Beaucoup de gens ne se rendent pas compte de l’importance du mouvement dans notre vie.

Le mouvement est vital, et pourtant, nous bougeons de moins en moins dans nos sociétés « développées ».

Nous nous asseyons dans une voiture, ou dans les transports en commun, pour faire le moindre trajet, nous sommes assis pendant des heures au bureau devant un ordinateur avant de rentrer nous asseoir devant un autre écran à la maison puis de nous coucher dans un lit…

Tout est fait pour nous sédentariser encore plus. Les producteurs de films, les concepteurs de jeux vidéos et les éditeurs de sites Internet rivalisent d’ingéniosité pour nous scotcher dans un fauteuil les yeux grands ouverts devant un écran (lire le chapitre « Surfer sur Internet »). Il y a toujours quelque chose à voir !

On dit que nous sommes « sédentaires » non pas au sens anthropologique du terme : certains sont capables de voyager à l’autre bout du monde en restant assis pendant 12 heures d’affilée dans un avion avant de s’affaler devant un écran dans un hôtel et se déplacer exclusivement en taxi…On peut donc se déplacer géographiquement tout en restant sédentaire. Cf. le cliché du touriste ou du businessman voyageur obèse.

Mais l’Homme n’est pas fait pour rester assis ou couché. L’Homme est sur Terre pour avancer debout, tout comme le surfeur.

Quand les surfeurs voyagent, ils partent en surf trip dans le but principal de surfer de nouvelles vagues…et donc de se mouvoir sur une planche ! C’est un autre aspect du mode de vie sain du surfeur qui consiste en un quête perpétuelle de la prochaine vague à surfer, et donc d’un exercice physique régulier.

Les maux du siècle que sont la surcharge pondérale, le diabète de type 2 (anciennement appelé de façon plus évocatrice le diabète « gras »), l’hypertension artérielle (HTA), les dyslipidémies mais aussi le mal de dos, certaines fatigues chroniques ou des troubles anxio-dépressifs* pourraient être prévenus si on faisait vraiment bouger les gens !

L’immense majorité des problèmes médicaux que je soigne dans mon cabinet médical sont liés à un manque d’activité physique ou à une hygiène de vie défaillante.

Il faudrait une véritable volonté politique pour éduquer les gens à la santé et pour leur donner les moyens de pratiquer une activité physique quotidienne n’importe où : pas seulement au bord de la mer ou à la montagne mais aussi dans les villes, en banlieues,… en organisant différemment les journées de travail, en construisant des gymnases, des centres aquatiques, et pourquoi pas des piscines à vagues pour surfer en ville !

Au lieu de cela, on laisse les gens se sédentariser, s’empâter et une fois qu’ils sont en surpoids, diabétiques et hypertendus, on leur dit de ne pas s’inquiéter car les philanthropes de l’industrie pharmaceutique ont prévu des médicaments – onéreux (mais remboursés) à prendre à vie – pour parer à tous les facteurs de risques cardio-vaculaires : les médicaments anti-hypertenseurs, anti-diabétiques et hypo-cholestérolémiant figurent parmi les meilleures ventes du business pharmaceutique.

C’est tellement vrai que lorsque les médecins généralistes lisent une revue médicale ou sont invités à une « formation médicale », on leur parle avant tout d’HTA, de diabète et de cholestérol…ou d’autres pathologies chroniques qui nécessiteront un traitement prolongé. Jamais je n’ai encore été convié à une formation sur la prévention du paludisme chez le voyageur par exemple (maladie trop peu rentable dans les pays riches…).

On conseille bien d’essayer « les règles hygiéno-diététiques » avant d’en arriver à une prescription médicamenteuse mais je n’ai jamais eu un seul cours dans ma formation médicale initiale ou continue pour apprendre à mes patients comment bouger. L’activité physique pourrait pourtant être prescrite par les médecins. C’est ce que je m’efforce de faire dans Surf Thérapie en proposant une activité physique « océanique » réalisable par tous.

Je me suis formé sur le tas pendant des années et j’en suis arrivé aux conclusions que j’expose dans Surf Thérapie. J’ai essayé de mettre au point le meilleur programme d’activité physique possible pour mes patients. Ce faisant, j’ai l’impression de réaliser un véritable acte médical de prévention.

En faisant appliquer ce genre de programme à la population, on ferait gagner beaucoup d’espérance de vie en bonne santé aux gens et beaucoup d’argent à la Sécurité Sociale, mais on en ferait aussi perdre énormément à nos chers laboratoires…car nous aurions forcément moins besoin de leurs médicaments. (C’est à se demander parfois quel est le véritable objectif de santé publique dans les pays développés tant les moyens de prévention ne sont pas à la hauteur des enjeux…)

La finalité de Surf Thérapie est de vous expliquer comment bouger de la meilleure façon – la plus simple, la plus naturelle, la moins traumatisante et la plus épanouissante – possible.

Par ce travail, j’exhorte les personnes qui me liront à intégrer une activité physique dans leur vie quotidienne.

Le mouvement participe à la vie.

Nos enfants remplis de vitalité mous le montrent tous les jours : amenez un enfant sur une plage et voyez comment il se met à gambader joyeusement.

A l’autre extrémité de la vie, chez une personne âgée, le mouvement est tout aussi vital pour prévenir les chutes. Quand une personne âgée n’arrive plus du tout à bouger de son lit (on dit qu’elle devient grabataire), on assiste à un enchaînement de complications de décubitus (infections, phlébite, escarre,…) qui conduisent à la mort.

Comme nous l’avons vu, nous pouvons pratiquer le surf de 7 à 77 ans, et même au-delà ! Tant qu’il y a du surf, il y a de la vie.

Les gens doivent  apprendre à faire leur propre kinésithérapie (kinésithérapie signifie étymologiquement le traitement par le mouvement, kinêsis = mouvement en grec).

Je vous propose donc une kinésithérapie active par le surf !

Le surf représente la quintescence de la liberté du mouvement. Le surf permet de glisser sur l’eau dans un environnement naturel.

Sur une planche de surf, la poussée d’Archimède nous porte pour exercer notre liberté de mouvement sur l’Océan.

Le surf, c’est le mouvement.

Le mouvement, c’est la vie.

Le surf, c’est la vie !

*si vous présentez ces symptômes, consultez sans tarder votre médecin traitant.

A propos de l'auteur :

Médecin, surfeur, blogueur sur Surf Prevention. Auteur du livre Surf Thérapie. Adjoint au maire de Biarritz à l'Environnement, Qualité de Vie et Bien-Être.

 

Tags: , , , , , , , , , ,

 

1 commentaire

  1. Article inspirant!Je prends note et je le garde.

    Merci.

Laisser un commentaire