Surf Session Longboard Ete 2009

Voici des extraits de l’article que j’ai écrit pour le dernier Surf Session Longboard : 10 bonnes raisons de se mettre au Stand-Up Paddle !

Le Stand-Up Paddle (SUP) est considéré comme le meilleur moyen pour s’entraîner à surfer. Des sportifs accomplis comme Laird Hamilton, Dave Kalama ou les frères Lizarazu l’ont adopté.
Que vous soyez surfeur confirmé ou novice, le SUP peut également vous apporter d’énormes bénéfices. Voici 10 arguments pour vous convaincre d’essayer le SUP…car l’essayer c’est l’adopter !

1. Une position de rame physiologique.
La station debout quasi permanente change la donne. La rame allongée sur une planche oblige le surfeur à se cambrer pour maintenir une hyperextension de la colonne vertébrale qui n’est pas naturelle. En SUP, on adopte la position anatomique de l’homo erectus : pour se tenir droit sur l’eau, il faut choisir une pagaie de taille adaptée et acquérir une bonne technique de rame. En adoptant une posture adéquate, on préserve sa colonne. On respire mieux en SUP car l’amplitude des mouvements de la cage thoracique n’est plus limitée par le contact avec la planche à la rame.

2. Le SUP fait travailler l’ensemble du corps.
Contrairement au shortboard qui est un sport très asymétrique, le SUP fait travailler tous les groupes musculaires de façon homogène et développe une musculature harmonieuse. Fini les jambes fluettes : le SUP sollicite les membres inférieurs (à la différence du surf où l’on reste quelques secondes à peine debout par session). Le SUP favorise le gainage du tronc en renforçant la musculature dorsale et abdominale. Il muscle aussi bien les épaules que les fessiers : cela n’a pas échappé à Jennifer Aniston et à ses amies qui ont choisi de lutter contre la cellulite sur un stand-up !

3. L’exercice ultime pour travailler son équilibre.
Le SUP permet de travailler son équilibre dans l’élément aquatique. Il faut s’adapter en permanence à la houle, aux remous et au backwash pour garder l’équilibre. Plus le plan d’eau est lisse, plus la glisse est facile. Sur un plan d’eau clapoteux, il est difficile de rester debout mais on travaille efficacement la proprioception des genoux et chevilles, en prévention des entorses.

4. Le surf pour tous.
Le SUP n’est pas un sport élitiste : le SUP est à la portée de tous ! C’est le support idéal pour découvrir les sensations de glisse debout sur un plan d’eau calme avec une planche suffisamment volumineuse. L’apprentissage du surf dans les vagues est souvent ingrat alors qu’une balade en SUP donne immédiatement du plaisir.
N.B. : le SUP dans les vagues est beaucoup plus exigeant et demande des mois d’apprentissage.

5. Un sport familial.
Votre partenaire ou vos enfants en ont assez de vous voir partir surfer sans eux ? Offrez-leur une planche et planifiez des balades dominicales en SUP ! Vous pouvez aussi transporter vos enfants en tandem sur un SUP (à condition qu’ils sachent nager).


6. Différentes façons de faire du SUP.
Tout comme le surf, le SUP se décline en de nombreuses variantes allant du SUP-longboard de papy au shortboard-SUP radical (cf. l’ex surfeur pro Luke Egan en SUP). La pagaie permet de mieux faire tourner la planche et offre une puissance supplémentaire pour les figures. Le SUP permet d’acquérir plus de puissance dans son surf. Si vous parvenez à manœuvrer un SUP de 12′, vous surferez un shortboard avec encore plus d’aisance !

7. Le SUP permet de voir loin.
La position surélevée en SUP donne confiance et permet de mieux profiter de l’environnement qui nous entoure. On peut voir au loin et en profondeur : plus facile pour repérer un banc de méduses ou un requin égaré… Sur un SUP, on voit la série arriver avant tout le monde : on visualise d’un coup d’œil le nombre de vagues, quelle sera la plus grosse et on anticipe son placement pour prendre la meilleure.

8. Le SUP peut se pratiquer partout.
Le SUP est l’alternative aux jours de flat. Un voyage en Méditerranée ou au bord d’un lac peut devenir un surf trip de rêve grâce au SUP. Vous accomplirez votre exercice physique d’endurance quotidien en glissant sur l’eau : c’est bien plus fun qu’un jogging ! Attention à ne pas trop vous éloigner du rivage car on dérive très vite en SUP, surtout quand il y a du vent (le leash est indispensable en promenade pour ne pas perdre sa planche en cas de chute).

9. Le SUP, c’est du surf !
Vous serez confrontés à des surfeurs qui ont du mal à accepter le SUP. Rassurez-vous, c’était la même chose quand le bodyboard ou le longboard sont arrivés sur les spots…S’il y a une personne dans l’eau qui répond à la définition du surfeur, c’est bien vous : vous évoluez debout quand les autres bataillent allongés ou poireautent assis sur leur planche. Ce n’est pas une raison pour essayer de prendre plus de vagues que les autres. Pour vous faire accepter par les autres surfeurs, soyez respectueux et laissez-leur des vagues.

10. Le SUP n’est pas un sport dangereux.
Pratiqué dans des conditions optimales (accompagné par quelqu’un qui s’y connaît, sur un plan d’eau lisse, à distance des autres usagers), le SUP présente peu de risques. Attendez de maîtriser votre engin en eau calme avant de vous risquer dans les vagues (petites, molles et avec suffisamment de fond pour commencer).
Quand vous débutez dans les vagues, pratiquez à distance raisonnable des autres surfeurs pour éviter les collisions car un SUP est généralement plus volumineux et moins manœuvrable qu’une petite planche.


A propos de l'auteur :

Surf Prevention est le site sur le Surf, la Sécurité, la Santé et l'Environnement.

 
 

Pas de commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire

Laisser un commentaire