Les médecins généralistes en ont marre. Sous-payés et écrasés par les taxes, les omnipraticiens demandent une revalorisation immédiate de leurs honoraires. Un mouvement de grève est lancé avec appel à la fermeture des cabinets de médecine générale pour la journée du 11 Mars 2010.

Le Président Nicolas Sarkozy a demandé à la Mission Legmann de faire l’état des lieux pour comprendre ce qui ne va pas avec la médecine libérale (aujourd’hui 9 jeunes médecins sur 10 se détournent de l’exercice libéral). Mais il est inutile d’avoir fait l’ENA pour comprendre le malaise profond de la profession… Les médecins n’osent jamais se plaindre de la faiblesse de leurs honoraires au nom de la noblesse de leur art. Mais force est de constater que le tarif des consultations de médecine générale est indigent.

Une consultation médicale de base coûte à peine 22 euros en France (sur lesquels le médecin ne touche même pas 10 euros si on déduit les taxes diverses incompressibles et les charges inhérentes au bon fonctionnement d’un cabinet). Autant dire une misère pour des professionnels de la santé à Bac +10 et un haut niveau de responsabilité.

medecin generaliste prenant la tension arterielle d'un patient avec son stethoscope - iStockphoto

Contrairement à une croyance populaire, le médecin généraliste ne fait pas que soigner des bronchites bénignes et des gastro-entérites… Quand le médecin généraliste doit assurer la prise en charge globale d’un patient atteint d’une (ou de plusieurs) pathologie(s) chronique(s), quand il prend en charge un patient déprimé ou encore quand il doit annoncer une mauvaise nouvelle, le médecin peut facilement y passer une heure. Et il sera rémunéré…22 euros TTC pour la consultation ! Je ne parle même pas du tarif des visites à domicile ridiculement bas à 32 euros.

Lire sur le même sujet l’excellent article de Jean de Kervasdoué paru dans le Monde intitulé : « La faible rémunération de l’acte médical lèse praticiens et patients ».

Trop de gens croient encore que les médecins généralistes roulent sur l’or alors que le profil du médecin moyen se rapproche plus du smicard besogneux que du nanti qui va jouer au golf en Porsche, comme on peut encore le lire sur certains forums…

En 2010, le médecin généraliste moyen n’a même pas les moyens de se payer les services d’une secrétaire médicale… La seule façon pour lui d’espérer gagner décemment sa vie est de travailler comme un tâcheron en enchaînant les consultations toutes les 10 à 15 minutes : mais cette option n’est ni satisfaisante pour le patient qui estime à juste titre ne pas être suffisamment écouté, ni pour le médecin guetté par le surmenage. On ne parle pas souvent de la dépression et des suicides chez les médecins qui sont pourtant en première ligne face au burn-out.

Les médecins souffrent d’un manque de reconnaissance. Alors que la plupart des généralistes sont maintenant des spécialistes de médecine générale, on leur refuse injustement l’accès à la tarification des autres spécialités médicales. Ce mouvement de grève est destiné à réclamer les mêmes honoraires que les spécialistes. Mais la consultation à 23 euros ne règlera rien du tout tellement les revenus des généralistes sont à la traîne par rapport aux médecins européens ou américains (les médecins de famille américains gagnent environ 3 fois plus que les généralistes français mais la médecine générale est également en crise aux Etats-Unis…).

Alors qu’ils sont l’élément le plus rentable du système de santé, on continue à mépriser les généralistes en leur faisant porter le chapeau du dérapage des dépenses de santé.

Les médecins ne peuvent plus supporter le harcèlement des caisses d’Assurance Maladie qui contestent de plus en plus souvent leurs prescriptions. Lire à ce sujet l’histoire du Docteur Didier Poupardin à qui on demande le remboursement de médicaments prescrits à ses patients !

Le déremboursement massif des médicaments d’usage courant en médecine générale ne devrait rien arranger à la situation….

La mise à l’écart des généralistes lors de l’épidémie de grippe A a été très mal vécue par les médecins.

Le Ministère de la Santé paie cash la négligence du corps médical dans le dernier sondage IFOP publié aujourd’hui dans le Quotidien du Médecin. La cote de popularité de Roselyne Bachelot y est au plus bas : 82% des médecins libéraux déclarent ne pas lui faire confiance.

