LES PLANCHES DE SURF ACTUELLES ONT GÉNÉRALEMENT UNE FORME EFFILÉE À L’AVANT (ET PARFOIS À L’ARRIÈRE). LE RISQUE EST DE S’ENTAILLER PROFONDÉMENT AVEC UN NOSE TROP POINTU, OU DE SE BLESSER GRAVEMENT À L’ŒIL. EN ATTENDANT QUE LES SHAPEURS NOUS EXPLIQUENT À QUOI SERVENT DES NOSES AUSSI AIGUS SUR LES SHORTBOARDS, IL FAUT APPRENDRE À S’EN PROTÉGER. MÊME S’ILS NE CONSTITUENT PAS LA PANACÉE UNIVERSELLE, LES ACCESSOIRES LES PLUS EFFICACES POUR SÉCURISER LES AVANTS POINTUS SONT LES NOSE GUARDS.

Qu’est-ce qu’un « nose guard » ? Nose guard® est le nom de la marque la plus connue qui est passé dans le jargon des surfeurs pour désigner un protecteur de nose. Il s’agit d’un capuchon en plastique ou en caoutchouc pour protéger le nez de sa planche.

Pour vous procurer un nose guard, cliquez ici.

Vous avez le choix entre différents modèles :

– Le  « nose guard » classique avec la forme en V originale épouse mieux les avants un peu larges.

– Le « diamond tip » est conçu pour les avants fins et très pointus.

A quoi sert-il ? Le protecteur de nose évite les pets ou l’effritement du nez de la planche. Il transforme surtout ce nose pointu archi dangereux en une arme un peu moins létale pour vous-même (quand la planche revient vers vous) et pour les autres (en cas de collision). La protection n’évitera pas le traumatisme en cas de choc mais en limitera la gravité.

Faut-il utiliser un protecteur de nose ? Le « nose guard », c’est le genre d’accessoire que les surfeurs rechignent à utiliser car ils le trouvent peu esthétique et croient à tort qu’il altèrerait leurs performances. Mais le nose guard, c’est comme le préservatif : il faut systématiquement « sortir couvert » ! Surtout avec un shortboard au nose pointu qui peut provoquer des plaies profondes et a déjà fait perdre un œil à de trop nombreux surfeurs

Combien ça coûte ? Pour la modique somme de 15 euros environ, il ne faut pas hésiter à investir dans cet accessoire de sécurité. Certains esprits chagrins diront que c’est cher payé pour un bout de plastique mais il peut permettre de faire l’économie d’une plaie oculaire.

Comment le mettre en place ? Collez-le en suivant les instructions de la notice. Au préalable, il est conseillé de nettoyer le nose en enlevant les traces de wax, de sable ou de poussière. Certains protecteurs de nose ont besoin de sécher 24 heures avant de pouvoir être utilisés pour surfer. Les derniers « nose guard » permettent d’aller surfer juste après les avoir collés.

Que faire si je perds mon nose guard ? En racheter un ! Même en respectant les consignes de mise en place, il arrive malheureusement de perdre son nose guard dans l’eau. Même si les nose guards flottaient, en retrouver un dans l’eau après l’avoir perdu sous une vague reviendrait à chercher une aiguille dans une meule de foin.

Que faudrait-il faire ? Il faudrait écrêter ou arrondir le nose de toutes les planches pour les rendre moins aigus ou vendre les planches avec un protecteur de nose déjà intégré sur chacune d’elles. Chaque planche avec un avant effilé devrait être vendue avec la mention « peut blesser gravement et entraîner la perte d’un œil ».  On ne vend pas des jouets dangereux aux enfants alors pourquoi continuer à vendre à des kids des planches coupantes sans signaler explicitement les risques à les utiliser.

Pour ceux qui hésitent encore : il existe des protecteurs de nose aux coloris et logos variés, il y a aussi des modèles transparents très discrets.

Nota bene : Pour prévenir les blessures occasionnées par les arrières pointus (pin tail ou fish tail), il existe des protections de tail. Il en existe aussi pour les noses des longboards et des snowboards, même si leur utilité paraît moins évidente.

Différents modèles de nose et de tail guard.

La marque de wax Mrs Palmers a sorti une série de protecteurs de nose avec playmate incrustée : les « Mrs Palmers Board Babes » sont conçues pour apporter « protection et plaisir » au bout de votre planche…

À retenir
Cela fait des années que des ophtalmologistes dénoncent la dangerosité des avants pointus mais on continue de voir des fabricants et des shapeurs inconscients vendre des planches aussi pointues que des couteaux à des gamins. Les fabricants de planches de surf sont obnubilés par le look et la performance des planches mais ne raisonnent pas encore suffisamment en termes de sécurité du matériel.

A propos de l'auteur :

Médecin, surfeur, auteur du livre Surf Thérapie. Adjoint au maire de Biarritz à l'Environnement, Qualité de Vie et Bien-Être.

 
 

Pas de commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire

Laisser un commentaire