Les Français figurent parmi les Européens les plus accros au surf. Ce sport nécessite une excellente condition physique et des qualités d’équilibriste. Il se pratique généralement avec un leash, c’est-à-dire une laisse. Cette sangle relie la cheville du pied arrière du surfeur à sa planche. Si ce système présente l’avantage de permettre de ne pas perdre sa planche en cas de chute, il peut cependant être à l’origine de blessures de la main, trop souvent méconnues. En effet, lorsqu’il tombe, le surfeur récupère parfois sa planche en enroulant la laisse autour de ses doigts. Or, la force exercée par les vagues peut provoquer d’importantes fractures, voire l’arrachement d’une ou de plusieurs phalanges.

Saisie par la Fédération européenne des services d’urgence de la main (Fesum) qui recense chaque année une vingtaine d’amputations des doigts de la main, la Commission de la sécurité des consommateurs (CSC) a fait réaliser des essais sur 12 modèles de leashes, afin de mieux comprendre dans quelles conditions les câbles pouvaient causer de graves traumatismes aux doigts des surfeurs. Il s’agissait également de déterminer si le système d’attache permettait de dégager rapidement la cheville en cas de coincement du leash dans des rochers, des poteaux immergés…

Les résultats de ces tests montrent non seulement que la conception des produits est perfectible mais aussi qu’aucune information relative au risque d’enroulement du câble autour des doigts ne figure sur l’emballage ou la notice des produits.

Ainsi, dans son avis adopté le 28 juin 2011, la CSC invite-t-elle les pouvoirs publics à mettre en place un système de recueil des accidents afin d’analyser leurs circonstances et d’engager des actions de prévention adéquates. A ce titre, elle recommande qu’un usage sans danger du leash soit enseigné dans les écoles de surf.

Des travaux de normalisation sont indispensables. En effet, à l’instar des planches de surf, les leashes ne relèvent d’aucune norme technique. Aussi, la CSC demande-t-elle que des travaux de normalisation soient engagés rapidement à la fois sur les planches et sur leurs accessoires. La norme devra, par exemple, prévoir une ouverture aisée et rapide du système de retenue du câble à la cheville.

Dans l’attente de l’établissement de ces normes, il incombe aux fabricants de concevoir des leashes comportant un système limitant la possibilité de les enrouler autour des doigts pour ramener la planche à soi. Il leur revient également de préciser, sur les emballages et les notices de ces produits, leurs conditions d’utilisation et de fournir des conseils de prévention.

Enfin, la CSC conseille aux pratiquants, notamment aux débutants, d’équiper systématiquement leur planche d’un leash mais de ne jamais tenter de retenir ou de ramener la planche à eux en enroulant le câble autour de leurs doigts. Autre conseil : s’entraîner à ouvrir rapidement le système d’attache à la cheville avant de se jeter à l’eau.

Source : communiqué de presse de la COMMISSION DE LA SECURITE DES CONSOMMATEURS – 20 juillet 2011.

Lire l’avis dans son intégralité en cliquant ici.

Lire aussi la fiche sur les avantages et les inconvénients du leash.

A propos de l'auteur :

Surf Prevention est le site sur le Surf, la Sécurité, la Santé et l’Environnement.

 

Tags: , , ,

 

49 Commentaires

  1. Les conclusions de l'avis :

    SUR LA BASE DE CES DONNEES :

    Considérant les lacunes des statistiques officielles sur les accidents de surf (circonstances, gravité, caractère récurrent de certains traumatismes, implication du matériel etc.) ;

    Considérant que les résultats de l’enquête menée par l’Institut de Veille Sanitaire (InVS) à la demande de la CSC, les auditions de professionnels et de représentants des structures de formation à la pratique du surf montrent que les traumatismes les plus fréquents (principalement des plaies) seraient causés par les planches de surf (notamment les extrémités de la planche et les bords effilés des ailerons et dérives) ;

    Considérant que les traumatismes de la main provoqués par l’utilisation du leash et entraînant une amputation seraient de l’ordre d’une vingtaine de 20 cas par an pour la seule région côtière du Sud Ouest de la France ;

    Considérant que le scénario le plus probable de ces traumatismes de la main serait l’enroulement volontaire du câble du leash autour des doigts pour ramener à soi ou retenir sa planche ;

    Considérant que le leash, bien que n’étant pas un équipement nécessaire à la pratique du surf, constitue néanmoins un dispositif de sécurité important, tant pour le surfeur que pour les personnes pouvant évoluer dans l’eau à proximité de lui ;

