Contrairement à une idée encore répandue, prendre des médicaments homéopathiques ne veut pas dire qu’on renonce à la médecine, bien au contraire ! Les médicaments homéopathiques sont prescrits par des médecins, conseillés par des pharmaciens. Leur statut de médicament est une garantie de fiabilité et de sécurité pour ceux qui les utilisent. Mais ils ont certaines spécificités très intéressantes pour les sportifs, et notamment les surfeurs.

La première chose à savoir c’est que les médicaments homéopathiques n’ont pas d’incompatibilité avec d’autres traitements. Conséquence pratique, vous pouvez très bien, par exemple, juste après une session de vagues un peu chahutée, associer un médicament homéopathique à base d’arnica avec un antalgique. Il n’y a pas de risque d’interactions médicamenteuses.

Autre point à souligner : les médicaments homéopathiques ne présentent aucun risque de dopage, utile à connaître lorsqu’on est compétiteur ! Et, si vous êtes un pratiquant amateur vous vous posez sans doute la question : si je prends un médicament, va-t-il entraîner une baisse de vigilance ou une diminution de mes capacités physiques ? (question importante si l’on est dans du gros swell !). En homéopathie, ce risque n’existe pas… par exemple, aucune somnolence n’est induite par la prise du médicament.

Les douleurs du surfeur
Qu’elle soit chronique (par exemple le mal de dos qui revient tous les jours) ou consécutive à un choc (l’épaule qui fait mal suite à une grosse chute dans les vagues) la douleur est une réalité avec laquelle le surfeur doit composer. En homéopathie, des solutions existent et leur action peut être très rapide.
La « star » incontestable, c’est l’arnica. Cette jolie plante de montagne est connue depuis la nuit des temps pour son action spectaculaire dans les traumatismes (coups, bleus, bosses). En homéopathie vous trouverez de l’arnica en tubes granules ou doses globules, également en comprimés ou en gel (demandez conseil à votre pharmacien). C’est vraiment le médicament à avoir toujours avec soi, à prendre avant et après une session pour atténuer les douleurs dues à une chute dans les rouleaux, favoriser la résorption d’un hématome, diminuer les crampes et courbatures… c’est un peu le « couteau Suisse » du surfeur ! Dans la démarche homéopathique il y a également la prise en compte de vos spécificités. Si, par exemple, vos douleurs sont généralement améliorées par le mouvement (il faut que « ça chauffe » pour que vous alliez mieux) ou, au contraire, par le repos, il existe des médicaments qui vous sont spécifiques ! Parlez-en à votre médecin ou à votre pharmacien.

Nez, gorge, oreilles… gare aux infections !
Si l’eau de mer est très utile pour l’hygiène du nez, elle peut aussi, chez certains surfeurs, être à la source des problèmes de santé. Vous le savez déjà si vos sinus sont un peu fragiles… au bout de quelques chutes l’eau s’est infiltrée dans vos fosses nasales et les premiers symptômes sont déjà apparus : sensation de pincement à la racine du nez ou d’obstruction. En homéopathie il existe un médicament très souvent utilisé pour lutter contre la sinusite, kalium iodatum. Mais c’est un médicament parmi d’autres possibles. Et, si vous êtes concerné, il est très important que vous puissiez consulter un médecin qui saura vous proposer le médicament le plus adapté à votre façon de déclencher une sinusite. La remarque est valable pour les troubles ORL en général (otites, rhumes, etc.) qui peuvent concerner de nombreux surfeurs (une session un peu « fraîche » au printemps ou en automne se termine parfois… par un gros rhume !). Là aussi, demandez conseil à un professionnel de santé.

