Face au constat de la pollution des océans par les macro-déchets, des projets se développent pour commencer à nettoyer les océans. Nous suivons déjà Ocean Clean Up de Boyan Slat. Aujourd’hui, c’est Yvan Bourgnon qui lance le projet d’un bateau de dépollution géant propulsé par des énergies renouvelables baptisé le Manta dans le cadre du projet The Sea Cleaners.

Yvan Bourgnon, initiateur de The Sea Cleaners et du Manta Project, raconte comment l’idée lui est venue :

« La vie du navigateur n’est pas un long fleuve tranquille. Tout laisse à penser que ce sont les tempêtes que les marins redoutent le plus, notamment sur les courses au large mais bien au contraire, après chaque Vendée Globe Challenge, après chaque Route du Rhum… force est de constater que le nombre de bateaux qui abandonnent suite à la collision avec des objets polluants est en nombre croissant.

Pas plus tard qu’en octobre 2015, pendant la Transat Jacques Vabre avec mon compère Gilles Lamiré, nous avons gravement endommagé nos deux flotteurs alors que nous étions dans le peloton de tête : un container a eu raison de la légèreté de notre engin de course ! Les frustrations des marins ne viennent pas des casses matérielles mais de cette roulette russe permanente à laquelle nous sommes maintenant confrontés.

Lors de mon dernier Tour du Monde en catamaran de sport, c’est à dire au ras de l’eau, je ne peux même pas vous décrire les scènes de crimes que j’ai pu voir. S’arrêter toutes les 15 minutes pour retirer les sacs plastiques des gouvernails devenait un quotidien pas très joyeux…

Quand on écoute les chiffres, on a le vertige. Malgré tous les efforts qui vont être mis en place dans les 50 prochaines années pour éduquer les populations et les industriels à ne plus polluer, notamment en Asie du Sud-Est, les prévisions sont alarmantes : la quantité de plastiques rejetés en mer ne cessera d’augmenter, entre autres à cause de l’expansion démographique des zones côtières.

A mon retour en juin 2015, il n’y avait plus de temps à perdre. AGIR ! Mais que faire ?

Il n’existe pas une solution mais des centaines de solutions pour tenter de faire diminuer ces fameux 8 millions de tonnes de plastiques rejetés à la mer chaque année. Si de vraies solutions existent pour nettoyer les rivières, les marinas, les plages, les sorties de fleuve, The SEA CLEANERS a constaté qu’il n’y avait pas de solutions pour aller récupérer ces déchets en mer.

La solution ? Un très grand voilier à quatre coques : un quadrimaran afin d’avoir un maximum de largeur, et surtout la possibilité de laisser les déchets passer entre les coques afin de les capter à l’arrière du voilier avec une herse plongeant jusqu’à 1m50 de profondeur, et capable de ratisser la mer sur 72 mètres de large !

sea-cleaners-bateau-depollution

Nous avons constaté que la très grande majorité des plastiques flottants se situaient près des côtes et que la seule manière de récupérer ces déchets était d’aller à la source, c’est à dire près des zones de rejets à la côte (sur une bande côtière de 5 à 50 milles). C’est l’occasion aussi de capter ces déchets avant qu’ils ne coulent sous le poids de la flore poussant dessus au fil du temps.

Le MANTA doit son nom à la raie Manta pour sa capacité à filtrer l’eau. Ce navire est étudié pour collecter les plastiques océaniques au plus près de la source de déversement, près des côtes. En effet, seul un navire offre la mobilité nécessaire aux déplacements rapides vers les bancs de plastiques encore concentrés par les vents et les courants, avant qu’ils n’entament leurs dérives océaniques vers les « continents de plastique ». Cette mobilité permet également d’intervenir en haute mer, là où la profondeur océanique rend impossible l’ancrage au fond de la mer et où un container immergé accidentellement peut avoir libéré sa cargaison d’objets en plastique.

En terme de propulsion, l’utilisation de Kite Wing (cerf-volant) combinée à un système de gréement supportant des voiles classiques, auquel s’ajoute un bloc propulseur hybride, permettra de réduire l’empreinte carbone à son strict minimum. »

Un système de collecte inédit :

Une rampe de collecte inédite de près de 72 mètres de large permettra de collecter les macro-déchets sans atteinte à la faune aquatique. Ce système biomimétique inspiré des fanons de baleines sera repliable pour les passages de canaux (tels que Panama) et approches portuaires.