Je soutiens sans réserve mes confrères et mon cabinet de médecine générale sera bien fermé le jeudi 11 Mars 2010. Il est grand temps de donner des moyens à la médecine de premier recours sur laquelle repose encore notre système de santé. Mais il y a urgence car si cela continue comme ça, nous assisterons à une poursuite de la désaffection des jeunes pour ce métier et au « dévissage des plaques » des médecins installés exaspérés. La médecine générale est maintenant à la croisée des chemins : soit on lui donne un nouvel élan, soit cette profession dans son mode d’exercice actuel disparaîtra.

Docteur Guillaume Barucq.

A propos de l'auteur :

Surf Prevention est le site sur le Surf, la Sécurité, la Santé et l’Environnement.

 

Tags: , , , , ,

 

10 Commentaires

  1. nico dit :

    Professions libérales, artisans, restaurateurs… c'est 50%!!!! de charges fixes par mois, il ne faut pas compter les variables (usures du matos, horodateurs, pv …). Comme dirait Brigitte Fontaine "l'enfer c'est l'état, le tyran publique" (album prohibition). RSI depuis sa fusion foireuse avec AVA et ursaff, ils sont paumés complets, prennent du retard et c'est nous qui payons les rappels, ils rectifiront plus tard….Pour récolter toutes ces taxes ils dépensent une fortune, en perdent un bon 1/3 qui se perd dans les méandres de l'administration. L' état qui met en doute la compétence des professionnels systématiquement ne sait même pas combien de fonctionnaires travaillent pour lui (l'etat est tout de même la plus grande entreprise de France), le ministre de l'éducation ne sait pas faire une règle de trois, on marche sur la tête, j'ai cette vilaine impression que l'on travaille pour la prospérité de certains qui ne lachent pas du viseur 2012….

  2. Paul dit :

    Bien d'accord avec tout ça ! Je suis jeune médecin installé, mon cabinet tourne très bien, je travaille 60 heures par semaines, 52 semaines par an, ce qui ramene environ 9500 euros par mois brut…Il me reste après les charges mais avant impots 4000 euros par mois.

    Je suis donc pour l'état une "vache à lait". Je paye toutes ces taxes sans bénéficier moi-même de couverture sociale puisque je suis indemnisé en arrêt maladie … au 91ème jour !!! Cette "fragilité" se paye encore une fois si je veux faire un emprunt bancaire pour accéder à la propriété, par un "sur-risque" pour le banquier, qui le facture joyeusement dans les intérêts.

    Si je travaille 35 heures par semaines, et prends 5 semaines de congés par an, et l'équivalent couverture sociale du salarié, je ne gagne pas 2000 euros par mois.

    A bac+10, apres avoir travaillé jour et nuit à l'hopital pendant 3 ans d'internat, c'est vraiment difficile à avaler.

    Je n'ai aucune marge de manoeuvre, ne peux employer une secrétaire, je fais tout tout seul, et suis dans une situation inextricable.

    Ce que le gouvernement doit comprendre, c'est que dans ces conditions, plus personne ne veut faire ce boulot. La preuve est que j'exerce dans le sud-ouest, à 5 minutes de la plage, et que ma place est restée vacante pendant 18 mois !!!!!

    Ce que les français doivent comprendre, et j'en ai l'intime conviction, ainsi que tous mes confrères, est que les conditions de soins dans ce pays, sous ce gouvernement, se dégradent jours après jours. On dérembourse les médicaments, vous n'aurez bientôt plus de médecin généraliste puisque qu'ils agonisent tous, on ferme les hopitaux, chaque jour il est plus difficile de faire hospitaliser un patient par manque de place…

    J'en ai gros sur la patate, mais dois retourner à ma consult.

    Tirons la sonnette d'alarme…

  3. Guillaume dit :

    Vous avez tout dit Paul…

    Les généralistes donnent l'impression de gagner de l'argent.

    Mais si on fait le calcul et qu'on le ramène au temps de travail effectif, on arrive péniblement à un SMIC horaire.

    Il faut aussi comptabiliser tout le temps médical non rémunéré à remplir de plus en plus de dossiers et de paperasseries pour que nos patients puissent bénéficier des prestations auxquelles ils ont droit.

