilan: c est une évidence mais chaque personne portant une pathologie lombaire doit avoir un protocole personnalisé. Ce protocole relève d abord d une imagerie récente , et d un examen en règle. L imagerie permet de voir si les nerfs sont à l étroit ( par exemple dans les foramen) s’il y a une inflammation des plateaux vertébraux ( modic 1: douleur matinal au réveil avec phénomène de dérouillage, douleur au changement de position), l état de dégradation du disque, hernie….
    L examen permet de voir si le patient est douloureux en extension, inclinaison ( droite/gauche ), flexion. Comment est il soulagé: plutôt en cyphose ( ?).
    Ensuite. D un point de vu musculaire on évalue les capacités de différents compartiments musculaires: antérieur/ postérieurs/latéral . Certains tests peuvent être utilisés et induire une piste dans l orientation du traitement. ( test de Ito, sorensen…. ).
    L examen de la souplesse des muscles sous pelviens peut aussi être guidés par des tests reproductibles ( test de wallace…. ).

    En pratique chaque cas est différent mais le principe de réhabilitation reste orienté vers une prise en charge physique régulière.

    Si le boss de ce site est d accord je peux mettre en ligne un exemple de travail d entretien lombaire isométrique.

    Bien à vous.

    • Paul TAXIL dit :

      Cher Monsieur,

      Souffrant d’une antelisthesis au niveau L4-L5, votre article m’a séduit par les travaux que vous effectuez en amont de tout traitement, en particulier les tests méthodiquement conduits tenant compte des réactions du patient.

      J’habite au 72 avenue de Paris à Versailles. Est-ce possible de rencontrer votre équipe? Dans le cas où vous seriez trop éloigné, pourriez-vous me communiquer l’adresse de collègues qui pratiquent vos méthodes.

      Je suis un géophysicien retraité qui marche encore bien, mais qui est obligé de prendre du tramadol pour une nuit convenable, la position couchée n’étant pas la plus relaxante.

      Avec tous mes remerciements,

      Paul Taxil

  11. Classiquement la rééducation se fait souvent en rétroversion, cependant le travail excessif en cyphose à tendance à charger le disque en pression , qui est désormais le seul moyen d union. Donc le travail des extenseurs n est pas du tout à négliger. Et les abdominaux type « crunch » devraient être déconseillés au départ, on misera plus sur l effet stabilisateur du transverse qu une recherche d un esthétisme sculptural abdominal…
    Les rotations devraient être travaillées raisonnablement puisque les articulaires postérieurs ne peuvent plus jouer leur rôle de frein à la rotation. Le travail des muscles latéraux est très important mais devra se faire d abord en isométrie., par exemple en décubitus latéral.
    Enfin une mise à jour des examens permet la surveillance du glissement vertébral, dans le cadre du suivi de la pathologie.

    • Yohan Sainléger dit :

      Bonjour François et merci pour vos apports ainsi qu’aux autres personnes pour leur témoignage.
      Pour ma part j’ai 35 ans je surf depuis 6 ans (longboard principalement) je fais 1m89 pour 105kg et depuis un an je souffre régulièrement des lombaires, après avoir fais de la kiné qui m’a soulagé un certain temps (étirement, gainage, massage, physio), vu deux ostéo qui n’ont pas pu régler le problème, je viens de passer radio et scan qui s’accordent tous deux à mettre en évidence « une lyse isthmique bilatérale de L5, avec un minime antélisthésis de grade I peu marqué. Pincement global et modéré du disque L5-S1. présence de petits remaniements ostéophytiques du coin antéro-supérieur de L5 avec quelques hernies intra-spongieuses, sans pincement des autres disques lombaires néanmoins. Pas de tassement ni de lésion osseuse suspecte. Pas d’anomalie des articulaires postérieures. Au niveau du bassin, les interlignes articulaires et la structure osseuse sont normales. Conclusion : Spondylolidthésis par lyse isthmique de L5 avec discopathie L5-S1 modérée. »
      J’ai donc une douleur quotidienne que j’évaluerai à 4-5, pouvant parfois s’estomper ou se majorer, sous la forme d’une contracture et extrême raideur de tous le bas du dos.
      Je tente de pratiquer de plus en plus les étirements qui ont pour effet un soulagement que transitoire et momentané, je compte revoir un ostéo qui m’a suggéré un manip spécifique que je ne saurai repréciser ici, et le port de semelles ortho visant à mettre le poids plus sur l’arrière afin de tenter une compensation posturale si j’ai bien compris…Et de revoir un kiné pour y associé une nouvelle fois étirements et gainage…J’ai conscience aussi qu’une perte de poids serait bienvenue (malgré que je ne sois pas d’une stature et ossature à être mince)mais au moins sur la sangle abdominale…

      Je dors également sur un très mauvais matelas par terre depuis un an je me demande aussi l’incidence que cela peut avoir sur la survenue de mes douleurs, car cela coïncide au niveau des périodes…?
      Et j’aimerai savoir François en plus d’un éventuel avis général si cela vous est permis et/ou possible sur mon cas en fonction de ce que j’en ai dis, si vous auriez des liens ou des schémas images ou planches d’étirements et de gainage qui illustreraient vos précédentes indications/explications à faire passer de façon publique ou privée ?
      Merci d’avance, cordialement Yohan

      • Yohan Sainléger dit :

        …d’autre part, pensez vous que le port d’une ceinture puisse être utile dans ce cas, il y a t’il des ceintures que l’on puisse porter pour faire du surf ???

