L’explosion d’une centrale nucléaire au Japon consécutive au tremblement de terre du 11 mars a ravivé les craintes du nucléaire, non seulement au Japon mais dans tous les pays susceptibles d’être concernés un jour par ce type d’accidents ou par les nuages radioactifs qui s’en échappent. La sécurité totale du nucléaire est une légende comme vient nous le rappeler cet événement tragique. Les risques sont peut-être limités quand tout va bien mais il suffit d’une catastrophe (ici un séisme, un tsunami mais demain peut-être le terrorisme nucléaire, une guerre…) pour mettre en péril ces installations et menacer la vie des personnes habitant à proximité.

Au tremblement de terre et au tsunami meurtriers, s’est donc rajouté le suraccident provoqué par l’explosion du réacteur numéro un de la centrale nucléaire de Fukushima, à 150 kilomètres de Tokyo. L’incident grave qui a affecté la centrale de Fukushima-Daiichi a été classé de niveau 4 (sur 7) et serait moins grave que celui de Three Mile Island (1979) de niveau 5 et de Tchernobyl (1986) de niveau 7 maximal. Mais aux dernières nouvelles peu rassurantes, le système de refroidissement d’urgence du réacteur n°3 de la centrale nucléaire serait en panne d’après l’agence de sûreté atomique japonaise.

Neuf personnes auraient déjà été irradiées sur les installations de Fukushima. La population a d’abord été évacuée dans un rayon de 10 km puis 20 kilomètres autour de la centrale. La population a été appelée à rester calfeutrée chez elle et ceux qui sortent doivent utiliser un masque ou une serviette mouillée pour protéger les voies respiratoires, tout en se couvrant la peau pour ne pas l’exposer à l’air radioactif. Les autorités s’apprêtaient samedi à délivrer de l’iode aux riverains des centrales.

Les ministres français ont essayé de dédramatiser la situation à l’issue d’une réunion avec des acteurs du nucléaire français. Le ministre de l’industrie et de l’énergie Eric Besson a déclaré « Au moment où nous parlons c’est un accident grave mais ce n’est pas une catastrophe nucléaire (…) Ça n’a strictement rien à voir à ce stade avec Tchernobyl ». Il faut faire attention « de ne pas sonner un tocsin qui n’existe pas à ce stade ». Pour Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l’écologie, il n’y aurait « pas de risque » pour les populations des territoires français d’Outre-Mer. « Aujourd’hui ont été relâchées dans l’environnement des émanations de vapeur faiblement radioactive qui au moment où nous parlons ne semblent pas devoir être dangereuses pour les Japonais eux-mêmes et donc forcément pas dans les territoires d’outre-mer (…) Les vents poussent vers le Pacifique et il y a peu d’échange de vent entre l’hémisphère Nord et l’hémisphère Sud (…) Si besoin était, des dispositions seraient prises pour protéger les Français d’Outre-Mer d’après NKM. Eric Besson a précisé de son côté que toutes les centrales françaises ont été conçues en intégrant les risques sismiques et d’inondation et qu’elles sont révisées régulièrement.

Le vent pousserait pour le moment la pollution nucléaire vers le Pacifique, à tel point que la Californie qui possède déjà un système de surveillance du taux de radioactivité dans l’air et dans l’eau est prête à renforcer sa vigilance si besoin. Car si le réacteur numéro 1 de la centrale nucléaire de Fukushima entrait en fusion ou dégageait une fuite importante, le nuage radioactif pourrait traverser tout l’océan Pacifique jusqu’à la côte ouest des Etats-Unis…

Mais à l’heure où nos ingénieurs envisagent même des centrales nucléaires sous-marines (!), n’est-il pas encore temps de sortir de cette logique du tout-nucléaire pour basculer sur d’autres sources d’énergies comme l’éolien par exemple ? Des associations comme Sortir du nucléaire ou Greenpeace sont montées au créneau pour dénoncer une nouvelle fois les risques du nucléaire.

