Andy Irons a vécu une vie de rock star mais il a brûlé la chandelle par les deux bouts. Il connaissait de sérieux problèmes avec l’alcool et la drogue. Tout le monde le savait dans le milieu du surf, et pourtant personne n’a jamais osé aborder le sujet publiquement. Était-ce pour protéger Andy Irons ou plutôt pour ne pas nuire à l’image de marque de certaines multinationales du surf business (comme le suggèrent certaines personnes du milieu dont les voix se sont élevées sous couvert d’anonymat) ?

Une loi du silence quant aux déboires d’Andy Irons avec la drogue aurait été imposée par certains acteurs du surf business. C’est ce que révèle le photographe Art Brewer dans un article de Brad Melekian qui vient d’être publié dans Outside. Après qu’Andy Irons ait failli mourir des suites d’un coma éthylique en 1999 en Indonésie, l’un des sponsors d’Irons aurait explicitement demandé à Brewer de ne jamais raconter un mot sur cet épisode. Brewer aurait alors demandé si quelqu’un allait veiller sur Andy après ça mais c’est tout de suite devenu un sujet tabou, tout le monde a très vite zappé et personne n’en a eu plus rien à faire… Cette histoire fait pourtant froid dans le dos quand on s’y intéresse. Au retour d’un surf trip aux Mentawaii, Andy Irons avait été retrouvé dans sa chambre d’hôtel à Padang en arrêt cardio-respiratoire après avoir consommé une grande quantité d’alcool. Admis dans un hôpital puis dans un autre mieux équipé avec Unité de Soins Intensifs, il aurait finalement été réanimé après plusieurs arrêts cardiaques.

Une semaine seulement après avoir frôlé la mort, Andy Irons était à nouveau ivre à la « grosse soirée » annuelle de Surfer Magazine… Le problème est peut-être là justement : les surfeurs professionnels sont pris dès le plus jeune âge dans un tourbillon festif. Ils sont incités à boire à l’occasion des soirées organisées pour chaque compétition. L’un des plus hauts lieux de « fête » est…le Sud-Ouest de la France où les surfeurs disent souvent être allés le plus loin dans l’intempérance. Comme l’exprime très bien Taj Burrow : « Partout où l’on passe, c’est la plus grosse fête de l’année et tu ne peux pas éviter d’y participer… »

Qu’on le veuille ou non, il y a une culture de la murge dans le surf très comparable à celle de la troisième mi-temps en rugby. Je sais de quoi je parle pour l’avoir vécu de l’intérieur. La plupart des jeunes surfeurs arrivent à faire la part des choses : certains ne boivent pas ou peu, certains savent s’arrêter de boire à temps mais des jeunes surfeurs fragiles, comme l’était sûrement Andy Irons, peuvent sombrer dans la spirale de l’alcoolisme et de la course à la défonce. Tant que les mentalités ne changeront pas, on continuera à voir de jeunes surfeurs se gâcher dans la fête. Il faut bien prendre conscience que ces jeunes surfeurs (et surfeuses) talentueux se retrouvent à gérer leur popularité et beaucoup d’argent sans avoir forcément leurs parents ou des personnes de confiance à leurs côtés.

Le surf business et les journalistes de la plupart des magazines de surf ont voulu faire croire au « monde du surf des Bisounours » en essayant de cacher ce genre d’histoire de surconsommation d’alcool, de drogues et d’overdose(s) sous le tapis. Un an après le retrait d’Andy Irons du circuit, Surfline avait publié une interview fin 2009 pour soi-disant tout savoir sur le surfeur, sauf que le journaliste avait bien pris soin de parler de tout… sauf de ses problèmes avec la drogue et de la cure de désintoxication qu’il avait subie. Cet article avait été repris par le site Internet du magazine français Surf Session sans que le sujet ne soit davantage évoqué. J’avais alors commenté l’article en écrivant : « Les journalistes du milieu du surf sont vraiment incroyables : ils arrivent à poser 50 questions à l’intéressé sans lui en poser une seule sur ce qui brûle les lèvres à tout le monde : où en est Andy Irons avec la drogue ? Ou que pense-t-il de ces rumeurs persistantes (infondées ?) qui circulent sur la Toile ? Mais chut, les addictions sont un sujet tabou dans le monde du surf… » Le PDG de Billabong aurait lui aussi refusé de s’exprimer sur le sujet de savoir s’il était au courant des addictions d’Andy Irons. Mais comment pouvait-il l’ignorer ?

Comme le dit le responsable d’une marque qui a souhaité rester anonyme : « Nous ne cherchons pas à faire de la publicité sur certains aspects du comportement de nos athlètes« . Autrement dit, on ne révèle que ce qui nous arrange sur la personnalité de nos surfeurs, quitte à cacher la réalité.

Pourtant, ce n’est pas parce qu’un surfeur fait son coming-out sur son alcoolisme ou sa toxicomanie qu’on cesse de l’apprécier, bien au contraire. Des surfeurs comme Darryl « Flea » Virostko et Peter Mel ont avoué récemment leur usage de méthamphétamine et se sont engagés dans une cure de désintoxication par la surf thérapie. Mark Occhilupo n’a pas non plus caché ses problèmes avec la drogue pendant la « black period » qui a précédé son come-back. Le jeune Owen Wright a avoué publiquement qu’il arrêterait ses excès avec l’alcool.

Il est souvent thérapeutique de libérer sa parole quand on a ce genre de problème d’addiction. En parler est le premier pas vers le sevrage. Mais a-t-on laissé Andy Irons s’exprimer ? Ou lui a-t-on gentiment mais fermement intimé de la boucler sur ses problèmes avec la dope ? Personne n’en parlait, sauf des internautes qui laissaient des commentaires parfois malveillants sur les vices cachés d’Andy Irons sur les forums de discussion. Quand l’intéressé lisait ces commentaires souvent exagérés par rapport à la réalité, cela lui faisait du mal mais il n’avait aucun moyen de répondre ou de rétablir la vérité. Andy Irons aurait songé faire une déclaration sur son état mais certains sponsors du surfeur s’y seraient opposés d’après des observateurs avertis.

Selon la version officielle, la drogue et les médicaments ne sont que des facteurs contributifs au décès d’Andy Irons. Ces problèmes lui auront fait endurer une existence parfois difficile et torturée dont il était pressé de finir d’après certains de ses amis comme Koby Abberton. Ses accès de binge drinking ne témoignaient-ils pas d’un profond mal-être ? Quand on boit jusqu’à en mourir, il peut s’agir d’un équivalent suicidaire. Et on peut se demander si les prises de risques extrêmes d’Andy Irons – que ce soit dans les vagues à Pipeline ou avec sa consommation de drogue – n’étaient pas des appels à l’aide.  Mais ces conduites suicidaires ont-elles été prises au sérieux ? Pour dépister l’usage de substances nocives, il aurait fallu pratiquer des contrôles anti-dopage sur Andy Irons. Mais l’ASP n’en a jamais fait (ou ne les a jamais rendus publics) dans le cadre d’une politique de l’autruche qui consiste à fermer les yeux sur les problèmes de toxicomanie ou de dopage des surfeurs professionnels (les contrôles anti-dopage ne sont apparus qu’après le décès d’Andy).

Chez ce jeune surfeur qui avait des problèmes d’addiction, et peut-être aussi des problèmes psychiatriques, que lui a-t-on proposé ? Un suivi par un médecin psychiatre ou addictologue sur le World Tour ? Non, un sponsor par une marque de boissons énergisantes pour le speeder et le détraquer encore un peu plus… Irons devait boire ses « energy drinks » le jour et prendre des calmants et des somnifères pour dormir la nuit. Sans oublier le soutien des bracelets magiques Power Balance qui n’ont certainement pas aidé à lui faire retrouver un équilibre.

En 2008, d’insistantes rumeurs émanant de personnes bien informées circulaient sur une nouvelle overdose d’Andy Irons. Là encore, on n’a jamais su ce qui s’était réellement passé car l’affaire a été soigneusement étouffée. Quand Surf Prevention a proposé de mettre en place une grande campagne de prévention des addictions et de l’alcoolisme chez les surfeurs, aucune des majors du surf n’a accepté de subventionner cette campagne car c’était « un sujet trop délicat à aborder ».

Malheureusement, la triste mort d’Andy Irons a renvoyé comme un boomerang la triste réalité au visage de ceux qui essayaient encore de la cacher. Andy Irons a été retrouvé mort dans une chambre d’hôtel avec au pied de son lit un médicament anxiolytique générique du Xanax et une boîte de somnifères (Ambien : zolpidem) contenant de la Méthadone, généralement utilisée comme traitement de substitution à l’héroïne ou à des médicaments opiacés comme l’OxyContin (connu sous le nom d' »héroïne du pauvre »).

On ne sait pas quelle était la place de ces médicaments entre la consommation d’alcool et de drogues « récréatives »consommées par Andy Irons mais une chose est sûre : les trois font très mauvais ménage. Et comme pour Michael Jackson, il y a peut-être un médecin « dealer en blouse blanche » qui prescrivait ces psychotropes en plus de sa consommation avouée d’alcool, de drogue et de boisson énergisante (dont la combinaison avec l’alcool peut être fatale) ! Ce mélange explosif n’a pu que contribuer à affaiblir le champion de surf.

Le monde du surf a son Kurt Cobain et pourra faire vendre de beaux livres et un film sur le destin tragique d’Andy Irons, mais peut-il vraiment continuer à se regarder dans une glace ?  J’espère que le milieu du surf se rachètera en lançant une véritable campagne de prévention de l’alcoolisme et des toxicomanies chez les jeunes surfeurs, en mémoire d’Andy Irons, pour éviter qu’un autre talent brut ne se perde dans les méandres des enfers artificiels. Ne rien faire, c’est laisser faire, comme dirait l’autre. Les marques de surf comme le sponsor majeur d’A.I vont-elles se contenter de leur campagne publicitaire post-mortem « in loving memory of Andy Irons » ou vont-elles essayer d’aller plus loin en s’intéressant enfin à la santé des jeunes surfeurs qu’elles sponsorisent ?

La drogue est un fléau chez les jeunes à Hawaii, d’où est originaire Andy Irons, et les marques ont une occasion inédite de s’attaquer enfin à ce problème au lieu de l’occulter. Elles en ont les moyens financiers et logistiques mais ont-elles seulement envie qu’on associe leur image lisse à la drogue ? Réinvestir un peu de tout l’argent qu’Andy Irons a fait gagner au surf business dans la prévention des conduites addictives serait le meilleur moyen d’honorer sa mémoire, pour éviter que d’autres jeunes subissent son calvaire.

Lire aussi : – le rapport d’autopsie d’Andy Irons.

Photo d’illustration : Andy Irons apparaît aux côtés des membres du groupe de hard rock Metallica dont l’un s’est sorti de l’alcool et de la drogue grâce au surf.

A propos de l'auteur :

Surf Prevention est le site sur le Surf, la Sécurité, la Santé et l'Environnement.

 

Tags: , , , , , , ,

 

203 Commentaires

  1. Fonkeeflow dit :

    Il fallait oser faire cet article. Merci.

  2. needle dit :

    merci pour cet intéressant article. il serait temps en effet que l'industrie du surf arrête de jouer les autruches et joue la politique de la prévention plutôt que la politique du silence. elle en sortirait grandie et non affaiblie.

    à part ça et pour en revenir à AI, les résultats de son autopsie ont-ils été rendus publiques? le virus de la Dengue n'est-il plus qu'une lointaine excuse?

  3. Je tiens à préciser que cet article n'a pas été écrit pour sous-entendre qu'Andy Irons était mort à cause d'une overdose. On ne connaît pas encore les résultats toxicologiques de l'autopsie. On sait que le meurtre ou une agression ont été écartés. On en sait également un peu plus sur les circonstances de sa disparition : https://blog.surf-prevention.com/2010/11/23/les-dernieres-heures-de-la-vie-du-surfeur-andy-irons/

  4. HardFleet dit :

    "Réinvestir un peu de tout l’argent qu’Andy Irons a fait gagner au surf business dans la prévention des conduites addictives serait le meilleur moyen d’honorer sa mémoire, pour éviter que d’autres jeunes subissent son calvaire."

    Entièrement d'accord !

    J'aime ce discours sans langue de bois.

  5. needle dit :

    ce n'est pas ce que je sous-entendais non plus! sauf qu'avant même de connaitre le passé (et le présent?) d'AI, je trouvais pour le moins curieux qu'on puisse mourir de la Dengue dans un pays "civilisé", à deux pas des hôpitaux de pointe, sans pouvoir réagir ou appeler à l'aide.

  6. Marine dit :

    Oui il fallait oser cet article,C'est bien que tu sois là avec ton culot pour nous faire voir les choses de façon objective

  7. www.A2cb1.com dit :

    Bravo super article, tout est dit, pas de langue de bois!

  8. Julien dit :

    Tout est très bien dit. Je suis curieux de voir ce que çà donnera. Je sais que l'année dernière Hurley aidait une association de prévention du suicide To write love on her arms. J'ai jamais entendu quoique ce soit sur i'implication d'une autre compagnie dans ce genre d'activité.

    T'as la possibilité de le traduire en anglais et de le faire connaître au monde du surf anglo-saxon ton article ?

  9. Tibs dit :

    Belle article!
    Mais, il ne faut pas considerer Andy Irons comme "une épave", c'est l'impression que j'ai eu a la fin de l'article.
    C'est mon point de vue.

  10. Nora Loizeau dit :

    On est loin de savoir et comprendre ce qu'est être un surfeur du "Hawaii" que les magazines nous font connaîtreny. Jeff Hakman l'a pourtant expliqué dans son livre, seule raison pour laquelle je me permets de citer un nom. Laissons les à leurs démons qui en font aussi des surfeurs d'exeption. Reprocher à l'industrie de cacher ces problèmes est idiot, ils ne font que respecter la vie privée des gens, ce que cet article ne fait pas. RIP veut dire "Rest In Peace".

  11. alex dit :

    bravo pour cette article .

  12. sebs dit :

    Bravo pour avoir osé, énormement de personnes doutent encore que la dengue soit la véritable cause de sa disparition; énormement de personnes savent trés bien que le monde de la nuit a ses responsabilités dans les orgies qu'il propose aux champions. Maintenant la plupart sont majeurs…à eux de prendre du recul avec ce monde de fous qui veut s'accaparer leur image.

  13. Philippe dit :

    Enfin!
    Bravo, enfin, une voix dissonnante pour nous expliquer la realite. Maintenant il faut pousser plus loin: comment un sponsor qui investit autant d'argent sur un athlete peut-il le laisser dans la nature alors que l'athlete etait fragile psychologiquement et physiquement? Ou etait Billabon et son staff d'encadrement? L'industrie du surf se croit hors des conventions, c'est une grande famille? Les geants de l'industrie sont en accusation en raison du trop grand ecart entre l'image et la realite. Billabong est responsable dans le deces d'AI. Qui va crever l'abces?

  14. Yohann dit :

    Je pense que c'est à sa famille et à ses proches de donner l'autorisation et de faire oui ou non le nécessaire à un niveau associatif, avec l'aide des sponsors à andy bien sûr.Si les sponsors n'en parlent pas c'est avant tout par respect pour la famille et pour andy, mais aussi pour l'image du Surf.

    La vérité n'est pas toujours bonne à dire!!Rien que Pour les jeunes, bien souvent on sait bien que le seul fait d'en parler et de dire qu'un champion ou une star prenait des produits toxiques peut inciter les jeunes à imiter leur idole.

    La plupart des gens savent que le Surf est un sport sain, (tant qu'il n'y a pas trop de nappes de pétrole bien sûr), et qu'il a des bienfaits naturels sur le corps et sur l'esprit.De plus en plus de parents élèvent leur enfants dans le monde du surf afin de les écarter du monde de la drogue justement alors dire la vérité sur Andy, d'autant qu'il n'etait pas un grand addict, n'est pas la meilleure des solutions utiles je pense mais ce n'est que mon avis!!

    Quand aux boissons énergétiques jne voit pas trop la différence avec du café, un sportif de haut niveau doit bien se réveiller si il veut se surpasser, du guarana ou ginseg n'a rien à voir avec de la métamphétamine qui elle est ultra toxique et très malsaine pour le corps et pour le cerveau.Mais il ne faut pas nonplus éxagerer et être trop naif, les compétiteurs de haut niveau ne boivent pas que du lait pour se réchauffer le sang et cela vaut pour la plupart des sports et même certains métiers d'éxtèrieur dont le climat est parfois très rude…

    Quand à cette mode de la cuite à l'alcool que les jeunes boivent bien trop vite sans en apprécier la vertu, ce n'est pas qu'une mode de surfeur mais c'est la plupart des jeunes du monde entier hélas qui est touché par cet engrenage stupide qui tue chaque jour.

  15. Julien dit :

    Merci à l'auteur de fouiller dans la merde de ce qui ne regarde que les surfeurs concernés. Il n'y a pas plus de problèmes de drogues ou d'excès d'alcool dans le surf que dans n'importe quel autre sport. Superbe exemple de respect à la famille Irons. On vend encore des centaines d'exemplaires de maillot de George Best dont l'alcoolisme était plus que notoire.
    Je soutiens Yohann pour son commentaire plein de bon sens et d'objectivité.

  16. benoit dit :

    je pense que le problème est culturel au surf la plus part des compétitions professionnelles sont cosponsorisées par des marques d'alcool.Sur les pros junior -21 ans sur certains sites de compétition la bière est en libre service et les soirées officielles de pro junior comme à lacanau était sponsorisé par Foster avec pas de limite en quantité.Pour la drogue comment expliquée la politique de l'asp c'est eux les grands fautifs a ne jammais publier les résultats.Dans tous les cas fait chiez pour Andy

  17. L. dit :

    Si on parlait pas de sa consommation de prod, c'est peut être parce que ça ne regardait que lui.

  18. B64 dit :

    Bonjour à tous,

    Cet article est super, je suis du Pays Basque et j'ai souvent travaillé sur les compétitions professionelles des differentes marques.

    Tout est fait pour pousser a la consommation surtout de l'alcool. Grosse soirée VIP avec des budgets énormes et alcool No Limit. C'est sympa quand on y est de temps en temps, mais les pro ont ça toute l'année sur toutes les compètes, pas étonnant qu'il y est des problèmes d'addictions!

    Sur les villages des compètes il faudrai mieux, comme vous dites mettre des stands de prévention, plutot que des stands de boissons energisantes ou de differentes bières.

    Bref, la drogue, l'alcool à tjrs était present ds le milieu de surf pro ou non, et il serait peut-etre temps de faire quelque chose pour que cela bouge.

    Merci d'avoir écrit un article comme ca

  19. DOGFISH dit :

    Cet article pue!
    Cette façon de balancer des accusations plus ou moins cachées et fausses sur untel ou untel, cette façon de victimiser le pauvre surfeur face aux méchants patrons et autres barmen!! Cette démagogie ou le jeune surfeur ne serait qu'une proie à faire boire et à se droguer. Pathétique!
    Prenons l'exemple des energy drink, il y a pas un sportif sponsorisé qui boit un de ces trucs en compet, qq soit le sport, il en ont les gourdes mais c'est de l'eau par exemple ou autre mixture réparatrice dedans.
    bref tout cela sent trop le remuage de merde et le réglement de compte facile.
    Si tu étais si bien informé pourquoi ne pas avoir mobiliser les foules avant ????
    Là tu baves sur un mec mort, qui avait ses problèmes ( qui au passage ne regardaient que lui et sa famille), qui ne voulait peut etre pas qu'on déballe tout sur place publique ??

  20. zeb dit :

    "Je tiens à préciser que cet article n’a pas été écrit pour sous-entendre qu’Andy Irons était mort à cause d’une overdose"

    VS

    l'url de l'article : andy-irons-drogue-mort-overdose/

  21. PRISSELKOFFLYDIApris dit :

    JE SUIS OUTRéE!!!!!!!!!!!!!!!!DE VOIR QUEL MANQUE DE CONSIDéRATIONS..ET RESPECT POUR UNE MAMAN UN FRèRE UN PèRE DES AMIS PROCHES DONT MON FILS …..déchirés par la douleur d'une perte violentehonte à vous!est ce que ça ne pouvait pas attendr? n'avez vous pas assez de sujets ici et vivant pour parler des problèmes d'addiction????????????et prévention???????????????

  22. othmane choufani dit :

    SALIR LA MEMOIRE D'UNE LEGENDE EN QUELQUES LIGNES POURRIES ! JE TROUVE CET ARTICLE NUL A CHIER FAIRE DE LA "PREVENTION" EN UTILISANT L'EXEMPLE D'UNE PERSONNE DÉCÉDÉ POUR DES RAISONS PAS VRAIMENT CONNUE ! R.I.P A.I THE BOSS FOREVER.

  23. othmane choufani dit :

    JE L'AI RELU IL EST VRAIMENT A CHIER TON ARTICLE MON GARS PFFF

  24. On ne sait pas de quoi est mort Andy Irons. Mais une chose est sûre : il avait souffert d'alcoolisme et de toxicomanie dont personne n'a jamais souhaité parler de son vivant.

    J'ai écrit cet article pour jeter un pavé dans la marre et dire STOP à cette escalade de l'alcoolisme et de la dope dans le milieu du surf. Certainement pas pour salir la mémoire d'Andy Irons dont j'étais le premier fan.

    On ne trouve plus un magazine de surf sans pub pour de la bière, plus une compétition où une boisson alcoolisée n'y va pas de son partenariat… Et quand on encourage les jeunes à boire…ils boivent. Certains tombent dans la dépendance. D'autres se tuent sur la route.

    Vous trouvez cela normal ? Alors continuez à vous voiler la face. Moi, en tant que médecin, j'essaye de faire avancer la prévention.

    J'ai reçu aujourd'hui différents messages d'insultes et de désapprobation pour avoir écrit cet article. Gibus de Soultrait de Surf Session m'a reproché de "racoler avec des déballages sordides".

    Peut-être cet article est-il racoleur, peut-être est-il parfois maladroit. Mais je ne suis pas journaliste et je ne suis pas payé pour écrire ce que je pense sur mon blog. Mais si j'ai réussi à ouvrir les yeux à quelques personnes et à lancer une réflexion sur le sujet de la prévention des addictions, cet article n'aura pas été inutile.

