Il existe tout un tas de mythes et de croyances autour de la pleine lune et de son influence supposée sur le comportement humain. S’il y a une part de superstition, il semble aussi exister une influence de la position de l’astre lunaire sur le fonctionnement de notre organisme.

La science a décrit différents rythmes suivis par notre corps comme le rythme circadien (perturbé par le jet-lag) ou le rythme saisonnier (dont la dépression saisonnière peut être une manifestation pathologique). Qu’en est-il du rythme lunaire ?

Le surfeur est aux premières loges pour apprécier les effets du cycle lunaire car les grandes marées avec les coefficients les plus élevés (vives-eaux)  correspondent aux périodes de pleine lune (ou de lune noire) qui reviennent tous les 15 jours.

Personnellement, je me sens toujours discrètement plus tendu pendant les périodes de forts coefficients de marée (qui ne correspondent pas forcément à celles de grosses vagues). Je suis toujours un peu stressé par le fait que la marée descend et remonte plus vite, mais même après le surf, il m’arrive de ressentir une tension interne difficile à décrire. Certaines personnes disent ressentir les effets de la pleine lune ou de la nouvelle lune tous les mois, notamment certaines femmes, au niveau de l’humeur, du stress ou de l’irritabilité. On peut penser que certaines personnes sont plus sensibles que d’autres aux effets de la lune.

Il existe une explication « lumineuse » : les soirs de pleine lune, la luminosité plus importante diminue notre sécrétion de mélatonine (dite hormone du sommeil) et nous maintient éveillés pour une session nocturne ou un bain de minuit par exemple (cf. vidéo). Mais cela n’explique pas les effets ressentis chez les personnes qui dorment volets fermés.

Les jours de pleine lune, soleil, terre et lune sont sur une même ligne : c’est à ce moment que l’addition des forces gravitationnelles de la lune et du soleil est à son maximum sur les masses d’eau océaniques et engendre ces grandes marées*.

Pourrait-on imaginer que la force gravitationnelle de la lune ait également une influence sur notre corps, à 60 % liquidien ? Si le positionnement de la lune suffit à déplacer des masses d’eau de mer, on pourrait supputer qu’il ait aussi une certaine influence sur notre milieu intérieur surnommé la « mer intérieure » du fait de ses similitudes avec le milieu marin justement.

A ce stade de l’article, vous vous dites peut-être qu’on se rapproche plus de l’astrologie de Madame Irma que de la médecine… Il se trouve cependant que des études médicales sérieuses ont montré qu’il se passait bien quelque chose dans notre corps les jours de pleine lune…

L’étude « Emergency psychiatric condition, mental illness behavior and lunar cycles » réalisée par l’hôpital universitaire Nuestra Señora de Candelaria de Tenerife aux Canaries a montré que plus la lune était lumineuse, plus le taux d’occupation des lits du service de psychiatrie était important et plus les prescriptions de médicaments hypnotiques (somnifères) augmentait. D’autres études corroborent cette relation entre lune et insomnie : dans l’étude intitulée « Sleepless night, the moon is bright : longitudinal study of lunar phase and sleep » , on retrouve une durée de sommeil inférieure les nuits de pleine lune avec une fatigue plus importante le lendemain matin.

L’enquête Lunacy a révélé que 80% des infirmières d’un service d’urgences et 64% des médecins croyaient que la lune affectait les patients. Parmi ces infirmières, 92% trouvaient les gardes de pleine lune plus stressantes. Ces impressions se vérifient dans la pratique, comme l’a montré cette étude de l’université de Glasgow mettant en évidence une augmentation des symptômes d’accidents vasculaires cérébraux de cause indéterminée pendant les phases de pleine lune.

Il est très difficile de mener à bien des études pouvant confirmer de manière irréfutable une influence de la lune sur le comportement humain. Des études ont réfuté l’influence de la lune sur le taux de tentatives de suicide, les crises d’épilepsie ou sur les accouchements.

Il n’en reste pas moins que le cycle lunaire existe bel et bien, qu’il conditionne aussi bien nos calendriers que les marées et qu’il influence le comportement de certains animaux (poissons, oiseaux…), et vraisemblablement celui de l’homme.

Et vous, avez-vous déjà ressenti des modifications de votre humeur, de votre comportement ou des symptômes inhabituels pendant les périodes de pleine lune ou de grande marée ? Êtes-vous un surfeur « lunatique » ?

*Les marées les plus importantes de l’année surviennent pendant les équinoxes, quand le soleil est au-dessus de l’équateur ; si à ce moment-là, le soleil et la lune sont alignés, on peut obtenir une « marée du siècle ».

A propos de l'auteur :

Médecin, surfeur, auteur du livre Surf Thérapie. Adjoint au maire de Biarritz à l'Environnement, Qualité de Vie et Bien-Être.

