Pour améliorer leurs aptitudes en surf, certains privilégient le golf, la musculation, les sports de combat, voire le rugby… Et si la meilleure préparation au surf était une activité physique beaucoup plus simple et naturelle comme la danse ? Après tout, la danse est peut-être l’activité physique la plus proche du surf : n’a-t-on pas l’impression que le surfeur danse sur les vagues ?

Je me souviens avoir lu un article dans Surfline intitulé « Comment surfer toute sa vie ? » Alors que la plupart des surfeurs interrogés avaient répondu à cette question par des réponses bateau (du genre: bien s’alimenter, s’échauffer, faire des étirements, du yoga…), Peter « PT » Townend, ancien champion du monde de surf, avait répondu très sérieusement : « Allez danser ! La danse vous donne le rythme et vous avez besoin de rythme pour surfer. » Après avoir trouvé cette réflexion un peu loufoque, j’ai réfléchi et je me suis demandé s’il ne s’agissait pas finalement du meilleur conseil que l’on pouvait donner à un surfeur…

Je me suis d’abord rappelé ma vie étudiante pendant laquelle j’alternais études, surf et soirées. Pendant ces soirées où nous allions en boîte de nuit, nous passions des heures à nous déhancher sur le dance floor. Jamais je n’ai ressenti à cette époque de mal de dos après le surf. C’est depuis que je sors beaucoup moins, et que je ne danse donc quasiment plus, que je me suis mis à ressentir des douleurs lombaires. Ceci n’est peut-être pas le simple fruit du hasard ou de l’arthrose débutante du surfeur trentenaire…

En dansant, on fait travailler sa colonne vertébrale, son bassin et ses hanches dans des axes d’inclinaison que l’on travaille moins sur la planche de surf où la posture est beaucoup plus guindée, surtout à la rame. La danse permettrait en quelque sorte de déverrouiller les articulations sollicitées par le surf. Une étude réalisée chez des skieurs semble corroborer cette théorie.

Alricson et Werner ont publié une étude en 2004 sur des skieurs de fond dont l’entraînement s’était fait à base de danse : ballet, modern jazz et danse de caractère. On a observé chez ces skieurs une amélioration significative de leur mobilité thoracique en flexion-extension ainsi qu’en souplesse. Ils se sont également moins plaints de douleurs lombaires que les skieurs ayant suivi un entraînement sans danse. Les surfeurs qui sont souvent trop raides, peu souples et lombalgiques chroniques pourraient vraisemblablement bénéficier d’un entraînement par la danse.

Parmi les bienfaits de la danse*, on retrouve également tous les bienfaits de l’activité physique. Une étude réalisée sur des seniors s’adonnant au tango argentin a montré que cette danse latine favorisait les appuis unipodal et bipodal, la création de meilleures forces de réaction au sol et une sollicitation cardio-vasculaire bénéfique. Ces personnes âgées de 70 à 75 ans obtenaient une plus grande confiance en leur équilibre et une marche plus rapide que celles qui se contentaient de marcher au quotidien. La danse a également un intérêt dans l’amélioration de maladies neurologiques comme la Maladie de Parkinson ou la Maladie d’Alzheimer. Il existe des effets bénéfiques indéniables de la danse sur des personnes malades et sur des personnes saines.

Il serait intéressant de prescrire de la danse à des surfeurs pro ou amateurs et d’étudier les effets sur leur bien-être et leurs performances. Tout dans la définition de la danse la rapproche du surf : la danse est « une activité physique artistique, réalisée en musique, peu contrainte par l’avancée en âge, pouvant être pratiquée par tous, développant les interactions sociales. » Pour le surfeur, la musique est celle que font les vagues ou celle qu’ils écoutent quand ils vont surfer avec leur iPod étanche 😉

Les jeunes surfeuses professionnelles adorent danser comme on peut le voir sur cette vidéo Youtube où Coco Ho, Laura Enever, Nage Melamed et Monyca Byrne Wickey dansent pour l’anniversaire d’Alana Blanchard sur la chanson de la SUPeuse Rihanna et David Guetta: Who’s that chick ? Cela explique peut-être pourquoi ces surfeuses de la nouvelle génération sont si dynamiques sur leurs planches de surf…

Parmi les meilleurs surfeurs aussi, on compte d’excellents danseurs comme Mark Occhilupo qui s’apprête à participer à « Danse avec les Stars » en Australie et qui est un exemple de longévité au plus haut niveau. On se souviendra également de la carrière du regretté Patrick Swayze passé de Dirty Dancing au film de surf Point Break.

Je laisse le mot de la fin à Peter Lewton-Brain, ostéopathe et danseur de haut niveau qui dirige l’ADMR (Association Danse Médecine Recherche) : « Tout ce qui bouge est vivant. Le mouvement bien organisé, c’est la santé. La maladie, c’est le désordre (Disease is disorder). Le facteur organisant, c’est le rythme, lorsque le temps et l’espace sont unifiés. »

Et si PT Townend avait raison et que la pratique régulière de la danse était le meilleur gage de surfer toute sa vie ?

*Le Quotidien du Médecin du mardi 13 avril 2010 – Article sur le Monaco Dance Forum avec présentation d’études sur les bienfaits de la danse par Annabelle Couillandre, kinésithérapeute et enseignante-chercheuse spécialiste du contrôle-moteur à l’Université Paris-X-Nanterre.

Source : http://www.surfline.com/surf-news/health–fitness-how-to-surf-for-life–advice-on-how-to-stay-waterlogged-forever_43040/

Site µInternet de l’ADMR : http://www.admrdanse.com

A propos de l'auteur :

Surf Prevention est le site sur le Surf, la Sécurité, la Santé et l’Environnement.

 

Tags: , , , , , , , , , ,

 

Pas de commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire

Laisser un commentaire