    Considérant que le surfeur doit être en mesure de décrocher rapidement l’attache du leash entourant sa cheville, en cas de coincement du câble dans un élément immergé ;

    Considérant que les essais réalisés par le Centre de recherche, d’innovation et de transfert de technologie (CRITT), à la demande de la CSC, sur 12 leashes représentatifs des produits vendus sur le marché français, ont démontré notamment que :

    – les câbles sont très résistants à la rupture sous l’effet de la force d’une vague appliquée à une planche de surf, ce qui rend inévitable des lésions importantes si un pratiquant enroule le câble autour de ses doigts pour retenir la planche ;

    – plus le câble présente un diamètre important, plus il est difficile de l’enrouler autour des doigts ;

    – les informations accompagnant les produits ne sont pas systématiquement rédigées en langue française ;

    – aucun produit n’est accompagné d’informations avertissant l’utilisateur des risques liés à l’enroulement du câble autour des doigts et de la nécessité de bien connaître la manière de décrocher rapidement le système d’attache à la cheville.

    Considérant l’absence d’informations sur l’utilisation sans risque du leash dans le cursus de formation des futurs titulaires du brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport (BPJEPS "surf") ;

    Considérant l’absence de norme applicable aux planches de surf et à leurs accessoires dont le leash.

    La Commission recommande :

    1. Aux pouvoirs publics, le cas échéant en liaison avec la Fédération française de surf

    D’organiser un recueil des accidents de manière à engager des actions de prévention ciblées.

    De susciter des travaux de normalisation sur les planches de surf et leurs accessoires, dont les leashes, sous l’égide de l’Association française pour la normalisation (AFNOR).

    De veiller à ce que la documentation accompagnant les leashes (notices, mentions figurant sur les emballages …) comporte des informations en langue française.

    2. Aux organismes chargés de la formation des enseignants de surf et aux écoles de surf

    D’intégrer dans l’unité d’enseignement consacrée au matériel de surf préparant au BPJEPS “Surf”, les informations nécessaires à l’utilisation sans risque du leash de surf : notamment, ne pas tenir le câble à la main, ne pas l’enrouler autour des doigts pour retenir sa planche ou la ramener à soi, savoir décrocher rapidement le système d’attache de la cheville.

    D’enseigner les recommandations précitées aux personnes qui suivent des cours de surf, et plus particulièrement aux débutants

    3. Aux autorités en charge de la normalisation

    d’engager des travaux de normalisation sur les planches de surf et leurs accessoires dont le leash. S’agissant du câble du leash et de l’attache à la cheville, de considérer notamment leur force de rupture en vue de prévenir toute forme de traumatismes, et plus particulièrement, ceux concernant la main. Des prescriptions portant sur une ouverture aisée par le surfeur du système de retenue à la cheville devront être également élaborées.

    4. Aux fabricants, importateurs et distributeurs de leashes

    De participer aux travaux de normalisation précités.

    De vérifier et, le cas échéant, de compléter les informations relatives aux caractéristiques techniques des câbles (notamment la matière utilisée et le diamètre) accompagnant leurs produits.

    Dans l’attente des résultats des travaux de normalisation, de concevoir et de mettre sur le marché des leashes comportant un câble limitant la possibilité d’enrouler volontairement celui-ci autour des doigts pour ramener à soi ou retenir sa planche .

    De concevoir des systèmes permettant d’ouvrir rapidement l’attache du leash entourant la cheville en cas de coincement du câble dans un élément immergé.

    De veiller à ce que les informations (notices, étiquette etc.) accompagnant les leashes ou les planches de surf équipées de ce dispositif :

    – soient rédigées en langue française ;

    – comportent notamment les conseils de prévention destinés à réduire le nombre d’accidents dont :

    un avertissement visible qui pourrait être, en substance, le suivant : « Ne pas tenir et/ou enrouler le câble du leash autour des doigts : la force exercée par la vague sur le surf peut entraîner de graves traumatismes. »

    une mention sensibilisant le surfeur à la nécessité de s’entraîner à ouvrir rapidement l’attache du leash en cas de coincement du câble dans un élément immergé.

    De veiller à remettre systématiquement ces informations aux consommateurs lors de l’achat d’un leash.

    5. Aux consommateurs

    D’équiper systématiquement leur planche d’un leash pour leur sécurité et celle des personnes évoluant dans l’eau à proximité d’eux.

    de ne jamais tenter de retenir leur surf, ou de le ramener à eux, en enroulant le câble du leash autour des doigts.

