Nous étudierons régulièrement sur Surf Prevention un fait de société que nous essaierons de décrypter. Premier sujet de fond : la disparition préoccupante des seins nus sur les plages ! Si les hommes continuent d’exhiber leurs pectoraux musclés (ou pas…), la gent féminine a tendance à cacher ses seins sur les plages. Force est de constater que les poitrines généreuses qui prennent l’air marin se font de plus en plus rares. Les seins nus qui étaient la règle ont tendance à devenir l’exception. Simple effet de mode ou signe des temps qui courent ? Il y aurait au moins trois explications à cette nouvelle tendance.

Les femmes prennent soin de la santé de leur seins :
De mieux en mieux sensibilisées aux cancers de la peau et au cancer du sein (il est possible de faire un cancer de la peau au niveau d’un sein), les femmes font plus attention à cette partie de leur corps. Les femmes prennent soin de leurs seins pour ne pas finir avec des seins fripés « en gants de toilette »… La peau des seins et du décolleté est en effet particulièrement fine et sensible au soleil et nécessite donc une protection solaire efficace, idéalement vestimentaire. Les femmes en général, et les surfeuses en particulier, utilisent de plus en plus souvent des maillots une pièce, des hauts de maillot couvrants façon débardeur voire même des tops de protection solaire à manches longues.

Les femmes actuelles n’ont plus envie de montrer leurs seins :
Le bronzage intégral qui était à la mode est à présent considéré comme ringard par les jeunes femmes. Le sein bronzé n’est plus aussi en vogue et les magazines féminins vantent maintenant la beauté des peaux claires ou diaphanes.
Les femmes écoutent aussi leur pudeur et préfèrent ne pas se dénuder devant les regards indiscrets, émoustillés voire lubriques qu’elles peuvent parfois croiser sur les plages. Certaines avouent néanmoins enlever le haut du maillot quand elles se retrouvent dans l’intimité d’une plage isolée, de leur jardin, de leur terrasse…ou d’une cabine à bronzage (dont les effets cancérigènes pour la peau sont parfois sous-estimés).
Pour séduire, les femmes préfèrent parfois suggérer que tout montrer d’emblée. Dans le jeu subtil de la séduction à la plage,  il peut être plus efficace de donner envie d’en découvrir plus avec un décolleté ou un maillot avec effet Wonderbra. Même au Brésil, les femmes habituées au string et autres maillots minimalistes préfèrent cacher leurs seins avec un haut de maillot, même microscopique 😉 . Un maillot de bain sexy met parfois mieux en valeur les seins comme le montre ce spot de sensibilisation à la sauvegarde des seins
Certaines femmes ne veulent pas se mettre les seins à l’air à la plage car elles sont complexées par leurs seins qu’elles trouvent trop petits ou trop gros. Compte-tenu de l’augmentation des opérations de chirurgie mammaire, certaines femmes avec les seins refaits ne veulent pas montrer des seins qui apparaissent peu naturels ou qui présentent des cicatrices apparentes.

Les seins nus ne sont plus synonymes de liberté :
Les seins nus ne sont plus le symbole d’émancipation de la femme qu’ils pouvaient représenter des années 60 aux années 80. En 2010, les femmes ont bien d’autres moyens d’affirmer leur liberté qu’en se mettant torse nu comme les hommes… Il n’empêche que cette nouvelle tendance à se couvrir le corps pose questions. Il ne viendrait pas à l’idée de la plupart des jeunes femmes d’aujourd’hui de montrer leurs seins à la plage. Certaines femmes plus mûres qui ont fait du topless en leur temps avouent ne plus oser à présent, et même trouver cela choquant. Il n’est pas si étonnant qu’une espèce de vague puritaine envahisse notre pays à une époque où les interdits se multiplient. Il n’est pas prohibé de s’afficher seins nus sur une plage en France mais on a presque l’impression que l’on finit par s’auto-interdire certaines choses dans l’ambiance actuelle. Je n’irai pas jusqu’à parler de recul dans la liberté des femmes au travers de cet exemple symbolique mais on constate que les femmes subissent les pressions de personnes qui essayent de leur imposer une façon de s’habiller ou de ne pas s’habiller sur une plage. On a les deux exemples extrêmes entre les politiques australiens qui aimeraient interdire les femmes dénudées sur les plages et les politiques français qui voudraient interdire les femmes trop habillées (cf. polémique autour du maillot burkini).

Mon avis sur la question ? Laissons les femmes s’habiller comme bon leur semble sur les plages !

Lire aussi l’article de Rue89: Dix raisons pour lesquelles les seins nus ont disparu des plages.

A propos de l'auteur :

Surf Prevention est le site sur le Surf, la Sécurité, la Santé et l'Environnement.

