Un drame s’est produit samedi 18 juin 2011 dans l’après-midi sur le spot de Ah Fu face à la mairie de Paea à Tahiti. Le surfeur Nelva Lee a trouvé la mort par noyade suite à une crise d’épilepsie généralisée survenue pendant sa session de surf. Malgré une intervention rapide des surfeurs présents puis du SAMU, le malheureux n’a pu être réanimé.

Ce surfeur de 38 ans, père de famille, était très respecté à Tahiti. D’après Les Nouvelles de Tahiti, il vivait pour le surf. Dans les années 2000, il s’était consacré à la compétition et travaillait à shaper des planches. Il avait inspiré de grands surfeurs tahitiens comme Hira Teriinatoofa.

Rattrapé par des problèmes de santé, la Fédération Tahitienne de Surf lui avait interdit la pratique de la compétition jusqu’à ce qu’il fournisse récemment un certificat médical de non contre-indication à la pratique du surf.

Nelva Lee avait déjà fait une crise d’épilepsie en pleine compétition en février 2008 à Papenoo où il avait pu être sauvé de justesse.

Note de Surf Prevention : le surf chez un sujet épileptique ne se conçoit qu’avec un maximum de précaution (épilepsie équilibrée par le traitement, gilet de sauvetage, accompagnement rapproché dans l’eau…) comme on peut le lire dans la fiche « surf et épilepsie« .

Malheureusement il semblerait que pour Nelva, la passion pour le surf et l’appel des vagues aient étés plus forts.

« Sa mort est une perte pour le monde du surf » a déclaré Pascal Luciani, le président de la Fédération Tahitienne de Surf. « C’est triste à dire, mais il est mort par passion. Il aimait vraiment le surf », « c’était un gentil garçon, il ne méritait vraiment pas cela. Mais malheureusement, il n’aurait peut-être pas dû se mettre à l’eau », « il aurait dû prévenir ceux qui surfaient à côté qu’il souffrait d’épilepsie » ont rapporté des proches et des surfeurs.

Un hommage lui a été rendu en mer en présence des surfeurs locaux dont Michel Bourez, Hira Teriinatoofa, et également de la Miss France Laury Thilleman (photo Tim McKenna) dans le cadre de l’ouverture de la compétition « Tahiti Rautirare Open » qui se déroule sur le beach break de Taharuu.

Toutes nos condoléances vont à sa famille et à ses proches.

Source : Les Nouvelles de Tahiti – Edition du 21 Juin 2011.

Lire aussi : un surfeur épileptique retrouvé mort.

A propos de l'auteur :

Surf Prevention est le site sur le Surf, la Sécurité, la Santé et l'Environnement.

 

Tags: , , , , , , , ,

 

7 Commentaires

  1. Dom dit :

    Je ne connaissais Nelva que de vue… surfer commun d'un des spots de gros la côte ouest de Tahiti où nous nous retouvons quand ça en vaut le coup. Nous échangions quelques mots et blagues comme nous le faisons tous à l'eau (du moins ici où l'ambiance est conviviale entre habitués du spot). Ce jour là, je passais une session de merde : de gros sets qui montaient de minutes en minute et à part quelques take off foireux, c'est Nelva qui m'a permis de prendre la meilleure vague de ma session. Le spot est très spécial avec le back wash qui vous fait souvent voler au take off et une vague, pas dangeureuse, mais qui dépote grave vous entrainant du pic principal au bord sans comprendre comment…. Là n'est pas le problème de Nelva qui connaissait le spot comme personne.
    Il m'a coaché sur mes dernières vagues, sans lui, je serais sorti de l'eau à la rame, minable. Il en a pris une après moi : sa dernière.
    Au début, j'ai cru qu'il s'amusait à revenir en nageant un peu au fond… un jeune plus proche de lui nous a ensuite interpelé en disant q'il y avait un problème. Le temps d'arriver, il avait remonté Delva et à l'aide d'un autre l'avait allongé sur son surf. Les ayant rejoint, nous avons nagés vers la rive, hurlant tous (5 au total) pour avertir les secours qui nous ont attendus passivement sur le parking…. Nelva respirait encore en arrivant dans le shore break…Alors qu'un massage cardiaque (sans bouche à bouche) était entrepris, le pompier sur place, seulement une fois Nelva sorti, à mis 5 minutes à monter son insuflateur… les vrais pompiers sont arrivés 15 minutes plus tard, le SAMU 30 minutes plus tards…
    Nelva était décédé, je ne le connaissais que par le surf. Sans le savoir, il était en fait le fils de ma nounou et voisine… Je culpabilise et souffre de cette mort qui aurait pu être évitée.