A bord, un réseau de tapis roulants acheminera les macro-déchets vers les cuves de stockage. Le Manta peut stocker dans ses cuves jusqu’à 300 m3 de plastiques, les campagnes de collecte dureront de quelques jours à plusieurs semaines. Un dispositif électronique d’émissions sonores permettra l’éloignement de la faune marine à l’approche du navire, afin d’éviter la pêche accidentelle.

bateau-sea-cleaners

Des données collectées indispensables à l’analyse du phénomène :

Toutes les collectes seront géolocalisées, évaluées, analysées avant recyclage. Les données seront transmises à la communauté scientifique internationale. Elle viendront compléter les premières observations effectuées et autres données hauturières réalisés par échantillonnage dans les gyres océaniques.

Le voilier permet une grande mobilité, ainsi que d’intervenir sur toutes les catastrophes naturelles (tsunami, inondations, typhons, tempêtes, etc…). En intervenant peu de temps après la catastrophe, il y a un potentiel important de récupération de forts tonnages, en allant directement sur les zones les plus contaminées.

The Sea Cleaners se donne trois années afin de réunir la totalité du budget à travers des mécènes permettant la construction du bateau prévue en 2020/2021.

En attendant, l’Association souhaite tester les bienfaits d’un tel voilier auprès du large public, en soumettant concrètement le projet à tout le monde à travers une campagne de crowdfunding qui vient de démarrer le 14 octobre dernier. Cette campagne permettra notamment de financer le 1er bateau-test qui sera fabriqué dès 2017.

Caractéristiques du Manta, le futur navire amiral de The Sea Cleaners :

1er navire au monde capable de collecter les déchets plastiques à la source, lorsqu’ils sont encore sous forme de macro-déchets et quand le ramassage est le plus efficace et productif.

Le choix d’un navire est la réponse à un double objectif : se déplacer rapidement sur les zones de concentration des bancs de plastiques , eux même transportés par les vents et les courants ou générés par les catastrophes naturelles.
Intervenir en haute mer, là où la profondeur océanique ne permet pas d’ancrage

Ce navire géant est unique et innovant :

Ses dimensions sont à la mesure de l’enjeu :

  • Un champs d’action de plus de 70 mètres ;
  • Largeur hors-tout : 71,50 m ;
  • Largeur (ailes repliées) : 49 m (largeur maximale pour le canal de Panama)
  • Longueur hors-tout : 60 mètres
  • 2 mâts de 58 mètres
  • Une capacité de stockage des déchets de près de 600 m3, soit, +/- 100 tonnes.

Plus d’infos sur le site Internet : www.theseacleaners.org

A propos de l'auteur :

Surf Prevention est le site sur le Surf, la Sécurité, la Santé et l'Environnement.

 

Tags: , , , , , ,

 

7 Commentaires

  1. Verna dit :

    Bonjour,

    Pour respecter la planète et aider la force de traction du bateau, monsieur Bourgnon pourrait y adjoindre 2 de mes aménagements de propulsion liés aux bateaux:
    1° Une voile libre auto portée : http://inventions.a.verna.free.fr/voile.htm
    2° L’Hydrolienne de gou-Verna-il : http://inventions.a.verna.free.fr/pagehydrolienne.htm .

    Si monsieur Bourgnon est intéressé, je reste à sa disposition.

    Cordialement,

    Christophe Verna

  2. Liza Dicks dit :

    Boat looks amazing and the idea is simplisitc however you do not address the impact this will have on micro organisms plankton fish and other marine animals. What are the studies and research on this!
    Thank you

  3. Dillen dit :

    je suis a la gestion d’une fondation et notre comité a souhaité que nous prenions contact avec vous et voir dans quelle mesure nous pourrions collaborer.
    merci de prendre contact
    bon vent et a bientôt
    D.Dillen

  4. madre sylvie dit :

    Merci de faire au plus vite ce bateau, je n’ai pas le moindre sous mais j’espère que ce bateau va nettoyer l’océan très vite ! URGENT !!!!

Laisser un commentaire