    • sev dit :

      desole pour ceux qui sont blesses par cet article. Moi je ne connaissais pas Andy Irons, mais je suis touchee par sa disparition. Je pense qu'il etait en situation transitoire, avec tous ces voyages, ces hotels, ces avions, ca doit pas etre aussi magique qu'on l'imagine… ET puis bientot papa etc. C'est dur pour chacun d'entre nous de trouver sa place, son bonheur, son equilibre. Et ses raisons lui appartiennent. Pourtant, cela fait echos a des situations douloureuses deja vecues, des proches, souvent jeunes, qui ont plonge dans la drogue, l'alcool et/ ou la depression et ne s'en sont pas toujours sortis. Pour ceux qui sont encore la, oui parlons-en, que peut-on faire pour les aider? Faire comme si rien n'etait? Le surf n'est pas la cause de cette glisse vers l'abime. C'est justement un moyen, une tentative de s'en sortir. C'est la possibilite de se regenerer, de se transcender. Tous les surfers ne sont pas dans ce cas bien heureusement!Beaucoup d'entre nous sommes heureux de vivre:) Mais il y a toujours cette quete infinie… Cette attraction,cette fascination par l'immense beaute de la nature quand elle nous fait flipper parce qu'on se sent toute petite en elle… ce besoin de repousser les limites de nous meme. Pour se sentir vivre, renaitre. Pour oublier le temps, l'espace, pour une goutte d'eternite. ET la on se dit parfois que la vie et la mort sont si proche, il n'y a qu'une frontiere, qu'un passage… ET dans ce passage on tombe parfois. Et on ne sait pas quelle sera l'issue. Beaucoup d'ados aussi sont en quete de ca, en pleine transformation. Voila pourqui la mort d'ANdy fait parler, elle nous parle de nos peurs, nos desirs les plus troublants. Nos passions, et le sentiment qu'on est qu'une poussiere dans l'univers. Lui, nous envoie un beau message, un heritage. C'est pour cela qu'il est devenu une legende. Une histoire que l'on peut raconter, et dans laquelle chacun peut se retrouver. Peace xXx

    • JeanPhi dit :

      Un article d'information dénigré par Gibus de Soultrait! Belle garantie de professionnalisme. Une sorte d'encouragement, en fait. En tant que titulaire d'une vraie carte de presse depuis 20 ans, je vous le confirme: une information que Surf Session qualifie de "déballage sordide et racoleur", c'est du bon boulot. Sauf à devoir mendier les "reportages" aux marques de surfwear qui payent les billets d'avions et les bateaux en Indo.

  25. nikko dit :

    ton article est précis,documenté et respectable pour AI et tous les surfers.Pas d'angélisme et il faut regarder la réalité pour pouvoir prévenir si possible et aider les personnes en grande détresse.On dit tous "c'est bien qu'il reprenne le surf"mais cela ne suffit pas,une aide véritable est indispensable,pas toujours suffisante.On attendait tous un article courageux,honnéte et constructif.

  26. OIX dit :

    Bonsoir,

    très partagé concernant le fond de cet article: on a l'impression que le surf est un lieu de débauche…combien de décès suite à une overdose de substances illicites ou de "coma éthylique" ces derniers temps? Soyons sérieux même si le circuit est festif les gars sont les premiers à l'eau quand les nights clubbers sont encore à cuver leurs excès! mark sainsbury (rupture anévrisme sur son spot d'avoca beach) mark foo;donny solomon, tous deux noyés (maverick+waimea) le grand todd chesser idem a outside alligator,jay moriarity idem en apnée…

    En gros les pros sont assez pro et véhiculent une image assez positive.Alors oui j'ai vu cheyne h…. à lacanau fumer des joints et prétendre prendre des enphétamines, robbie p… aussi en son temps buvait du jus de blé mais fumait aussi des cigarettes introuvables dans le commerce…Il y en a bien d'autres regardez autour de vous et posez ce joint que je ne saurais voir! Mais bon vraiment vous voyez la condition qu'il faut pour charger les spots du north shore et autres teahupoo?

    Andy était comme Occy,un surdoué,un écorché vif aussi.Il avait le fighting spirit,combien de série est il allé chercher au mental (en plus de son bagage naturel!).Certainement moins équilibré que Slater, peut être était-il maniaco-dépressif et effectivement l'alcool et la dope ont pu être -comme Occy- un échappatoire à un moment ou il n'arrivait plus à canaliser son énergie:quand on a tout eu(notoriété,gloire,amour,aisance financière)les artistes (avec un grand A comme Andy) sont des plus fragiles,il n'y a plus ou il y moins de saveurs dans le quotidien et en égoïste ce ras le bol se caractérise par une tentative d'autodestruction…

    Andy allait être Papa et s'en réjouissait.Beaucoup de courage à sa compagne et à tout son entourage pour les futures semaines.Quelque soit le résultat ou les non dits autour de sa disparition ce ne sera pour moi qu'anecdotique.Partir à cet âge c'est profondément injuste mais malheureusement commun.

    Merci à la grande communauté des surfers du monde entier qui a montré un élan de sympathie sans précédent pour honorer Andy Irons.

    RIP AI

  27. needle dit :

    le moins que l'on puisse dire, c'est que cet article déchaine les passions!

    je ne trouve pas que ce soit cracher sur la mémoire d'AI que de parler des addictions dont il était victime. il ne reste pas moins un très grand surfeur, digne de respect. c'est trop facile de se taire par "respect", de fermer les yeux. c'est sûr que c'est un peu tard pour Andy, mais de son vivant, il était plus délicat de balancer tout ça sans son accord, ni même de le faire à sa place.

    ceux qui ne veulent pas voir la merde remuée ont peut être peur de se faire éclabousser…

  28. ptitom dit :

    "Prenons l’exemple des energy drink, il y a pas un sportif sponsorisé qui boit un de ces trucs en compet, qq soit le sport, il en ont les gourdes mais c’est de l’eau par exemple ou autre mixture réparatrice dedans."
    @dogfish

    pour avoir participer comme soignant à une compétition internationale de surf, soit vous étes de mauvaise foi, soit mal informer, le taureau rouge donne des canettes de vrai soda et les surfeurs pro boivent ce jus de taurine…

    pour le reste, je trouve cet article bien construit, certes partisan, mais en tant que soignant je ne peux qu'approuver cette prévention aux addictions trop présentes dans le sport.

  29. fonkeeflow dit :

    Serte, ça ternis le paysage du surf mais c'est comme ça, ça passe ou ça casse, ces histoires se passe ailleurs, sauf que là, on se passionne pour quelqu'un qui était apparemment extraordinaire et sans doute fragile.

    Je trouve bien de parler de ce qu'il se passe autour, AI restera forcement une référence, une légende et ça ne fait que commencer (à mon avis).

    Je trouve juste de parler des sponsors (féroce) qui en demande forcement toujours plus il ne faut pas se leurrer.

    Et pour la dope, franchement, ça ne gênera que les imbéciles!!!

    ABE

  30. Remy dit :

    Je trouve cet article utile et pleins de bons sens meme si je n'approuve pas le titre puisque 90 jours sont necessaires pour obtenir les resultats des analyses sanguines

  31. David dit :

    Bon encore un article sur le sujet qui arrive trop tard et surtout qui cherche des coupables imaginaires et qui voudrait que l'on soit tous pris par la main pour surtout ne pas tomber dans la drogue !!!
    Il serait peut-être temps d'assumer !!
    Ok la drogue est un fléau dans beaucoup de milieu. Le surf ne le découvre pas aujourd hui et c'est peut-être même un des milieux les plus exposé… Mais de là a chercher des coupables dans l'industrie du surf ou de leur reprocher de ne pas déclarer la guerre a la drogue c'est un peu fort ils n'on aucune compétence médicale !
    Aujourd'hui le surf a une image lisse et plutôt bobo, les compétiteurs sont devenu des sportifs accompli et même si certain très doué ce drogue je doute que pour rester au top ce soit positif toute addiction freine la performance quelque soit la discipline.

  32. Au moins , cela est dit ! Bravo mister Barucq ! Article plus que nécessaire ….

    Arrêtons de nous voiler la face …. On connait ce milieu par coeur, ses coutumes, ses tendances !
    Surtout que certains, on vous fréquente depuis plus de 20 ans ….

    C'est pas la peine d'essayer de camoufler une réalité …

    et ce coup-ci, elle est bien triste la réalité ..RIP Andy !

  33. marc lacomare dit :

    comment peu on oser ecrire un article comme celui la…pfff

  34. Petit luc dit :

    Je trouve beaucoup de parti pris ds cet article qui est un mauvais résumé de l article d' outside et des propos d' Art Brewer. Autant l article original en anglais est intéressant , autant la version française est décevante et déformée par l avis du journaliste. La situation est complexe et l histoire mérite d' ETRE lu en entier ci dessous le lien pour l article http://outsideonline.com/adventure/travel-ta-andy

  35. david dit :

    Dieu peut mourir c'est la seule chose qu'il faut retenir!! bye bye andy et à bientot au paradis

  36. alain riou dit :

    Surement le pire article que j'ai pu lire!!!
    Il ne faut pas generaliser. chacun fait ses choix et dire que personne ne l'a aidé c'est pas vrai. Je ne vois pas comment on peut dire que c'est toute l'industrie du surf qui est responsable!
    Serait il mieux de faire passer tous les surfeurs pour des drogués?
    Je ne suis pas d'accord sur un seul point dans cet article, verité deformée, mal interprété et des fois juste faux

  37. Prisca dit :

    Vous avez rien pigé ou quoi? ce sont les médias et les sponsors qui sont mis en tort pour ne pas avoir dévoiler le vérité sur Irons,mais bien sûr qu'il se défonçait,tout le monde dans le surf était au courant! Malheureusement, il a voulu s'en sortir et c'était trop tard, Andy avait réaliser qu'il fallait qu'il change et qu'il prenne ses responsabilités une bonne foi pour toute, hélas le destin en a décider autrement, paix à son âme.

  38. Je voudrais bien préciser que cet article n'est qu'une interprétation "soft" de l'excellent article de Brad Melekian, l'un des meilleurs journalistes surf du monde qui connaît très bien le milieu et qui a déjà étudié la question du surf et de l'addiction. Pour écrire son article, il s'est appuyé sur des dizaines de témoignages de personnes très proches d'Andy Irons, et Bruce Irons le frère d'Andy a accepté qu'Art Brewer fasse ces révélations. Cet article que je vous invite à lire a suscité le même genre de réactions passionnées : http://outsideonline.com/adventure/travel-ta-andy-irons-surfing-athletes-sidwcmdev_152739.html
    J'ai été révolté en lisant ces révélations et j'espère encore en mon for intérieur qu'elles sont totalement fausses et qu'Andy Irons est bien mort d'une dengue fulgurante. Mais après avoir lu cela, je commence à en douter.

  39. Guillaume dit :

    @ Marc Lacomare : merci pour ce commentaire…

    J'espère que tu ne réagis pas de la sorte car j'ai osé mettre en cause ton sponsor d'"Energy Drinks". Ces boissons "énergisantes" sont de la m… en boîte et sont totalement déconseillées chez les sportifs. Utilisées avec l'alcool, elles multiplient ses effets délétères : https://blog.surf-prevention.com/2010/03/01/boissons-energisantes-melange-energy-drink-alcool/
    C'est pour cette raison que j'ai jugé bon de préciser que vu les antécédents d'Andy Irons, il valait mieux pour lui ne pas toucher à cette daube.

    J'enlève le nom de la marque, car après tout ces boissons se valent toutes. Il est juste dommage que des surfeurs de talent servent d'hommes-sandwiches pour ces produits inadaptés à la pratique sportive.

  40. Osis dit :

    @ Lacomare: J'espere que tu n'auras jamais de problemes personnels graves et que dans ce cas la tes sponsors seront la pour te soutenir (comme pour Andy). Ta reflexion demontre juste le manque de maturite de ces athletes qui rapportent 10 a 15 fois que ce qu'ils coutent et meurent seuls dans une chambre d'hotel sans assistance de la boite qu'ils font vivre. Lacomare, tu surfes bien mais…[…]

    [Commentaire modéré]

  41. Osis dit :

    @Alain Riou: encore un athlete qui n'y comprend rien. Alors je t'explique doucement. Tes sponsors mettent du fric sur toi pour que tu en rapportes. Tu es un investissement. Ok. Donc AI pour Billabong est un investissement, ils ont claque plus d'une dizaine de millions de dols sur lui depuis le debut de sa carriere sans compter les promos, etc… Ou sont les "handlers" du sponsor principal quand tout le monde sait que ton athlete principal est fragile? Tu ne laisse pas un investissement aussi important pour l'economie de ta boite dans la nature sans supervision. Il y a negligence. Donc cela serait bien pour toi aussi que tu puisses compter sur tes sponsors et que cela soit une relation plus equilibree. Pour finir, moi en tant que consommateur je regardes les reactions des boites de l'industrie du surf apres la mort d'AI et ca me degoute et jamais plus je n'acheterai un short de ton sponsor ou des autres. Vous vendez un reve avarie et tes employeurs en general n'assument rien. C'est une industrie de baltringues pour un sport des dieux. Alors Riou fait pas du corporatisme a deux balles et demande a ton Papa ou ta maman de t'expliquer, ils sont toujours de gauche n'est ce pas?

  42. lou bega dit :

    allez on fait une pause culture g:savez-vous ce qu'est un tabou?et bien c'est un mot,d'origine polynésienne,désignant une prohibition à caractère sacré,dont la transgression entraine un chatiment surnaturel(dixit wikipédia).

    dans le langage courant,c'est un sujet qu'il est préférable de ne pas évoquer si l'on veut respecter les codes de la bienséance d'une société donnée.alors oui, je dirai qu'on nage en plein tabou voir qu'on surfe dedans les amis!

  43. Osis dit :

    @ surfers pros immatures qui ne savent pas lire.
    L'article ne critique pas AI et son attitude. S'il veut se defonser la gueule pas de soucis, on s'en tape mais ne me vends pas un mec sain sympa et attachant. AI etait un sale c.. et tout le monde le sait, tout comme son frere. Maintenant le scandale il n'est pas la. Il est dans le fait que l'industrie qui vous paie n'assume rien. le mot negligence est le mot qui ressort de l'attitude du sponsor principal apres les faits. Ca te colle une banner de memorial sur tous les sites surfing alors qu'ils ont laisse AI aller a sa mort a la Leaving las Vegas. Ca te rend fier de defendre une industrie aussi hypocrite et a vomir. Grandissez un peu les surfers pros. C'est toujours vous les dindons de la farce.

  44. Voici le commentaire beaucoup plus argumenté qu'un autre excellent surfeur a laissé sur le Facebook de Surf Prevention. Même si je ne suis pas tout à fait d'accord avec tout et qu'il y aurait matière à discuter, Tim Boal a le mérite d'avoir réfléchi à la question et de nous apporter sa vision éclairée sur le problème :

    "D'accord pour le fond mais pour la forme… J'ai trouvé le titre de l'article très bien et je m'attendais a lire un article interessant et constructif.

    Malheureusement ca n'a pas été le cas,j'ai trouvé choquante la maniere de généraliser tout un sport en utilisant pour exemple un cas isolé.

    C'est très bien de faire de la prevention et c'est tout a l'honneur de celui qui a ecrit cet article,mais je trouve que c'etait plus de la presse a scandale qu'autre chose. Bien sur qu'il y a de la drogue dans le surf,comme dans presque tous les sports d'ailleurs,que ce soit des drogues douces ou des drogues dures,des drogues pour ameliorer les performances ou simplement pour se "defoncer",mais si l'auteur de cet article "connait le surf de l'interieur",il devrait savoir que c'est loin d'etre une majorite des surfeurs qui sont concernés par une quelconque dependance a la drogue ou a l'alcool.

    Le sujet de l'alcool dans l'article est désolant je trouve.Les surfeurs boivent,c'est un scoop! mais un scoop pourquoi? parce que ce sont des surfeurs? je suis desole mais quand je rentre dans une boite de nuit ou dans un bar je me retrouve souvent entoure de gens autres que des surfeurs,des gens qui viennent de pleins de milieux sociaux differents.

    L'auteur de cet article doit surement etre medecin,ce qui veut dire qu'il a fait des etudes. Parlons donc des etudiants (dont il a fait partie). On connait tous la place qu'a la fete dans le milieu etudiant,de la a dire que les etudiants qui boivent sont tous des alcooliques parce qu'ils ont fais un malaise apres avoir trop bu…je suis désolé mais il y a une difference. Un surfeur qui se bourre la gueule passe pour un alcoolique parce qu'il boit trop (tout comme le font beaucoup de gens) dans une soirée? parce qu'il boit trop c'est qu'il veut se suicider parce qu'il est mal dans sa peau? Oui bien sur que c'est une hypothese pour CERTAINS CAS ISOLES. on fait beaucoup plus attention a ce genre de chose quand il s'agit de sportifs ou de personnalites parce qu'ils sont "connus". Faites un tour au PMU le matin a 10H, j'y vois pas souvent des surfeurs du tour,que ce soit du tour junior,wqs ou wct,et c'est valable pour tous les autres sports.

    Le surf est victime de son heritage,mais tout ce coté "drogue,defonce,etc…" existe presque plus et encore moins dans le milieu professionnel du surf,donc il faut arreter avec ca.

    Je suis d'accord sur le fait que les marques cachent le maximum de choses,mais quelles marques dans d'autres sports ne le font pas? Velo,foot,basket,etc… Je ne cautionne pas ces pratiques mais c'est la loi du sport,du buisness,etc… changer les choses c'est bien mais le faire intelligement c'est mieux.

    Quand je lis qu'il etait dependant a une boisson energetique ca me fait doucement rire…comme si il trouvait son equilibre entre 10 verre de whisky le soir,de la defonce,etc et qu'il se servait de ca pour etre bien la journée. c'est vraiment ridicule,il etait payé pour mettre un sticker sur sa planche et ca s'arrete la.

    Je n'essaie pas de peindre un tableau tout rose sur le milieu du surf, il n'est pas parfait,comme ne l'est aucun milieu d'ailleurs,mais il est bien plus clean et professionnel que ne le laisse entendre cet article et sans pretention je pense pouvoir parler en connaissance de cause."

  45. Osis dit :

    Tabou c'est ca le truc!

    Il faut faire sauter les tabous de l'industrie du surf: AI se defonsait grave, son frere idem, les freres Hogbood sont plus […] que le KKK, qui en a d'autres?

    [commentaire modéré]

  46. Osis dit :

    @ guillaume: Je voulais te remercier car les questions que tu souleves sont boycottes sur surfline, surfer et surfing. La mort d'AI est horrible car inutile et surtout evitable. Les responsabilites seront-elles definies?

  47. Vincent Kardasik dit :

    Guillaume,

    Qui es-tu pour te permettre d'écrire un tel article?

    As-tu besoin d'avoir recours au sensationnalisme débridé pour faire grimper la côte de popularité de ton blog?

    Sur des rumeurs et des suppositions, et sous couvert de prévention, tu expliques aux internautes les raisons de la mort d'Andy, avant même le rapport de son autopsie?

    Bravo, tu es plus efficace que la police de Dallas… Tu sais ce qui s'est passé ou du moins, tu penses le savoir et tu le cries ouvertement sur ce site.

    Tes références sont alarmantes, Art Brewer et Brad Melekian?

    Alors là, chapeau bas! Bien joué les témoins clés!

    Brewer peut raconter ce qu'il veut sur Andy maintenant qu'il est décédé, il n'aurait jamais osé dire quoique ce soit de son vivant, je te le garantie.

    Quand à Melekian, s'il s'agit pour toi d'un des meilleurs journalistes de surf, il va sérieusement falloir que tu repenses à la définition même de cette profession, il n'y a pas d'investigation dans son article, juste un ramassis de bruit de couloirs et des propos sortis de leur contexte…

    A ce sujet, c'est la même chose dans ton post ainsi que dans le suivant, aucune vérité fondée, si ce n'est que malheureusement Andy est bien mort, seulement des interprétations hâtives et des rumeurs colportées.

    Ce qui me dérange dans tout ça, c'est le fait que tu évolues dans le milieu médical, pour les gens qui ne veulent pas faire l'effort d'aller chercher bien loin, ça crédibilise tes propos.

    Je ne pense pas que tu connaissait ni Andy, ni sa femme, ni aucun de ses proches… tu n'étais pas à Puerto Rico le mois dernier et tu n'as pas accompagné AI dans son dernier voyage et encore moins dans sa carrière… pourtant tu à l'air bien renseigné sur les causes de son décès ou sur les prétendus malaises qui ont parsemé sa vie.

    Deux choses ou l'une, soit tu es médium et même Fox Mulder te demande des conseils, soit, comme beaucoup d'autres, tu alimentes tes conversations, ton blog ou ton argumentaire, de ragots en bafouant la mémoire d'un grand athlète et en anticipant les résultats d'une enquête en cours…

    J'opte pour la deuxième option.

    Ton article est tapageur a souhait et tu confonds tout, en mélangeant drogue, engagement, sponsor, boisson énergétique et troisième mi-temps, tu discrédites la carrière d'Andy et notre sport.

    Je travaille depuis dix ans maintenant dans ce milieu que tu décries comme hypocrite et j'ai eu l'honneur à plusieurs reprises de rencontrer AI.

    Il était sympathique, il présentait bien, toujours efficace en interview comme dans ses séries. Il lui suffisait d'une rencontre pour se souvenir de ton prénom ou de ta fonction et en dehors du travail (soirée ou autre…), il était poli et attentionné.

    L'image que j'ai de lui est à des années lumières de ce que tu décris dans ton blog.

    Si tu aimes le surf autant que tu veux le faire croire, n'utilises pas la mort de qui que ce soit pour prôner les contrôles anti-dopages ou dénoncer l'hypocrisie des marques…

    Dans cet article et le suivant, tu as confondu prévention et voyeurisme!

    Rest in Peace AI, Legends never die.

  48. Vincent Kardasik dit :

    @Osis tu ne confondrais pas argumentation et attaque personnelle? Tu utilises la polémique pour exprimer ton ras-le-bol sur l'industrie du surf mais au passage, tu balances deux, trois insultes gratuites, histoire de te défouler… fais le en nom propre et lâche le pseudo, à défaut d'être intelligent, essaye d'avoir des couilles!

    @Guillaume la façon dont tu rebondis sur le commentaire de Marc et le fait que tu sous-entendes qu'il réagit uniquement à cause des attaques à l'encontre de son sponsor montre que tu as un problème avec le surf qui va au-delà de la prévention… tu me parais trop frustré pour être objectif, mais ça n'engage que moi!

    D'ailleurs, le but de ce blog n'est pas l'objectivité, n'est-ce pas? Juste faire passer tes idées… et pour cela, tous les moyens sont bons!

  49. cye dit :

    vive la liberté d'expression!

