Le sénateur hawaïen Will Espero a déposé une proposition de loi le 20 Janvier dernier visant à interdire les crèmes solaires contenant certains produits chimiques comme l’oxybenzone à Hawaii. Ce projet de loi pourrait aboutir malgré de fortes réticences des industriels, notamment en France.

Nous avions déjà vu sur Surf Prevention comment des composants chimiques d’une crème solaire peuvent faire blanchir le corail et menacer la survie de récifs coralliens déjà impactés par le réchauffement des eaux océaniques.

Ce projet de loi vise à protéger le récif corallien qui participe à la richesse de l’archipel hawaïen en préservant la ressource halieutique et en favorisant les loisirs liés au tourisme comme la plongée.

La loi interdirait tout produit solaire ou cosmétique contenant de l’oxybenzone (ou benzophénone-3) ou tout autre produit chimique reconnu toxique pour le corail par le « Department of Land and Natural Resources ». La seule exception concernerait des produits délivrés sur prescription médicale. Cela impliquerait pour certains comtés d’Hawaii d’interdire la vente de ces produits, et dans tous les cas d’informer les usagers sur l’interdiction d’appliquer ce type de produits dans les zones marines protégées.

Des marques et des commerçants ont déjà pris les devants en proposant à leurs clients des crèmes solaires bio ou sans produit connu pour nuire au corail.

Les fabricants ne l’entendent pas de cette oreille et rétorquent que plus de preuves sont nécessaires pour justifier l’interdiction. Pour Marc Leonard, à la tête de la Recherche & Innovation chez L’Oréal à Aulnay-sous-Bois en France, cité sur Nature.com : « Les décisions réglementaires doivent être prises d’après des preuves scientifiques solides et des études multiples réalisées par différentes équipes pour fournir un faisceau de preuves. Nous en sommes très loin dans ce cas. » Malgré cela, L’Oréal travaillerait sur des crèmes solaires sans oxybenzone, en anticipation d’une possible interdiction.

Des analyses d’eau de mer ont montré des concentrations d’oxybenzone (contenu dans plus de 3500 produits solaires) 12 fois supérieures au seuil de toxicité dans les eaux côtières à Hawaii. L’oxybenzone entraînerait un blanchissement du corail à des températures plus basses et inhiberait sa reproduction. L’oxybenzone serait toxique pour plusieurs espèces de coraux et jouerait le rôle de perturbateur endocrinien pour les crevettes et les palourdes notamment.

Une proposition de résolution du Parlement Européen sur l’interdiction de l’oxybenzone dans les produits cosmétiques (pour préserver notamment les récifs en outre-mer) n’avait pas eu de suite.

Le Mexique exige déjà que les crèmes solaires utilisées soient biodégradables et non toxiques sur sa côte sud-est. D’autres zones insulaires comme les îles de Palau ou les Iles Vierges Britanniques envisageraient le même type d’interdictions.

Les scientifiques estiment qu’il y a entre 8,000 et 16,000 tonnes de crème solaire qui atteignent les récifs coralliens chaque année.

Lire aussi : – Kelly Slater utilise de la crème solaire sans filtres chimiques.

Références :

C. A. Downs et al. Toxicopathological Effects of the Sunscreen UV Filter, Oxybenzone (Benzophenone-3), on Coral Planulae and Cultured Primary Cells and Its Environmental Contamination in Hawaii and the U.S. Virgin Islands. Archives of Environmental Contamination and Toxicology. February 2016, Volume 70, Issue 2, pp 265–288

Maipas S. et al. Sun lotion chemicals as endocrine disruptors. Hormones (Athens). 2015 Jan-Mar;14(1):32-46.

Plus d’infos : civilbeat.org ; nature.com .

creme solaire

A propos de l'auteur :

Surf Prevention est le site sur le Surf, la Sécurité, la Santé et l'Environnement.

 

Tags: , , , ,

 

2 Commentaires

  1. shyroki dit :

    Certe il y a des perturbateurs endocriniens dans les crèmes solaires, mais pour les coraux c’est principalement l’activité anti-UV qui pose problème, les crèmes forment un film à la surface de l’eau qui filtre les UV. Les micro-algues qui ont une symbiose avec les coraux sont privés de photosynthèse et ne peuvent se développer, résultat les coraux blanchissent.

    L’Oréal déplore le manque d’étude, c’est vrai mais il faut savoir que la plupart des études scientifiques sont financé par les industriels, ou bien par les états dont les politiques sont à la merci des industriels.

    Financer et publier des études scientifiques qui vont à l’encontre d’intérêts financiers s’apparente au parcourt du combattant.

    • Happy Day dit :

      Dans le commentaire de shyroki, il y a confusion. L’activité anti-UV n’empêche à priori pas la photoynthèse puisque celle-ci s’effectue en présence de rayonnement visible et non pas de rayonnement unltra violet ! Cependant si les filtres UV absorbent une partie de la lumière visible, on peut effectivement considérer qu’ils nuisent aux micro-algues en ce sens. Sans cela c’est tirer des conclusions hâtives.

Répondre à shyroki