Il suffit de parcourir le livre blanc de l’Autisme pour se rendre compte de l’immense désarroi dans lequel sont plongés des milliers de parents d’enfants autistes qui ne bénéficient pas toujours de structures d’accueil adéquates – ou de l’accompagnement adapté – pour prendre en charge leurs enfants.

Le même constat peut être fait pour ce qui concerne la carence de l’offre en activités physiques et de loisirs pour ces enfants autistes.

Et pourtant, la pratique de certains sports avec un encadrement adapté offre des perspectives importantes d’apprentissages, d’amélioration des symptômes, d’augmentation de l’estime de soi et surtout de plaisir pour ces enfants.

Une activité physique comme le surf est un moyen privilégié de communication et de socialisation des enfants autistes.

Dans ce contexte, l’initiative de la section surf de l’Aviron Bayonnais avec des enfants autistes baptisée « des vagues et des enfants » est à saluer.

Vous pouvez rejoindre le Groupe Facebook « Des vagues et des Enfants » .

Ce projet a pour but de favoriser l’insertion des enfants autistes et handicapés par le sport et plus particulierement le surf ; l’idée est de faire partager les joies du surf au plus grand nombre d’enfants qui n’auraient pas eu l’occasion d’en faire.

Je soutiens à 100% cette initiative qui concrétise le concept de « surf thérapie » et lui donne un sens.

Le surf serait particulièrement bénéfique pour les enfants autistes comme l’ont montré des associations comme Surfer’s Healing aux Etats-Unis.

Malheureusement, ces initiatives restent trop ponctuelles et il faudrait trouver les moyens de pérenniser ce type de projet. Il faudrait pouvoir proposer aux enfants autistes et à leurs familles une prise en charge par le surf à plus long terme.

Cela demanderait un investissement, du temps et de l’argent mais cela en vaudrait tellement la peine !

J’ai détaillé ce projet dans la fiche « faire surfer un enfant autiste » dans laquelle j’ai réfléchi sur le pourquoi et le comment faire surfer des enfants atteints de troubles envahissants du développement.

 

Comment est né le projet « des vagues et des enfants » ?

L’Aviron Bayonnais Surf Club est à l’initiative d’un projet baptisé « des vagues et des enfants ». Initiative qui a débuté en 2008 sur la plage de Marinella à Anglet qui consiste à faire partager les joies de la planche à des enfants atteints d’autisme.

L’idée d’un tel projet est née sur une proposition de Jean-Luc Miramont et de François Gouffrant qui, après avoir vu un reportage mexicain sur le surf et les enfants autistes, sont partis à la rencontre de Jean-Marc Saint-Geours, président de la section surf de l’Aviron Bayonnais, pour lui proposer le concept. « J’ai de suite donné mon accord » signale Jean-Marc Saint-Geours. « Nous nous sommes ensuite rencontrés avec Jean-Luc, François et Pascal Dacharry, parent d’un enfant autiste, pour finaliser le projet (…) Aussi, nous avons créé ce club pour partager notre passion et faire surfer le plus grand nombre de personnes et ce projet des vagues et des enfants rentrait dans ce cadre-là. C’était aussi l’occasion pour ces enfants de voir autre chose, un autre milieu que leur cadre quotidien habituel ». Rappelons peut-être que l’Aviron est également à l’origine du projet surf insertion qui a eu lieu cet été.

Une expérience humaine :

On l’aura compris, ce projet est avant tout le fruit de plusieurs rencontres. Aussi, « des vagues et des enfants » s’est mis en place au fil de réunions notamment pour « fixer les dates par rapport aux marées. D’ailleurs on a eu beaucoup de chance parce que prévoir quatre mois à l’avance les conditions idéales pour mettre en place un tel projet c’était impossible. »

L’aventure « des vagues et des enfants » a donc débuté un mercredi avec une enfant, puis deux le jeudi et enfin trois lundi… encadrés à chaque fois par deux Brevet d’État, Andoni Levacher et Jérémy Brillant qui ont donné de leur temps et de leur patience bénévolement et que Jean-Marc Saint-Geours tient « particulièrement à féliciter pour leur implication ». Et si l’approche avec un milieu jusqu’alors inconnu n’a pas été des plus évidentes, la suite de l’aventure s’est finalement révélée positive. « C’était super. Le premier enfant s’est totalement approprié la planche, les BE. C’est une satisfaction personnelle et humaine excellente… » Il y a même eu quelques larmes tellement le moment était fort en émotion.

Initiative à renouveler :

Pour Jean-Marc Saint-Geours « le pari est gagné pour cette fois-ci, en espérant renouveler ce genre d’opérations chaque année, voire plus. D’ailleurs je voudrais remercier les partenaires qui nous ont soutenus sur ce projet et qui nous soutiennent depuis le début – Michel Hoff, Rip Curl, Mundaka, le club de la glisse et toutes les villes du littoral qui nous accueillent sans problème tout au long de l’année ».

D’après un article de Sébastien VAÏSSE ( Septembre 2008 ) paru dans le journal du Pays Basque. Lire l’article original en cliquant ici.

Des vagues et des enfants pour faire surfer des enfants autistes et leur permettre de profiter des bienfaits du sport . Tag  surf, sport et autisme. Photo Facebook Des enfants et des vagues.

A propos de l'auteur :

Surf Prevention est le site sur le Surf, la Sécurité, la Santé et l’Environnement.

 

Tags: , , , , , , , , , , , , ,

 

3 Commentaires

  1. buttonsbtz dit :

    bravo à tous ceux qui ont fait que ce projet se concrétise.cela prouve que le monde du

    surf n'est pas perdu…il compte des gens généreux,pret à donner de leur temps pour

    aider les autres.cette experience est manifestement enrichissante de part et d'autre.

    la "surfthérapie" semble avoir déjà fait ses preuves avec d'autres publics(handicapés,ados

    défavorisés etc…);c'est un concept à developper!la video est émouvante,cette solidarité

    doit etre un exemple pour nous tous,on peut tous aider notre prochain a notre niveau!encore bravo et joyeux noel a tous

  2. Lily dit :

    Bravo pour cet article. C'est scandaleux que dans un pays comme la France, l'Etat ne garantisse pas la prise en charge des enfants et adololescents atteints de troubles comme l'autisme. C'est déjà compliqué d'élever des enfants sans problèmes de santé, alors je n'ose pas imaginer des enfants "différents" ! C'est sûr que c'est sacrément mieux de préconiser des cures par le surf ou la mer, plutôt que l'utilisation de neuroleptiques ou autres produits chimiques. L'article me rappelle une news de surf prevention sur les "enfants de la lune" : il faudrait que les pouvoirs publics favorisent le contact de tous ces jeunes et de leur famille avec les bienfaits de l'océan. Ah, c'est sûr, ça fait pas le jeu des labos, mais tant mieux !!

  3. Thierry dit :

    Bravo pour votre engagement, et rendez vous en Avril pou le passage de l'autist-tour.com !

Laisser un commentaire