A propos de l'auteur :

Surf Prevention est le site sur le Surf, la Sécurité, la Santé et l'Environnement.

 

Tags: , , ,

 

3 Commentaires

  1. nico dit :

    En France a l'heure actuelle on est passé une paire de fois près de la catastrophe ,on en parle surtout pas (nucléaire attention on touche pas on vend même notre boue usagée encore radioactive,on exporte nos dechets restants dans des décharges à ciel ouvert et près des fleuves au fin fond de la Siberie),on tyranise des personnes au travail dont la majorité sont placés sur des postes de hautes dangerosité,hautes responsabilités,quotas d'heures abusifs,reprimandes,pressions pérmanentes,et puis souvent on sait de quelles façons cela fini…

    Alors voilà on engage sans plus attendre une consommation intelligente on s'y met tous,on se sert des marées,du vent, du solaire,des cours d'eau,il faut absolument aller dans cette direction et arrêter de tergiverser à la place d'installer des nouvelles plateformes toujours plus gourmandes en tout pour du pétrole,on veut pas tenter de nouveaux accords au niveau de la valeur du barril et de nos achats faut pas qu'on réduise trop vite attention…Allons y bon sans on a le savoir faire,on a du vent, des courants (une turbine dans chaque passe vous imaginez… des atolls autonomes 100%)avec quoi une turbine inventée par les français (ça fait marcher les jets entre autre…)on a du soleil et tout un peuple qui doit parfois être écouté souhaitant un rétablissement un avenir vers cette "vague bio" certes c'est du bio dans un monde crado, mais c'est une innitiative un concept celui d'essayer d'être cohérent avec tout notre savoir et nos outils afin de nuire un minimum, transmettre (c'est une bombe l'éducation..)même si certains vous traiterons d'utopique de ceci de cela de hippies et ouais je trie,j'ai pas 50 boards,je les répare,je prends pas l'avion 50 fois dans l'année,je surfe les 3/4 du temps prés de chez moi pourtant je surconsomme quand même mais j'essaie de souvent d' y penser le plus possible à comment on réduit comment on baisse on est nombreux ,expliquez comment ne pas vivre sans rien comprendre et n'importe comment.En même temps voilà le business qu'engendre l'énérgie le maillage économiques monstrueux…mais voilà il y a beaucoup de gens qui on envie de vivre moins vite,autrement…

    Quand on prend le temps dés le départs on conçoit en prenant compte de tous les éléments naturels qui vont êtres tout autour alors on les exploitent forcément bien.Mais voilà c'est le début faut s'acharner à pas être con.c'est rude..

  2. Fred dit :

    Normalement, ce post ne devrait pas tarder à recevoir des dizaines de commentaires pro et anti nucléaire (bon, moi je trouve ça bien que l'on en parle, pendant ce temps au moins on ne nous bassine pas avec l'insécurité. Ah, ben si en fait, il s'agit aussi de ça.) Bon ben sinon moi je suggère d'expérimenter une nouvelle forme d'énergie sur la base d'un réacteur rempli de bracelets Power Balance. Il n'y a pas de raison que ça ne marche pas, non ? Sinon pour ce qui est des centrales nucléaires sous-marines, il y en a déjà plein. Dans les… sous-marins, justement. Mais là ce sont les militaires qui gèrent, ça ne risque rien.

  3. nico dit :

    Eteignez vos télés de malheurs et comme par hasard tout vous semblera plus calme et moins débile.Les écrans pour les films,l'outil magique que peut être internet,mais pas la télé trop de dechets dangereux (exploitation de l'être humains,de sa connerie,guider la pensée commune en trois pubs et 20 reportages,la télé ça craint ça vous met dans un état dépressifs ils font ce qu'ils veulent en lobotomisant sans vergogne le peuple.S'en prendre à des enfants les enculés!!!!(Bernie:miky willis,film de mr Dupontel)

Laisser un commentaire