Elle fait partie du paysage et de l’écosystème de la vague mythique de Teahupoo à Tahiti : la fameuse tour en bois qui permet aux juges d’avoir une vue imprenable sur le spot pour apprécier les exploits des surfeurs.

Oui mais voilà : pour l’épreuve de surf des Jeux Olympiques de Paris 2024, c’est une tour beaucoup plus sophistiquée et potentiellement néfaste pour l’environnement marin et la célèbre vague qui est requise par l’organisation.

Les surfeurs locaux et la communauté surf internationale lancent une mobilisation contre cet équipement nuisible à son environnement. Vous pouvez signer la pétition ici.

Pour remettre les choses dans leur contexte, la tour traditionnelle en bois était assemblée chaque année dans le lagon juste avant les dates de l’épreuve du Tahiti Pro et démontée juste après, avec à peu près la même structure totalement éco-conçue depuis une vingtaine d’années.

L’organisation des Jeux Olympiques de Paris 2024 a fixé un cahier des charges beaucoup plus exigeant pour cette tour de jugement qui est censée accueillir plus de monde dans des conditions de sécurité et de confort maximal avec… de l’électricité, de l’eau pour les toilettes et un système d’évacuation, des câbles pour Internet à haut débit et même la climatisation dans la salle des juges !

On sait que le mieux est parfois l’ennemi du bien mais là on se demande si l’organisation n’est pas tombée sur la tête en confondant cette merveille de la nature qu’est Teahupoo avec le quartier de la Défense à Paris…

Cette tour en aluminium serait supportée par des plots en béton avec des câbles et des canalisations sous-marines, tous susceptibles d’altérer le récif, de déséquilibrer la vie marine et d’altérer voire de faire disparaître la vague de Teahupoo.

Le coût pharaonique de la structure a également été pointé du doigt : 527 millions de francs pacifiques soit plus de 4,4 millions d’euros.

Une forte mobilisation a été lancée par les locaux de Tahiti ce week-end et une pétition qui a déjà obtenu des dizaines de milliers de signatures circule sur les réseaux sociaux.

C’est le surfeur local Matahi Drollet qui a pris la parole dans une vidéo très partagée sur son compte Instagram pour bien expliquer les enjeux. Matahi Drollet évoque les risques de stress sur la vie marine et le risque potentiel de propagation de la ciguatera avec des conséquences directes sur la vie et la santé de la population qui vit et se nourrit du poisson.

Matahi Drollet en appelle directement à l’organisation des JO pour une prise de conscience de l’enjeu environnemental et l’arrêt de ce projet disproportionné impactant négativement l’écosystème.

Menacer un tel patrimoine environnemental pour seulement 3 jours de compétition, fût-elle olympique, paraît surréaliste. Des opposants pointent le manque de concertation en amont et le risque d’effondrement à moyen terme de la faille à l’origine de la formation de la vague.

Surf Prevention partage totalement cette préoccupation et invite le maximum de personnes à signer la pétition : FAATURA IA TEAHUPO’O (DON’T GIVE MONEY, JUST SIGN).

Voir aussi le site Sauvez le reef de Teahupo’o.

Photos d’illustration de la tour en bois : Tim McKenna.

A propos de l'auteur :

Médecin, surfeur, blogueur. Auteur des livres Surfers Survival Guide, Surf Thérapie et DETOXseafication.

 

Tags: , , , , ,

 

15 Commentaires

  1. mahe burin dit :

    indécent de vouloir créer une tour qui va détruire écosystème marin de teahupoo

  2. Hamy-Petit dit :

    Préservons teahupoo !

    • Dominique leturc dit :

      Quelle honte, ceux là même qui dirigent et font la morale écologique, sont à l’origine des pires scandales écologiques !
      Non à cette destruction écologique.
      Rien ne peut justifier de tels projets !

      • Christian McElreavy dit :

        Une tour en aluminium ! Pour quel usage autre que cosmétique ? Franchement qui sont les imbécilles derrière ce projet inutile ? On ne parle pas ici de la tour Eiffel mais bien d’une dépense en temps et argent complètement injustifiée…..Semblable à la construction
        au centre ville de Montréal d’un anneau ( semblable au postérieur de certaines personnes impliquées ) couleur aluminium fabriqué en acier aux USA ! Nous possédions déjà la toilette olympique depuis 1967 maintenant nous avons de quoi l’approvisionner 😉

  3. Borrelli Vincent dit :

    Préservons teahupoo !

    • Irles dit :

      La bêtise humaine est sans limite encore une preuve ,ou alors beaucoup d,argent pour cette horreur qui iras remplir les poches d,organisateurs verreux

  4. HELG dit :

    Préservons Teahupoo

  5. Senez dit :

    Pétition contre la Tour en aluminium pour les JO de Paris 2024

  6. Sibylle Krief dit :

    Non !

  7. Kenigsberg dit :

    Non à cette tour ! Protégeons les coraux!

  8. Lopisteguy dit :

    Non à une invasion abusive des humains à Teahupoo. Ni tour en alu ; ni bétonner pour logements des athlètes et médias ; ni empreinte carbone excessive pour des épreuves indûment placées trop loin et en décalage horaire avec la métropole.
    Un projet irresponsable et ridicule

Laisser un commentaire