  50. Guillaume dit :

    @ Vincent Kardasik : j'ai rendu hommage au surf et à la personnalité d'AI dans différents articles et je pense continuer à le faire dans cet article. Votre problème, c'est que vous considérez "alcoolisme" et "toxicomanie" comme des gros mots. Mais on ne salit pas la mémoire de quelqu'un quand on parle des problèmes qu'il a rencontrés dans sa vie. Il n'y a rien de honteux ou d'infamant à souffrir d'une addiction, sauf pour certaines personnes bien-pensantes qui considèrent les "drogués" comme des parias. Ce sont souvent les mêmes qui ne connaissent pas le problème et qui s'opposent aux "salles de shoot" en France par exemple. Pour moi, un patient toxicomane est un patient comme un autre et je n'ai aucun jugement à porter sur ses choix de vie. Je cherche seulement à l'aider à aller mieux. Une personne qui a ce genre de soucis est une personne vulnérable qu'il faut chercher à protéger. N'y avait-il pas une seule personne pour accompagner Andy Irons soi-disant atteint de le dengue dans son long voyage vers Kauai ? Apparemment non.

  51. Nora Loizeau dit :

    t'es qui pour oser écrire ça. Tu ferais vraiment mieux de retirer cette merde avant que cela revienne aux oreilles de sa famille, je t'assure que tu passerais un 1/4 d'heure sordide. là bas; AI is king and he Rests In Peace.

  52. Nora Loizeau dit :

    merci à vincent que je ne connais pas et qui prend plus de temps que moi pour expliquer ta manière de faire, celui d'une merde.

  53. Vincent Kardasik dit :

    @Guillaume

    Alcoolisme, toxicomanie, drogue, etc… ne sont pas des "gros" mots mais des réalités qui peuvent concerner tout le Monde, surfer ou pas.

    Là n'est pas mon problème rapport à ton article et aux réactions qu'il suscite… Ce qui me dérange, c'est que tu t'appuies sur du sensationnalisme digne de la presse people pour défendre tes idées, je le répète mais dans tout ce que tu affirmes ici, rien n'est fondé.

    Si demain, tu parviens à ralentir la consommation de drogue dans le surf ou ailleurs, je serai le premier à te féliciter mais je ne pense pas que tu aies besoin de salir qui que ce soit pour arriver à tes fins. Sers-toi de ta formation en médecine et évite les écrits racoleurs, si tu ne le fais pas pour moi, fais le au moins par respect pour la famille Irons.

    Quand à ta question sur le trajet retour d'Andy, peut-être n'avait-il pas envie que quelqu'un l'accompagne et c'était son choix… Tu vas peut-être me répondre qu'il n'était pas apte à juger mais là encore, tu n'en sais rien, tu n'étais pas là.

  54. Guillaume dit :

    Vincent Kardasik a dit : "D’ailleurs, le but de ce blog n’est pas l’objectivité, n’est-ce pas? Juste faire passer tes idées… et pour cela, tous les moyens sont bons!"

    Oui Vincent cela s'appelle un blog et j'y donne mon avis et j'y lance parfois aussi des coups de gueule. Je signe les articles et je laisse les gens réagir même s'ils ne sont pas du tout d'accord avec moi. C'est le principe du blog.

  55. Osis dit :

    @ le gars qui bosse depuis 10 ans dans l'industrie du surfing.

    Tant mieux pour toi et j'espere que cela t'apporte tout le bonheur que tu souhaites. Alors comme tu connais tout le truc de l'interieur: ou etaient les "handlers" de AI lors de son periple? C'est tout de meme etonnant de la part d'une societe de laisser son rider legendaire malade seul dans la nature, non?

    Ce n'est pas du ras-le-bol. C'est du degout en raison de l'inadequation entre l'image vendue aujourd'hui et la realite corporate d'aujourd'hui. Le sport des dieux est et restera le sport des dieux. Le business necessaire n'est devenu que pollution. Une industrie vraiment sure d'elle et mure ferait face aux questions et ne pratiquerait pas la politique de l'autruche. Et tu sais bien que cela se passe de la meme maniere au sein de vos boites. C'est malheureusement dommage. Personne ne prend ses responsabilites: ni l'ASP, ni Billabong, ni personne.

    Il y aurait juste AI un surfeur legendaire, incroyable qui est mort a 32 ans de facon suspecte de la dengue aux USA. C'est un peu court.

  56. cye dit :

    nora,on peut aussi echanger nos points de vue en restant correcte.

  57. Nora Loizeau dit :

    Non, je ne serais pas correcte face à l'offense faite à Monsieur Andy Irons. Il se trouve que je rentre de Kaua'i, sa cérémonie était une des choses les plus émouvantes que j'ai pu voir. Amour, respect et compassion, alors se servir de cette situation pour visiblement regler ses comptes avec le "milieu" du surf. Andy et Bruce sont des gens biens, désolé si ils n'ont jamais été des suce-boules, c'est pas trop le kaua'i style. Alors STOP, enlevez cette merde.

  58. Julien dit :

    Je suis content de voir que des surfers "pros" s'expriment et que certains réfléchissent avant d'écrire, et même si je ne suis pas d'accord avec lui je trouve bien que les personnes telles Vincent Kardasik osent mettre leur vrai nom. En même temps, un mec travaillant dans le surf pro et appuyant l'avis de Guillaume risquerait peut-être de se faire black-lister s'il mettait son nom.@ Guillaume si jamais t'espérais un jour avoir de la pub des grandes marques, ce qui m'étonnerait de toute façon, là je crois que c'est râpé…

  59. Guillaume dit :

    @Nora : cite-moi une seule phrase qui porte atteinte à la dignité d'Andy Irons et je la retirerai.

    Encore une fois je respecte au plus haut point ce champion de surf et je n'ai fait que relayer des informations publiées sur un site américain avec l'autorisation de son frère Bruce.

    Si je suis frusté comme le dit Vincent, c'est de ne jamais avoir pu monter cette campagne de prévention des conduites addictives que je voulais mettre en place avec des surfeurs connus et pour laquelle j'avais prévu de rencontrer Andy Irons cet été. Malheureusement cette action n'a jamais été possible à cause du boycott de cette opération et du site Internet Surf Prevention par certains acteurs du mundillo du surf.

  60. Vincent Kardasik dit :

    @Guillaume C'est le principe du blog et ici, tu donnes ton avis, pousses tes coups de gueules, etc… et dans la foulée, tu juges un peu les gens à la hâte mais après tout, on fait tous ça sur internet, mais cette soit disant "liberté d'expression" ou "d'information", t'autorises t-elle à manquer de respect à quelqu'un qui vient de décéder ou à sa famille en rapportant sur ton blog des propos aussi racoleur?

    Dans les commentaires que tu as rédigés par la suite, tu as quelque peu nuancé le contenu de l'article mais il est toujours là, tel quel.

    J'extrapole certainement mais j'espère vraiment que sa femme, Bruce et ses parents arrivent à passer au dessus de blogs comme le tien et surtout, j'espère qu'il en saura de même pour le fils d'Andy lorsqu'il saura en âge de lire…

    J'ai bien saisi, et je ne suis pas le seul, ton but, la prévention de l'alcoolisme et des addictions en général, et même si le fond est louable, la forme que tu emploies ici est foireuse.

    Chacun s'exprime à sa guise mais je pense que beaucoup d'internautes en ce moment te reprochent de tâcher le deuil de la famille et des proches en colportant de telle rumeurs… Du moins, c'est mon cas.

  61. zobi dit :

    A la lecture de tout ça
    1: Andy RIP
    2: les comments Oix et Boal sont pour ma part les plus objectifs
    3: Confirmation que ton blog est vraiment bof…

  62. GUI dit :

    salut,

    ce qui fait réagir tout le monde de manière si passionnelle sur le décès d' 1 athlète ce ne sont pas les circonstances de son décès mais plutôt le traitement médiatique qui en est fait.

    certains idéalisent AI & d'autres le diabolisent mais le mal est fait et on est tous d'accord pour dire que c'est 1 formidable gâchis et que tous ceux qui ont eu les moyens d'aider AI (ou n'importe quel autre individu dans sa situation) et qui ne l'ont pas fait pour quelques raisons que ce soient doivent aujourd'hui baisser la tête et se sentir 1 peu coupable.

    Entre le respect de la vie privée (les problèmes d'addiction que chacun peut avoir) et la non assistance à personne en danger (car l'usage de certaines drogues peut être fatale) ou se situe le juste milieu?

    Je trouve que certains ont la dent dure avec 1 médecin qui se désole de la mort d'un athlète et qui cherche les raisons ( de manière plus ou moins pertinente ) qui ont pu aboutir à cette tragédie.

    Par ailleurs Je n'arrive pas à m'expliquer pourquoi 1 sport de haut niveau peut se permettre d'être exempt de contrôle antidopage, cela me parait anachronique et confère aussi à ceux qui usent de stupéfiants une impunité qui ne leur rend pas service voire qui peut leur être fatale.

    Les instances du surf français devraient réagir pour exiger des contrôles quand les compètes ont lieu sur notre territoire!!
    De même que les petits surfeurs pro doivent être encadrés et éduqués sur les dangers de la drogue et autres conduites à risque. En espérant que la fédé soit réactive sur ces points

    Mes pensées vont surtout à la femme d'AI

    G.

  63. Bebert dit :

    Entre le nom de la page web "andy-irons-drogue-mort-overdose", et le fait que le surf a maintenant son Kurt Cobain, il est dur de t'accorder le benefice du doute. Certes tu n'ecris pas noir sur blanc qu'Andy Irons est mort d'overdose, mais c'en est pas tres loin.

    Mais la ou ca fait franchement rigoler, c'est quand tu t'appuies sur l'excuse que tu ne fais que retranscrire des infos que tu as trouve ailleurs. Tu pretends meme que c'en est une interprétation « soft ». Pour avoir lu l'article original (merci Petit luc), je peux dire qu'il est beaucoup plus nuance, et mille fois plus respectueux. Il a meme l'elegance de conclure sur une jolie citation d'AI. Bref, rien a voir avec ce torchon…
    Tirer des elements d'un article pour en deformer le sens original, c'est pas tres pro, ou meme simplement decent.

  64. alain riou dit :

    Osis

    Tu ne sais rien de ce que Billa faisait pour Andy. ils n'ont pas besoins de faire un communiqué de presse qd c'est un probleme personnel. Billa a sauvé Andy plus d'une fois!!! Il avait 32 ans c'est plus un enfant, il rentrait chez lui et etait en transit a l'aeroport, pas besoins d'un chaperon pour le mettre dans l'avion, c'est pas comme s'il etait seul dans sa vie.

    En gros cet article dit qu'on est presque tous defoncé et que c'est la faute de nos sponsors parcequ'on a trop de thune et personne pour nous aider a la gerer.

    Les sponsors ne sont pas la pour nous chaperonner et nous guider qd t'as 32 ans. C'est un soutient ok mais a chacun d'etre responsable.

    Bref je pense que tu vois ca de l'exterieur, et que tu ne sais pas comment ca se passe sur le tour!

    Je trouve que l'article ne reflete pas du tout la vie qu'on mene ni les problemes qu'on a. Andy etait un de mes heros et je n'accepte pas qu'on balance comme ca. ok il etait pas tout blanc mais c'est trop facile de mettre la faute sur les sponsors basé sur quelques temoignages isolés

    Bref tu ferais de la fermer blaireau!

  65. alain riou dit :

    P.S osis: Et ta soeur elle est de gauche?

  66. Vincent dit :

    Tout est dit, rien à redire.
    Merci pour cet article qui espérons le, mettre le feu aux poudres (sans jeu de mots).

  67. @ Tim Boal et Alain Riou :

    Cet article ne fait absolument pas passer tous les surfeurs pour des alcooliques bien au contraire.

    Lisez-bien : "La plupart des jeunes surfeurs arrivent à faire la part des choses : certains ne boivent pas ou peu, certains savent s’arrêter de boire à temps mais des jeunes surfeurs fragiles, comme l’était sûrement Andy Irons, peuvent sombrer dans la spirale de l’alcoolisme…"

    Tu as raison Tim de soulever le problème de l'alcoolisme "festif" chez les étudiants, y compris chez les étudiants en médecine. Quand on boit régulièrement pour "faire la fête", on n'en est pas moins alcoolique qu'un pilier de bar. C'est ce que j'essaie de faire passer dans un article intitulé "Boire ou surfer…" : http://www.surf-prevention.com/fiche-boire-ou-surfer–il-faut-choisir-35-14.php

    Mon idée est de mettre en place une campagne de sensibilisation où des surfeurs comme vous témoigneraient individuellement en disant simplement quelque chose du genre :"Le surf me fait planer…et je n'ai pas besoin de drogue/d'alcool" / "I get high when I surf…and I don't need drugs/alcohol". Cette campagne (affiches, bannières Internet, pages dans les magazines…) renverrait à un portail d'information sur la consommation de drogues et d'alcool avec les numéros utiles pour demander de l'aide. Chaque surfeur aurait sa propre image avec la phrase de son choix pour exprimer son rapport au surf et à l'alcool, la drogue ou le dopage.

    N'hésitez pas à me le faire savoir si vous êtes intéressés par le principe d'une telle campagne.

  68. laurent dit :

    beaucoup de conditionnel et de paroles non verifiées ni verifiables , dommage.

    j'en connais qui sont mort en une nuit de palu , de dengue , de dysentrie, pourquoi pas dans ce cas?certains buvaient , d'autres non, certains prenaient des substances illicite d'autres non. qu'en est t'il des surf trip en zones paludée, combien de pros et de surfers prennent les precautions ou meme sont au courants des risques, quelles sont leur precautions vis avis des parasites que l'ont peut chopper dans ces zones , simplement en buvant au goulot, meme beaucoup trop de bieres fraiches.

    qu'en est t il de ces cancers inhabituels qui apparraissent chez les surfeurs riders shapers , fumeurs regulier de shit de 45ans?

  69. Guillaume dit :

    C'est bien pour cela Laurent que j'ai pris le soin d'écrire un article expliquant en détails pourquoi Andy Irons avait très bien pu mourir de la dengue : https://blog.surf-prevention.com/2010/11/06/le-surfeur-andy-irons-est-il-mort-dune-forme-grave-de-la-dengue/

    Une dernière fois : cet article ne présume pas des causes de la mort d'Andy Irons ! Il dit juste qu'Andy Irons avait souffert de problèmes d'addiction et avait fait au moins une overdose dans sa vie passée.

  70. laurent dit :

    le conditionnel peut etre utilisé dans un diagnostic medical, quand on a un doute, mais pas dans un article qui est presenté comme un article de journaliste. un journaliste doit recoupé ses information lui mem et ne pas donner credits aux rumeurs.

    tu est medecin, c'est bien, ne joue pas au journaliste, s'il te plait.

    pose des faits et appelle a la reflexion ensuite.

  71. Jean-Michel dit :

    Alain Riou : "Billa a sauvé Andy plus d’une fois!!!"

    Ah bon… Tu peux préciser ?

  72. paul le poulpe dit :

    Bonjour,
    Enfin un article digne d’intérêt…
    c’était il est vraie un secret de polichinelle…

    Après cela on veut parler de sportifs de Haut niveau…

  73. Saturnin dit :

    Tu devrais te poser des questions sur ta démarche qui part d'un bon sentiment mais qui au final est contre-productive. Faire de la prévention ce n'est pas avoir la prétention de se poser en sauveur et donneur de leçon, notamment en t'appuyant sur des faits non avérés, douteux et qui concernent la vie privée, si c'est le choix de la famille.
    Les excès, les conduites addictives (à l'alcool, drogues, aux jeux vidéos, Internet…. ) sont présents partout dans notre société (les soirées étudiantes, notamment en médecine et autres grandes écoles, les troisièmes mi-temps…. ). Pas plus dans le milieu du surf, que partout ailleurs. Par rapport à ces problèmes, qui ne sont pas nouveaux, tout le monde a son libre-arbitre, fait ses propres choix, a son histoire. Tout le monde ne finit pas d'ailleurs drogué et même, si dans le pire des cas, ça arrive, beaucoup s'en sortent et reprennent une vie normale.
    Je me garderai bien de porter un jugement sur la vie d'A.I. ou de m'en servir pour faire passer certains messages, d'autant que je n'ai pas les compétences et que je ne connaissais pas personnellement cet homme, ainsi que son entourage. Au final, ça ressemble à un manque de respect pour sa famille ainsi que pour ses amis. Je pense notamment à un gars comme "Occy", que je n'ai jamais rencontré, mais qui vu son parcours, qu'il na jamais caché quand il l'avait décidé, ne devait pas se contenter que de surfer avec lui ou de soigner son image, au sein du même "team sponsorisé"….
    D'Andy Irons., je garderai l'image d'un formidable surfer si à l'aise et "facile" dans un gros PIPE ou à Tahiti. Celle d'un futur père qui avait l'air si comblé et prêt pour un nouveau départ, juste après sa dernière victoire, à Tahiti, justement….RIP.

  74. bert dit :

    Il n'y a aucune raison d'espérer que les médias du surf, notamment français, écrivent quoi que ce soit qui puisse paraître "mauvais" pour les annonceurs. (et parle de problèmes de dope pour un surfeur n'est surement pas l'idéal pour son sponsor…)

    Ouvrez n'importe quel magazine et vous comprendrez aisément qu'ils ne vivent que de la publicité des grandes marques du business. Ils n'ont aucune indépendance éditoriale, ne peuvent en avoir.

    Il ne s'agit même pas de "bisounours circus", mais simplement du problème plus global des médias "papier" actuellement (idem pour la TV et la radio), qui n'existent que par les paiements des annonceurs ou les subventions de l'état. Et comme partout, "c'est celui qui paye l'orchestre qui choisit les morceaux"…

    Quant aux contrôles anti-dopage, je me souviens que Flores y a fait allusion, disant, si je me souviens bien, qu'ils n'existaient qu'en France, et pour les français, donc seuls à devoir assurer sur ce point là…Mais Neco Padaratz avait eu des problèmes, avec des stéroïdes, je crois…

  75. Erwan Bernard dit :

    Guillaume,

    Quel est le but pédagofique d'un tel article? Faire savoir à tous les gens qui idolatrent AI que c'était un drogué… On sait maintenant, avec l'expérience, qu'a chaque fois que l'on fait ce type de révelation sur une star, ça insite ces fans à faire de même, même après une fin tragique… Alors quel est ton but? Que veux tu prevenir?

    Ton texte est bien etayé mais n'est basé que sur des ouidires. Il n'y a aucun fait, et ma connaissance, il y a même plusieurs contre verités gratuitement exposées.

    Alors ce qui me deplaît le plus dans ton article est qu'il ressemble énormement à ce que tu decries tout au long de ton article par rapport à l'industrie du surf, voir l'industrie tout court :un bon gros coup de pub pour toi et ce site internet…

  76. tim boal dit :

    Je n'ai pas envie de rentrer dans le jeu des attaques personnelles,chacun son avis,mais comment peut on prendre au serieux cet article quand on peut y lire de telles phrases:

    "… Irons devait boire ses « energy drinks » le jour et prendre des calmants et des somnifères pour dormir la nuit… Sans oublier le soutien des bracelets magiques Power Balance dont on connaît toute la supercherie qui n’ont certainement pas aidé à lui faire retrouver un équilibre."

    Ca enleve vraiment toute credibilite a ce qui a pu etre dit dans le reste de l'article,si tant est que ca soit vrai,ce qui n'est pas non plus le cas…
    Honnetement cette phrase frise le ridicule,et je pese mes mots. Je met ca sur le copte de l'ironie,meme si j'en suis pas convaincu malheureusement.
    La critique peut etre positive,et peut mettre une satisfaction personnelle,mais il y a des limites qui sont largement depassées dans cet article. Peut etre qu'une prevention contre la critique abusive serait une bonne idée?
    Il y a une difference entre objectivité et critique gratuite,et je pense que cet article manque cruellement de la premiere.C'est dommage

  77. mathieu gallico dit :

    Il est mort de la drogue Irons? V 12 ans
    Ouais, mais il nous a fait rever qd meme!N 16 ans
    t'as vu les figures qu'il rentraient, et j'en passe…

    j'ai une ecole de surf et pour les gamins, ces gars là, sont des heros, des legendes vivantes.
    Les circonstances de la mort d'AI ont ete floutées(cf tt les canards outre atlantique que les plus curieux d'entre nous ont lus), c'est evident: volonté de protegé Andy, Trot tot pour ces proches, volonté des sponsors..De tt facon, ca ne devait arranger personne.
    En ecartant ses problemes avec les prises extremes de certains produit, on a evincé du coup tt les reflexions qui pouvaient en découler, ca va de soi et c'est justement ca qui est important!!

    je voulais simplement répondre a L plus haut qui dit que "sa connso de produit le regarde."
    Pas faux, mais ca m'a déclenché.
    Tu n'a pas bien lu ou compris ce qu'il fallait retirer de cet article je crois.
    L'alcool "gratuit" sur les compets protege il les competiteurs ou l'oseille qui en decoulle?
    Quel interet aurait une marque a ne pas ebruiter les deboires trop exsessifs et malsains de son Team rider?
    Merci a Guillaume de "re"soulever ces questions car notre sport, c'est certainement pas d'en faire l'apologie et que si ca existe, on en parle.
    SS faire le bon samaritain, on peut tenter d'expliquer,de comprendre, d'aider et de soigner.
    alors on ne parle plus de "Salissure médiatique" mais d'exemple qui sert a..
    Pour en finir, L, ta reflexion "anti-reflechie" et mega reductrice ne porte a rien.Elle n'amene rien et, d'un point de vue pedagogique est meme anticitoyenne.
    Un article courageux a faire tourner dans les cours de recré, sur les bancs des facs et d'ailleurs.
    Voila le plus bel hommage qu'on peut lui rendre a Andy Irons, ce surfeur ultra talentueux qui a permis a Slater d'aller encore plaus haut.
    Aloa
    Matt.

  78. nico dit :

    Andy etait une personne (je ne le connaissais pas.)apparamment exessive dans le sport dans la fêtes son surf temoigne d'ailleur de cet engagement personnel extreme.Le débat me semble stérile dans le fait que soit la prise de medicaments ou bien la dengue ait emporté andy, on bloque de suite le sujet d'une mort causé eventuellement par l'absortion de medicaments hautements dangeureux(pas une maladie de se soigner) c'est une maladie de devoir se sevrer!! c'est pas une honte de mal gérer son traitement on panique facilement avec la dépendance et l'accoutumance les gens interprêtent mal a quel point le tourment d'un sous dosage ou d'un manque peut vous faire faire des choses absurdes.le surf est un sport qui pèse niveau dollars beaucoup d'intérêts donc performances,pubs,argent(je fais pas le procés de billa qui n'a pas mis une nounou derrière andy)…herbie fletcher disait de christian son fils ainé que gagner 5000 dollars par mois a 20 ans c'etait parfait pour faire des conneries…alors peut être Andy est parti de la dengue mais profitez de parler au passage des mefaits de l'argent, de la drogue, de l'excés il ne faut surtout pas que cela soit un tabou.

    info: la methadone est un substitut d'héroîne c'est un médicament hautement dangereux a titre indicatif une personne qui n'a pas d'acouttumances quelconques en meurt facilement les dosages maxi son sous forme de 60 mg une personne saine de 60 kg meurt d'un dosage de 60 mg. rapport 1mg/1kg.Mais d'autres medicaments bien plus faciles a se procurer barbituriques,anti eppileptiques,anxiolitiques causent bien plus de dégats que la methadone qui est souvent délivréé par un medecin qui normalement vous suit régulièrement,mais le marché noir existe quand même.

