kai lenny paris nautic sup

Mieux vaut tard que jamais : après 30 années de pratique de sports nautiques (bodyboard puis surf et SUP), j’ai enfin découvert le fameux salon nautique de Paris au Parc des Expositions de la Porte de Versailles. J’ai profité d’une journée de mauvais temps et de vagues médiocres sur la Côte Basque pour monter à la capitale et découvrir ce grand rendez-vous du nautisme en France.

J’ai tout de suite été impressionné par le gigantisme de ce salon où sont exposés bateaux, voiliers, semi-rigides… et tous les équipements dernier cri nécessaires à la navigation et à la sécurité en mer.

N’étant pas encore un marin du large, j’étais davantage intéressé par les activités nautiques sur planches, et je n’ai pas été déçu. Windsurf, kitesurf, stand-up paddle, wakeboard… Toutes les disciplines de glisse aquatique étaient présentes sauf… le surf !

Si on excepte les stands de Tribord et de Bic Sports, l’amateur de surf dans les vagues reste sur sa faim au salon nautique. Pas de trace des grandes entreprises du surf business à ce salon… Il y avait bien un exposant QUICKSILVER mais il s’agissait d’une marque de bateaux à moteur

Le SUP par contre était omniprésent sur ce salon. Les planches de course (race) sont de plus en plus performantes. Le SUP gonflable est devenu le produit phare pour le grand public car il facilite le transport de ces très grandes planches. J’ai pu également découvrir des SUP éco-conçus à base de produits naturels comme le bois, le liège et la fibre de lin (gamme « Earth SUP »). Le SUP était également présent au Salon Piscine & Bien-être qui se tient en même temps avec l’Aqua Stand-Up que nous avions découvert sur Surf Prevention.

Sans oublier la traversée de Paris en SUP avec la 5ème édition de la Nautic SUP Paris Crossing. Même le waterman hawaiien Kai Lenny avait fait le déplacement : il s’est classé 8ème à la traversée de Paris et on le voit sur la photo ci-dessus en action sur « Le Spot » indoor du salon nautique.

Je me suis mieux rendu compte à ce salon nautique de l’ampleur qu’a pris le phénomène SUP sur tous les plans d’eau et les côtes du littoral français. Le Stand-Up Paddle est le support de glisse qui fait le pont entre le surf et la navigation de plaisance. Même si je n’ai pas encore mon permis bateau et que je m’aventure rarement au-delà de la bande des 300 mètres, j’ai senti à ce salon que nous faisions tous partis de la même communauté des gens de la mer que l’on soit skipper, surfeur ou paddleboardeur. Et c’est peut-être le SUP qui permet de faire ce trait d’union entre nous tous.

A propos de l'auteur :

Médecin, surfeur, auteur du livre Surf Thérapie. Adjoint au maire de Biarritz à l'Environnement, Qualité de Vie et Bien-Être.

 

Tags: , , , , , , , , , ,

 

2 Commentaires

  1. Vincent B dit :

    Pour mémoire Guillaume, avant le Glissexpo, les industriels, artisans et importateurs de surf et surfwear se retrouvaient au salon nautique. J’ai vu cela dans les années 80. Ils n’étaient pas nombreux certes.

  2. Laurent QUERAUX dit :

    Article intéressant à plusieurs titres.

    – Tout d’abord pour son constat de l’absence du surf au salon nautique. une analyse de ce phénomène aurait été bienvenue. Pour moi cela découle de la posture du milieu surf qui se veut éloigné de ce genre de messe mercantile – alors que l’on sait tous que le dieu dollar a depuis longtemps pourri l’esprit de liberté des débuts.

    – Ensuite sur la découverte du SUP comme sport (ou activité) qui transcende les frontières entre les différentes communautés. Je suggère à tous les surfeurs de la cote basque de monter un peu au Nord vers les lacs médocains voire encore plus loin (Med Bretagne) pour mesurer l’ampleur du phénomène. Sur les lacs mais aussi dans les vagues et c’est évidemment difficile à accepter pour certains (Cf lecture des revue Surf) .

    Au passage un témoignage : j’ai débuté le surf en 1978 avant de faire un parcours classique qui m’a amené à la pratique pépère du longboard à Lacanau. A 40 ans je me suis lancé dans le Kitesurf les jours de grand vent et à 50 ans le SUP est entré dans ma vie : SUP dans les vagues et en Race – j’étais à Paris dimanche dernier.

    Mon avis = y a pas que le surf (allongé) dans la vie et les surfeurs (canal historique) ne sont pas vraiment ouverts aux nouvelles pratiques (comprendre partager les vagues avec les nouveaux entrants). Mais c’est pas grave j’ai retrouvé les sensations de mes débuts (single-fin Corail), l’envie de progresser et la gnaque au line-up … Sans parler de la richesse des échanges avec les kiteurs, les windsurfeurs et même les pecheurs (mettre une ligne de traine derrière le SUP avant de faire un downwind et deguster des maqueraux ultra frais apres la session). Le bonheur !

Laisser un commentaire