  2. Dom dit :

    INTERVIENT, même pour rien
    Je surfe depuis mes 13 ans… j'en ai 43… l'exces de surf m'a usé (articulations, tendons…) mais samedi, après la cérémonie sur le spot, je suis allé surfé en toute confiance un petit Sapinus. Je suis allé surfé seul, en toute confiance, car je savais que les autres surfers présents font parti de la grande famille du surf, et qu'on ne laisse pas mourir un frère… Ce message s'adresse à tout les surfers de la planète : surveilles tes frères ! A la moindre anomalie : INTERVIENT, même pour rien.

    • dom dit :

      Petite précision : Paea, centre de secours. normalement, 2 pompier en cas d'intervention… ici, un seul… J'ai hurlé à plusieurs reprise "PLS", les témoins l'attesteront…… Le plan dur…. le muret du parking… la victime non sêchée en attendant l'arrivée des vrais secours et du défibrilateur….. il y a de koi se demander : 490 millions CP pour un stade de foot…. et les accidents de tout les jours ?….. pas de budget ?
      Croyez moi, une plainte va être posée pour que les urgences soient traitées dans cette commune. 480 millions pour un stade alors qu'a chaque forte pluie nos servitudes ne soient pratiquables qu'en 4×4, 480 millions alors que tous les jours nous subissons les pires accidents de la route de l'ile…. Il faut arretter…. nous avons le pouvoir de changer tout ça aux prochaines élections….

    • koyoyo dit :

      iaorana j etais un grand pote a nelva (black slater) c etais un super mec toujours partant pour tout trip, maintenant je vis en france et je suis vraiment dègoutè et triste un frangin pour moi.je sais en tout cas maintenant que son "mana" restera a jamais a l ocean ou il passait le 3/4 de son temps.je salut les surfeurs de tahiti cote est et ouest moorea et raiatea d ou il venait.cela est tres triste mais ce sont les risque du surf nous sommes tous au courant.nelva brice malik .je dis que je viens de perde un super frangin. je fais un coucou a tous les frangins vaiarii(pt venus) vatea,lau pat,michel d,arsene h,poto,et tout ce qui l aimait.et surtout courage pour ses 2 garçons tuki!! tori!!!
      a plus brad mon frère!!!!!!!!!!!!!!
      koyoyo

  3. drakkars dit :

    Guillaume,

    Vaut-il mieux mourir en surfant ???
    Ou
    Mourir sans avoir surfé ????

    S'il était aussi passionné de surf que nous le sommes tous,s'il avait dû s'arrêter de surfer quand il s'est révélé être sujet à des crises d'épilepsie, il aurait sans doute mal vécu.

    Sachant cela, toutes mes condoléances à ses proches.

    • Truite dit :

      Mieux vaut surfer et vivre.

      Un gilet de sauvetage homologué type kayak permet de maintenir la tête hors de l'eau, même en cas de crise comitiale, et pour les puristes pour qui surfer avec un gilet de sauvetage n'est pas du surf, on trouve des impact vests qui maintiennent également la tête hors de l'eau, bien que non homologuées.

      La question du choix entre le surf et la sécurité est donc ici un faux débat.

      Condoléances à sa famille et ses proches.

    • dom dit :

      le destin… le destin…. c clair que je préfère me noyer dans un gos fat à Mara'a qu'agoniser d'un cancer à l'hopital… Mais nos proches sont ils sensibles à ça… Va leur expliquer…

      Pour avoir du annoncer le décès de mon frère ainé à mes parents…. je peux t'assurer que personne n'est prêt à enterrer son sang qu'elle qu'en soit la raison…. La mort reste souffrance pour ceux qui restent et ont aimé le disparu. Après, le temps fait son travail.. moi, je n'ai toujours pas enterré mon frère… même si mes parents l'ont fait.

Répondre à Truite