Trac, stress, anxiété… maman j’ai peur !
Quand on part à l’eau, le trac, l’appréhension, ne sont jamais très loin. Qu’il s’agisse d’un trac d’anticipation, lié par exemple à une compétition (est-ce que je vais y arriver ?), ou simplement d’une petite anxiété à la vue de vagues « vraiment très grosses aujourd’hui »… ce processus est normal et, pour tout dire, inévitable. Ce qui peut devenir gênant ce sont les conséquences, surtout lorsqu’elles sont trop fortes et lorsqu’elles reviennent systématiquement. Un tel se sentira paralysé au moment d’entrer dans l’eau, un autre sera complètement agité, précipité, se demandant (et demandant à tout le monde) où est-ce qu’il a bien pu poser son matos (souvent à 2 mètres de lui !), un troisième passera une nuit blanche en attendant l’arrivée d’un très gros swell prévue le lendemain matin… on comprend qu’à la longue ces symptômes peuvent devenir gênants… particulièrement en compétition. L’intérêt des médicaments homéopathiques c’est de vous proposer des solutions efficaces, qui agissent rapidement, sans provoquer d’effets indésirables type somnolence, baisse de vigilance, etc. Votre médecin pourra vous conseiller un médicament adapté à vos symptômes. Il existe également des formules toutes prêtes (type Zenalia ou Sédatif PC). Parlez-en à votre pharmacien qui saura vous conseiller.

Et pour les sceptiques, sachez que ces mêmes médicaments sont régulièrement utilisés par d’autres compétiteurs… à savoir, les chevaux de course ! Les éleveurs et vétérinaires savent depuis longtemps que ces animaux sont fragiles et très sujets au stress. Ils ont constaté l’efficacité rapide et sûre des médicaments homéopathiques et les utilisent régulièrement en compétition. A bon entendeur…

Auteur : Docteur Frédéric Voirin, médecin généraliste

Lire aussi : Les médicaments homéopathiques provenant de la Mer.

A propos de l'auteur :

Surf Prevention est le site sur le Surf, la Sécurité, la Santé et l'Environnement.

 

Tags: , , , , , , ,

 

17 Commentaires

  1. oliv64 dit :

    Pour les courbatures, après une bonne session ou même de manière générale après une grosse séance de sport: un bon massage à l’huile d’arnica et le lendemain zéro courbatures.

  2. sebastien dit :

    merci pour cet article intéressant.

  3. DrGonzo dit :

    Je suis assez étonné du manque de recul de cet article!

    En recherchant un peu, si des études limitées et souvent suspectées de conflit d’intérêt concluent à un effet positif de l’homéopathie, les grandes études sérieuses quant aux méthodes d’investigation utilisées, ne laissent aucun doute : l’homéopathie agit au mieux comme un placebo .
    Cet article est donc bien affirmatif sur les effets prétendus des produits homéopathiques. Il serait plus honnête d’indiquer clairement les liens de l’auteur avec un laboratoire d’homéopathie bien connu!

  4. sebastien dit :

    « l’homéopathie agit au mieux comme un placebo »

    Il faudra en parler aux éleveurs de chevaux et au chat de mon grand père (qui était un homéopathe reconnu par ses pairs et ses patients). Ces derniers voient leurs états s’améliorer de façon significative (comme avec l’aromathérapie d’ailleurs).

    Le problème de ces grandes etudes serieuses…c’est qu’elles ne le sont pas… En effet, il est difficile de démontrer l’efficacité si on ne prend pas en charge le patient dans sa globalité.

    Prescrivez vous toujours des statines puisque de grandes études sérieuses en démontrent l’efficacité ?
    Si oui lisez donc l’article du Pr Even dans le nouvel observateur, il reprend les travaux de recherche du Dr de lorgeril (cardiologue et chercheur au CNRS) qui montre que ces études sérieuses sont bidouillées… et donc pas si sèrieuses…

    Je suis comme vous Dr Gonzo, je suis à la recherche d’une étude scientifique sèrieuse concernant l’efficacité de l’homéopathie, mais en attendant les faits sont la… Et si seul effet placebo il y a , un peu de sucre ne peut pas nuire n’est il pas ?

    • nicolas dit :

      « Les faits sont là »… Pas vraiment… Et que chats et chevaux en soient contents n’y change rien. Et la notoriété de votre grand-père non plus.
      Le fait est que notre médecine classique trouve ses limites au quotidien et que ça désarçonne les médecins, plus encore que les patients. Les anti-inflammatoires sont dangereux et les antibiotiques d’usage limités. Alors difficile d’abandonner son rôle de guérisseur au profit de celui de gare de triage (grave/pas grave). Alors pourquoi pas l’homéopathie, l’aromathérapie, même si ça ne sert à rien. Le principal, pour un médecin, c’est d’avoir quelque chose à prescrire pour garder son aura de guérisseur. Le diagnostic ne lui suffit pas. Il faut laisser au malade l’illusion que le médecin est puissant et pas seulement clairvoyant. Mais ça reste un mensonge, même si ça fait du bien aux plus crédules. La médecine devient alors une croyance, une foi aveugle et innée. On redevient des chamans. Aprés tout, pourquoi pas… A quand le retour des rites et des sacrifices de poulets…