 

Tags: , ,

 

10 Commentaires

  1. Une étude vient de montrer l’influence du cycle lunaire sur notre sommeil. Indépendamment de la luminosité, on dort moins bien, moins longtemps, et notre taux de mélatonine est plus bas pendant les nuits de pleine lune:
    http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0960982213007549

    « Evidence that the Lunar Cycle Influences Human Sleep »

  2. mi dit :

    je ressens aussi les effets de la lune à differents niveaux, souvent modulés par les aspects des planètes lorsqu’elles sont en aspect ( et je ne m’appelle pas Me Irma )

  3. Gilles dit :

    J’avais, il y a quelques années, entendu un médecin dire qu’on avait l’impression de moins bien dormir les nuits de pleine lune, mais seulement l’impression.
    En gros, lorsqu’on dort moins bien un soir de pleine lune, on se dit : « Ah ben oui, c’est parce que c’est la pleine lune! », alors que le même phénomène un soir « normal », on ne fait pas le rapprochement avec la lune, le vent.

    On pourrait aussi penser qu’on dort moins bien les soirs de tempêtes, à cause de la pression atmosphérique plus basse, où quand l’anticyclone est à son apogée, ou quand on a mangé trop de raclette (Ah non, là c’est vrai, on dort moins bien!!!)

    En gros, la pleine lune servirait d’excuse.

  4. mi dit :

    je trouve aussi que c’est un bon moment pour jeûner

  5. antony colas dit :

    Tout surfer de mascaret se préoccupe beaucoup des cycles lunaires. La lune impacte le comportement, c’est clair. Et une des explications retenues est que c’est notre mémoire profonde qui se réveille ! Celle de la préhistoire ! A l’époque (pas si lointaine) où on dormait souvent dehors comme tous les nomades qui suivent leurs gibiers ! Et les soirs de pleine lune étaient propices à se faire bouffer par des bêtes plus sauvages encore que nos loups et autres carnassiers ! Et que forcément, ces soirs-là, fallait mieux rester éveillés…Question de survie.

  6. Fred dit :

    Mon ex, sage femme, avait fait son mémoire de fin d’étude sur l’influence de la Lune sur les naissances. Plus de 5000 naissances recensées dans les hopitaux parisiens, essentiellement St Antoine et les hopitaux proches. Et bien aucune corrélation n’a été trouvée entre la phase de la Lune et la naissance, que ce soit sur l’heure, le nombre de césariennes… Par contre, elles ont noté une affluence plus importante les nuits de pleine Lune ou de nouvelle Lune, la plupart des femmes en surnombre étant renvoyées chez elles car physiologiquement pas prêtes pour accoucher. Elles en avaient interviewée une 50aine qui avaient expliqué qu’elles étaient PERSUADÉES qu’elles allaient accoucher ce soir là à cause de la Lune.

    Bref, leur conclusion était que la Lune n’avait pas d’influence physiologique sur les naissances, mais certaines femmes étaient psychologiquement influencées par le fait de connaître la phase de la Lune.

    C’était il y a 25 ans environ… c’est sur qu’aujourd’hui la Lune a plus d’influence à cause de la diminution de la couche d’ozone qui filtre moins ses rayons, ou du réchauffement climatique qui renforce sa luminosité, c’est évident.

  7. François dit :

    J’aime bien le commentaire de Fred. Je l’ai déjà entendu médicalement formulé. Les 3 dernières lignes pour l’humour.
    D’observation personnelle depuis des années en un lieu de marées de très grande ampleur, juqu’à 14 m de hauteur. C’est dans la zone située entre la Bretagne et le Cotentin au fond de laquelle est posé le Mont Saint Michel.
    Je vois que, par différence avec ce que j’ai lu dans l’article; les pleines lunes ne correspondent pas aux plus forts coefficients. On trouverait aisément celui du 20/21 juin dernier, relativement faible (+/- 70 de mémoire) au moment où le soleil se levait à 06 heure du matin, avant que +/- 20 mn plus tard la lune disparaisse. Les deux sont à l’opposé de part et d’autre de la terre. les corps dans l’espace ayant une attraction mutuelle fonction de leur masse et du carré de leur distance, celle de la lune d’un côté minore très largement influence du soleil sur la terre et l’eau qui subit ces deux mouvements contraires réduit l’amplitude de ses marées. En revanche avec une nouvelle lune, soleil et lune se conjuguent et les coefficients sont nettement supérieurs.

  8. Marie-Micheline dit :

    Bonjour

    Il n’y a aucun doute pour moi que la pleine lune a une grande influence sur les personnes. J’en ressens moi-même les effets. …..symptômes d’un problème de santé s’accentuent…traits de caractère plus marqués…..

Laisser un commentaire