    De demander conseil à un professionnel (vendeur ou formateur) sur le choix du leash adapté au milieu dans lequel ils souhaitent évoluer.

    De s’entraîner à ouvrir rapidement le système d’attache à la cheville.

    Lors de la première fréquentation d’un spot de surf, de s’informer sur la présence d’éléments naturels ou artificiels (rochers, courants, obstacles immergés etc.) susceptibles de présenter un risque.

  2. vince dit :

    C’est une blague ? !!!
    Demain y en a un qui va s’apercevoir qu’il n’y a pas de gilet de sauvetage sur la planche et qui va l’imposer !!!
    bravo pour l’argent gaspillé !

  3. Marc dit :

    30 ans de surf ,je n'ai jamais entendu ,ni vue un mec se faire arracher les doigts par un leash par la force d'une vague ….mon fils surfe depuis son plus jeune âge idem …c'est quoi cette connerie encore ..?????? je rêve ,mais qui c'est ces mecs qui ne connaissent rien au surf …mort de rire .!! J'invite tous les surfeurs (les vrais ) à se manifester sur le blog tellement que c'est énorme …Franchement ,on a à faire à des guignols qui ne connaissent rien au surf …les phalanges arrachées par un leash …!!! c'est énormes …!!!! ou alors nous avons à faire à un débile …!!!

  4. doud dit :

    inutile… combien de personnes on un accident en vélo chaque année à cause des rayons des roues… les pédales,…. Arrêtons de pondre des commissions de sécurités à la noix….

  5. Nico dit :

    Sinon ils interdisent les leashs et sa sera plus des doigts mais pire … c n'importequoi ><

  6. calvez dit :

    ils ont pas un vrai metier ces gens des commissions??

  7. nico dit :

    Cette année je fête mes 15 ans de surf. je suis en 9.2 avec un leash de 8", c'est le minimum syndicale et bien qu'il m'arrive de temps a autre de me prendre le pied dedans en ramant, c'est bien la première fois que je lis des absurdités pareil… comme si le surf ne coute pas déjà assez cher!!!!!!

  8. Je ne sais pas si certains se rendent bien compte de ce que représente un doigt amputé. Il se trouve que j'étais l'interne qui a reçu la première patiente de cette série victime d'une amputation de doigt causée par un leash. La jeune patiente était sous le choc et le doigt était totalement déganté (plus de peau, plus d'ongle) et l'os de la phalange était apparent. Les chirurgiens ont beau eu faire tout leur possible pour réparer les dégâts, la patiente en a gardé de vilaines séquelles. Tout ça à cause d'un stupide accident de leash…

    Je me souviens m'être dit à l'époque qu'il devait s'agir d'un cas isolé, mais on en a ensuite reçu un autre cas identique puis deux puis 3…puis 21 cas d'amputations distales en un an opérés par les chirurgiens du seul et même hôpital de Bayonne. On s'est alors rendus compte que ce que l'on croyait rarissime ne l'était peut-être pas tant que ça.

    Je suis estomaqué de lire les "nihilistes" des accidents de surf qui s'expriment sur les forums et sur le blog. Depuis que je m'intéresse au sujet, c'est toujours la même réaction : "c'est des conneries ce que tu racontes", "les accidents de surf ça n'existe pas", "10 ans de surf et pas une blessure…" Ce sont souvent les mêmes que l'on récupère aux urgences à pleurer leur maman quand une planche leur a troué la peau.

    Les médecins australiens, américains, français…ont beau sortir des études sur les traumatismes en surf depuis des années et suggérer des améliorations à apporter aux planches pour éviter les blessures (nose, dérives, etc…) jamais le problème n'a été pris au sérieux par les marques, les fabricants de planches ou même les fédérations. Dans ces conditions, il ne faut pas s'étonner qu'une commission extérieure se saisisse du dossier.

    En attendant, on continue d'admettre au quotidien dans les services d'urgences des patients victimes d'accidents de surf sérieux. Au bout du 21e cas consécutif de traumatisme grave causé par un leash, il semble logique que le chirurgien se pose des questions et cherche à faire son possible pour prévenir ce genre d'accident.

    Le communiqué de presse est très maladroit notamment quand il traduit leash par laisse mais l'étude complète est passionnante : http://www.securiteconso.org/article804.html

    Avec cette analyse approfondie du sujet et ces tests, on sait maintenant ce qu'il faudrait faire pour améliorer nos leashs et limiter les risques de se blesser avec, ou de se noyer. Ces derniers mois on a aussi recensé 2 noyades de jeunes surfeurs à cause d'un leash coincé.