  79. Prisca dit :

    De toute façon ,la mort d'Andy restera toujours un mystère,même s'il est décédé d'une overdose,ce ne sera jamais divulgué, trop craignosse pour les sponsors et pour les idoles,et je pourrais comprendre,c'est comme ça, vous immaginé l'impact qu'il peut y avoir, cette article est pas mal ça dévoile une petite part de vérité je sais je suis dans le milieu, mais faudra pas espérer que l'on vous dise qu'il est décédé d'une overdose,à ça je vous le garantie,Andy était un surfeur sympathique et méritant, c'est l'une des raisons pour laquelle ses sponsors ne l'ont pas lâché, il a voulu faire des efforts mais l'avenir à décidé autrement, je suis triste pour sa femme,et si ça trouve il est vraiment mort de la dengue,et pour la future génération, c'est aux parents de s'occuper de leur éducation pas aux sponsors.Un gamin qui est bien dans sa tête n'éprouvera pas le besoin d'avoir recours à des substances, tout est dans l'éducation des parents seul ou des organismes prévu pour ça.

  80. Nora Loizeau dit :

    Au "Guillaume", qui m'a répondu hier, oui, je réitère cet article est une insulte à Feu Andy Irons. C'est faux que tout cela est publié avec l'autorisation de Bruce. On est en plein délire. Cet article ne mène à rien, il est racoleur, les surfeurs pros comme Alain Riou, Marc Lacommare où Othomane n'ont vu aucun interêt à part le fait que tu oses te servir de ce drame pour te faire passer comme bien informé et proche d'eux, ce que tu n'es pas. Si la santé de AI te préocupais tant, tu n'avais qu'à aller le voir il y a quelques mois, il t'aurais peut être reçu, mais maintenant c'est trop tard. C'est pas bien ce que tu fais. VRAIMENT. Je te demande d'enlever ce torchon d'où il est, visible par trop de gens amateur de faits divers. Ta carrière de "pseudo-journaliste" devrait trouver sa place dans "Public" où autre.

    Respecte toi un peu plus, tu es en dessous de tout.

  81. Nassar dit :

    je dénonce cette article de merde.. qui aurais pue être constructifs et intéressant..mais c'est raté !
    c'est malheureux, mais certains journalistes et autre personne aujourd'hui nom plus aucun respect de la mémoire des morts et de leurs familles qui ce retrouve dans la douleurs et une peine immenses ..! comme si ça ne suffisais pas..??!! c'est ce qui me fait le plus mal..!
    arrête de salir la mémoire d'Andy qui est une grand légende du surf et un grand Hom..!

  82. Marco dit :

    En ecrivant un "article" comme cela tu veux faire quoi exactement ? Sors de ton monde virtuel… AI avait sa vie et elle ne regardait que lui et ses proches. tu vois tout ça de l'exterieur et tu ne connais rien mais absolument rien de la vie de type, de ce milieu pro ,et certainement des autres aussi… tes infos viennent du net et tu retranscris betement ce qu'on te dit pour faire du buzz , pardon de la prevention c'est ça ? Ton article qui n'en n'est pas un est une pitoyable traduction de ce que tu as trouvé sur les sites US, j'ai lu ces articles (les vrais) qui sont effectivement bien plus nuancés que ta pitoyable traduction… alors apres "ne pas surfer de nuit au large du mozambique, partir en trip avec du sparadra ou pensez à votre leash et bien nous avons Ai était un tox mais que fais a police,l'asp, les majors (même si c'est vrai qu'il y a bcp de gros sous la dedans mais la n'est pas le sujet) bref… superbe!! En tout cas tu fais le buzz kook

  83. nico dit :

    Vous êtes durs on aurait pu dire james dean, ou vie a cent a l'heure,on a dit kurt cobain et alors???Andy il etait tout feu tout flamme et il s'est brulé les ailes commme beaucoup dans le sport et ailleurs,la vérité ne sali rien lais ne fais pas de bruit 'arno)

  84. nico dit :

    la verité ne fais pas de bruit

  85. Gwen dit :

    Je ne vois pas le lien de causalité entre l'article (excellent au passage), qui fait la guerre aux pratiques addictives de celle du genre binge drinking, et le fait que le Docteur Barucq aurait pu s'occuper d'Andy Irons. Nora, cet article est tout sauf un torchon. Si la vérité est insoutenable, il faut cesser de lire. Quoiqu'il en soit, la démocratie est de mise et l'amateurisme n'a rien à voir avec l'avenir de nos enfants et adolescents, tous concernés par les risques de l'addiction, particulièrement dans le sud-ouest où les fêtes de village sont le lieu d'orgies parfois pour des enfants de 10-11 ans sous le regard des adultes consentant.

  86. MARIANNE dit :

    BRAVO

    TOUS DES HYPOCRITES… le surf ou la culture glorifiante des toxico

    Les journalistes du surf sont payés ou achetés par les marques, ont-ils au moins des diplômes ?????????????

  87. bert dit :

    Il y a plusieurs questions abordées dans l'article, et effectivement, le lien entre certaines, et la façon de les aborder est parfois maladroit, et même limite…

    Seule une enquête judiciaire pourrait dire de quoi est mort Andy Irons, et cela ne regarde que sa famille. En tout cas, faire un lien aujourd'hui entre son décès et son mode de vie est au moins prématuré, et surtout peu utile au traitement d'une autre question, l'abus d'alcool, de stupéfiants ou de médicaments.

    Reprocher à je ne sais qui de ne pas avoir veiller sur la santé d'un adulte de trente deux ans qui paraissait en pleine possession de ses facultés intellectuelles est déplacé. Là encore, seuls ceux qui ont vécu ces évènements pourraient en parler, et cela ne regarde que la famille.

    Déplorer plus généralement l'abus de toute substance est surement la sagesse même, mais il ne faudrait pas lier cette question au décès d'Andy Irons, même si des "témoignages" établissent qu'il a lui même pu abuser de telle ou telle substance.

    Reprocher au "surf business" de ne pas parler de dope est encore une autre question que j'évoquais dans mon précédent message. Ce n'est pas leur intérêt, et ils marchent à l'intérêt (financier).

    Oh, évidemment, l'hypocrisie est de mise, par exemple quand le business se pose en donneur de leçons sur l'environnement ou la pauvreté de populations locales de tel ou tel spot, mais justement, c'est au moins parce qu'ils sont hypocrites qu'il ne faut pas exiger d'eux qu'ils le soient aussi à propos de dope.

    Charlie Parker, ou Keith Richards, expliquaient que la dope ne les avait jamais rendu plus créatif, et que si leur mode de vie avait pu paraître "sexy" à des jeunes, c'était plus la faute des médias qui l'étalait complaisamment. Je suis assez d'accord.

  88. anonyme! dit :

    Cher Guillaume, je consulte ton blog depuis de long mois et je trouve toujours un tas d'articles et de sujets qui on vraiment leurs utilité!

    Après avoir appris la mort d'AI sur ton site, je me suis un peux documenter et effectivement la dengue ma paru un peu bizzare mais plausible.

    Je vis dans les landes et les bruits de couloir circule très vite! et l'on sais très bien ce qui se passe sous la table…C' est pas la première histoire et ni la dernière, je ne citerai pas de nom ni d'époque mais on en a vu et entendu des histoires de coke, d'alcool, de fête a outrance…!

    Effectivement il y a beaucoup d'alcool gratuit sur les sites de compétitions, trop de pub a mon gôut pour les boissons énergétiques, et de la drogue dans le milieu du surf amateur et pro bien sur.

    Mais n'oublions pas que les addictions que ce soit de l'alcool, de la drogue ou autre chose ont les trouves dans tous les milieux sociaux, toutes les tranches d'âges, et toutes les catégories professionnels!!

    Je trouve cet article intéressant, mais je trouve que tu est aller un peut trop loin dans la démagogie.
    Comme l'a dit Tim Boal il y a une phrase qui frise le ridicule, mais surtout qui est de trop pour moi!!!

    Cependant, ton idée de campagne de prévention contre les addiction, est très louable et a vraiment son utilité dans l'avenir…Je pense que tu as bien compris la position de l'industrie du surf!!!

    En conclusion tu as bien fait d'écrire cet article même si tu est aller trop loin pour moi. Ton article a déchainer les passions et c'est tant mieux, j'aurai juste aimer que tu attende les résultats des analyses et le deuil de sa famille.

  89. Psyconiko dit :

    C pas le premier ni le dernier , il y a bcp d' autre surfer mort d' OD a hawaii comme Éric Diaz gros chargeur du pipe, la drogue leurs permettraient t elle de depasser des seuils d' engagement et d' occulter les risques pour shooter plus big plus creux et de façon plus engagee.La drogue se démocratise le surf aussi , cette histoire devrai servir la lutte contre l utilisation de telle drogues….

  90. fred compagnon dit :

    je n'ai pas l'impression que cette article soit destiné à raconter gratuitement des conneries ou cracher sur la gueule d'un sportif de haut niveau né dans l'adrénaline du surf, qui malheureusement est en elle même une drogue, de part son addiction, mais aussi par l'immense satisfaction et sensation de bien être que le surf apporte, tout en frollant la mort.. qu'est ce qui égale le surf extréme en addiction et en adrénaline? l'amour et quoi encore…. la drogue, l'alcool et toutes les substances psychoactives qui réveillent cette adrénaline…s'en approchent surement le plus…

    c'est pour cela que beaucoup de gens qui pratiquent des sports intenses, dangereux et addictifs consomment de l'alcool et de la drogue à certain moment de leur vie, il faut le savoir, l'expérience des autres est le meilleur moyen de ne pas tomber dans l'addiction. certain font des dépressions et peu vivent bien, l'arrêt de leur passion, par exemple.

    Le probléme de la drogue est sociale et il est temps que les gens qui nous gouvernent, le prennent en considération, l'humain utilise la drogue depuis la nuit des temps, les populations les plus retirés consomment des produits psychoactifs dans des rites sacrés et autres expériences chamaniques…même les éléphants se défoncent en consommant des fruits fermentés, ce qui les rend agressifs et incotrolables, jusqu'à tout casser sur leur passage.

    Il est temps que cet hypocrisie cesse et que l'on arrête de considérer les drogues comme un fléau, mais plutôt comme une réalité…pour pouvoir en parler ouvertement afin que les gens ne tombent plus dedans en excés, interdire à l'humain de consommer des substances comme l'alcool et autres drogues est utopique, certaines personnes fragiles tombent dans l'excés, d'autres peuvent en consommer toutes leur vie sans jamais aller trop loin, ni tomber dedans…j'ai l'image en tête de mes parents et j'imagine, certains de vos parents, qui consomment leurs verres de vin tous les jours et qui ne sont jamais tombés dans l'excés, à l'inverse de certains qui finissent malheureusement, dans la rue avec leur cubi de rouge…l'interdit conduit à la dépendance et à l'excés, j'en suis sur…

    Les vrais alcooliques, c’est à dire dépendant de l’alcool, qui ont des déliriums trémens s'il tentent le sevrage sont une minorités comparé à la masse qui consomme de l'alcool, pourtant plus addictive que le chanvre indien.

    Pour finir, la drogue est dans le surf depuis toujours, La toute derniére génération de surfer a l'air bien plus sage, mais elle doit savoir, qu'il ne faut jamais oublié que le surf est addictif et récréatif comme l'alcool et la drogue et que dans certain moment de la vie, il ne faudra pas essayer de trouver de substitues.

    Guillaume a été maladroit ou radical, chacun voit midi à sa porte, mentir, se voiler la face et voiler la face des autres est une autre forme de maladresse.

    gros respect à Andy, je ne me permettrais pas de penser ceci ou cela, mais je ne mentirais pas à mon fils sur les faits, qu'il tire ses propres conclusions, pour bien prendre en considération les réalités de la vie.

    • sev dit :

      Cela me fait penser au stereotype "La drogue c'est mal". Allons au dela du Bien vs Mal. Il n'y a pas de verite absolue. Chacun donne du sens la realite / a sa vie, a sa maniere. La question de la drogue est selon moi interessante formulee ainsi: Qu'est ce que la drogue, quel sens lui donnons – nous? Sacree, humaine, naturelle, chimique, diabolisee, curative ou destructive… Quel gral recherchons-nous vraiment par les drogues? Peut-on y acceder par d'autres chemins? (meditation etc.). Selon moi les drogues sont comme des echelles, des ponts, des trains, des avions… Ce sont des possibilite de passages d'un monde/realite a un autre. Parfois on reste bloque dans l'entre-deux sans jamais reussir a se reintegrer. Parfois les lieux ou elle nous mene ne sont pas ceux que l'on attendait mais on ne peut plus revenir en arriere. Parfois on veut explorer plus, toujours plus. Si le passage est entre corps et esprit, la deconnection peut-etre fatale. Entre deux personnes, on appelle cela l'amour (physique ou spirituelle).Si le passage est entre homme et nature/univers, on peut aimer rester dans ce passage ou les deux fusionnent dans un meme esprit. Oceans, montagnes… Alors oui les sports de glisses sont des drogues. Il y a acces a un autre etat de conscience. Celui qui passe (le drogue!) est un passager.. dans l'etat transitoire, le voyage. Etat fascinant, dangereux, sacre. L'exploration de soit et du monde est essentielle a chacun. A nous de choisir nos drogues avec sagesse. De prendre de temps d'assimiler, de comprendre, donner du sens a nos voyages, nos experiences. Les plus fragiles (je pense aux enfants, ados) doivent etre inities. Dans une culture occidentale telle que la notre, ou le sens de la communaute et des valeurs est en pleine mutation, l'initiation et les moeurs n'ont pas disparus mais sont totalement desorganises. Les jeunes sont en quetes d'initiation, ils ont besoin d'etre prepares,guides a travers le passage de l'enfance a l'age adulte. Parfois on dit qu'on est adulte, mais en fait on est toujours un ado qui ne veut pas grandir. La vie est faite de cycles, de passages. Les tickets de passage ne sont pas a prendre a la legere. Est-ce le moment? Pour quelle raison? Est-ce mon choix? De quoi ai-je profondement besoin? Qui nous parle avec sagesse et nous apaise? La nature, la musique, l'art? Respirer, trouver ma voix, visualiser, ecouter mon coeur. Le rythme …La vie:) Hey, je me suis bien lachee la!!! Just be happy, take it easy… j'espere envoyer un message de sagesse, de serenite et d'amour sur ce blog charge en "emotions" diverses. C'est electrique 🙂 En tout cas Any Irons repose en paix maintenant. En attendant de "le" rejoindre "la" ou il est (meme chose pour les proches qu'on a tous perdus), je vais donner le meilleur de moi ici. Here and now.

      • juan"french&quo dit :

        Je confirme agréablement de la sagesse de ton message.Merci et bravo!!! C bon un peu de calme et douceur ds ce monde brutal!!!
        Tout mon respect à toi,sev!!! Paix à A.I à toi et ceux qui font l'effort pour rester bons .

      • mi dit :

        merci pour ce commentaire !

  91. anonyme dit :

    Le problème n'est pas nouveau… surtout chez [une marque de surfwear].

    [un surfeur pro] a les narines pleines de poudres, tout le monde est au courant et tout le monde s'en balance…

    Quand a Irons, même si il a été un très grand champion, c'est lui le premier a avoir manqué de respect à sa femme et à sa famille. Tout père de famille digne de se nom réagit et tourne la page sur certaines choses peu glorieuses. Il a joué, il a perdu…

    [commentaire modéré]

    • juan"french&quo dit :

      Je ne te connais ni toi ni Andy,mais qui que tu sois il n'ai pas propre de faire des généralités de cette façon sur la drogue chez les surfeurs,car là,c moi que tu insultes avec des commentaires aussi bas et les autres passionnés. De plus, t commentaires non absolument rien apporté . Connais -tu la vie privée,les soucis ,l'intimité ,la sexualité,les pathologies, des gens dont tu parles pour juger ainsi ,brutalement et anonymement . Tu me fais penser à un drogué d'une autre sorte ,les "telerealiteux",c gens qui consomment sans broncher,se font"mettre" sans le savoir et finissent mal tôt ou tard(tout se paye et la colle coûte cher),je me trompe,ceux-là sont naïfs et je sens en toi de la méchanceté ,c pire alors qu'il y a des gens bien désespérés ,harcelés ,violées qui tombent dans l'excès pour soulager, souvent inconsciemment leurs peines ,douleurs ,angoisses,solitude ,décès …
      J'espère que tu trouveras la sagesse car pour parler comme tu le fais ,il t'en manque une sacrée dose,ja,ja!!!
      promis, la prochaine fois je serai moin sympa sauf si tu te fais violer,je te dirai: fallait pas trainer ton cul ou il ne faut pas et la tu sauras c quoi être ds le Caca,ja,ja!!! Cynique
      De Juan pour "l'anonyme "(j'espère que tu pigeras le message)

  92. Dnisbee dit :

    Enfin quelqu un qui dit la verite, le jour meme ou il est decede je trouvais l hypothese de la dengue peu credible connaissant sont lourd passe.
    Travaillant dans le surf depuis une dizaine d annee, beaucoup de gens savaient tres bien qu l annee derniere Andy Irons a fait une cure de desintoxication et non une annee sabbatique.
    En tout cas tres bon article,le surf se sera toujours sexe drogue et rock n roll (meme chez les pros) arretons de nous voiler la face

  93. cye dit :

    tres bonne analyse fred!

  94. bacalao dit :

    Bien dit fred !!! on connait tous dans nos connaissances des gens qui sont allé trop loin dans les abus …

  95. JC dit :

    Merci Guillaume.

    Certains semblent être en faveur d'une Omerta, c'est assez curieux…
    Briser ce silence, en faisant savoir la seule réalité de ce qui s'est passé, est louable, d'autant plus si ça peut contribuer à faire évoluer le système.

    L'ASP va en effet devoir évoluer. A défaut, qui sera le prochain? Tout le monde sait qu'un garçon comme Davidson est très, très, très bon vivant. Ses pairs en rigolent eux-mêmes. Mais il n'y a pas lieu d'en rire.
    Chacun est libre de concevoir le surf à sa façon, chacun est libre de taper de la coke, picoler ou fumer des clopes. Mais il en va de la responsabilité de l'entourage d'agir afin d'éviter tout destin tragique.

    Certes, le surf est synonyme d'excès, d'adrénaline, mais le discours de F. Compagnon selon lequel il normal qu'un surfer touche dans certains cas à la drogue car les 2 sont intimement liés et, selon moi, totalement absurde. C'est son point de vue, son approche de sa passion.
    Les plus jeunes reproduisent le lifestyle de leurs aînés, et toute initiative qui tend à éradiquer consommation de drogue ou consommation abusive d'alcool est louable. Et c'est bien là le job de tout médecin!

    L'idée de Guillaume n'est aucunement de salir l'image d'une idole. Certains auraient ainsi préféré la version "soft" d'un décès suite à la dingue.

    Que le monde sache, grâce à ce genre de billets, qu'AI était un garçon victime d'un profond mal-être et addict à la dope ne salit en rien son image de héros.

    Il y aura toujours des étudiants qui picoloront en boite, des fumeurs et des consommateurs de vin rouge, mais il s'agit de trouver une certaine modération qui ne tue pas.
    Et c'est justement cette modération qui semble être totalement absente du tour, notamment au niveau de l'alcool. Et cela doit changer.

  96. JC dit :

    La réaction de Gibus de Soutrait est surprenante. Il reproche de "racoler avec des déballages sordides" mais c'est probablement ce que Surf Session va faire avec un numéro spécial ou reportage de 15 pages sur A.I. avec de superbes photos et témoignages et surement quelques lignes sur ce qu'aborde Guillaume ici, qui lui a le mérite d'informer et surtout, de créer un débat avec une prise de position, discutable certes, mais saine.

    Surf Session est tenu par une ligne éditoriale qui doit plaire au plus grand nombre et ne prendra jamais le risque de s'attirer la foudre de certaines vedettes fenchies, contrairement à Guillaume qui est totalement libre.

    Bravo et merci

  97. Jimmy pop 40 dit :

    Tout le monde sait qu'on est inégaux devant les addictions, comme l'a bien dit Fred. Est ce une raison pour faire le procès du surf business et des sponsors ? Je ne cautionne pas ce système mercantile tout comme je ne cautionne pas la mondialisation qui privilégie la thune à l'humain. Mais de là à accuser une marque de surf de non assistance à personne en danger il y a quand même une frontière qui a été franchie un peu vite !
    A t-on reproché au sponso de Pantani son décès ?
    At-on reproché au sponso de Georges Best son décès ?
    Une marque ne cherche qu'à gagner de l'argent en sponsorisant des gens au talent exceptionnel. En l'occurrence, si AI s'est brulé les ailes trop tôt ( ça reste à prouver) , ça peut paraître cruel mais ça lui incombe pleinement. Occy a eu des problèmes, il en a parlé et il en est sorti et son sponsor ne l'a jamais laché même dans les pires moments. Je ne suis pas médecin mais on ne soigne pas quelqu'un contre son gré. Andy a été et reste dans mon coeur mon idole alors tout ce qui a été ou pourra être raconté ne pourra occulter le fait qu'il est parti beaucoup beaucoup trop tôt.
    @Gwen: je suis landais et j'ai encore jamais vu de gosses de 10 ans se bourrer la gueule devant tout le monde. Fais un peu attention avant de raconter des inepties.
    @ osis : tu t'es pas fait virer de chez Billa toi ?

  98. jacques righezza dit :

    TRES simpliste ,mais courageux d engager une veritable discussion! Doc, j ai plein de cas a te soumettre ! Tres doues , skateurs, surfeurs, skieurs, kiteurs , (mais pas 3 fois champions du monde ASP !) QUE ME PROPOSE TU DOC ? Facile comme exemple !

  99. fred compagnon dit :

    @ JC, ce qui est absurde c'est de voir que tu dénatures l'idée de mon texte, puisque tout le monde peut voir plus haut que tu as détourné mes propos à ta sauce dans l'extrait ci dessous…

    Certes, le surf est synonyme d’excès, d’adrénaline, mais le discours de F. Compagnon selon lequel il normal qu’un surfer touche dans certains cas à la drogue car les 2 sont intimement liés et, selon moi, totalement absurde.