    J'ai parfois l'impression de passer plus de temps à remplir des dossiers inutiles qu'à soigner les malades…

  4. nico dit :

    Mon commentaire n'a pas l'air de trop vous parler, c'est un forum pour médecins et pas pour les artisans ou autres ??? (je vous pose la question je ne suis pas en colère). le problème me semble général, je viens d'effectuer ma cessation d'entreprise (SARL peinture déco) car après paiement de charges il ne me restait plus rien depuis plus d'un an. Je sais ce qui se passe chez vous : mon père chirurgien m'explique depuis plus de dix ans que notre génération connaitra les soins minimum ou alors il faudra payer….l'an dernier aucun nouveau medecin n'a choisi sa specialité !!!!

  5. Guillaume dit :

    Tu as raison Nico : le problème semble beaucoup plus général avec de nombreuses entreprises asphyxiées par les charges…Et on voit le résultat, en termes de chômage notamment.

    Mais essayons de réagir à l'article en lui-même pour éviter de partir dans toutes les directions.

  6. nico dit :

    Merci pour ta reponse…

  7. Realiste dit :

    Médecin…. je croyais qu'à la base c'était une vocation plus qu'un métier…et que franchement il manquait plutôt de généralistes dans notre pays, à tel point qu'on en fait venir à grands frais de l'étranger (certaines mairies offrent les locaux etc…)….je pensais aussi que le système des charges que vous décriez permettait de faire tourner votre boutique (avec pas mal d'abus d'ailleurs) comme dans peu d'endroit au monde…

    Bref, il me semble que vos arguments sont peu convaincants et qu'une grosse partie de votre colère vient de la distorsion entre l'image que VOUS vous étiez faits du médecin (bons revenus et "liberté" après de longues études) et la réalité du terrain : il y a trop de concurrence aux "bons endroits" et la crise générale de notre société (démographie, déclin industriel etc….) ne permet plus d'entretenir le système et de vous faire espérer la rente de situation qui a contribué à créer …. le mythe du médecin que vous décrivez !

    Au USA, en Angleterre, moins de charges etc… mais vous avez vu l'état du système de santé et du système social en général !!!

    Rassurez-vous vous n'êtes pas seuls… les docteurs en science n'ont pas de postes , le rythme de travail des ingénieurs dans l'industrie est insupportable, les ouvriers salariés triment pour pas grand chose et se font jeter à la première occasion….bienvenus au club !

    La meilleure solution est de serrer les fesses tous ensembles et de regarder la réalité en face : la belle époque est révolue, il va falloir accepter des contraintes et un rythme de vie différent. Les temps changent et pas seulement en France.

    Les chinois, les indiens etc… rentrent vraiment dans la danse. Avec des exigences moindres et de belles perspectives d'évolution, ils nous remettent les idées en place…

    Allez tous au boulot, arrêtez de rêver vous êtes déjà trop gâtés….et profitez du surf pour vous rafraîchir les idées.

  8. Guillaume dit :

    Oui tu as raison Realiste : la Médecine est une vocation, mais pas forcément un sacerdoce comme se plaît à le rappeler l'excellent médecin généraliste blogueur du site http://www.le-toubib-est-generaliste.net/

    Tu as encore raison quand tu dis que nous nous étions faits une toute autre idée de ce métier…

    Bien sûr, il y aurait beaucoup de choses à faire pour améliorer le quotidien des médecins généralistes, mais j'ai voulu insister sur l'aspect financier car je trouve aberrant qu'un toubib gagne moins que son comptable, que son plombier ou que son coiffeur…

    Comme je l'exprime sur le site Surf Prévention, je pense que la santé devrait être notre priorité première.

    Quels acteurs sont mieux placés que les médecins pour orchestrer la prévention et les soins à apporter aux gens ?

    Nous sommes pourtant entrés dans un système de santé qui ne sait plus où il va. Mes confrères et moi-même nous rendons compte au quotidien que nous marchons sur la tête. La gestion de l'épidémie de grippe A en a été la parfaite illustration. On est rentré dans le grand n'importe quoi car il n'y a plus de pilote dans l'avion de la santé.