    Bref, je ne vois pas ce qu'il y a redire là-dessus. Pour une fois qu'une commission se penche sur le sort des surfeurs et publie des données intéressantes dans notre intérêt…

  9. Peaceman dit :

    Si des personnes veulent faire des études sur les risques liés à la pratique du surf, pour en informer les pratiquants et les non-pratiquants, d'accord.
    Si ces mêmes personnes souhaitent solliciter des marques pour qu'elles développent des produits qui allient à la fois sécurité et qualité, pour ensuite proposer une gamme plus "safe" aux clients, d'accord.
    Mais personnellement ce qui m’embête beaucoup, c'est le fait d'IMPOSER. C'est absurde. Il faut laisser le choix. Imposer n'est jamais une bonne solution. Ainsi, chaque surfer devrait avoir le droit de choisir un leash avec lequel il peut s'étrangler ou des dérives avec lesquelles il peut se couper la gorge si il en a envie!

  10. Marc dit :

    soit …! je veux te croire toubib et je suis certain que tu nous raconte pas des salades ,mais franchement il faudra nous expliquer comment on peut s'arracher les phalanges avec ( une laisse de surf )…me raconte pas d'histoires ,quand tu sais surfer c'est impossible ,à moins de surfer 20 pieds à Maverick ….C'est forcement des débutants qui prennent une planche la première fois dans leur vie ,si tu surfes tu dois me comprendre ,comment peux tu te faire arracher les doigts avec ( la laisse de surf ) par la force de nos vagues .Je n'ai jamais vue ,ni entendu çà de ma vie de surfeur ,désolé ..!

  11. alex'po dit :

    moi ma wax m'irrite les tetons…

  12. insidethebarrel dit :

    "enrouler ses doigts autour du leash pour ramener sa planche"……….?????
    On est dans le n'importe quoi. J'ai 35 ans de surf derrière moi, je n'ai jamais vu ni entendu cela, en tout cas dans le monde des surfeurs pratiquants et passionnés, ceux pour qui ce sport en est vraiment un…et non un effet de mode.
    Tout sport présente des risques, il convient de s'en informer auprès de pratiquants confirmés avant de se lancer dans leur pratique si on est néophyte……et avoir un minimum de bon sens et de réflexion.
    Quand vous jouez a la pétanque, vous ne lancez pas les boules si l'aire n'est pas dégagée, au risque de blesser quelqun………c'est une question de bon sens…….. on va pourtant pas imposer le port du casque pour jouer aux boules !!
    En surf,c'est pareil…….il ne me serai jamais venu a l'idée d'enrouler mon leash autour de ma main; a mes enfants non plus d'ailleurs.
    Prévenir…… OUI………imposer…… NON !!!!
    C'est vraiment n'importe quoi cette société ou tout le monde se déresponsabilise et n'assume pas ses actes ni ses pratiques.

  13. insidethebarrel dit :

    …….ceci dit…….si on peut améliorer le produit……pourquoi pas .
    Perfectionner, améliorer, rendre plus sur, informer sur les risques……………..
    Mais cela ne dédouane pas de S'INFORMER , QUESTIONNER, DISCUTER, ETRE CURIEUX, AVOIR UNE DEMARCHE RESPONSABLE…………..

  14. steph dit :

    Le leash pourrait aussi s'enrouler autour du cou, tiens…

    Première chose que devrait apprendre les surfeurs débutants, c'est de pas retenir sa planche avec la main par le leash…

    Le leash élastique, voila l'avenir, tu ressors la tête de l'eau…et tu te prends la planche dans la tête…pardon, le casque. Comme le nose, le tail et les rails sont protégés par du caoutchouc mou, tu risques pas d'abimer ta gopro montée sur le casque. De toute façon, afin d'éliminer tout risque de blessure, tu auras préalablement pris soin d'aller surfer "chpountz style", à savoir un jour où y'a pas de vague. Oui, c'est vrai, y'a des méduses, mais vu que t'es en scaphandre autonome, hein?

  15. pez dit :

    c'est n'imp-orte quoi…

    quid de la board dans la gueule? on place des airbags?