  12. annick1960 dit :

    Bonjour. Quand il est écrit absence de spondylolisthesie ou de lésion lytique ou condensante suspect visible que veut on dire par là

  13. Tony Duponteil dit :

    Bonjour et Merci Guillaume pour cet article !!
    Je surfe depuis 28ans et j’ai ce fameux spondylolisthesie ,qui se résume par une douleur 24h sur 24h !!
    Je fais aujourd’hui à 90% plus que du Longboard et je confirme que d’alterner rame à plat et à genoux c’est mieux et ça soulage !!
    Je ne sais pas à quel stade je suis !?
    je sais par contre que depuis un an,plus besoin de radio pour voir le spondylo.,il me suffit de me pencher et le visuel du bas de la colonne parle tout seul !! (2 vertebres sortent) »snif » !!
    Pour ma part j’ai effectivement appris à avoir une hygiéne de vie:
    Maintenir une poids,renforcement abdominale,excercises de gainage !!
    Je fais encore pleins de choses,mais fini le gros surf ou trop creux et rester en statique debout 15-20 mins maxi,aprés c compliqué !!
    Mais pour résumé,le surf à bonne dose et un effort sur une hygiene de vie,ça aide !!
    J’avais eu l’info,que en viellissant (genre 70 ans),cela se souderait !! vrai !?
    Tony.

  14. Cojean mélanie dit :

    Bonjour, je suis atteinte de la spndylo-listhésis aussi, on m’a trouvé cela quand j’avais 13 du à des mals de dos récurrents, résultat scoliose à 18 degrés et spondylo lysthésis de la vertèbre L5 stade 2, mes mals de dos ont commencer quand je faisais de l’équitation, j’ai du arrêter ce sport car il aggravait mes mals de dos. la spondylo se transmet génétiquement et j’aurais aimée que mon médecin le voit avant de me donner les licences pour exercer l’équitation.
    Maintenant j’ai 19 ans, je fais toujours du sport, 1h de musculation tous les jours et 3 footings par semaine, dans les exercices pour abdos et fessiers je dois en éviter certains car il me font trop mal, et pour le footing mon médecin m’a interdit de courir sur du bitume,je dois courir dans les chemins, bref des routes ou ce n’est pas du plat. De plus, si je prend du poids ( et pourtant je fais 57kg pour 1m70), mes mals de dos arrivent plus facilement, une vraie galère ou je dois faire attention à mes exercices de sport, mes stages dans le prêt a porter surtout dans les livraisons, mes gestes et postures de tous les jours ainsi qu’à mon poids tout sa à 19 ans. La seule solution est de faire du sport régulièrement qui muscle le dos surtout la natation qui est conseillé et faire attention à nos gestes de tous les jours.. ce qui n’est pas évident mais on s’y habitue.
    De surcroit mon dos est cambré et j’ai 2 trous dans le bas du dos ( je ne sais pas si sa vous le fait à vous aussi) mais sa appuie énormément quand j’ai des mals de dos. Heuresement gràce au sport et au maintien de mon poids je n’ai pas eu de « crise » de mal de dos depuis novembre. Sinon le port de ceinture pour le dos est pas mal mais le mieux est tout de même de muscler son dos pour avoir moins mal.
    Mélanie

  15. François Ripoll dit :

    Bonjour,

    Désolé, je viens de voir 2 ans après que j Avais quelques demandes d informations.

    Pour éclaircir quelques points. Il faut comprendre que avoir un spondylolithesis n à pas forcément les mêmes répercussions pour tout le monde. On peut en souffrir ou pas… Il semblerait que dans les cas de lombalgies liées à cette pathologie comme le ressentent ceux qui en souffrent que le travail d entretien musculaire ait une meilleure efficacité sur la reprise d activité que les traitements passifs. L association des 2 étant bien évidemment une meilleure option.

    Pour répondre à Tony qui je crois fait les mascarets avec mon pote Charles , la « soudure » n est pas forcément l évolution « un fine ». Cependant la vertèbre peut se « caler » un peu plus et le système être moins instable. Souvent la douleur lombaire peut venir de cette instabilité qui comme l à signalé un témoin plus haut peut créer une inflammation de l os en regard du système.( Modic 1).
    L état de dégradation se produit surtout quand les nerfs sont touchés ( sciatiques récurrentes par exemple ) et doit amener à consulter son médecin.

    Concernant la ceinture. Nous la recommandons lors des travaux mécaniques pour améliorer la stabilité du système. Elle augmente la pression intra abdominale ( en rentrant le ventre ), et stabilise donc la vertèbre par l avant . De plus l ajustement des sangles latérales favorise la mise en tension des obliques qui diminue les contraintes sur le disque lors des rotations. Enfin la mise n tension des abdominaux  » plaque  » les extenseurs contre les vertèbres et favorise donc leur effet stabilisateur.
    Conclusion: c est tout bon si ça fait du bien. Et SURTOUT, aucune étude n à réussi à démontrer une perte de force entraîne par le port de ceinture. Les compagnies d assurance américaines recommande ( ou imposent ) le port de la ceinture à leur assuré du moment qu ils ont une activité pro à risque. J ai même vu des ouvriers sur les routes du Costa rica portant tous la ceinture .

    Concernant la natation, cette activité ne renforce pas le dos. Celui si travaille le plus dans l eau c est archiméde. Les extenseurs sont assez peu sollicités . Donc le travail de renforcement de ce type de musculature se fait en utilisant la gravité … Comme levier.

Laisser un commentaire