    Alors que les maladies de civilisation comme le stress, le surpoids, le mal de dos, etc. rongent la population, les gens ne savent plus vers qui se tourner pour se faire soigner alors que leur médecin peut leur apporter toutes les clés pour aller mieux.

    On voit fleurir en France tout un tas de thérapies alternatives et de "thérapeutes", dont les pratiques de certains se rapprochent plus du charlatanisme, et qui se font payer 3 fois plus qu'un médecin…

    Il est grand temps de remettre de l'ordre là-dedans en remettant les types qui ont fait 10 ans d'études médicales aux manettes.

    A mon sens, le prochain Ministre de la Santé devrait être un médecin qui connaît le terrain. Je pense également que le Ministre de la Santé devrait s'occuper avant tout de la Santé, plutôt que d'aller se montrer au Stade de France ou aux JO de Vancouver pour justifier sa casquette de Ministre des Sports…

    Pour faire des économies substantielles, je lui conseillerais déjà de mettre le paquet sur l'éducation des gens. Il faut savoir que l'on est encore appelés en urgence par des patients à 2 heures du matin pour un nez qui coule depuis 5 minutes…

    Les médecins sont les seuls à pouvoir réorganiser le système de santé et il n'y a aucune raison qu'ils en soient les boucs émissaires ou les parents pauvres…

    Pour bien faire son travail, un médecin a besoin d'indépendance financière. Il doit avoir les moyens de payer son cabinet, son matériel médical, une secrétaire, sa formation médicale continue…et également quelques semaines de vacances. C'est loin d'être le cas à une époque où les toubibs attendent encore qu'un laboratoire pharmaceutique les invite pour manger dans un bon restaurant…

    Si nous réclamons une augmentation de nos honoraires ce n'est pas par appât du gain comme nous en accusait injustement François Chérèque…ou Christian Saout qui nous accusait encore récemment d'utiliser les aides qu'on nous a données pour payer des sacs à main à nos femmes et des Playmobil pour nos enfants…

    Nous demandons plus de moyens pour mieux faire notre métier au service de votre santé. Tout simplement.

  9. psychologue dit :

    ce n'est pas 23EUR qui motivent la grève des médecins généralistes mais la pression administrative tatillonne qui démotive l'arrivée des jeunes. la décroissance de la démographie médicale est engagée depuis plusieurs années;les assurés sociaux ne tarderont pas en prendre conscience. une poignée de bourgeois richissimes en grève pourquoi en parler alors que la misère est partout.seul les professionnels pourront alerter sur l'avenir sombre de cette fausse activité libérale.

  10. Guillaume dit :

    Extrait du témoignage d'un confrère remplaçant :

    "Beaucoup des toubibs de 60 ans que je remplace sont sur les rotules. Ils pensaient pouvoir ralentir leur rythme en approchant de la retraite. Finalement, ils sont esclaves de leur boulot et de leurs patients. Ceux qui choisissent de lever le pied en passant de 60h à 45h par semaine, ou en voyant les patients 20 minutes plutôt que 10 mn, gagnent entre 3000 et 3500 euros par mois. Avec 10 ans d’études, les responsabilités et les contraintes, je trouve ça un peu limite.

    Nous sommes en effet obligés d’être tout le temps disponibles. Si on nous appelle à 20h45, il est difficile de dire non. On se laisse peu à peu grignoter notre vie privée. Hier, par exemple, des patients ont fait le forcing pour être vus en urgence. Je saute donc mon déjeuner et reviens au cabinet pour voir le patient. En fait, ils n’avaient aucune urgence, mais un match de tennis l’après-midi qui les empêchait de venir plus tard…

    Moins cher que le plombier

    Je suis prêt à faire quelques sacrifices si la reconnaissance suit. Mais je ne suis pas prêt à continuer à faire des visites pour 32 euros : la durée moyenne d’une visite est de 30 minutes, soit le double de la durée moyenne d’une consultation, sans parler de l’inconfort matériel de la visite ou de la difficulté à l’intégrer dans l’emploi du temps. 32 euros, c’est exactement ce que demande un plombier, rien que pour le déplacement… Quels autres médecins spécialistes voient leurs patients à domicile ?"

    A lire ici la chronique épuisée d'un médecin déconsidéré: http://www.bastamag.net/article951.html

Laisser un commentaire