  100. Julien Vico Hamel dit :

    Surf Prévention R.I.P

  101. Guillaume dit :

    Je suis en grande partie d'accord avec toi JC SAUF quand tu qualifies d'absurdes les propos de Fred Compagnon.

    Fred lance une réflexion essentielle à mon sens. Il existe bien un lien étroit entre surf et addiction. Le surf procure un plaisir si intense et de tels bénéfices qu'il est souvent très difficile de s'arrêter (pour blessure, contraintes professionnelles, déménagement loin de la mer…). Je me qualifie moi-même d'océanomane (addict à l'océan). Le syndrome de manque est souvent très difficile à supporter quand un surfeur s'arrête brutalement de surfer. C'est vrai pour le surfeur amateur comme moi qui surfe 5 jours sur 7 à Biarritz. C'est encore plus vrai pour un surfeur qui passe 6 mois sur des vagues parfaites à Bali. Et je te laisse imaginer pour un surfeur comme Irons habitué à se jeter dans du 4 mètres à Teahupoo ou Pipe avec des "décharges d'adrénaline" de ouf. Alors oui quand tu es habitué à connaître ces sensations fortes, tu peux être tenté de les reproduire artificiellement en consommant de la drogue. C'est le piège dans lequel sont tombés de nombreux surfeurs. Nous avons tous autour de nous des surfeurs qui sont tombés dans l'alcool ou la dope, et je pense que ce n'est pas tout le temps le fait du hasard. J'ai toujours en projet de mener une étude sur les liens qui existent entre le surf, l'addiction et la consommation de drogues.

    Mais s'il existe des surfeurs qui passent à la drogue, il existe aussi des toxicomanes qui se sèvrent grâce au surf comme je l'explique dans mon livre "Surf Thérapie". Le principe est de remplacer une addiction qui est mauvaise pour la santé (alcool, drogue, médicaments…) par une addiction qui est bénéfique pour notre organisme (le surf). Le principe de cette thérapie est donc de surfer quotidiennement (sans excès) pour remplacer les effets des produits artificiels.

    Nous sommes tous drogués à quelque chose, et c'est peut être en cela qu'Andy Irons nous ressemble à tous. Mais il y a des "drogues" plus néfastes que d'autres pour la santé.

    On sous-estime souvent les effets nocifs de l'alcool. Une étude a montré récemment que l'alcool était plus nocif que l'héroïne ou le crack. Seule une grande modération peut permettre de "profiter" de certains bienfaits de l'alcool, notamment du vin. Soyez bien conscients que quand vous consommez l'alcool en trop grande quantité, vous fusillez une partie de vos neurones. Certains se retrouvent même déments avant l'âge pour avoir trop picolé. Je ne parle pas des risques de cancers, de cirrhose…

    L'autre drogue dont on sous-estime les méfaits sont les médicaments : calmants, somnifères, antidépresseurs… qui peuvent conduire à une dépendance, favoriser la survenue d'accidents… Je suis médecin et il m'arrive évidemment de prescrire occasionnellement ce genre de molécules à des patients qui en ont véritablement besoin. Mais comme j'ai conscience qu'il s'agit de l'artillerie lourde de mon arsenal thérapeutique, je n'en prescris pas à n'importe qui. Je suis estomaqué de voir arriver régulièrement à mon cabinet des jeunes femmes qui me demandent des cachetons psychotropes parce que leur petit ami les a quittées ou parce qu'elles ont un exam à passer le lendemain… Ces médicaments ne sont pas des bonbons ! Les médicaments sont en cause dans plus de 3% des accidents de la route.

    Le fléau aujourd'hui, ce n'est pas la conso d'une seule drogue mais leur polyconsommation. On voit maintenant des personnes s'en mettre "plein le cornet" sans savoir ce qu'ils gobent. Alcool + ecsta + médocs… Ce mélange explosif peut provoquer des états et des complications imprévisibles. Et c'est peut-être ce qui est arrivé à Andy Irons. Un spécialiste expliquait que pour son cas de personne fatiguée par les voyages et les décalages horaires, affaiblie et déshydratée par une maladie infectieuse, de petites doses des cachets de Xanax, d'Ambien (et de méthadone ?) qu'il prenait habituellement auraient pu suffire à le tuer, surtout qu'Irons souffrait d'apnées du sommeil et que ce cocktail aurait pu faire en sorte qu'il ne se réveille jamais…

    Si je reproche une seule chose à Andy, c'est bien cela : avoir été un exemple de polyconsommateur en cumulant alcool, drogue et médicaments. Mais lui en avait-on fait comprendre les effets indésirables ? Si j'ai ajouté les boissons énergisantes, c'est parce que ces breuvages sont la dernière étincelle qui finit de mettre le feu au poudre. Consommée seule hors activité physique, ces boissons sont aussi inoffensives que du pipi de chat. Mais additionnées à de l'alcool ou d'autres substances, elles peuvent être redoutables. Quand tu dis que je ne suis pas crédible de parler de ça Tim, c'est bien que tu ne connais pas le problème et que tu es un poulain de Red Bull. J'ai été amené à voir ces dernières semaines tout un tas de jeunes complètement flippés, détraqués, avec des palpitations et qui n'arrivaient plus à dormir car ils carburent aux "energy drinks" pour faire comme leurs surfeurs préférés qui ne se départissent jamais de leur casquette aux couleurs de ces boisssons.

    Si j'ai un conseil à donner aux jeunes, c'est celui-là : vous voulez faire la fête, très bien. Mais si vous avez décidé de boire de l'alcool (ce qui n'est pas indispensable pour s'amuser), limitez-vous à une seule boisson en quantité modérée. Mieux vaut boire une seule boisson dont on connaît les effets sur son corps que de gober n'importe nawak et de se retrouver dans le coma sans avoir compris ce qui nous arrivait.

    Si vous avez des problèmes de stress dans la vie, sachez qu'il existe aussi des solutions naturelles pour les régler : la mer, une activité physique comme le surf, le yoga, la sophrologie, l'homéopathie, les plantes (je n'aborde pas ici la question du cannabis qui fera l'objet d'un dossier détaillé maintenant qu'il est sur prescription médicale en Californie) avant d'envisager un traitement médicamenteux. N'hésitez jamais à consulter si vous vous sentez mal ou si vous vous posez des questions. Votre médecin n'est pas uniquement là pour vous soigner vos angines mais il a aussi un grand rôle de conseil et de prévention.

    Surf Prevention n'est pas là pour faire la morale ou pour interdire quoi que ce soit. Par ce site, j'essaye d'éduquer les gens et de leur donner les conseils pour qu'ils fassent des choix éclairés dans leur vie. La drogue existe et il faut en parler. Je constate souvent que ce sont les parents qui dressent des interdits autour de l'alcool et de la drogue qui se retrouvent avec des enfants à problèmes avec ces substances. Quand Fred dit qu'il racontera la vérité à son enfant, je crois qu'il s'agit là d'une attitude de parent responsable qui se donnera les moyens d'inculquer un usage raisonné de ces produits. L'immense majorité des ado goûte à l'alcool et au cannabis : le tout est de leur apprendre à ne pas en abuser et de leur faire connaître les risques pour qu'ils évitent de se mettre en danger.

  102. tehao dit :

    les marques se foutent de tout la seule chose qui les intérresses c'est le "fric,l'argent" au prix ou elles vendent leur fringues de mauvaises qualitées fabriquées par des pauvres sous payés exploitées humiliés elles ne nous montres qu'une vie artificielle qui cache beaucoup de misère mais qui leur permettes de faire des grosses soirées avc de très jolies mannequin jouant les rideuse alors qu'elles y connaissent rien a la glisse sa me dégoute tous se bizness qui gravite dans l'monde la glisse….je suis skteur snowboardeur et surfeur depuis que j'ai l'age de 10 ans et j'ai maintenant 32 ans c'est une honte de voire se qui est devenu de la glisse…..yo

  103. Ced. dit :

    Bravo à Guillaume pour avoir eu le courage d'aborder tout haut un sujet que beaucoup d'entre nous abordent moins publiquement depuis la disparition de AI.

    Je pense qu'il y a des maladresses, et qu'il est sans doute un peu tôt par rapport à la mort d'AI (et des résultats d'expertise). Mais en relisant cet article et les autres sur AI, je ne crois pas qu'il y ait volonté de salir la mémoire de l'athlète talentueux qu'était AI.

  104. JONJON dit :

    Andy vivait juste sa vie à fond à 200% avec beaucoup de tentations autour de lui : des vagues parfaites, des fêtes de malade aux 4 coins du monde avec souvent de mauvaises personnes qui gravitent autour. Trop de bla bla à son sujet maintenant, je revois encore ces forums qui le pourrissait sur Fantasy il y a encore peu de temps : beaucoup de tokars parlent maintenant, on en a rien à branler de savoir si il est mort d'une overdose ou de la dengue ou d'un accident de voiture !!!!!!! Le fait est qu'il n'est plus là aujourd'hui. Faut arrêter avec vos délires avec le surf et la drogue et l'alcool, il y a de ça dans tous les sports et dans tous les milieux et à tous les âges. Andy a été Andy parce qu'il était vrai et qu'il vivait sa vie à fond, c'est pour ça qu'il a été 3 fois champions du monde et qu'on pouvait ressentir ce feu en lui dans son surf et aussi hors de l'eau, une personne à part qui à marqué l'histoire du surf pour toujours. Je ne parlerai pas de tout ça à mes enfants, (surtout pas de ces débats pourris) par contre je leur montrerai toutes les vidéos d'Andy, toutes ces photos, son surf incroyable, en leur disant que c'était vraiment un surfeur hors norme et que c'était simplement le meilleur et le surfeur le plus stylé de tous les temps. Il vivait à fond : il surfait à fond, il faisait la fête à fond, c'était son personnage et donner des leçons à son sujet et très très facile, surtout maintenant …
    Enough said … AI FOR EVER

  105. Franck Lacaze dit :

    Salut à tous,

    L'article de Guillaume suscite un véritable déchainement de commentaires et de réactions plus ou moins fines et argumentées… Ce que je constate avant tout c'est que les circonstances (pour le moment ?) mystérieuses du décès d'Andy Irons et sa personnalité y sont probablement pour beaucoup.
    Certes, ceux qui connaissent le milieu de l'intérieur savent qu'Andy n'était pas un enfant de cœur et je conçois que la cause initialement avancée (crise de dengue fulgurante) pour justifier son trépas ne "satisfasse" personne. Soit.

    Je retiens surtout que l'on a perdu brutalement un immense champion et, quelque part, il importe peu de connaître les causes de son décès. Alors oui, comme toute personnalité publique, on veut en savoir davantage sur sa vie, ses addictions, ses tourments, etc… et sa mort ne fait malheureusement pas exception.

    Guillaume, ton article est extrêmement maladroit. Comme le souligne Vincent Kardasik, il n'est pas étayé de faits établis et avérés et en devient de ce fait racoleur. De plus il est confus et peut amener à faire des amalgames (où est le rapport entre les energy drinks -de la daube certes-, l'industrie surf et la mort d'Andy ?).

    Tu es médecin, et à ce titre tu as un devoir d'information et de prévention dont tu t'acquittes le plus souvent parfaitement. Mettre en garde les surfeurs contre les drogues quelles qu'elles soient est louable, mais utiliser ce triste fait divers pour parvenir à tes fins est à mon sens une erreur. S'il est avéré un jour qu'Andy Irons est effectivement décédé d'une OD, alors pourras-tu peut-être te servir de son exemple pour alimenter ton blog. Mais pas avant.
    Chacun son boulot : tu es médecin, pas journaliste…

    Pour l'heure, laissons Andy reposer en paix.

  106. JC dit :

    @Fred et Guillaume

    En effet, une relecture attentive du post de Fred m'a fait réaliser que j'avais mal compris ses propos lors de la première lecture.

    Loin de moi la volonté de détourner tes propos, donc. Et je suis même assez d'accord avec ton discour de fond.

  107. stop dit :

    Foutez lui la paix!
    Et oui, Andy avait ses propres demons, comme tant d'autres sur le circuits, et ils lui furent fatals.
    Mais il fallait s'y interesser avant! C'est trop facile de lui taper dessus maintenant qu'il n'est plus la. Ou de blamer, les sponsors, les marchands de bieres, etc…
    Tous les surfers ne sont pas des drogues, tous les sponsors et team managers ne sont pas les pire $%@##@ du monde.
    La prevention est a faire, effectivement, mais pas en crachant sur les idoles du moment!

    Et mal traduire un article correct et respectueux a des fins vindicatrices, c'est pas bien glorieux.

  108. @ Franck Lacaze : tu as raison de dire je ne suis pas journaliste mais j'appartiens à une nouvelle espèce qui peine à se faire reconnaître : les blogueurs.

    Je suis très surpris par certaines réactions. On peut être en total désaccord avec moi, il n'y aucun problème, je publie le commentaire qui a au moins autant de valeur que mon simple avis que je n'essaye pas d'imposer. Mais me demander de retirer l'article ou me dire que je n'aurais pas dû l'écrire…dans un pays de "libre expression" comme la France…

    Je n'ai pas repris l'article d'un magazine people ou de presse à scandale mais un article écrit par un journaliste qui a fait une vraie enquête d'investigation auprès des proches d'Andy Irons.

    A ceux qui me disent que j'ai mal interprété les propos de cet article, je leur réponds que je n'ai fait qu'en édulcorer le contenu. Melekian a écrit des passages beaucoup plus "hard" mais a pris le soin de terminer son papier par un hommage à Andy Irons. Et pour vous le prouver, je réaliserai une traduction en français de l'article s'il le faut.

    Des blogueurs américains, espagnols sont allés beaucoup plus loin que moi dans l'interprétation des faits, et ils n'ont pas suscité les mêmes réactions hostiles.

    Les "vrais" journalistes font-ils leur travail ou sont-ils là pour caresser les annonceurs dans le sens du poil ? C'est la question que je te pose Franck.

    Un journaliste politique n'est pas là (ou ne devrait pas être là) pour ménager les hommes politiques (cf. affaire Bettencourt). Un journaliste sportif n'est pas toujours tendre avec les athlètes (cf. Affaire Anelka). Mais quid des journalistes de surf (si l'on excepte Lewis Samuels qui a dû cesser son activité sur un grand site de surf…) ?

    Ce que reprochent les surfeurs du monde entier aux medias du surf est d'être dans la poche des annonceurs et de n'avoir finalement d'autre marge de manoeuvre que de raconter des histoires où tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil, dans l'intérêt des marques qui financent la publication, qui en devient pour le coup publi-rédactionnelle.

    Je ne critique pas votre travail au demeurant excellent. Tu sais Franck que je te considère comme l'un des meilleurs journalistes sur le papier ou derrière un micro. Mais je vous interroge sur votre marge de manoeuvre. Tu dis dans ton post que "ceux qui connaissent le milieu de l’intérieur savent qu’Andy n’était pas un enfant de cœur" mais jamais tu n'aurais pu développer un article là-dessus.

    Je conçois le journaliste comme quelqu'un d'indépendant et ce n'est pas toujours le cas, et pas uniquement dans la presse surf bien évidemment. Si la France est 44e au classement de la liberté d'expression de la presse de Reporters sans frontières, ce n'est peut-être pas un hasard.

    Aujourd'hui Internet offre la possibilité d'un liberté d'expression retrouvée à travers les blogs. Alors par pitié, laissez les modestes blogueurs dont je fais partie apporter leur petite pierre à l'édifice de la recherche de la vérité.

  109. JONJON dit :

    Non mais n'importe quoi !!!!!! Alors, le Grand Guillaume va partir sur son gros Paddle vers Kauai " à la recherche de la vérité" … tu t'es pris pour Guillaume Le Conquérant ou koi ???? Non mais stp arrête. Dès que quelqu'un n'est pas d'accord avec toi et exprime son avis, tu te sens obligé de nous écrire un monologue de 50 lignes … Arrête de te justifier. Mais alors, le coup de la recherche de la vérité est qd même énorme !!!!! Putain t'es buté comme mec, la majorité de la communauté Surf s'en fiche royalement du motif de Décès : par contre toutes les concierges et ceux qui aiment les bla bla bla et les nia nia nia adorent ça. Cette communauté pleure juste un de ces heros du Surf, et avoir un tel propos est complètement déplacé, en particulier vis à vis des proches d'Andy et de tout Kauai. Alors bonne continuation à tous les concierges … non mais j'y crois encore pas de son truc de la recherche de la vérité … Sérieux arrête.

  110. Karim Guerdane dit :

    Délicat de faire la part des choses sur ces réactions.
    Le déchainement des passions se déverse allègrement…entre les lecteurs "lambda", les passionnés, les désormais proches d'Irons, et ceux qui défendent leur beurre. Comme dans n'importe qu'elle pratique sportive, la sensation de plaisir est un élément essentiel. Elle est la clé de voute du problème :comme l'a souligné Fred Compagnon, nous sommes tous inégaux face au drogue. Le plaisir en est une ! La sécrétion d'endorphines engendrée lors d'une pratique sportive est hautement addictive. Elle est la cause de bien des déboires, de faillite personnelle, pour qui ne saura pas ou ne pourra pas la gérer correctement. Elle est souvent la cause de la recherche de plaisirs de substitution chez le sportif de haut niveau, à l'arrêt d'une carrière ou autre. L'entourage, la force de caractère, l'éducation, son background en fait, sont des éléments déterminants. Face à ces inégalités comportementales intrinsèques , il est très difficile de se ranger dans le camp des partisans de la légalisation par exemple.
    Pour revenir à l'article, je pense qu'il était possible de traiter le sujet en amont. L'exemple Irons ne peut pas porter ce flambeau, car il est désormais inscrit dans la légende, humainement pour certains, "marketingement" pour d'autres. L'article de Guillaume reste intéressant.Comme le dit Frank Lacaze, et comme tout le monde le conçoit, il reste important d'attendre les conclusions définitives : à ce moment là, "l'hypothétique cas Irons" pourrait servir d'exemple; son talent de surfeur, sa mort prématurée, l'exemple qu'il pourrait représenter pour des milliers de jeunes, pourrait être d'une grande valeur, et contribué à honorer sa mémoire dans un élan positif.

  111. stop1 dit :

    guillaume t un medecin..
    tu fais koi avec t faux discours ??c pas ton job..
    arrete desuite..
    tu me degoute…enleve moi cet belle merde que tu considere comme un article ou mieu encore enleve moi ce putain de blog..

  112. Friedrich Nietzsche dit :

    Le poison dont meurt une nature plus faible est un fortifiant pour le fort

    C'est perdre de sa force que compatir

    Peu de gens sont faits pour l'indépendance, c'est le privilège des puissants

  113. JC dit :

    Les médias tradi et certains de leurs journalistes semblent redouter ce genre d'espace public de discussion et de débat.

    Un blog est "un média 2.0." et chacun est libre d'en créer un, d'y exprimer son point de vue de laisser les autres y exprimer le leur.

  114. kiker40 dit :

    guillaume je comprend qui si tu ve faire bougé les choses fait le!!!Mais respecte le deuil de AI et je pense que tu a touché pas mal de surfer et de vraix journaliste,pourquoi te laché derriere un ordi va sur le terrain.Mais tu pourra ne pourra pas me dire qui tu a du respect que dal t une merde de blogeur qui parle et qui parle occupe toi des gens.AUlieux d'allé surfer et d'ecrire des conneries arret le surf et va aider les gens MALADES…

  115. message pour stop1 dit :

    Tu as belle guelle de te cacher derriere ton speudo pourrit STOP1!

    Mais qui es tu pour donner des conseils surtout quand on assume pas de dire qui l'on est!

    Tu devrais faire un tour en Coree du Nord, voir comment les gens d'un regime Stalinien comme tu le prone sont heureux!

    Donc si se blog ne te plait guere, on t'invite a ne pas venir le lire, ou mieux donne ton avis avec des elements concres de maniere explicative plutot que de maniere agressive et menance!

    MERCI

  116. Bonjour,

    L'information et la société veulent aller de plus en plus vite. Prenons pourtant le temps de faire les choses dans l'ordre, la priorité étant de respecter une période de deuil. On aura toute l'éternité pour tirer les conclusions de cette mort tragique par la suite, sans tabou, sans se voiler la face.

    J'ai souhaité tout de même réagir à cet article et au déchainement des passions sur mon blog : http://www.surfingbiarritz.fr/2010/11/26/les-surfeurs-sont-ils-tous-des-drogues/

  117. Nora Loizeau dit :

    Guillaume tu es un fouille merde, têtu de plus. Plusieurs personnes essaient de te faire comprendre que TU DOIS ENLEVER CETTE HORREUR, mais non, tu t'amuses bien du malheur de sa famille ???

    On est plusieurs à vouloir faire quelque chose que mérite ton irrespect. Fais ATTENTION, ton article c'est de la haine et ne joue pas avec les Hawaiiens sur ce terrain.

    Je t'ai prévenu et je te le répète Respecte toi et enlève cette merde !

    • Mialhe dit :

      @ tous les pros et autres 'personnalités' Félicitation
      Guillaume pour ce pavé dans la mare ! Au-delà de l'article, les
      commentaires sont révélateurs du fonctionnement du milieu et le
      parallèle avec le corporatisme cycliste est troublant : 1. L'omerta
      sur la consommation de drogue, le dopage, l'usage de stupéfiant,
      l'alcool dans le milieu du surf, 2. La posture défensive contre
      toute personne – aussi inoffensive soit-elle !- qui viendrait
      effriter le mythe, 3. L'argumentation à tout va pour défendre coûte
      que coûte les structures, les acteurs, bref le système en place, 4.
      L'isolement du 'problème'. En l'occurrence celui d'Andy avec la
      drogue ça n'était que son problème, c'était un adulte, ça n'est pas
      à son sponsor de faire ceci ou cela etc., 5. Les menaces / volontés
      de censurer celui qui écorne le système. 6. La nécessité impérieuse
      de préserver / construire une mythologie du sport avec des
      'légendes', des 'héros'… Un système fascisant en somme ou l'on ne
      remet rien – ou presque – en question et ou un article de blog
      suffit à tout enflammer ! Encore une fois bravo Guillaume pour ton
      courage face à l'hypocrisie faussement bienveillante de ceux qui se
      disent les 'amis' de la victime de ce drame. Ces mêmes 'amis' ne
      s'indignent pas qu'aucun journaliste n'écrive sur les problèmes de
      drogue qu'a connu Andy. A tous ces donneurs de leçons sur la bonne
      manière d'honorer la mémoire d'Andy, pensez-vous vraiment qu'il se
      reconnaissait dans ce miroir déformant renvoyé par les medias surf?
      Et pensez-vous qu'il se reconnaitrait dans vos commentaires
      ridicules et inutiles sur 'le grand champion de surf' qu'il était ?
      Andy était un homme, mais vous préférez ne voir qu'en lui le
      'héros' des vidéos, compéts et papiers glacés… Ainsi vous ne
      faites que valider cette image factice construite par l'industrie
      et les médias complaisants… Prochaine étape pour vous les
      écervelés, aller vous acheter la future collection Billa RIP Andy…
      Continue ton excellent travail Guillaume, l'intimidation est l'arme
      des lâches et des faibles !