  16. buttonsbtz dit :

    eh oui,les ignorants!
    shane dorian avait presque fini pendu par
    son leash à teahupoo,rappellez-vous…
    bien sur ce n'est pas souvent que
    ça arrive sur le b.a.b ;mais c'est bien connu
    des dangers du surf!
    -retour de leash,doigts arrachés,strangulation..
    il a meme eu un mort de cette façon en australie!
    moi, je serai plutot de ceux qui ne mettent
    pas de leash,c'est bien plus sympa et ça tourne au pic,
    tandis que d'autres vont chercher leur planche au bord!
    comme dans les 70's!!!!!no leash,no brain!

  17. Vlam dit :

    Je passe beaucoup de temps à l'eau… souvent plus de 20h par semaine… et ça m'est fréquemment arrivé d'avoir le leash qui vient se coincer entre les orteils, avec la vague qui tire sur la planche, et le leash qui rip justement… et je conçoit largement qu'il y ait un risque d'amputation…
    Alors en se mettant à la place de débutants, qui surfent certes, pas du très gros, mais qui ont des planches bien plus grandes, et qui donc génère tout autant de traction une fois prise dans une mousse, cela reste tout à fait plausible.

    Alors la seule conclusion, c'est que tout les détracteurs, soit ne surfent pas vraiment beaucoup, soit sont sacrément chanceux! Mais un homme averti en vaut deux!

    L'étude a raison de souligner le fait que le risque ne soit pas annoncé sur les emballages de leash, mais de là à changer tout le reste, ça en deviendrait absurde!

    • drakkars dit :

      Coincé entre les orteils ??
      T'as fait comment ??
      çà ne m'est jamais arrivé en plus de 35 années de surf….

      • Vlam dit :

        Pas coincé en encerclant l'orteil comme il semble être décrit dans l'étude.
        Genre après une bonne vautre ou je m'entortille un peu, un mouvement de brasse avec les pieds pour revenir en surface et le leash qui vient se loger entre deux orteils. bon souvent, un autre mouvement brasse et il se dégage, mais pour peu que la vague suivante soit un peu rapide, et que la planche se retrouve embarqué dedans sans avoir réagi à temps, je me retrouve tracté par la board (normal), alors avec la jambe dans l'axe, ça va, mais avec le pied de travers, y'a moyen de se fouler un orteil! (un peu "looseux" comme entorse)
        Après, c'est peut être qu'une histoire de "pas d'bol"… hier je suis allé surfer en oubliant de resserrer la dérive centrale…
        D'un autre coté, je aussi remarqué que mon leash actuel avait plus de facilité à se loger là, alors que les précédents, légèrement plus épais, ne me posait rarement de problèmes. Je précise que je ne suis que sur des SB ou alors des singles mais généralement de petites tailles, donc le minimum syndicale coté leash.

        Après, il y aussi le fait que ce genre d'incident arrive plus fréquemment aux tout débutants… Un cas tout simple, qd on passe du temps dans l'eau, on se laisse couler qd on tombe, ou on ne résiste pas qd on se fait tirer par la planche qui s'est faite embarquée dans la vague… à l'inverse, le débutant va vouloir remonter tout de suite après sa chute, et de même vouloir tirer sur le leash pour lutter contre la vague. Ce genre de réaction qui, pour les surfeurs aguerris semble un lointain passé, sont régulière parmi les estivaux.

        Bref, tout ça pour dire que… vive les laisses épaisses! (N’empêche, fallait le faire pour traduire leash… j'ai tout de suite pensé à un québecois à l'origine de l'étude!!)

  18. Marc dit :

    Arrête tes conneries ..un risque d'amputation à cause d'une laisse de surf …!!!!30 ans de surf derrière moi et ces les mêmes qui te parlent de (laisse de surf ) tu vois le niveau ,te me fais marrer …heureusement qu'on est une grande majorité de (vrais surfeurs )à se fendre la gueule à entendre ces énormités …!

  19. drakkars dit :

    Sinon pour le leash entouré autour des doigts, c'est digne des DARWIN awards !!!!!

    Pffffffff y'a variament des commissions de comiques….

    Au fait il faudrait faire des statistiques des surfers qui ont un accident sur leur trajet en allant surfer.
    Comme çà on verra qu'il vaut mieux habiter face au spot qu'on surfe et surout ne jamais aller ailleurs…. LOL

  20. co.ko dit :

    Moi j'aimerai bien bossé dans une de ces "commissions" a la c..franchement ils sont payé pour quoi? tiens aujourd’hui"hui comme on glande on va étudier le risque d'une goutte de pluie qui tombe dans l’œil :imaginons y a un microbe dedans wouah on peut perdre un oeil : il faut donc interdire a tout les gens de sortir en cas de pluie c dangereux (pas biennn mdr)…non mais j’exagère à peine…accidents avec un leash ok ca peut arriver mais bon ca risque quant même anecdotique…mais bon tout peut arriver non? on surprotège tout maintenant quant j’étais gosse mon pere rouler a plus de 160km/h avec sa r16 et moi j’étais entre les sieges a regarder la compteur….maintenant 90km/h maxi et sièges baquets enfants style guerre des étoiles obligatoires…ca sauve peut être des vies mais ca sauve pas le gosse qui en sortant de la voiture traverse la route et se prend un camion…je suis un peu agacé oui c vrai.