  5. just1 dit :

    Voici une vidéo très instructive sur l’homéopathie pour se faire une idée.
    http://www.dailymotion.com/video/xqr6i9_lazarus-mirages-homeopathie_webcam#.UR0xNZHQQu8

  6. sebastien dit :

    Nicolas,
    Je ne dis pas que les chevaux et le chat sont contents… je dis qu’ils sont guéris ou que leur état est amélioré (ce qui est objectivement vérifiable).

    De nombreuses études scientifiques sont faites à ce sujet :

    Je reprends juste quelques unes citées dans doctissimo

    1 – Effect of homeopathic treatment on fibrositis (primary fibromyalgia). Fisher P, Greenwood A, et al. Bmj. 1989;299(6695):365-6. (étude accessible en ligne)
    2 – Improved clinical status in fibromyalgia patients treated with individualized homeopathic remedies versus placebo. Bell IR, Lewis ID, et al. – Rheumatology (Oxford). 2004. (étude accessible en ligne)
    3 – Healthcare provided by a homeopath as an adjunct to usual care for Fibromyalgia (FMS): results of a pilot Randomised Controlled Trial – Relton C, Smith C, Raw J, et al. – Homeopathy. 2009;98(2):77-82. (abstract accessible en ligne)
    4 – Evidence for the efficacy of complementary and alternative medicines in the management of fibromyalgia: a systematic review. – De Silva V, El-Metwally A, et al. – Rheumatology (Oxford). 2010;49(6):1063-8. (étude accessible en ligne)
    5 – A systematic review of homoeopathy for the treatment of fibromyalgia- Perry R, Terry R, Ernst E. – Clin Rheumatol. 2010;29(5):457-64. (abstract accessible en ligne)
    6 – Non-hormonal interventions for hot flushes in women with a history of breast cancer. Rada G, Capurro D, Pantoja T, Corbalán J, Moreno G, Letelier LM, Vera C. Cochrane Database Syst Rev. 2010 Sep 8;(9):CD004923. (abstract accessible en ligne)
    7 – Homeopathic medicines for adverse effects of cancer treatments. – Kassab S, Cummings M, Berkovitz S, van Haselen R, Fisher P. – Cochrane Database Syst Rev. 2009 Apr 15;(2):CD004845. (abstract accessible en ligne)

    ou encore d’autres citées par Boiron (ou le méchant 🙂 )

    [1] FERLEY J.P., ZMIROU D. ,D’ADHEMAR D. , BALDUCCI F. A controlled evaluation of a homeopathic preparation in the treat ment of influenza-like syndromes. British Journal of Clinical Pharmacology 1989,27 : p.329-335
    [2] PAPP R., SCHUBACK G., BECK E., BURKARD G., BENGEL J., LEHRL S., BELON P. Oscillococcinum® in patients with influenza-like syndromes: a placebo-controlled double-blind evaluation. British Homeopathic Journal 1998,87, p.69-76
    [3] BELON P.;BANERJEE A.;KARMAKAR S.R.; BISWAS S.J.; CHOUDHURY S.C.; BANERJEE P.; DAS J.K.; PATHAK S.; GUHA B.; PAUL S.; BHATTACHARJEE N.; KHUDA-BUKHSH A.R. Homeopathic remedy for arsenic toxicity ? : evidence-based findings from a randomized placebo-controlled double blind human trial. Science of the Total Environment 2007, 384, p.141-150
    [4] ASKRI : Contribution à l’étude de l’efficacité d’un produit homéopathique, le Wombyl, dans la prévention des complications du vêlage dans le déroulement du post-partum chez la vache. Thèse de doctorat vétérinaire, Sidi Thabet, 2001.
    [5] PAYEN L. : Etude de l’efficacité clinique d’une préparation homéopathique sur les mammites des vaches laitières. Thèse vétérinaire, ENVL, Université Claude Bernard, Lyon, 1996.