 

Tags: , , , , , , , , , , ,

 

7 Commentaires

  1. lily dit :

    C'est clair que le sein a l'air n'a plus trop la cote chez les jeunes filles. Et comme on est habitué à la perfection artificielle des nibs refaits dans les médias, on est peut-être moins tolérant quand on en aperçoit des imparfaits, des tombants, des ballotants. Maintenant je pense que pour approfondir cette question palpitante du sein à l'air sur la plage, il faudrait se pencher plus précisément sur les zones géographiques où les filles sont susceptibles de les exhiber. Il me semble que la poitrine féminine s'affiche plus volontiers sur des plages sauvages comme certaines plages landaises, tandis qu'elle reste bien à l'abri sous le maillot en ville (biarritz, saint-jean, hendaye…). Mais je pense que dans le fond, ce n'est peut-être pas si mal que les nanas n'exposent plus leurs seins aux regards des mâles qui rôdent : l'objet n'en est que plus érotique, le moment venu…

  2. zed dit :

    Une rarefaction attristante. Personnellement, il me semble que la 1ère raison de ce phénomène est à rechercher du côté d'un certain néo-puritanisme rampant. Sans verser dans un athéisme primaire voire intégriste, je ne suis pas loin de penser que les religions monothéistes au 1er rang duquel l'Islam (tout simplement car cette religion est particulièrement "dynamique" en France), exerce une pression sociale de plus en plus inquiétante sur les femmes. Par exemple, le port de cette abomination de plage, j'ai nommé burkini. J'ai vu une jeune femme débarquer ainsi accoutrée l'autre jour à la plage, au beau milieu des baigneurs "normaux" (j'aurais bien proposer au mari d'échanger son short contre le burkini de sa femme histoire de rire) .

    Et bien figurez-vous, que soudainement, les autres femmes, en maillot, ont eu tendance à se couvrir, même si elles affichaient des moues désapprobatrices devant cette espèce de déguisement moyen-âgeux.

    Pour moi ce retour des valeurs archaïques- heureusement relatif- au sein de la communauté musulmane française déteint sur le reste de la société en culpabilisant plus ou moins consciemment les femmes qui n'ont pas de souci avec leur corps. On "sexualise" à outrance la nudité en l'assimilant systématiquement à des conduites exhibitionnistes ou comme un appel à la copulation. C'est le propre des trois grandes religions monothéistes : diaboliser le corps, le désir, la femme. Or, ce sont justement ces néo- bigots qui sont des obsédés sexuels en ramenant tout à l'entre-jambe. Lisez le dernier Marianne à ce sujet. Ou Freud, c'est selon.

  3. nico dit :

    Toutes nos moeurs ancestrales doivent continuer a vivre…un peu de seins nus,un peu de bikini,un peu de burkini..all different but all together…

  4. Zed (Renaud) dit :

    Trop de différences exacerbées (et le proselytisme) empêche de vivre ensemble, c'est la nature humaine. Un pays a besoin d'un minimum de valeurs communes à tous ses ressortissants.

    Quand vous allez surfer en Afrique, par exemple, vous vous devez de respecter les valeurs locales : iriez-vous faire du naturisme à Ouakam ?

    Pareil pour les burkinis : c'est une atteinrte aux valeurs fondamentales de la République. Je tiens à préciser que ma femme chérie est originaire d'un pays musulman.

    D'où une certaine méfiance vis à vis du religieux car je connais le pb de l'intérieur.
    Que les bien-pensants aillent voir comment on traite les femmes dans la majorité des pays musulmans. Ces femmes ont le droit d'etre protégées de la barbarie comme les autres. C'est ça l'anti-racisme.

  5. nico dit :

    on parle d'afrique ou de france ? ici cela ne gène pas grand monde quand madame en mange une ou se fait agresser verbalement sans cesse….

  6. Zed (Renaud) dit :

    Effectivement Nico, si dans certaines contrées on s'avère plus maltraitants avec les femmes qu'ailleurs, on ne peut pas dire que les violences conjugales soient l'apanage exclusif de telle ou telle société. Tâchons simplement de ne pas les favoriser, notamment avec des arguments pseudo-religieux comme la minorité de la femme en droit islamique (une réalité incontestable) ou je ne sais quel délire évangélique, judaïque… ou même boudhique.

    http://surf.agoride.com/Surf/Focus/les_br%C3%83%C

    Bon surf à toutes et tous

  7. steph dit :

    "Il n’est pas si étonnant qu’une espèce de vague puritaine envahisse notre pays à une époque où les interdits se multiplient. (…) Je n’irai pas jusqu’à parler de recul dans la liberté des femmes au travers de cet exemple symbolique mais on constate que les femmes subissent les pressions de personnes qui essayent de leur imposer une façon de s’habiller ou de ne pas s’habiller sur une plage."

    Tout à fait d'accord! Moi, j'irais jusqu'à parler de recul, et les pressions ne s'appliquent pas que sur les plages!

    Je suis d'accord avec le début du com de Lily, aussi, selon lequel "l'obligation de perfection", doit inhiber beaucoup de nanas dont les seins ne sont pas exactement conformes aux "canons du genre"…

Laisser un commentaire