  21. DrGonzo dit :

    Les grands surfeurs… très grand surfeurs d'expérience qui nous apprennent que les professionnels et scientifiques qui travaillent sur ce genre de sujets sont des rigolos, n'ont évidemment pas le temps de lire les détails de ce genre d'études – ou qui y intervient. "C'est des conneries" et des gens "payés à rien faire".
    De toute façon cela ne le concerne pas, ça s'adresse à la basse masse de newbies ridicules qui osent essayer de pratiquer leur art.

    Vous connaissez la vie mieux que les autres, et c'est pour cela que vous prenez tant de votre précieux temps pour nous le rappeler et rires un peu des efforts d'études ou de prévention. Tout cela n'apprend rien puisque ce n'est pas compliqué, suffit d'être comme vous, un surfeur humble et expérimenté surfeur qui sait tout.

    • drakkars dit :

      ce n'est pas qu'on connait la vie mieux que d'autres, mais dans un sport jeune (présent depuis la fin des années 50), on as sans aucun doute un recul plus important (au vu de notre expérience) sur l'accidentologie liée au surf en fonction de l'expérience du surfer ….
      on est un peu en droit de se gausser d'une telle commission qui voudrait normaliser le matériel de surf sans tenir compte des besoins de performances …
      Tiens par exemple, pense au cas des patins à glace …. La lame est tranchante non ??? Et il y a eu des cas d'amputation des doigts …..
      Une telle commission viendrait peut-être interdire les lames affutées et dans ce cas, je te dis pas le merdier pour patiner ……..

  22. realiste dit :

    petit conseil pour co.ko

    ton gosse tu lui apprend à mettre sa ceinture et […] tu lui apprendras à regarder des 2 cotés avant de traverser la route.

  23. Adrien Chauvet dit :

    Norme ou pas norme, le seul moyen de pas perdre sa planche c'est d'avoir un leash qui la retient. Je vois pas en quoi une commission de sécurité va changer quoi que ce soit au comportement physique d'une ficelle qui flotte entre deux eaux. ça ondule, ça s'accroche à tout ce qui passe et quand on tire dessus, ça se resserre et ça fait des nœuds.
    21 amputations au CHCB, mais combien de sessions de surf par an sans problèmes sur le B.A.B ? Des milliers ? Des dizaines de milliers ?

  24. jb dit :

    je suis moniteur et je confirme que l'accident peut arriver, mais a mon avis il y a plus de risque avec le bout qui relie le plug au leash.
    Avec une bague par exemple, le risque de decalotage du doigt est pour moi sur et certain, la seule chose et de ne pas retenir la planche avec le leash.
    La seule chose est de marquer sur les emballages les précautions d'utilisation mais attention ca peut aller loin après. (ex des patins a glaces cité ci dessus), pas caresser les chiens y pourrait nous mordre, ne pas conduire on pourrait avoir un accident etc etc……………….
    Je trouve qu'il est bien de faire de la prévention mais faut pas trop exagérer tout de même, si les dérives sont rigides, c'est pas pour rien et dommage aussi elles sont courbés et pointus et je pense que c'est pas pour rien non plus.
    Un nose guard par contre reste une très bonne idée, demander a Phillipe Malvaux (entraineur pôle france), qui a eu plus que chaud a cause de son noze a côté de la fémorale.

    Tout ca pour dire de la prévention ok mais faut pas abuser et de toute facon toute activité peut comporter des risques.