    Ce qui me semble important c’est de constater l’efficacité ou non. Et le bénéfice/risque…

  7. DrGonzo dit :

    Ah voilà notre « psychologue » spécialiste du constat d’efficacité dans son style insistant. Vous n’êtes pas fils d’homéopathe pour rien!!
    Des études ont peut en trouver qui pourront nous montrer tout et son contraire hélas.
    Les études démontrent aussi que des placebos peuvent être efficaces, surtout bien accompagnés.. donc soit on trouvera toujours des cas « efficaces » si on le veut. C’est le grand business de l’homéopathie, on peut vendre des pillules sans rien dedans (c’est le principe de la dilution extrême que propose l’homéopathie), l’important c’est d’y croire.

    Vous soignez vos chevaux avec de l’homéopathie,
    moi je soigne ma femme avec des fleurs
    et j’aimerai bien me soigner seul avec quelques amis sur des secrets spots, mais là c’est pas gagné! Vais je crever???

    Au moins quelque chose qu’on peut accorder, c’est qu’en soit ces produits homéopathiques ne sont pas dangereux, même moins que la plupart des médicaments… enfin tant qu’ils n’incitent pas à ne pas se soigner correctement par ailleurs.

    Mais pour en revenir sur les faits, cet article ressemble à une grosse pub pour l’homéopathie par un homéopathe.
    Ce n’est pas bien méchant mais tout de même très décevant!
    J’espère ne pas trouver ici bientôt un article sur les boissons énergisantes publié par une marque de bovins rougeots speedés!

    Voilà un article que je trouve bien plus intéressant et marrant (même si ça devrait nous faire pleurer que l’homéopathie est encore remboursé par la sécu) sur le sujet:
    http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2011/08/21/2572702_homeopathie-le-scandale-boiron.html

    Sans rancune 😉

  8. Avant de tirer à boulets rouges sur l’homéopathie, il faut déjà bien comprendre en quoi consiste cette façon de soigner, pourquoi tant de personnes l’adoptent, et comment « ça marche ».

    C’est ce que j’expliquerai dans un prochain article totalement objectif et indépendant.

    Mais même pour ceux « qui ne croient pas » à l’homéopathie, on peut s’accorder sur le fait que cette médecine ne nuit pas (« Primum non nocere ») quand elle est prescrite à bon escient.

    A l’heure où les affaires concernant les effets indésirables des médicaments allopathiques se succèdent (Mediator, Pilules, Statines…), l’homéopathie revient immanquablement sur le devant de la scène (cf. le nombre grandissant de médecins qui la prescrivent).

    Que peut-on proposer à des patients qui veulent maintenant être soignés sans risque, et qui sont prêts à poursuivre un laboratoire et leur médecin s’ils sont LA personne sur un million à faire un effet indésirable grave à un médicament ? A part des médicaments sans effets secondaires justement ?

    Je ne suis pas homéopathe mais je reste persuadé que l’homéopathie a sa place dans l’arsenal thérapeutique. Je connais d’ailleurs des confrères qui disent ne pas y croire mais qui en prescrivent quand même régulièrement…avec de bons résultats !

    • Thierry dit :

      Bonsoir Docteur,

      Dans un livre d’Auguste Lumière de 1948 intitulé « La Recherche Scientifique » (SEDES Paris), je suis tombé sur le passage suivant à la page 177 : « Ce sont toutes ces considérations rationnelles, confirmées par des expériences méthodiquement instituées, qui nous ont permis de formuler l’aphorisme suivant : L’état colloïdal conditionne la vie ; la destruction de cet état, c’est-à-dire la précipitation, la floculation, déterminent la maladie et la mort. Et ce grand principe figurera un jour en tête des ouvrages de médecine, lorsque la funeste défaveur de la routine et du conformisme aura cessé d’exercer son influence désastreuse pour toutes les innovations s’écartant du dogme ».

      N’y aurait-il pas un lien entre cet état colloïdal et une haute dilution homogène ?

      Avec un petit verre d’eau de mer pour réfléchir à tout cela, à votre santé!

      • Merci Thierry pour votre commentaire une fois de plus très « éclairant » avec cette citation d’Auguste Lumière à laquelle je ne manquerai pas de faire référence dans mon prochain livre sur les vertus de l’eau de mer.

