Un peu plus d’un mois après l’attaque d’un kite surfeur, la Nouvelle-Calédonie connaît une nouvelle attaque, mortelle cette fois, sur une baigneuse âgée de 69 ans qui a été mordue plusieurs fois samedi 9 avril 2016 au matin, vers 11 heures, sur la plage de Poé à Bourail sur la côte ouest de la Grande Terre de Nouvelle-Calédonie.

L’attaque est survenue dans le lagon à 60 mètres du bord dans 1m50 d’eau à peine. Il faisait beau ce jour-là et l’eau était claire.

Malgré l’intervention d’un homme pour la secourir, elle a succombé à ses blessures graves aux avant-bras et aux jambes peu avant midi, malgré les premiers secours prodigués par des témoins et l’arrivée des pompiers et des gendarmes.

Thierry Chanson, professeur d’EPS, était dans l’eau à proximité avec son fils de 5 ans et lui apprenait à naviguer sur une planche. Quand il a entendu les cris, il s’est retourné et a tout de suite compris ce qui se passait quand il a vu la nageoire du requin et les remous. Il a dit à son fils de surtout rester sur la planche et d’aller jusqu’à la plage pendant qu’il intervenait au secours de la dame.

Le requin s’est mis à tourner autour de Mr Chanson mais il a réussi à le faire fuir en s’avançant vers lui. Titulaire du brevet de secourisme, il a mis ses connaissances en pratique pour sortir la victime de l’eau et lui faire des garrots avec des serviettes. Il espérait alors que la victime pourrait s’en sortir. Mais malgré le relais d’autres personnes pour réchauffer la victime avec une couverture et juguler l’hémorragie, la victime a perdu connaissance alors que son mari était arrivé sur la plage.

La victime s’appelait Nicole Malignon et habitait à côté de Poé Beach ; elle restait très active à 69 ans et nageait régulièrement. Quand l’attaque est survenue, elle se baignait avec son chien, après la bande d’herbier là où elle avait pied.

Le témoin qui est allé au secours de la nageuse décrit un requin de 2m50 qui pourrait correspondre à la description d’un requin-tigre. Après examen des blessures, Claude Maillaud, médecin légiste spécialiste des requins, et Philippe Tirard, retraité de l’IRD et auteur de Requins du Caillou, ont confirmé qu’il s’agissait bien d’un requin-tigre juvénile mesurant entre 2 mètres et 2,50 m.

La maire de Bourail, Brigitte El Arbi, a pris un arrêté d’interdiction de la baignade et des activités nautiques (SUP, kitesurf, kayak, etc.) jusqu’à nouvel ordre. La maire était sous le choc et a déclaré aux Nouvelles Calédoniennes : « C’est la première fois que j’entends parler d’une attaque à Poé, un endroit où on se dit qu’on est tranquille avec les enfants, protégés par le récif. »

La précédente attaque mortelle en Nouvelle-Calédonie remontait à mai 2015.

Sources :

http://la1ere.francetvinfo.fr/nouvellecaledonie/grave-attaque-de-requin-poe-la-baignade-interdite-348314.html

http://www.lnc.nc/article/pays/l%E2%80%99attaque-de-requin-dans-150-m-plonge-po%C3%A9-dans-l%E2%80%99horreur

requin tigre

A propos de l'auteur :

Surf Prevention est le site sur le Surf, la Sécurité, la Santé et l'Environnement.

 

Tags: , , , ,

 

1 commentaire

  1. Louis dit :

    Triste nouvelle.

    Le requin s’est glissé dans le lagon en dépassant la barrière de corail.
    Si le phénomène n’est pas rare, l’attaque de l’homme reste exceptionnelle.
    Une première opération de chasse a été infructueuse et un autre requin a été tué à la place (autopsie à l’appuie).
    La plage de Pohé a été fermée et il était impossible d’aller prendre prendre les vagues de Beach Break.

    10 jours après les événements, j’ai eu la chance d’aller surfer sur la barrière : plusieurs locaux étaient présents, ainsi que des australiens (10 sur le spot). Il n’y eu aucun problème à déplorer, même si nous avons aperçu plusieurs requins (léopard, pointes grises).

    A suivre…

Laisser un commentaire