Parmi les différents facteurs d’attraction des requins dans la zone des attaques sur la côte ouest de l’île de La Réunion, la ferme aquacole de la baie de Saint-Paul était régulièrement évoquée par la rumeur, sans que les scientifiques ne valident formellement cette hypothèse. Ce facteur de risque requin supposé devrait en tous cas disparaître puisque la société qui gère la ferme aquacole a décidé de déposer le bilan. Comme annoncé jeudi dernier, la ferme aquacole de Saint Paul a pris la décision de cesser son activité pour raisons économiques.

Dans le reportage « Danger Requins » de Thalassa diffusé le 14 septembre 2012 (bande-annonce ci-dessous), il est souligné qu’au même titre que la Réserve Marine, la ferme aquacole de la baie de Saint-Paul était dans le collimateur de certains pêcheurs et plongeurs qui demandaient de les déplacer. Selon Ahmed, un pêcheur du Port de Saint-Gilles, il y avait plein de requins bouledogues sous la ferme aquacole et des collègues en auraient trouvé plusieurs à l’occasion d’une sortie dans la zone. Les responsables de la ferme aquacole ne nient d’ailleurs pas leur présence dans cette zone réputée être une nurserie de requins bouledogues.

Toute la question étant de savoir si la ferme aquacole a pu contribuer à attirer davantage de requins et à les rendre plus agressifs.

Fatigués d’être montrés du doigt, les responsables de la ferme aquacole étaient prêts à cesser leur activité. Pierre Bosc de l’Association Réunionnaise de Développement de l’Aquaculture déclarait dans le reportage: « Si effectivement il est démontré que les cages sont l’unique responsable de ces attaques, il n’y aura pas beaucoup à réfléchir. On anticipera cette décision. »

Depuis sa création en 2007, la Société Aquacole des Mascareignes (SAM) avait commercialisé entre 25 à 45 tonnes par an de poissons frais à destination du marché local (ombrine et sargue doré). Mais depuis 2009, la situation financière de la société avait été fragilisée par l’augmentation des coûts des aliments, du carburant, par la baisse du pouvoir d’achat et par la concurrence des importations de poissons frais, mais aussi par des pertes et les vols de poissons.

En proie à des difficultés économiques, et dans l’incapacité de trouver de nouveaux investisseurs compte-tenu de la mauvaise réputation dont elle bénéficie depuis la crise requins, la ferme marine a donc pris la décision la semaine dernière de cesser son activité.

Reste à savoir si cette mesure suffira à réduire le risque requin sur la côte ouest de La Réunion, dont on sait qu’il est multifactoriel.

Photo AIRCAM Prises de vues aériennes.

A propos de l'auteur :

Surf Prevention est le site sur le Surf, la Sécurité, la Santé et l'Environnement.

 

Tags: , , , , , ,

 

6 Commentaires

  1. Communiqué de Hugues Savalli :

    “J’entends certains journalistes mal informés et polémiques affirmer que c’est la crise requins qui a fait fermer la ferme aquacole de Saint-Paul et que la SAM ne doit pas d’argent. J’étais près de ne rien dire et à me contenter d’entendre qu’ils allaient fermer cette absurdité, mais là c’en est trop.

    Mensonges et calomnie ce n’est pas de l’information, le travail d’un journaliste est d’informer et pour cela il doit vérifier ses sources. La vérité chiffres à l’appui:

    La SAM qui exploite les cages dans la baie de Saint-Paul n’a JAMAIS ETE RENTABLE. Le coût de revient de l’ombrine était supérieur au prix de vente. Une telle structure n’aurait jamais pu exister et perdurer pendant ces longues années sans les subventions massives de l’Etat versées par l’intermédiaire de l’ARDA. Mais voilà la SAM n’est pas un service public et L’ARDA est l’actionnaire majoritaire de la SAM.

    1) Vendre à perte c’est interdit par la loi.

    2) Une association l’ARDA renfloue avec de l’argent public les pertes d’une société privée dont elle est actionnaire: cela s’appelle du détournement de fond publics, je ne pense pas que ce soit légalement possible. Il serait intéressant d’avoir l’avis de la Cour des Comptes sur le sujet…

    3) Une société privée qui fait des pertes sans compenser par des apports doit déposer son bilan.