  9. just1 dit :

    Bonjour,
    c’est marrant mais l’explication donner dans l’article de DrGonzo est la même que dans la vidéo que je propose. Et je suis entièrement d’accord avec : »Au moins quelque chose qu’on peut accorder, c’est qu’en soit ces produits homéopathiques ne sont pas dangereux, même moins que la plupart des médicaments… enfin tant qu’ils n’incitent pas à ne pas se soigner correctement par ailleurs. » et « cet article ressemble à une grosse pub pour l’homéopathie par un homéopathe ».
    L’effet placebo est en effet efficace. Un médecin convaincu par sa médecine ou médicament(placebo sans le savoir) peut arriver à soigner ses patients.
    Je crois qu’il faut savoir développer son esprit critique envers soi-même (ses propres croyances et expériences) et ce que nous livrent les médias et les institutions (le médiator a été prescris par des médecins de bonne foi mais qui ne sont pas restés alerte). L’analyse « critique » n’est pas toujours la pour faire « mal », elle permet aussi de mettre les choses en perceptive; pour s’améliorer.

  10. nicolas dit :

    Comme tu le dis, Guillaume, les gens « veulent » être soignés, autrement dit veulent une ordonnance et évidemment avec un risque minimum. Mais tu sais parfaitement que la plupart des pathologies rencontrées en routine généraliste guériront spontanèment (rhinopharyngites, bronchites, lombalgie aigue, fatigue anxiété ou insomnie passagères,…) et on pourrait se contenter de l’expliquer ou de prescrire des drogues à l’efficacité prouvée et de manière adaptée. Mais l’ordonnance est alors bien légère, autant pour le médecin qui a presque honte de donner une image si limitée de sa puissance thérapeutique que pour le patient qui espère toujours un soulagement quasi-miraculeux (quoi, seulement du paracétamol? Pas d’antibiotique?…). Et notre bon patient d’aller voir le médecin qui fait mieux( moi, mon homéopathe m’a donné une belle ordonnance bien chargée avec des tas de numéros et du latin qu’on n’y comprend tellement rien que c’en est magnifique). Finalement, c’est du clientélisme.
    Je ne peux pas croire que vous êtes convaincus par ces histoires de succussion. Les articles que tu nous montre, Sébastien, concernent principalement la fibromyalgie, qui,c’est le moins qu’on puisse dire, est une maladie encore trés mal connue et dont les victimes sont particulièrement sensibles aux médecines alternatives. Alors oui, c’est une manière de ne pas laisser tomber les gens, j’en conviens. Mais avouez que vous êtes malgré tout complices d’un grand mensonge. Aprés, est-ce si mal…

  11. sebastien dit :

    Je me permets de vous suggérer cet article de la recherche… ni pour..ni contre

    http://www.larecherche.fr/savoirs/dossier/peut-on-evaluer-homeopathie-clinique-01-06-1998-88217

  12. Mandy dit :

    Bonjour,
    Libre à chacun de croire et utiliser ce qu’il veut. Moi l’homéopathie je l’utilise, je commande même mes granules sur internet.
    Si c’est ma tête que cela guérie et que c’est un placebo, que je suis bête d’y croire, et bien ça m’est égal, car j’ai vraiment l’impression que l’arnica…ça marche bien.

  13. Guillaume dit :

    Très honnêtement, est-ce que ce débat sur Placebo ou non n’est pas un peu grotesque!
    Quand le Médecin vous donne un médicament vous n’allez pas dire: « Tiens c’est un placebo, ça va pas marcher » ou encore « Tiens c’est un bon antibiotique bien puissant qui va me décaper mais ça va vraiment bien marcher! ».
    Le plus important que ce soit un Placebo ou non c’est que l’on soit guéri et en bonne santé!
    Si pour certains l’homéopathie marche, tant mieux et si ce n’est pas le cas, tant pis! La tête (le cerveau) et la suggestion ont d’énormes pouvoirs sur le corps et c’est pour cela que des placebos peuvent avoir des effets surprenant. Je ne sais pas du tout (et je n’ai pas du tout envie de savoir) si l’homéopathie fonctionne sur le principe du Placebo, mais tant que cela me guéri, sachant qu’il n’y a pas d’effets secondaires, je suis content!
    Le surf (et la santé avec) avant tout! ✌️

Laisser un commentaire