  118. HardFleet dit :

    Sérieux Kiker tu te crois où ? il fait avancer le débat en quoi ton commentaire ? Guillaume a le droit de donner son avis sur ce débat, et il l'a dit à maintes reprises, son but n'est absolument pas de ternir l'image d'AI.

    MAIS C'EST QUAND MÊME CLAIR NON ? Franchement, arrêtez de jouer les ados rebelles pour certains. Il cherche à tirer une leçon de ce qui a "pu" se produire, et je ne vois pas en quoi c'est gênant. Comme cela a été dit à de nombreuses reprises, les gens qui connaissaient Andy étaient au courant de son addiction. Oui la drogue a intégré le surf depuis longtemps, oui la drogue existait avant comme cela a été souligné. Oui, les grosses sociétés se font un max de fric et cherchent à dorer leur blason au maximum. Tout le monde le sait ! Mais par contre, IL NOUS FAUT TIRER LECON DES ERREURS DES AUTRES (qu'Andy soit mort à cause de la drogue ou pas n'y change rien !).

    Je suis d'accord avec certains avis ici, qui disent que l'article arrive un peu tôt, dans le sens où les résultats ne sont pas encore parus. Prononcer un verdict est alors totalement prématuré. Cependant, les intentions de Surf Prévention ne sont pas de faire le buzz, même si c'est manifestement ce qui se passe. Certes, on retrouve plusieurs éléments qui n'ont pas de lien direct, comme cela a été évoqué précédemment : energy drinks et cie. On sent que l'article a été écrit avec beaucoup d'émotions, mais rappelons nous que Guillaume parle en tant que médecin, et à tous les blaireaux qui disent tu n'as qu'à faire ceci ou cela, je crois qu'en plus de son emploi du temps bien chargé dans son cabinet, il a fort à faire à répondre à des propos stupides et dénués d'argumentation sur son blog. Cela dit, pour répondre à ces personnes, vous n'avez qu'à relire ses propos quand Guillaume parle des contacts qu'il aurait aimé avoir avec AI, mais qui, finalement n'ont pas pu se faire.

    Franchement, essayez de voir les choses avec un peu plus de profondeur, de recul, et surtout, relisez vous avant de poster un message avec une ortographe déplorable, parce que sérieux le style kikoo-lol-sms, ça va bien 5 minutes mais rien que ça, vous vous décridibilisez totalement.

  119. HardFleet dit :

    Franchement Noea t'en as pas marre ? Je sais pas combien de messages tu as posté sur cet article. C'est quoi ces menaces ? Franchement, j'ai beau ne pas être d'accord avec tout ce que dit Guillaume, mais tes propos ne servent à rien. Ok tu as assisté à la cérémonie à Hawaii, ok sa famille doit être extrêmement touchée, et toi aussi, je le conçois tout à fait et pour ma part, je n'ai pas connu Andy assez tôt au travers du surf pour avoir été profondément affecté par sa disparition. Mais la question n'est pas là.

    Faut arrêter de voir les drogués comme des parias. Ce sont des gens en souffrance avant tout. Et Andy souffrait certainement beaucoup aussi de son vivant, et c'est peut être ça qui a rendu son style aussi pur sur les vagues (pas la drogue, mais sa souffrance qui l'amenait à se libérer sur l'océan).

    RIP Andy.

  120. Eva Miriolli dit :

    Guillaume je te soutiens dans ta demarche, ne cede pas aux menaces de personne!

    On voit la debilitee des gens qui n'ont pas compris le message que tu as passe ( reponse par des menaces) ! De plus je confirme que le texte que tu as redige comporte effectivement des maladresses mais ne sali en aucun cas la memoire de AI

    Rest in Peace AI et cherchons les solutions pour que cela n'arrive plus jamais a aucune personne de notre communautee qu'est le surf

    Eva

  121. cye dit :

    la nora je crois qu'il faut te calmer.tu connais la liberté d'expression?guillaume n'est pas le premier ni le dernier à en parler sur la toile.qu'est-ce qui te dérange le plus?que cela puisse etre vrai?Ou alors était tu une vraie proche d'AI,ce qui pourrait expliquer ta haine.car c'est bien toi qui a de la haine.en lisant l'article de guillaume,je n'ai pas ressenti la moindre haine.par contre,toi tu le menaces et ça c'est grave.il faut prendre du recul.peut etre son article est maladroit et prématuré,mais tu vois bien qu'il y a aussi des gens qui ont une reaction plutot positive face a cet article;alors tu proposes quoi

    comme représailles pour tout ce petit monde?un débarquement de blackshorts?Restons sérieux et adultes.ceux qui sont contre, arrivent aussi pour la plupart a l'exprimer de façon correcte et librement.commence par plus te connecter sur son blog,tu dois avoir autre chose à faire non?

    cette loi du silence est plombante,c'est limite flippant!

  122. caroline dit :

    pas le temps de tout lire mais oui à l'info si elle peut préserver les jeunes, pas de quoi faire tout un plat des addictions de rock ou surf stars connues de leurs proches et moins proches.

  123. Fonkeeflow dit :

    J'adore! Allez allez! Encore!

    Putain j'ai jamais participé à un blog comme celuis là, bon ça saoul trop le nombres de réac qu'il y a par ici mais j'ai appris pleins de trucs sur cette "belle nation"… Haaaa Hawaii!, le soleil, l'ocean! … :-/ ou pas!

    Bref ça représente bien l'ésprit faussement chill du seurfeur cool qu'on veux nous vendre quoi.. Dire qu'on retrouve ces mecs dans l'eau! Ca crain! …

  124. Faut dire, cher Guillaume, que cet article est tout à fait inutile.

    As-tu besoin de clics pour attirer des sponsors pour ton blog? Alors je vois pas l'intérêt… Tu ne fais pas parti de la presse à sensations aux coups bas à la Sun.

    Tes sources sont américaines, dont une vraiment douteuse. Aux États Unis on est très vite étiqueté et, comme dans le cas d'Andy, on est une célébrité, l'effet est le double.

    J'ai lu ton article, tout comme les commentaires et là je dois donner raison à Fred Compagnon et Franck Lacaze. Fred donne une bonne analyse sur la drogue et ceux qui la consomment. Frank expresse la douleurs de la perte de cet, et oui, personnalité qui ne méritait pas cet article et, comme il est le seul qui connaissait Andy parmi toi et ceux qui ont posés leur commentaires, a affirmé que tout ce que tu as écrit n'avait rien avoir avec notre ami Andy. Et oui moi aussi je le connaissais et je témoigne ainsi ici, qu'Andy ne montrait en aucun cas le comportement d'un consommateur de drogues. Contrairement aux drogués, Il tenait compte de son entourage et ne se déplaçait pas dans un tunnel, il avait une très grande patience avec les fans (je me rappelles de plusieurs moments avec ces fans dont j'ai également des photos).

    ET, voici un fait qui est une bonne preuve: Après la finale du Quiksilver Pro France 2003, lui et Necco Padaratz ont étés contrôlés au dopage et seul Necco a eue un résultat positif à des substances stupéfiantes.

    Certes Andy c'est pris une murge incroyable aux Mentawai en 1999… Et alors! moi c'était en 1988 en Espagne!… Mais je consomme moins d'alcool que la plus part de visiteurs de ton blog qui t'ont donnés raison… Quel est le pays qui cultive la tradition de l'apéro?… Qui sont ceux qui ne peuvent pas tenir un repas sans leur pinard?… Beaucoup d'alcooliques ne se sont jamais soulés!..

    Alors tu vois Guillaume, il ne faut pas te plaindre si tu reçois des menaces, car je comprends ces gens, même si je n'approuves en aucun cas leur agression envers toi.

  125. @ Max. Quand tu écris "Contrairement aux drogués, Il tenait compte de son entourage et ne se déplaçait pas dans un tunnel", on dirait que tu considères les "drogués" comme des gens à part. C'est justement contre ce genre de réaction que j'essaie de lutter par cet article. Il y a des gens très bien qui sont "drogués" ou "alcooliques", et Andy Irons en faisait certainement partie. Cet article est écrit pour que l'on n'ait plus honte d'en parler ouvertement et pour arrêter de stigmatiser ceux qui tombent dans la dope, car cela peut nous arriver à tous.

  126. damien castera dit :

    Salut Guillaume,

    Ton article ne m'a nullement choqué, (même si je ne suis pas d'accord avec la totalité de son contenu) ce qui n'est pas le cas de certains commentaires, généralement anonymes, que j'ai pu lire par la suite. Un blog est un moyen d'expression, celui qui le crée le fait dans un but d'échanges, de dialogue. On peut avoir des avis divergents et s'exprimer sans haine.. Qui sont tous ces gens qui menacent, qui insultent, des amis d'Andy ? J'en suis pas sûr. Alors mettez le pied sur le frein et respectez la liberté d'opinion

  127. Certes, il y a certains qui se font trompés par ces drogués et alcooliques, mais moi j'en ai connu tant (j'était dans la musique avant le journalisme surf). Les drogués sont égoïstes et ne pensent qu'au prochain kick et quand ils veulent cacher leur jeu, ils essaient de prouver qu'ils voient tout ce qui se passe autour d'eux et qu'il s'intéressent aux gens autour d'eux, mais toute personne ayant un petit dont d'observation reconnait leur jeux.

    Andy c'était fait copain avec une petit landais de cinq six ans en 2005 et cette relation a duré jusqu'à aujourd'hui. voici la photo de leur première rencontre (cinquième photo sur la droite): http://www.getwashed.com/laurent-capmas-s-gallery
    L'année suivante le gamin c'est raprochés du site de compétition et Andy l'a reconnu du pavillon des compétiteurs et est descendu le saluer… Tu sais très bien Guillaume que la drogue n'aide pas à la mémoire et qu'elle élimine pas mal de neurones, alors…

  128. elodie dit :

    Bravo !
    voila un tres bon sujet a developper par la vraie presse d'investigation ! ou les grandes chaines de radio et de tele !

  129. Franck Lacaze dit :

    @ Guillaume,

    Puisque tu m'y invites, permets-moi d'aborder le sujet "presse" que je pense connaître mieux que beaucoup d'autres sur ce blog. Tu dis que la presse surf et ses journalistes ne sont pas complètement libres de leur parole. Je dois admettre que ce n'est pas faux. Les canards surf sont tributaires des annonceurs pour survivre, et cela implique forcément une certaine complaisance de la part de ces mêmes journalistes à l'égard des différentes marques qui -indirectement- les font vivre… Je n'ai pas fait exception et il m'est même parfois arrivé de me faire "taper sur les doigts" pour avoir eu une parole un peu trop libre.

    Mais laisse-moi te poser une question à mon tour : quel intérêt auraient ces mêmes magazines à faire du sensationnalisme en abordant des sujets aussi scabreux que les addictions ou les travers sexuels (ou je ne sais quoi encore) de tel ou tel surfeur ? Même si elle n'est pas complètement indépendante, cette presse a une certaine éthique et il n'est évidemment pas question de verser dans le côté trash que l'on retrouve dans les tabloïds anglais (par exemple).

    Alors oui, chacun a sa liberté de parole et je la respecte, mais lorsqu'on s'aventure sur un terrain aussi délicat que le décès d'Andy Irons sans en connaître les vraies causes (l'article de Melekian que tu cites en référence ne nous en apprend pas davantage et me semble complètement inutile, même s'il se conclut par un hommage à AI histoire de se donner bonne conscience), il ne faut pas s'étonner de récolter autant de réactions hostiles, voire agressives (que je désapprouve soit dit en passant).

    Je n'ai jamais eu la chance d'interviewer Andy et je le regrette. Si cela avait été le cas, peut-être lui aurais-je posé des questions intimes, peut-être pas. En tout cas je doute qu'il y aurait répondu… Et je n'aurais pas insisté car je n'ai pas ce côté voyeur que d'autres ont.

    Quoi qu'il en soit, tant qu'on ne connaîtra pas les vraies causes de son décès je ne vois pas l'intérêt de conjecturer sur de simples rumeurs, même sous prétexte de prévenir les dangers des drogues.

    Personnellement je préfère retenir le grand champion qu'il était et qu'il restera et sa part sombre sans laquelle il n'aurait pas été si flamboyant.

  130. bert dit :

    @ Max

    Les "drogués" dont tu parles, pour arriver aux stades que tu évoques (perte totale de relations sociales normales, obsession pour la dope, fortes pertes de mémoire…) sont des utilisateurs plus que réguliers de drogues particulièrement dures (coke, mais surtout acides puissants, crack, héroïne).

    Il y a une grosse différence de nature et de degré entre le consommateur occasionnel et le genre de consommateur que tu évoques.

    Je ne crois pas qu'il soit possible d'avoir une carrière de surfeur professionnel en étant totalement accro à une drogue dure, dans les proportions dont tu parles.

    je ne suis ni dans le business du surf, ni dans celui de la musique, évidemment, et je peux surement faire erreur.

  131. docnico dit :

    Chers surfers,journaliste,blogueur et photographes.On a les heros que l'on mérite et A I a une grane place que personne ne conteste et je n'ai pas vu de propos insultant dans les chroniques de guillaume.
    Pour la drogue et surtout pour le dopage des heros ceux qui font exemple il faut un minimum de vérité et beaucoup de Respect pour eux et de leur part du respect pour ceux qui les admirent ,il y a une réciprocité qui se mérite.
    Pour le surf heavy dans les grosses vagues si on est "Shooté quand on shoote la bombe" alors la photo doit comporter la mention Fait avec trucage..
    Dans les sports mécaniques moto il y a beaucoup de chimie pour les coureurs;le tow in est un sport mécanique et si les équipages sont shootés alors pas de respect,c'est truqué..et les photographes peuvent rajouter une paille sur leurs oreilles..
    Dans le challenge big wave award il faut faire pisser les gars sur le podium car le prix doit étre clean et mérité sinon ce sont pas des héros,c'est du Porn surf comme dans les films de genre.
    Sur les spots c'est pareil,on respecte le bon surfer qui prend les belles mais c'est lui aussi qui prend parfois le pire wipe out,c'est ça l'engagement .Mais si le gars est dématé,c'est heureusement rare,il prend des risques inconsidérés pour sa santé car il est dopé,inconscient de son état;sa santé c'est son problème mais cela peut étre un problème pour les autres surfers du spot si son comportement est excessif;le dématé qui se blesse dans du surf consistant sera bien content qu'un autre surfer vienne l'aider parfois en se mettant en danger lui méme.
    Le propre du blog est d'essayer de progresser collectivement dans notre sport surf/prévention/respect.

  132. Julien vilcot dit :

    Bon les gars et les girls vous me donnez envie de fumer un gros pétard avec vos bla bla pitoyables sur la mort d'un surfer.
    Bon ride à tous avec une sacrée pointure en moins parmis nous, essayez d'avoir une pensée pour lui et tous ceux qui nous on quité prématurément lors de votre prochain take off réussi et basta !

    P.S. Guillaume toi qui es toubib tu ferais mieux de faire des prescriptions médicales de cannabis plutôt que des blogs je crois que ça te réussira mieux…

  133. JC dit :

    Les journalistes doivent-il avoir pour eux seuls le monopôle de l'information?

    Et puis de nos jours qu'est-ce qu'un journaliste? Et quel est son devoir?

    Le point commun entre un journaliste(Franck) et un blogueur (Guillaume) et leur volonté d'informer. Alors que le premier peux difficilement se permettre d'exprimer son point de vue subjectif, au risque de s'attirer les foudres de ses lecteurs, le second, lui, est totalement libre.

    Le blogueur peux initier un débat, rassemblant décervelés et personnes prenant le soin d'échanger des idées de façon argumentée, ce qu'un journaliste de surf session ne peux faire du fait du support papier traditionnel.

    Nous avons surement tous discuté des causes de la disparition d'A.I. entres amis, dans un bar ou sur la plage, ne pourrions-nous pas le faire ici?

    Il serait intéressant que les surf session et autres intègrent une approche plus communautaire et participative dans leur façon de traiter l'actualité surfistique.

    A défaut, d'autres le font à leur place, n'en déplaise à certain et ne faisant ainsi qu'utiliser une liberté fondamentale, la liberté d'expression, et c'est tant mieux.

    Sans des garçons comme Brad Melekian ou Guillaume pour relayer l'information, nous serions restés dans l'ignorance. Nous n'aurions pas su qu'Andy était victime d'un certain mal-être et de détruisait lentement à petit feu.

    Le fait d'être en connaissance de ces éléments n'enlève en rien son caractère de héros et ne constitue en aucun cas un manque de respect. Ces informations nous permettent seulement de cerner un peu mieux Andy.Précisons également de certains de ses pairs, Koby Abberton notamment, a lui même rendu public lors d'ITW certains traits de caratère d'A.I..

    Donc Nora Loiseau, je te suggère de menacer également Koby.

  134. Jimmy pop 40 dit :

    Je surfe depuis longtemps les spots entre Capbreton et Seignosse et je me demande toujours ou les types vont chercher le mental sur des sets ou je collerais pas un orteil… Je sais que certains prennent des produits mais je n'imagine pas que tous sont chargés et quand bien même, il m'est difficile de croire que le mec poudré soit défoncé à l'eau au point de ne plus savoir ou il habite pour répondre à docnico. Je pense plutôt que le "tricheur" se met juste la dose pour vaincre ses inhibitions au moment crucial du take off . Pour revenir à AI, il a peut être déconné en dehors mais on me fera pas croire qu'il était complètement chargé quand il exprimait son talent dans son élément. Bordel c'est pas le premier et surement pas le dernier à s'être brulé les ailes au faîte de sa gloire . Ces mecs ont le talent mais personne n'est éduqué pour appréhender la célébrité et tout ce qui en découle. Alors arrêtons de faire le procés du surf et du business qui va avec et essayons de faire un peu plus de pédagogie avec tous ces mômes qui ont aussi du talent et qui idolâtrent leurs ainés. Faisons en sorte que le destin tragique d'Andy serve à quelque chose dans l'éducations de nos enfants.

  135. 2young2die dit :

    Résumons :

    D'un côté nous avons un champion "rebelle" retrouvé raide mort dans une chambre d'hôtel et de l'autre un "beau" champion qui gagne pour la Xième fois et qui surfe plus vite que la lumière à presque 40 balais.

    ça ne vous rappelle rien ?

    Et si le surf avait son Marco Pantani et son Lance Armstrong ?

    Je dis ça, je dis rien…

  136. lily dit :

    Peut-être que ce n'est pas sympa pour son petit bébé d'insister sur une réputation de drogué et alcoolique de son père.
    Par contre, que les surfeurs pros soient suivis par des médecins pour régler ces problème et faire de la prévention c'est cool.

  137. Anthony LOBERA dit :

    Bonsoir,

    Membre actif du Comité d'Organisation du Lacanau Pro depuis 1998, je tiens à préciser que le milieu du surf n'est pas si déluré que l'on veut le faire paraître ici.

    En 10 ans, la professionnalisation de ce sport, aidée en partie par les grandes marques et l'ASP, oblige aujourd'hui un fonctionnement sportif bien plus encadré. Je dirais même que l'on peut le comparer à tout autre sport, voir même une "entreprise", avec des attentes de résultats de la part des compétiteurs vis à vis de leur partenaires.

    Un réel changement s'est opéré et aujourd'hui il est bien difficile de croiser tous les soirs, durant un évènement, un surfeur dans un bar.

    Je pense donc qu'il ne faut pas extrapoler l'image de ce sport qui nous fait rêver (pour certains) trop loin, et surtout vers des affirmations non vérifiées…

  138. py dit :

    Merci pour cet article.

    Le vrai problème est de luter contre un fléau qui gangrène notre société. Drogue, alcool, tabagisme pourrissent la vie de ceux trop nombreux qui n'ont pas les armes/ ne veulent pas s'en sortir. Alors pourquoi ne pas les aider?

    Toute action qui ira dans le sens de la prévention ou la lutte contre ces dérives me semble plus louable que de se taire. Peut être que quelques jeunes qui rêvent de sport de glisse ont lut cet article. Qui a-t-il de mal à développer son sens critique?

    Andy Irons ou pas, pour moi la fin en justifie les moyens. Encore combien de parents doivent-ils pleurer? Pour combien de temps? Peut-être que vous avez déjà côtoyé une personne détruite a cause de la drogue ou qui utilisait la drogue pour se détruire? Qu'auriez vous donné pour qu'il s'en sorte ou pour qu'il ne tombe jamais dedans?

    Personnellement tout.

    Nous vivons tous dans des pays où la criminalité est organisée autour du business de ces substances. Croyez-vous que ces organisations ont vos problèmes moraux, se contrefoutent de Andy et du deuil de sa famille?

    Py

    PS: Et pour ceux qui voudraient censurer ces propos: pas de bol, vous êtes nés dans une société encore libre. Chacun a le droit de s'exprimer et d'ignorer les propos des autres – ce n'est pas le monopole des journalistes ou des grandes gueules. Ce blogue n'entrave la liberté de personne.

  139. Dans certains pays, l'accès à l'information est censuré. Dans d'autres elles est ouverte. Surf-prevention a décidé de traiter l'information qui circulait déjà dans d'autres pays, a choisi de donner son opinion. Surf-prevention a choisi d'informer les français en estimant qu'ils ont également le droit de savoir ce qu'il se passe sur la planète surf. C'est un droit que personne ne peut remettre en cause, que l'on soit favorable ou non à cette décision. Les gens ont le droit de réagir mais demander de retirer un article ? on aura tout vu… Lorsque les chinois n'ont pas accès à une information, nous sommes les premiers à crier au scandale. Et lorsque l'on nous donne accès à une information qui circule dans le monde entier, on devrait s'autocensurer ! Étrange comme réaction.

    A ceux qui critiquent ce choix, j'aimerai vous demander ? Qu'avez vous penser en premier lieu lorsque vous avez appris le décès d'Andy IRONS ? Qu'avez-vous imaginer en entendant le communiqué officiel de l'ASP ? Qu'avez-vous entendu autour de vous ?

    Personnellement, je n'ai entendu que des rumeurs de drogue. Les réactions avaient été les même pour Michael JACKSON, Guillaume DEPARDIEU, … Pour Lady DIANA, c'était encore la même chose, des circonstances étranges et soudaines qui avaient fait naitre des rumeurs.