    Je tiens à disposition des journalistes qui souhaiteraient faire correctement leur travail les bilans des années 2009 et 2010 de l’ARDA et de la SAM, qui attestent de la véracité de mes affirmations ci-dessus.

    Maintenant et pour en finir avec le sujet je souhaiterais que ces mêmes journalistes, qui souhaitent faire pleurer l’opinion publique en insistant sur la mise à pieds des quatre salariés de la SAM, fassent profiter les mêmes personnes en les informant que le poisson élevé sera remplacé par du poisson pêché. Car le ventre des hommes comme la nature a horreur du vide. Pour la même quantité de poisson pêché en mer, il faudra mettre en place une quinzaine d’embarcations de plus, donc 30 emplois en plus.

    On omet également de parler du nombre d’emplois perdus avec la crise requins et les plages vides, des commerçants qui ont dû fermer leur boutique parce qu’ils n’avaient pas l’ARDA pour renflouer leurs pertes, ni d’argent public pour construire leur outil de travail. Demandez à Air Austral ou à Air France le nombre d’annulations et la différence entre avant et après la crise requins. Demandez aux Offices du Tourisme le nombre d’annulations dans l’hôtellerie et les locations saisonnières à cause et depuis la crise requins.

    La crise n’est pas finie. Mais la fermeture de cet engin de mort est la meilleure nouvelle depuis un an.”

    • Payet dit :

      En voila un qui manie plus que bien, la désinformation nous avons vérifié ces dires : tout est faux. L’ARDA n’a jamais renfloué les pertes de cette ferme aquacole. elle est intervenue en 2007 en entrant au capital afin de sauver les équipements techniques et le savoir-faire mise en place. La ferme a été rentable jusqu’en 2010. Depuis 2011 elle connait des pertes qui ont été absorbées par le capital de l’entreprise. Faut savoir juste lire des documents comptables pour le vérifier ! La fermeture intervient alors que les pertes justement ne peuvent plus être absorbées par le capital initial et nécessiterait de nouveaux apports dans le capital. Nouveaux apports qui ont été semblent ils refusés ou non trouvés. C’est pourquoi la ferme aquacole a déposé le bilan.

  2. sebastien dit :

    cette ferme serait donc LA responsable de ces attaques de requin ?
    l avenir nous le dira mais je suis sceptique

  3. Chistophe dit :

    Ouai vous avez raison Mr Savalli, ça va tout changer cette fermeture !…tout comme certains journalistes, vous avez fait autant de désinformation en faisant croire que les responsables étaient la ferme et la réserve ! Mensonge, ignorance !!!!!….le problème est bien plus profond et ne date pas d'hier : le jour où les réunionais prendront conscience que leur lagon est ravagé et que l'eau est ultra polluée, peut être en agissant sur ces leviers, les choses changeront. Evidemment, ça prendra plus de temps mais ce n'est pas en fermant la ferme et la réserve que ça va changer…mais ça, comme beaucoup de gens, vous ne l'avez pas bien intégré !

  4. jerome dit :

    @christophe
    Je pense que vous avez mal lu son commentaire. Il ne dit pas que la ferme est responsable du pic d'attaques de requins, il dit que cette ferme n'aurait pas du "survivre" aussi longtemps, qu'elle vit sous perf d'argent public. Et que cet argent public n'est pas utilisé pr compenser les pertes monstrueuses dues à cette crise du requin et son impact sur le tourisme
    Bien sur que la pollution des eaux est un facteur, les requins ne sont d'ailleurs jamais aussi agressifs que quand les ravines se vident de leurs déchets lors des fortes pluies.
    Bien des facteurs peuvent expliquer ce pic d'agressions de requins (réchauffement climatique, pollution, protection des requins, …). Finalement cela aura au moins permis d'arreter une activité de culture de poissons qui était un gouffre financier…
    Après, c'est bien beau de dire que c'est un problème bien plus global, mais comme vous le dites, ca prendra du temps, et donc ca n'apportera pas de solution à court terme pour protéger les baigneurs et surfeurs qui alimentent le tourisme

Répondre à Chistophe