ALLO DOCTEUR! J’AI MAL AUX CÔTES…IL N’EST PAS RARE DE VOIR CONSULTER DES SURFEURS AU CABINET DE MÉDECINE GÉNÉRALE POUR CE SYMPTÔME. VOYONS ENSEMBLE À QUOI IL PEUT CORRESPONDRE.

Le surfeur, ou le bodyboardeur, se présente parfois chez le médecin en se plaignant du bas de la poitrine ou du haut du ventre.

Avant toute chose, précisons que derrière une douleur thoracique ou une douleur abdominale peuvent se cacher un grand nombre d’affections dont certaines sont graves et nécessitent un avis médical urgent (infarctus du myocarde, embolie pulmonaire, pneumothorax, ulcère de l’estomac…).

Quand on a mal à la poitrine, on redoute d’abord une douleur d’origine cardiaque. C’est le premier diagnostic à éliminer: toute douleur thoracique d’apparition brutale nécessite un appel au 15 (Service d’Aide Médicale Urgente en France).

Fort heureusement, les « crises cardiaques » sont rares chez les jeunes surfeurs qui ont généralement peu de facteurs de risques cardio-vasculaires – hypertension artérielle, tabagisme, obésité, diabète – quand ils respectent une bonne hygiène de vie.

Il est néanmoins arrivé à des surfeurs jeunes et moins jeunes d’être victime d’un infarctus du myocarde (nécrose du muscle cardiaque suite à l’obstruction brutale d’une artère coronaire). C’est donc le premier diagnostic à éliminer.

Il faut éliminer une fracture de côte(s) ou du cartilage qui peut survenir en cas de wipe-out violent contre sa planche ou contre la surface de l’eau.

Une fois que les diagnostics engageant le pronostic vital sont éliminés, on peut se mettre à envisager plus sereinement une pathologie beaucoup plus banale et fréquente dans la population des surfeurs: la « costochondrite ». 

Elle se situe généralement au niveau des dernières « vraies » côtes (6 et 7e) et/ou des côtes rattachées au sternum par l’intermédiaire du cartilage sus-jacent : les fausses côtes (8, 9 et 10e côtes); cf. dessin ci-contre.

Une costochondrite est une inflammation douloureuse de la zone où les côtes et le sternum s’articulent. A ce niveau le cartilage costal subit une inflammation (= chondrite). Celle-ci peut également se situer à la jonction des parties osseuse et cartilagineuse d’une ou de plusieurs côte(s).

Cette affection est favorisée par le fait que surfeurs et bodyboardeurs prennent appui sur la partie inférieure de leur cage thoracique quand ils rament allongés sur leur planche. Le fait de ramer pendant de longues heures peut entraîner des microtraumatismes ou entretenir l’inflammation à l’origine d’une douleur chronique.

On ne retrouve pas à tous les coups une cause à la douleur mais celle-ci peut être due à un traumatisme parfois passé inaperçu ou à une infection, virale par exemple (soit directement liée à l’infection soit par la toux qu’elle provoque).

Pour les bodyboardeurs, le traumatisme déclenchant peut être la réception brutale d’un el rollo par exemple.

La douleur peut être augmentée quand on prend une inspiration profonde ou lorsque l’on tousse.

La douleur peut être reproduite par simple pression d’un doigt sur la zone sensible.

Le traitement consiste en l’abstention de surfer (qui équivaut à une abstinence pour les surfeurs…) pendant plusieurs semaines, le temps que l’inflammation disparaisse.

Votre médecin traitant vous prescrira un traitement antalgique et éventuellement des anti-inflammatoires non stéroïdiens, en l’absence de contre-indication. Certains médecins proposent des applications pluri-quotidiennes de glace sur la zone sensible. 

Si les douleurs persistent malgré le traitement il faudra consulter un rhumatologue.

Il ne faut pas confondre une inflammation chondrocostale simple avec d’autres syndromes qui peuvent se manifester par des symptômes presque identiques et qui peuvent également affecter des surfeurs:

– un syndrome de Cyriax dit « syndrome de la côte glissante » qui touche la 8e, la 9e ou surtout la 10e côte: la côte se luxe et vient comprimer le nerf intercostal sus-jacent en provoquant une douleur. Son traitement peut consister en un bandage, une infiltration voire une chirurgie.

– un syndrome de Tietze dont la douleur se situe plus haut sur le thorax, à la jonction de la 2e ou 3e côte avec le sternum: quand la douleur se situe à gauche, elle peut mimer un douleur cardiaque (angine de poitrine ou infarctus du myocarde).

Dans tous les cas, le point commun du traitement de ces affections est le repos SANS surf.

Certains conseillent d’utiliser un rembourrage en mousse sous la combinaison pour diminuer la pression sur les points de contact entre la cage thoracique et la planche de surf ou de bodyboard quand on rame. Il existe aussi un top gonflable baptisé Paddleair qui peut aider à amortir les appuis sur la cage thoracique à la rame.

Anatomie de la cage thoracique. ©iStockphoto.com / Mark Strozier

Sur une radiographie pulmonaire de face standard, on a du mal à voir les cartilages qui constituent la partie antérieure des côtes. ©iStockphoto.com / Ksass

Le surfeur prend appui sur la partie inférieure de sa cage thoracique à la rame.

À retenir
Conseils de prévention:
- Ramer allongé en restant plus à plat sur la planche et en prenant appui sur une zone thoraco-abdominale plus large.
- Ne pas ramer trop cambré; pour les bodyboardeurs, utilisez vos palmes plutôt que vos bras pour avancer.
- S'abstenir de surfer pendant quelques jours si une légère sensibilité apparaît.
- Se mettre au Stand-Up Paddle Surfing.

A propos de l'auteur :

Médecin, surfeur, auteur du livre Surf Thérapie. Adjoint au maire de Biarritz à l'Environnement, Qualité de Vie et Bien-Être.

 
 

Pas de commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire

Laisser un commentaire