    Lorsqu'il y a rumeurs, le "travail" des journalistes et des blogueurs et de tenter de donner la part du vrai et du faux dans ce que l'on peut entendre.

    Avant tout, le communiqué officiel était maladroit. Comment comprendre qu'un surfeur de 32 puisse mourir de la dengue seul dans une chambre d'hôtel au beau milieu des US ? Il n'était pas au beau milieu de la jungle ! Les plus grands écrivains de polar tels que Kem NUNN n'auraient pas trouvé mieux comme circonstances. Dans le cas où se serait la vérité, il aurait fallu expliquer un peu plus en détail il était évident qu'un communiqué officiel d'une seul ligne donnerait forcément lieu à tous les fantasmes.

    C'est d'ailleurs ce qu'il s'est passé. Les fantasmes ont progressé devenant incontrôlables. Le seul média qui a osé tenter de percer cette bulle est surf-prevention. Que sa démarche soit maladroite, c'est possible. Elle résulte à mon sens d'une erreur de communication des fédérations qui ont pensé qu'en évitant le sujet cela éviterait la crise.

    Au passage, surf-prevention a été le seul média qui a dit clairement que l'hypothèse de la dengue est viable grâce à une connaissance pointue en médecine. Cela n'a pas fait taire les rumeurs pour autant…

    Pour ceux qui pensent qu'un journaliste n'a pas a traiter l'information comme l'a fait surf-prevention, jugez par vous même comment un quotidien national a résumé en quelques lignes la mort de Guillaume DEPARDIEU. On peut y lire "années d'autodestruction" et se termine par "un destin tragique qu'il semblait presque appeler de ses vœux".

    Qu'en penser au final ? A l'image de surf session, qu'Andy était un surfeur exceptionnel capable de nous faire vibrer par ses trajectoires uniques bien entendu. Mais il ne faudra pas oublier non plus qu'Andy était un homme comme les autres. Car occulter cet aspect, c'est lui retirer la moitié de son âme.

  140. Guillaume dit :

    + 1000 Cedric Surfingulls !

  141. alex dit :

    … sans vouloir rentrer dans cette polemique

    je pense que guillaume avec toute sa maladresse a essayé de bien faire ,

    je sais qu'il n'a pas sauté sur ce triste evenement pour faire un sujet racoleur,

    et je sais que c'est un bon gars qui essaye de faire avancer les choses,

    a tort ou a raison,de la bonne ou la mauvaise façon,mais avec un bon fond…

    alors exprimez votre desaccord certes, mais avec courtoisie merde !

  142. othmane choufani dit :

    @ osis pour moi aussi tu es un gros …… tu me fais pitié , ta reponse a marco et alain m'as donné envie de te mettre un pain dans ta face " surfeurs pro immature qui ne savent pas lire " désemballe toi complet , ce n'est pas parce qu'on est un sportifs de haut niveau que l'on n'a pas le droit de donner notre opinion , tu te sens superieur peut etre car apres ton bac tu as fais des etudes … youpi on te met dans un pays quelquonques je suis sur que tu meurt tellement tu ne pourrais pas te debrouiller seul , tes reponses sont limitée , mais bon tu connais hyper bien A.I (que dieu et son âme ) bruce , les freres hobgood tu les fréquentes grave non ? aha tu me fait rire tellement tu te prend pour quelqu'un tu n'es rien et pour tu ne mets pas ton nom pour assumé tes propos ahahah

  143. tom dit :

    @2young2die .. pas trop d'accord la comparaison Kelly / Andy et lance Armstrong / Marco Pantani… même si la on peut penser à une fin similaire. Après lance armstrong "propre" faudra qt meme le l'expliquer hehe. Debut de sa carrière, c'est un coureur moyen puis après son cancer, il est invincible..et prendre des cuites / drogues récréatives ne vous font pas surfer avec plus de style / talent au contraire…Maradona, Pelé est une meilleur comparaison..et Maradona tout le monde s'en fout qu'il soit accroc à la coke, ce qui nous intéresse c'est son génie…
    Nora: tu veux un pin's pour être aller à la cérémonie de Andy? c'est cool mais combien de fois tu vas nous dire que les hawaïens vont pas apprécier ce post et bla bla bla..peut être que tu as enfin compris que le post de Guillaume n'était pas contre Andy… il es méchant monsieur brochant

  144. harouet anthony dit :

    je peux dire une connerie?;
    vous etes des surfers ou comme certains rugbymen?
    vous voulez tous des gants de boxe!
    on est un pays civilisé(avec liberté d'expression),
    alors soyons courtois et exprimons nos points de vue
    mais sans haine s'il vous plait…merci pour cette
    belle image representative de notre monde du surf,actuel.
    aloha

  145. alex dit :

    aloha !

    mais par pitié arretez avec les R.I.P,

    ne gravez plus de tombes en S.M.S U.S,

    ne confondez pas pas tristesse avec haine"

    et pour tous ceux qui aimaient andy je dirais "billabong trilogy" ou " tropical punch".

    voila un bon sujet …quelle est selon vous sa meilleure video?

    ouaaaais…mais bon

  146. marc dit :

    Y a t'il des contrôles anti dopages dans le surf ????? Pourquoi les compèts du circuit sont elles organisées par les principales industries du surf ???il y a une multitudes de questions a se poser sur le surf …. Les grosses compèts du circuit sont vérolés par des intêrets financiers énormes et tout le monde ferme les yeux car tout le monde monde mange une part du gateau .Il ne faudra pas s'étonner que nos jeunes veulent être des champions du monde à n'importe qu'el prix et y sont encouragé par ces mêmes firmes qui les sponsorisent sachant que la grande majorité n'y parviendront pas .Hèlas je connais quelques jeunes qui y ont cru et maintenant ils sont paumés .Merci les supers sponsors ,merci la fédé ,merci de faire miroiter aux jeunes qu'il seront dans l'élite ,des champions …Les enfants de familles aisés s'en sortent ,mais les autres ???? Andy .. ,tu es un mec bien et que dieu ai ton âme.J'ai une grosse pensée pour sa famille en espèrant que les gros rouleaux compresseurs du surf arrêtent de déconner ….

  147. status dit :

    Attention Monsieur surf prévention nora loiseau organise une expédition punitive avec la volcom house ! c'est vrai que eux ne touchent pas à la dope ni a l'alcool.

    trêve de plaisanterie : bravo pour ton article, tu tapes dans la fourmilière et c'est normal que ca dérange des gens.

    Andy était un grand parmi les grands du monde des surfeurs.
    tous le monde est d'accord , je garderais le souvenir d'un surdoué, ses problèmes avec la dope ne nous regarde pas.

  148. Phil dit :

    Salut Guillaume,

    Félicitations Guillaume pour cet article !
    Tu as soulevé un problème qui touche de toutes façons tous les jeunes en général (et pas que les jeunes malheureusement…) Ne cède pas aux menaces, on est en 2010 en France, dans le pays précurseur des droits de l´homme, de la liberté d´expression !! On a déjà vu ce que donnent les pays ou les tabous sont omniprésents. J´aimerais bien voir tous ces gens qui te critiquent, si, un jour, parents, ils venaient à perdre un enfant ou être cher pour cause de la drogue ou de l´alcool, hein, que diraient-ils ? Ce genre de choses tu t´en rends compte que lorsque cela te touche directement, et ce jour là, il te reste juste tes yeux pour pleurer…

  149. marc dit :

    Exprimez vous en toute liberté ,même si ça dérange ,il y a tant d'hypocrisie dans ce monde qu'il ne faut pas lâcher ….dans le milieu surf comme ailleurs c'est le royaume des faux culs….J'ai la chance d'avoir vue évoluer le surf depuis une trentaine d'année ,autant vous dire que je suis écoeuré de voir comment certains sont devenus ..il faudra un jour dire la vérité et visiblement c'est pas pour demain ….!!!maintenant le discours moralisateur sur la drogue ,le pourquoi du comment à la limite on s'en balance …..par contre l'histoire relayé par nos amies journalistes du dangereux moustique qui tue d'une façon foudroyant m'interresse .On nous prend une fois de plus pour des cons ….alors ne lisaient pas les journaux ,ne regardaient pas la tv et n'écoutaient nos amis journalistes qui ont pignons sur rues ….(clin d'oeil )

  150. Nora Loizeau dit :

    J'ai quand même éssayée d'être clair. La famille d'Andy Irons, dont personne ici ne fait partie a demandé publiquement que l'on respecte leur douleur.Cet espèce d'étalages de vos commentaires ne répond pas à leur souhait.Le rapport d'autopsie sera rendu autour du 6 décembre, ce jour là vous pourrez mener par Guillaume vous régaler. Et si le 6 décembre le rapport nous apprend que monsieur Irons est mort de le Dengue, vous aurez l'air bien con. Alors le titre raccoleur au possible de ce torchon dérange

    bien à vous les blaireaux

  151. Nora, je vous rappelle que je suis le premier à avoir expliqué pourquoi Irons avait très bien pu mourir des suites d'une dengue : https://blog.surf-prevention.com/2010/11/06/le-surfeur-andy-irons-est-il-mort-dune-forme-grave-de-la-dengue/

    Cet article ne préjuge en aucun cas des causes de sa mort !

  152. Steph dit :

    Nora, finalement, déjà, des fois "elle" se présente comme une nana (genre, "je suis pas correcte" et d'autres fois comme un mec ("j'ai essayé d'être clair").

    […]

    Nora, elle connait tout le monde à Hawaii, ils lui ont tout bien expliqué, donc, voila, faut l'écouter, Nora, et si t'es pad'accord avec elle, ben, t'es qu'un gros naze, voila.

    Puis Nora, qu'est pote avec les blackshorts, ben évidemment elle va tout leur balancer, pour qu'ils viennent nous casser notre gueule à tous, à commencer par le mec qui tient le blog, là…

    Mais Nora, tout de même, elle attend comme nous tous avec plein d'impatience le rapport d'autopsie, malgré les demandes de la famille du défunt, à savoir "respecter leur douleur"…

    ben oui, parce que t'imagines bien qu'à Hawaii, ils s'emmerdent comme des rats crevés alors ils lisent les blogs français, ouais, font que ca et bouffer des chips…

    Alors bon, Nora prévient, menace, exige, Nora défend mieux les désirs de ses amis hawaiens que les principes essentiels de la liberté d'expression, décidément.

    Ce message de l'auteur n'a jamais été insultant ou violent, il est polémique. Il pose des questions, il peut se planter, mais il a le droit d'exister et de poser ses questions. Incroyable de voir la dose de violence parce que messieurs mesdames z'ètes pas d'accord avec l'auteur!

    Pareil pour le respect qu'on est supposé avoir pour la parole d'un "surfeur pro" (oh mon dieu:) et de ses avis soi disant autorisés! Hola, eh, les mecs surfent bien, mais ca s'arrète là, c'est pas non plus des sommités intellectuelles ni des philosophes ou je ne sais quoi! Surtout quand on touche à leurs intérêts, marques, sponsors et journaux!

    Les mecs ont un avis comme les autres, mais le genre "moi je sais", c'est un peu ridicule!

    Respect pour tout le monde, mais pas plus ou moins selon que t'es surfiste professionnel, photographe, médecin ou autre, faut arréter le délire, ca me rappelle le sketch de Coluche sur "les avis autorisés"! Qu'est ce que tu fais, là? ouah, chais pas, j'vais ptèt m'autoriser un truc, là…

    [Commentaire modéré]

  153. Marc dit :

    Tu es mal tombé ,rien à foutre de tes plans à la con ,et ce n'est certainement pas un pékin qui va m'interdire de m'exprimer sur le monde du surf ( tu n'étais peut être pas né que je surfais déjà )Pour ma part tu fais partie de ce grand cirque d'aprés ce que j'ai pu lire ….alors à plus gros blair ….!!!

  154. Guillaume dit :

    Modération : je suis obligé de modérer les messages car je ne veux pas que ce sujet tourne au règlement de compte entre internautes.

    Toutes les attaques personnelles ou diffamatoires seront modérées.

    Je ne suis pas d'accord avec Nora mais ce n'est pas une raison pour s'en prendre à elle sous couvert d'anonymat. Elle a le mérite d'avoir donné son nom, ce qui n'est pas le cas de tous ceux qui commentent. J'ai pu la contacter par téléphone pour échanger nos points de vue et j'ai pu constater qu'elle était très touchée par cette tragédie, comme beaucoup d'entre nous. Mais ce n'est pas une raison pour que nos mots dépassent notre pensée. Essayons de donner une meilleure image de l'entente entre surfeurs que celle qui transparaît dans ce post.

  155. Marc dit :

    J'ai oublié de dire que je répondai à Nora ….

  156. Steph dit :

    Ah ben alors si ca modère, alors, ptèt ca passera pas mais tant pis!

    J'oubliais que la famille Irons veut qu'on respecte sa douleur, ce qu'est tout à fait normal, même moindre des choses, mais billabong a officiellement demandé qu'on envoie des sous à un fond pour, si j'ai bien compris, l'éducation du gamin d'Andy Irons qui va naître…pas de problème là dessus, si ce n'est que j'imaginais qu'Irons avait pas mal de thunes (rien qu'à Tahiti, il a gagné deux ans de mon salaire, au moins…), et qu'en plus, le sponsor, ben, il pourrait peut être commencer par filer sa thune à lui, voila, et enfin, dans le genre, "respectons la douleur", ben, ca pouvait peut être attendre un peu, tout de même, l'appel de fonds!

    Rien contre le principe, mais y'a tout de même abus sur le calendrier, surtout que c'est plein de pub "RIP Irons" avec marqué en gros "billabong" dessus…je trouve pas ca très respectueux, plutôt un gros besoin de capitaliser sur le décès, ouais…Qu'en penses les blackshorts?

  157. Rossiaud Alain dit :

    C est la première fois que je réagis a un blog,mais la c est tellement énorme ces réactions.Le surf a toujours flirté avec les drogues, l alcool et la fete.Tout les gens concernés par le surf "business" on fait de grosses teufs,on a tous perdu des potes dans les années 70 80 a cause de la dope,c est malheureusement un phénomène de société qui touche tous les milieux.Ce phénomène c est aggrave,la coke ,les amphets on pris le pouvoir,les jeunes boivent bcp plus mais accuser le surf business,les mags de surf c est d un ridicule,je ne suis plus fan de ce milieu que j ai vu grandir,c est un milieu caricatural qui se gargarise de valeurs ecologiques et de liberté qui n existe que ds leurs pub
    Mais accuser entre autre billa et l asp de non assistance pour Andy c est dégueu ,tout le monde c est félicité de son retour ds la compet et tt le monde a cru qu il avait tout arreté,il a 32 ans il va etre Papa,il gagne comment peux tu penser qu il va mourir a cause d une fièvre,doit on fouiller les affaires de son surfeur pour voir s il se drogue encore?Doit on mettre en place des controle anti dopage qui ne marche que moyennement ds d autres sports?La vrai question c est comment arreté l alcoolisme grandissant des jeunes,les addictions a la coke et entre autre,reapprendre aux jeunes a faire la fete ss autant d excés
    Ce qui m a plu c est que marc laco,alain riou,tim boal etc reagissent ca prouve que ces jeunes surfeurs sont concernés et en plus ils sont cleans
    Les surfeurs ne sont que des etres humains avec les memes faiblesses,on a juste la chance d évoluer ds un milieu et un cadre magique,le paradis a un prix!!!Mais si on est objectif c est un milieu qui s en sort pas mal et moi qui voyage pas mal assez solidaire ,j y ai fait de belles rencontres,je crois que l histoire d Andy il faut la laisser rentrer ds la légende meme avec son coté sulfeureux,les polémiques sans savoir et pour régler des comptes avec le milieu sans vraiment savoir c est stupide
    Bon surf a tous

  158. Franzouille dit :

    Quand on voit que le bracelet power balance a été interdit des compétitions de surf, on peut s'interroger sur leurs compétences!
    RIP Iron et to style unique!

  159. Julien M dit :

    Ce déballage reflète bien l'importance qu'avait Andy dans le monde du surf. Il a toujours fait parler de lui. Andy, on l'adorait ou on le détestait. Mais ça, il s'en moquait. Certains préfereront certainement un Kelly, beaucoup plus soucieux de son image. Alors oui, bien souvent on pense que lorsqu'on est connu, on se doit d'être un model de perfection. Mais Andy n'en avait que faire et il avait bien raison! Il a su rester lui-même et se foutait de ce qu'on pouvait penser de lui, même si certains commentaires ont pu le blesser. Il était nature et vivait sa vie à fond!
    Pour l'heure on ne sait pas ce qui s'est passé, on ne le saura peut-être même jamais. A la rigueur je m'en fous!
    Tu te permets de soulever des problemes le concernant, mais l'avais-tu ne serait-ce que rencontré? D'où tiens-tu tes informations au sujet de sa sois-disant sur-consommation d'energy drink ou de somnifères? Tu dormais avec lui? Et que dire de ta références au Power Balance? Ridicule! Apparemment tu avances des choses sans preuves, en reprenant des écrits trouvés sur des sites étrangers, sans même t'assurer qu'ils soient fondés. De plus, si même sa femme ou sa famille n'ont pas réussis à le faire décrocher de ses mauvaises habitudes, comment Billabong ou l'ASp auraient pu y arriver? je trouves ça lamentable de porter de telles accusations.
    Concernant Porto Rico et connaissant le personnage, s'il avait décidé de quitter l'île, rien ni personne n'aurait pu le faire changer d'avis! D'ailleurs, ses potes R. Powers et Freddy P. n'ont eux-mêmes pas pu l'en empêcher!
    Andy était une tête brulée et lorsqu'il décidait quelque chose, rien ni personne ne pouvait le faire changer d'avis. Personne n'avait à lui dicter ce qu'il devait faire, ou ne pas faire d'ailleurs.
    Un minimum de respet également pour les riders qui se sont exprimés tel Alain Riou qui eux, ont contoyés Andy et de près. Je penses qu'ils sont bien mieux placés que toi pour en parler!
    Il n'y a pas véritablement de probleme de drogue ou d'alcool dans le surf. Tu devrais savoir que ce qui fait la différence à présent au plus haut niveau, c'est la condition physique! Les surfeurs ne sont pas des Toxs!!
    Il m'est arrivé de rencontrer Andy à plusieurs reprises et ce que je retiens de lui, c'est sa joie de vivre. Il était délirant, adorait faire le pitre et était hyper ouvert. En fait, tu fais probablment parti de ces personnes qui le détesté de son vivant.
    Et puis c'était un surfeur d'exception avec un engagement et un style incomparable. A chaque fois qu'il était à l'eau, j'étais impatient et excité à l'idée de voir ce qu'il allait bien pouvoir nous sortir.
    C'était un mec, comme toi ou moi, avec ses qualités et ses défauts.
    RIP Andy! Legends never die…

  160. JM dit :

    Je sais pas ce que vous avez tous à vous énerver.. Cet article est plutôt tendre comparé à la version originale et aux interprétations qui en ont été faites, comme sur ce site australien :

    « The eventual 4400-word story detailed two alarming drug and alcohol-related incidents: one when Irons almost died during a bender in Indonesia in 1999, and another when he became almost uncontrollably violent towards a friend in Fiji this year.

    Irons’s volatility and self-destructiveness were not news to the « insular » world of pro surfing, Melekian wrote. « But they were kept under wraps by an unspoken but understood code of public silence. »

    That code is a consequence of the surf-publishing business model. Surf journalists do not feel inclined to ask difficult questions because the sponsors of the stars they write about also provide most of the advertising revenue for their publications.

    « It’s not explicit, but it’s completely understood (in surf mags) that if you push too hard, there’s a fear that a company will pull its ads out, » Melekian told Media.

    As an anonymous contributor poignantly noted in an online forum attached to Melekian’s story: « I’ve partied with Andy before. We definitely weren’t close, but I’d been around him. Maybe I couldn’t have done anything for him on my own, but the surfing world as a whole and its party scene let one its brightest stars go. In a way, we’re all a little responsible. »

    Source

  161. jack dit :

    Je trouve cet article tres mauvais aussi bien sur le fond que sur la forme. Il n'est jamais trop tard pour changer de metier…

  162. souleyman dit :

    hey , et si Andy n'etait pas mort???? il paraitrait qu'il a decouvert La vague parfaite recemment et qu'il a organisé l'illusion de son décés pour pouvoir la surfer seul!!!

    Ouais les mecs! personne l'a encore dit ça!!!

    IL EST PAS MORT!!!

    IL EST SUR UNE ILE DESERTE AVEC JIM MORRISON ET BOB MARLEY (et aussi Carlos de la pub oasis, mais ça c'est moins cool..).

    Le nom de cette ile c'est ESPERENZA.

    Je suis marin et j'ai croisé au large de cette ile dans l'ocean pacifique il ya une dizaine d'année …je suis repassé à la meme position quelque temps aprés et…ESPERENZA n'etait plus là…Esperanza est là et ailleurs aussi…Ouais les mecs, elle existe et ils sont tous dessus!!!

    Speciale dedicace à toi le futur papou, et fait gaffe en enfilant ton étui pénien!!

    le dzé.

  163. sev dit :

    Il y a un mois, deja. Andy, surfeur legendaire s'eteignait. Choc dans le monde du surf. La verite peut-elle enfin etre dite? Le surf n'est pas toujours tout rose comme l'image qu'en donne le surfbusiness.Affronter ses peurs, la mort, le dan…ger, avoir besoin de cette adrenaline, implique aussi le cote obscure et ces demons qui se cachent en nous. Le surf c''est aussi la connection a la nature, aux autres cultures et a soi. Evoluant dans un milieu ferme ou tout tourne autour de l'argent, a quelles realites sont connectes les surfers pro?Pourquoi un mec qui avait tout pour etre heureux s'est miserablement tue a petits feux? Son monde a lui n'etait surement pas le reve collectif qu'on imagine en lisant les mags et en regardant des DVD produits par l'industrie du surf.

  164. xanou64 dit :

    Qu il soit surfer pro ou non ,il ne faut pas oublier que c était un etre humain avant tout comme nous tous , avec ses qualites et ses defauts , et que nous pouvons tous déraper a un moment ou un autre .
    je prenais plaisir a le voir surfer que ce soit en compet ou en video.
    a mes yeux il restera un des plus grand surfer .
    RIP Andy !!!!

  165. zenon dit :

    bravo pour cet article qui donne un coup de projecteur sur un aspect méconnu, pour ne pas dire planqué du surf. Les commentaires négatifs semblent procéder du "ne salissez pas notre belle passion qui a besoin de pognon pour qu'on s'amuse". Les cyclistes ont procédé de même pendant des années et on voit le résultat au niveau de la pratique des jeunes maintenant. Si un grand coup de balai est fait et si on chasse les brebis galeuses, ça n'en sera que plus profitable pour les survivants.