  25. Leash et Accident de dit :

    Les accidents n'arrivent qu'aux autres…et surtout qu'aux débutants qui ne savent pas se servir de leur planche et de leur leash..bien sûr…
    Pour rappel, une des hypothèses retenues lors de l'accident et de la malheureuse mort de Mark Foo en 1994 à Mavericks serait qu'il ait été coincé au fond, peut être à cause de son leash…
    Personne n'est à l'abris..Il faut parfois prendre un peu de recul…

  26. Marc dit :

    Je suis désolé ,Mark foo a peut être été victime se son leash mais çà n'a rien avoir avec le sujet …si il avait été amputé d'un doigt ,il serait encore parmis nous en train de surfer ..! en plus Mavericks est considéré comme la vague la plus dangereuse du monde, c'est des conditions extrêmes ,vagues hyper dangereuse ,courant terrible ,fond de roches qui est un danger pour se faire prendre au piège avec ton leash ( ça m'est arrivé ,heureusement ce n'était pas Mavericks)il faut comparer ce qui est comparable et ce n'est pas dans le sud des Landes que celà va t'arriver ..il faut arrêter de délirer …!

  27. Leash et Accident de dit :

    Rien à voir avec le sujet…
    Maveriks est en effet un spot particulier mais personne n'est à l'abris d'un accident, quelque soit le spot, le niveau, les conditions, etc.
    Dans son "Avis relatif au leash de planches de surf 06/11", La Commission de la sécurité des Consommateurs évoque divers éléments dont Les traumatismes de la main (B2) et Les noyades (B1)….
    Si des améliorations peuvent être apportées à des produits de consommation alors pourquoi pas, en tenant compte des exigences pratiques, techniques, réglementaires..tout en restant "réels " et "applicables", sur la base d'une concertation (fabricants, usagers, autorités, etc.) et d'une communication.

  28. RD dit :

    Moi je me suis déjà fait mal aux doigts avec mon leash et je ne suis pas un débutant.Surfez un minimum costaud et vous verrez ! Et il arrive aussi de se faire mal aux chevilles et mollets, notamment en cas de rouste barrelico-shorebreakienne (backside). Et j'ai déjà amené un pote à moitié défiguré par un lâcher de tronc, sans parler des coupures au talon avec le bord de fuite de dérives (que j'avais poncées moi-même)… Bref, si certains s'agacent que des "oiseaux de mauvaise augure" leur parlent des risques et des accidents liés au surf, qu'ils s'abonnent à "Autruche Magazine"…

  29. dam's dit :

    Essayé avec votre leash de faire le tour de votre doigt (pour moi il a tendance a s'enlever de lui même,il semble impossible de l'enrouler autrement que volontairement (essais avec un dakine pro comp donc leash fin (3/16) et un dakine kainui (1/4))

    donc on est très clairement face un soucis d'utilisation (on voit aussi des gens prendre directement la cordelette du plug).

    On peut néanmoins peut être essayer de donner quelques conseils donc a priori chez les débutants plutôt du 5/16 (d'épaisseur) (selon l'étude)

    Enfin bic et decathlon en consultants ça prete a sourire,ces derniers temps le plus grand danger ça reste les débutants avec une planche en plastique bien lourde entre les mains

  30. Benette dit :

    Salut à tous!

    Je surfe depuis peu mais suis sensibilisée aux risques liés à ce sport et à l'environnement maritime depuis toute jeune (donc messieurs, pitié, ne me jetez pas de suite un cageot entier de tomates à la figure)
    Infirmière dans un service de traumato sur la côte basque, nous avons déjà eu deux cas de trauma sur doigts uniquement en Juillet (je me demande combien on en aurait eu avec de vraies bonnes conditions d'été, gnark, gnark…): une fracture ouverte et une fracture luxation.
    Un des patients était un surfeur confirmé (enfin là pour le coup il a fini son été): il a flippé pour son doigt et a douillé au réveil de l'anesth. Je ne parle même pas du traitement par antibio qu'il a dû se coltiner y compris à la sortie de l'hosto. (bah oui, fracture ouverte=>risque d'infection). Et l'autre ne débutait pas non plus.

    Vous allez me dire "deux cas sur le nombre de types à l'eau dans le coin, c'est que dalle"…mais quand même, ça montre que cette étude n'est pas bidon, et que ce type d'accident, aussi rare soit-il, existe et peut avoir de grosses conséquences (perso être amputée du majeur aussi jeune, je ne signe pas de suite)…c'est un peu comme la dérive dans la figure: c'est rare, mais quand ça arrive, ça fait mal.

    Mon petit témoignage ne calmera pas les brutes épaisses qui croient tout connaître juste parce "à leur époque, avant, c'était mieux", ou parce que eux "en janvier ou en février ils y sont aussi" mais au moins cela appuie un peu l'intérêt que l'on peut trouver à faire de la prévention à ce sujet (dans les écoles de surf, auprès des tou-tou-touristes avec leur mousses, ou dans les discussions post-session avec les potos autour d'une bonne petite glute, ah ah)…sans tomber dans les dérives (mouhahaha!) de "l'under-control absolu" dicté par la politique du zéro risque actuelle 🙂 De toute façon, si nous voulons garder notre "liberté", il n'y aura que la prévention pour nous sauver, et ce pour tous les risques liés à ce sport fabuleux.