  166. Mickey Dora dit :

    Un article intéressant qui pèche par sensationnalisme, sans doute à mettre sur le compte de la sincérité et de l'émoi de son auteur.

    Au-delà de ce gâchis, la seule chose qu'on peut retenir est une preuve supplémentaire de amateurisme de l'industrie du surf.
    Billabong perd sa principale tête d'affiche (ils ont investi des millions sur A.I et le seul reproche qu’on puisse leur faire est de n’avoir pas mieux géré leur investissement) et communique maladroitement sur le mode « Rip AI » (ils ont pas un mec d’harvard au board pour leur parler de marketing éthique et de tout ce qu’ils pourraient créer de positif pour l’humanité à partir de cette tragédie ? RIP AI c’est pour contrer K10, c’est ca ???).

    Au niveau du business, quiksilver est en quasi faillite (pas seulement à cause de Rossignol, qui veut encore acheter des fringues quiksilver?), ce sport ne représente quasiment rien au niveau financier (10 millions $ pour Kelly Slater ? ce type devrait valoir 10 fois plus), n'est pas médiatisé (son format actuel de compétition ne le permettant guère) et pèche par son manque de professionnalisme (pas de contrôle anti-dopage, des médias spécialisés qui – à part surfermag- sont des torchons, des émoluments ridicules pour des athlètes de haut niveau etc) qui le rend (et je m’en réjouis) intrinsèquement adverse au mainstream.

    Tout cela se reflète dans ce blog où chacun défend son pré-carré (les commentaires de Marc Lacomare & co sont affligeants : les gars vous avez un égo mais aussi un cerveau, ne l’oubliez pas.) et l’omerta qui règne dans ce petit village (surf = pureté de l’océan, exégèse de l’individualisme etc. le coma éthylique & co c’est pas très vendeur), victime de la mainmise de boites positionnée mainstream dont le seul objectif est d’optimiser leur ebitda (ou est ce que leurs fringues sont fabriquées ? regardez sur le t shirt que vous portez) et qui même si elles sont des nains économiques réussissent à contrôler totalement ce milieu (G. de Soultrait, ou est donc ta conscience journalistique ? Franck Lacaze, merci pour ta franchise).

  167. Aka dit :

    Pour info : le site Agoride a également refusé de fermer les yeux sans pour autant rentrer dans la polémique au moment du décès de A.I.
    Pour résumer l'attitude des autres "médias" spécialisés : Comme dirait Derek Hynd "le journalisme surf n'existe-pas, les vraies histoires restent cachées".

  168. La veuve d’Andy Irons, Lyndie Irons, vient de faire une demande pour décaler de 6 mois la révélation des résultats de l’autopsie qui « risqueraient de ternir la réputation de son mari » et de diminuer substantiellement les revenus pour elle et son fils s’ils étaient révélés maintenant. Elle aurait donc obtenu que les résultats ne soient connus que quand l’emballement médiatique se sera calmé.
    Source1
    Source2

  169. Olivier64 dit :

    Quand je pense que mes élèves, qui ont 7ans, savent que dans un débat on doit respecter la parole et le point de vue de chacun. Et quand je vois que la majorité des personnes qui ont pris part à cet échange sont des adultes et bien j'ai de la peine pour eux.

    Après chacun a son opinion et ce n'est pas la peine d'être agressif ou de proférer des menaces quand on n'a pas le même point de vue que certains.

    Ce n'est pas étonnant qu'il y ait de la tension sur certains spots quand on voit comment réagissent certaines personnes.

    Soyez matures. Quant au cas d'Andy Irons: wait and see.

    Bon surf à tous.

  170. Jeremy dit :

    Trop d'imparfait, de conditionnel, de questions, de
    "peut-être", de bons sentiments, de "tout le monde", de "personne"
    pour que cet article puisse être considéré comme une source
    d'information sérieuse, documentée, organisée. Et, je suis désolé
    de le souligner, mal écrit. Trop de l'émoi/égo de l'auteur au
    détriment de l'information, mal structuré, construction
    hésitante… Au final, on a là un concentré faussement
    sensationnaliste, où l'on donne autant d'importance aux rumeurs
    qu'au faits, aux commentaires qu'aux actes ; une mauvaise pige, une
    mauvaise manière d'aborder la prévention et un article de blog sur
    les ressentiments de l'auteur trop long pour passionner les foules.
    C'est dommage, car pris indépendamment les uns des autres, les 3
    sujets ont tout le potentiel pour être intéressants, voir
    captivants. Par ailleurs, cher auteur, "l'autre excellent surfeur"
    qui a laissé un message sur le Facebook de Surf Prevention, a beau
    avoir un avis intéressant à vos yeux – en ce qui me concerne, je
    pense qu'il utilise trop de mots pour brasser du vent – mais son
    avis avis n'est absolument pas argumenté, ce n'est qu'un déballage
    de ressentis succins sans aucun fait. Je remets donc en question
    votre esprit critique. Bien à vous.

  171. Alice dit :

    Bonjour a tous, merci pour cet excellent article, que je
    trouve enfin apres m'etre demandée longtemps si par miracle,
    quelqu'un sur cette planete allait dire tout haut ce qu'absolument
    tout le monde pense tout bas… Bravo donc pour ton courage
    Guillaume, vraiment, un peu d'honneteté ca fait du bien! Sacré
    business du surf… eh oui, les grandes marques, et ceux qui a
    travers elles se payent des villas au bord de l'eau et/ou des surf
    trips en Indo, n'ont pas intéret a ternir leur image… c'est une
    évidence. La réaction de Gibus de Soultrait me décoit beaucoup et
    il aura perdu (au moins) une lectrice de Surf Session dans
    l'affaire. Mais pas ses pages de pub, c'est sur! Le point le plus
    important je crois est celui-ci: dire qu'Andy était un drogué, ce
    n'est pas lui manquer de respect. Ce n'est pas "scabreux" comme dit
    un commentaire. Les addictions peuvent faire partie d'une vie.
    Chacun etre humain a ses joies, ses gloires, et aussi ses
    faiblesses et ses moments plus noirs. Ceux qui s'écrient "oh mais
    Andy était adorable, ton article est dégueulasse" sont ridicules:
    OUI on peut prendre de la drogue et etre gentil et attachant!! Ca
    n'est pas incompatible… Mentir, occulter, rendre taboues des
    choses qui ont fait partie de l'histoire d'AI, c'est cela, lui
    manquer de respect. Vous qui écrivez 300 fois RIP et refusez qu'on
    évoque la vérité sur ses souffrances, vous etes irrespectueux
    envers l'homme et le champion qu'il était. Certains parlent de son
    fils: je pense qu'on grandit mieux et plus sainement en vivant dans
    la transparence, en connaissant les choses, en constatant qu'elles
    sont assumées sans honte par l'entourage et la famille, plutot que
    dans le secret, la honte, et en sachant pertinemment que la vérité
    est cachée. Bon surf a tous!

  172. benboudaoud dit :

    put*** c moche de salir la mémoire de celui qui fut peut-etre le plus insane surfer de presque tous les temps eddie would go 🙂

  173. nico dit :

    Se sentir seul face à une maladie qui vous ronge chaque jour un peu plus ,qui a débouler petits pas par petits pas dans votre vie pour finir par y prendre toute la place c'est difficile à accepter: une place monstre .On se sent presque à l'aise les premières tentatives de freinage ,la santé va revenir je m'y met ce coup ci a fond …quoique cela fait tout de même quasiment 10 ans que je gère pas trop en fait!!!mais on se débarrasse pas d'une aliénation comme ça! ça colle au basket la dope quand on a mis les pieds dedans et beaucoup sont surpris de voir de quelle façon terrible ils reçoivent…
    Cyclothymie vertigineuse,dépressions,sueurs froides,MANQUE…
    C'est là qu'on se demande si un peu d'aide ,pouvoir se livrer a quelqu'un de sain serait envisageable comme: un médecin, un ami, un frère (alors qu'au départ on gère pardi! on occulte complet le dérèglement on se persuade que ça va ce n'est pas si terrible..)
    Puis avec effroi on se rend compte que la route de la guérison va être salement longue et salement difficile à encaisser (fini de gérer tranquille tout seul),mais on ne veut pas trop parler de ces phases de la toxicomanie ou de la toxicomanie en général. Dommage c'est le premier pas vers la guérison: une épaule,une béquille ,un soutien,des gens informés qui vous feront gagner du temps dans cette foutue longue rémission car on y revient presque à tout les coups on se sent alors merdique d'y retourner mais les rechutes sont plus que fréquentes et la perte d'estime de soi mêler aux problèmes physiques récurrents vous anéantissent c'est a partir de là que se présente un carrefour où l'on décide de se faire mal et d'allonger des années d'efforts afin d'aller mieux ou bien on n'entrevoit plus rien de bon on ne se sent plus la force ni d'en parler ni de se battre on compense facilement avec d'autres produits ,on mélange,on oublie ,on s'oublie et là si il n'y a pas une main tendue on se noie,peu importe que l'on soit un grand sportif,un musicien,un artisan .
    Il y a souvent derrière ce comportement une cicatrice cachée,ou bien souvent un problème psychiatrique latent qui se déclenche avec une consommation excessive .Ce qui est certain c'est qu'il n'y a pas plus de surfer qui tombent dans l'excès que n'importe qui d'autre la drogue est partout et de nombreuses personnes de tous horizons confondus sont susceptibles de croiser sa route.
    Prenez soins de vous ,bon surf et n'oubliez pas de vous informez de dialoguer .Quant a ceux qui ont déjà un pied dedans tentez de vous poser la bonne question :qu'est ce qui fait merder ma vie????qui peux m'aider?

    • Alex dit :

      Très bon témoignage… tellement réaliste. Perso j'ai eu la chance de tomber sur une très bonne amie pour m'épauler et changer, sans elle je sais même pas si je serai encore là.

      je plussoi cette phrase "Puis avec effroi on se rend compte que la route de la guérison va être salement longue et salement difficile à encaisser " C'est le moment ou l'ont tombe au plus bas, ou on se rend compte à quel point on est dépendant. Mais il faut faire face, c'est le seul moyen pour guérir.

      Je souhaite beaucoup de courage à tout ceux qui essaye d'arrêter, dites vous que vous allez en chier pendant 3/4 mois et qu'après ça sera OK, gardez la face.

  174. Dav dit :

    Merci à toi Ô grand ecrivaillon insignifiant du web. Merci de nous rappeler que des gens (selon les ouïes-dire) drogués valent parfois (trop souvent même) mieux que des gens dénués de toutes addictions, bien qu'un excès d'ego chronique semble te faire souffrir, l'addiction à l'écriture nauséeuse étant aussi nocive que la plupart des drogues connues: tenter de faire le buzz sur le dos d'un surfer mort en se donnant le rôle du bon samaritain..
    N'as tu réellement aucun amour propre? De foi en ce que tu fais?
    Traiter de l'alcoolisme sur le dos de feu AI, un personnage tellement complexe et tourmenté, mais tellement méritant.. Si il fallait être alcoolique pour devenir quelqu'un d'aussi honorable, j'hésiterai pas longtemps.
    Il y a certaine personne en ce monde pour qui l'addiction n'est qu'un soulagement, si douloureux soit-il, des gens qui contrairement aux addicts notoires ne peuvent faire autrement, non pas par dépendance physique, ou par défaillance psychique, mais par un réel besoin née d'un profond malêtre. Tu imagines un homme qui vit sa passion, qui y excelle, qui est libre comme l'air boire parce qu'on l'incite? Un triple champion du monde, réputé pour un esprit combattif (qui n'est évidement pas étrangé à son succès), qui a parcouru le monde, qui a rencontré plus de gens en une trentaine d'année que la plupart des personnes dans leur vie tomber dans ce genre de piège?
    Ouvre tes yeux étriqués et accepte qu'une douleur pour toi peut être un soulagement pour un autre. Que si prisonnier il était, les chaines qui le retenaient n'étaient sûrement pas éthylique, ou hallucinogènes ou que sais-je encore, mais bel et bien dans son cerveau, son cœur, sa foi, son âme, son être tout entier.

    C'est la raison pour laquelle ton article en plus d'être un coup bas gratuit, blessant, et souillant n'a pas lieux d'être. Si au moins tu avais eut le cran de crier ces "ouïes-dire" de son vivant qu'il puisse, pas forcément te coller un direct du droit bien placé, mais te montrer son indifférence certaine à ton égard..

    Je suggère le retrait pur et simple de cet article.

  175. gladys dit :

    Bonjour , je suis designer ( rien à voir 🙂 ) mais tout le monde sait que dans le domaine artistique ce genre de soucis est monnaie très courante on peut même dire que c'est le milieu le plus touché !
    Je pratique le surf en tant que hobbys donc je ne sait pas ce qui ce passe réellement à l' intérieur , je ne juge ni accuse qui que ce soit mais, je crois surtout que la chose la plus importante n'est pas seulement de dire ni d'écrire mais surtout d' agir . Peut- importe ce qu' il s' est passé,c'est triste et ça peut arriver à n'importe qui mais celà doit servir de leçon car on est pas immortel et chacun doit apprendre à prendre soin de sois pour vivre au mieux car la vie est effectivement courte et que c'est seul qu'on la construit malheureusement … Il y a eu déçès et AI n' est plus, il est enfin en paix et tout ce qui ce dit à son sujet n' a plus vraiment d' importance . Maintenant, ce qui compte vraiment c'est de penser à ceux qui sont encore sur terre et qui on besoin d'aide et faire en sorte que le présent que nous faisons soit meilleur pour les générations futures ! Une pensée à sa famille qui je crois a besoin d' être soutenue encore en ce moment…
    ps: je sais que mon commentaire est un peut tardif mais , je viens de découvrir ce blog et je voulais aussi laisser un message ! Prenez tous bien soin de vous
    @ bientôt Gladys

  176. Après avoir fait décaler de 6 mois la communication des résultats d'autopsie d'Andy Irons au public, Lyndie Irons a obtenu un délai supplémentaire de un mois. On ne connaîtra pas les conclusions du rapport d'autopsie avant la 20 juin 2011, sauf si la famille arrive à empêcher une nouvelle fois leur publication: http://outside-blog.away.com/blog/2011/05/andy-irons-toxicology-report-stalledagain.html . Aux Etats-Unis, ces informations sont censées être publiques.

  177. Philippe dit :

    Personnellement, je sais que les addictions sont évidemment mauvaises, comment pourrait-il en être autrement? Mais elles restent l'affaire de chacun. Il faut bien sûr aider, si on peut, les personnes souffrant d'addiction, quelles qu'elles soient, mais de là à culpabiliser comme on le fait parfois. Aidons ceux qui ont une addiction, plutôt que les culpabiliser, eux ou leur milieu. Que celui qui n'a jamais… jette la première pierre. Tous, nous avons des démons. Personnellement, je ne suis pas un saint, mais je n'ai jamais fait de mal à qui que ce soit sauf à moi. A la limite, c'est mon affaire. Je ne suis pas surfeur, mais ce désir de vouloir à tout prix contrôler et empêcher, à la limite, toute addiction dans le monde du surf, est assez inquiétant, en fait. Autant vouloir tout empêcher dans tous les milieux, car les addictions diverses ne sont pas le monopole du surf, mais de tout milieu de la fête, du sport, des arts etc… J'ai des voisins qui tournent au pastis tous les soirs, et pas mal, mais ils ne feraient pas de mal à une mouche. Par contre, des ados qui ne boivent pas une goutte d'alcool ou de quoi que ce soit dans le même immeuble font énormément de mal autour d'eux et cherchaient à un certain moment à terroriser tout le monde. Comme quoi… J'ai connu un manager dans une entreprise qui considérait les fumeurs de cigarette comme des criminels car à long terme, ils coûtent de l'argent à société quand ils tombent malade. Incroyable! Autant empêcher les gens de mourir, ou inversement de vivre, car dans les deux cas, chacun de nous coûte de l'argent. Par contre, le même manager fermait les yeux sur d'autres managers qui harcelaient de manière terrible leurs subalternes. Lui-même n'était pas un harceleur, mais il ne disait rien sur ceux qui faisaient ça. C'est la violence envers les autres qui tue la société, pas la violence envers soi. J'ai beaucoup de tendresse pour les gens qui souffrent d'une dépendance, nous en avons tous, c'est souvent un exutoire pour une souffrance intime, qui vient la plupart du temps de l'enfance et de la famille.
    Pensons à ce que Andy Irons a fait de bien autour de lui. C'était un sportif qui avait l'air gentil avec les autres, apparemment. S'il s'est fait du mal à lui-même, bon… Mais pensons aux belles choses qu'il a laissé.

  178. junior_brasil_surfeu dit :

    le problème est, si on commence a parler
    de drogue, le monde du surf va être vide lol
    tout le monde ce qui dans le surf il y a beaucoup de drogue…
    moi je commence dans le surf dans les annes 89 au brésil et j'ai connu
    la cannabis donc drogue qui je fume jus q a aujourd'hui…
    chacun ses problèmes chacun ses choix…
    aloha…

  179. pierre dit :

    je trouve cet article assez honteux. les problèmes, quels qu’ils soient, de chacun ne regardent qu’eux, même dans le cas d’un personnage public comme andy irons. cet article est voyeuriste, sensationnaliste, clairement à vomir.
    je pense que ce genre de dérives peuvent également se soigner donc n’hésite pas à consulter et abstiens toi de pondre pareil étron la prochaine fois.
    on ne peut pas tout se permettre sous prétexte de prévention.
    à bon entendeur

    • niko dit :

      Je ne pense pas que tu ais bien saisi l'orientation de ce texte, qui est plutôt adressé au surf business et ses dérives.

    • Pierre, lis cet article plus récent où est évoqué le moment où Andy Irons avait souhaité parler de ses problèmes publiquement mais n’avait pu le faire : https://blog.surf-prevention.com/2011/11/02/andy-irons-un-an-deja/

      Le problème est qu’il était dans un système où il lui était difficile voire impossible d’en parler. C’est cela que l’article dénonce.

      Il faut briser ce tabou sur la drogue dans le monde du surf.

      C’est bien beau de vendre du rêve mais il faut aussi accepter de regarder les choses et les personnes comme elles sont.

      Ceux qui occultent une part de la personnalité d’Andy Irons et qui continuent à vendre de lui une image qui ne lui correspondait pas sont ceux qui devraient se poser des questions.

      Sur Surf Prevention, on essaie de montrer les choses telles qu’elles sont, même si la vérité sur certains sujets est parfois difficile à lire.

  180. juan"French&quo dit :

    Bienvenus sur planète omerta,les copains!!! Va d'abord falloir s'attaquer au "gros poissons"qui vendent la drogue légalement et "letalement"sans suivi psychologique,personnellement je préfère être entouré de vrais amis,ceux qui te rappellent à l'ordre quand tu part en "vrille"malheureusement les gens vrais sont en voie de disparition,çà,ça donne envie de se droguer!!! Encore personnellement ,le surf m'a sauvé la vie plus d'une fois mais lorsque je suis éloigné de la mer et des dauphins le surf me tue c mon médicament(faire sevrage avec délicatesse )et quand je suis en ville les "bizouter"de l'état (mes concitoyens )drogués à la presse people ,reality show & co,amis virtuels,j'ai envie de me flinguer sournoisement .
    Que dois-je faire Dr surf? Plus de surf,n'est-ce pas? Voir une consultation mensuelle chez Dr surf, quand ma "meuf" a c mensualités à me faire payer,ja,ja!!!(surtout éviter de me traiter de misogyne ,le blog pourrait exploser…)
    Et oui,le surf t'apprend à ne pas avoir peur donc il faut emmerder personne et surtout pas un vrai surfeur,ça fait mal!!!lol
    V for Vendetta,a consommer sans modération ou "modérateur "de blog…………….
    A plus et surtout garder le soul,soûl,merde c plus écrire !!!
    Hey,c thérapeutique d'écrire! peut-être une révélation ?
    dur,dur,de rester zen…..et bla,bla,bla,bla!!!!!!!!!!!!

    Juan"French"

  181. Tuba40 dit :

    Je félicite, tardivement, Guillaume pour son article.
    Le rédacteur en chef de Surf Session le qualifiait de déballage, on s’étonne que les ventes de magazines de surf aient chuté ! Cela fait 10 ans qu’on y retrouve les mêmes articles sans profondeur, validés par tous les acteurs de l’économie surf. Merci Surf-prévention d’offrir d’autres voix au milieu du surf, une alternative à la dégénérescence mentale.

  182. Olivier Nicolas Escavi dit :

    Bonjour,

    Quatre ans après la parution de cet article et après avoir lu tous les commentaires, je m’aperçois que la personne qui écrit d’une manière grossière, vulgaire, et agressive est la même personne qui est venue se mêler de problèmes concernant uniquement notre famille au mois de mai 2014. Elle parle de respect, alors qu’elle ne connaît pas ce mot, jugée par les contacts que j’ai pu avoir, d’adolescente retardée à plus de 60 ans) Il est bien évident que s’il faut compter sur de tels énergumènes pour entrer dans un débat de fond sur les problèmes d’alcool et de drogue dans le surf, ce n’est pas la peine. En revanche, Guillaume, il était inutile de déballer autant de choses pour parler de ce phénomène d’addiction. J’ai bien aimé la réponse de Steph, mais il s’est donné du mal pour rien.

  183. Grégory Indrowski dit :

    Je trouve cet article très pertinent […]. Pour moi un athlète de haut niveau, quel qu’il soit, qu’il soit un dieux ou pas, prenant des merde pareil, n’est pas quelqu’un de très responsable finalement, ce qui est fort dommage et très regrettable.

  184. Papy Claironne dit :

    C’est bien de dire les choses, le mieux seraient de « former les formateurs » pour qu’en même temps qu’ils enseignent ce sport aux jeunes, ils expliquent par quel phénomène physique au niveau des hormones, le manque de surf amène à boire puis à se droguer ou les deux à la fois directement suivant les forces de caractère de chacun. Papy fait un copié collé de ce qu’il a déjà écrit ailleurs :

    Bonjour, assez court pour comprendre que la drogue peut-être omniprésente, si l’information sur la dopamine n’est pas expliquée aux jeunes qui débutent. Il devrait y avoir en parallèle des cours de surf, une prévention, non pas en disant : attention, ne prenez pas de drogue c’est mauvais pour la santé, mais expliquer tout le mécanisme du cerveau à ce niveau. mais peut-être que cela est déjà fait, je ne sais pas. Avis aux profs de surf, l’été arrive, comme disait l’autre : le changement c’est maintenant !

Laisser un commentaire