    Sur ce messieurs, bonne fin de débat 😉

  31. Franck dit :

    Surfer reste une pratique à risque, dans un milieu qui peut s’avérer dangereux, mais skier aussi,prendre sa voiture aussi, jouer au tennis, au filet on peut prendre une balle dans l’œil, ou ailleurs. Quelque soit l'activité pratiqué il y a risque. On a tous eu un souci, avec le leash, les dérives…. Le monde aseptisé, dans lequel on veut nous faire évoluer, tuera toute joie de vivre, de profiter, des plaisirs divers et variés. Déresponsabiliser les gens ne pourra amener que d'autres problèmes. L'évolution des activités glisses, fait que l'on se jette à l'eau, ou sur les pistes de ski, comme on va faire ces courses, sans se soucier de connaitre les dangers de l'océan, de la montagne, les règles de bases de sécurité, le respect des autres pratiquants et de soi même. Aujourd'hui le surf est devenu une activité de plage comme l’était le cerf volant, les pâtés de sable, les raquettes en bois………Le nombre de pratiquant augmentant, les accidents aussi…. Pour ma part c'est stop à l'aseptisation de notre société, et que chacun devienne responsable de ces actes.

  32. spiderman dit :

    j'ai lu tous ces messages et bien sur l'on sent que des réticents se manifestent cela est normal , j'en ai discuté avec des surfers dont je ne citerai pas le nom qui font le circuit WQS et il se trouve que certains approuvent l'idée de proposer aux débutants en Ecole de surf ou aux jeunes en club d'utiliser une poignée de protection , plutôt que rien.
    Cela pousse à savoir combien existe t'il d'amputations des doigts dans le monde en pratique d’apprentissage du surf.
    N'oublions pas que la France est surchargée de nouveaux surfers et de plus en plus les Ecoles doivent faire face aux assurances qui les protègent en responsabilité civile.
    La bêtise qui consiste à dire ,moi je n'en ai pas besoin c'est un peu comme si de dire que Slater ne porte pas de casque en surf alors c'est bien ,pourtant Tom Carroll à été le premier à le porter et il est champion du monde .
    Conclusion la connerie ça se mesure pas en cm mais en kilomètres chez certains ……
    Aussi je peux dire que mes enfants surfent en compétition et sont confrontés au surfeurs(français) qui sont parfois prêts à leur passer dessus pour ne pas leur laisser de vagues alors ils ont compris que le casque ne serait pas du luxe et quand ils observent un cours de surf l'été , ils se disent que ces lourdes planches en mousse ont vite fait de leur tordre les doigts vu comment ils s'y prennent en tirant sur le leash enroulé entre les doigts et le bras.
    Bref l’ignorance mène parfois à des erreurs mais tant que cela ne tombe pas sur ses proches l'on ne se doute de rien.

  33. spiderman dit :

    allez pour le plaisir! un petit mot pour le grand surfeur Marc;
    30 an de surf et moi 102 ans,ne pleure pas!
    Laisser des Docteurs travailler sur le sujet cela ne va pas t'enlever ton niveau de surf , ne t’inquiète pas tout va s'arranger
    après tout quelques doigts en plus protégés c'est la solidarité.

  34. NathanEB dit :

    Et ça serait quoi l'alternative ?
    Parce que même en admettant ce "risque", c'est quand même mieux de perdre un doigt que de finir noyé, non ?

  35. Un internaute nous signale que ce sujet a même fait l'objet d'une question à l'Assemblée Nationale d'un député de Meurthe-et-Moselle :

    Texte de la question
    M. Hervé Féron attire l'attention de M. le ministre des sports sur la pratique du surf. Les Français figurent parmi les européens les plus adeptes de ce sport et les récents succès de nos compatriotes dans les compétitions internationales font honneur à la Nation toute entière. Le surf se pratique généralement avec un leash , c'est-à-dire une sangle relie la cheville du surfeur à sa planche de manière à ce qu'en cas de chute, celui-ci ne perde pas sa planche. Pratique, ce système peut toutefois être à l'origine de blessures de la main. En effet, lorsqu'il tombe, le surfeur récupère parfois sa planche en enroulant son leash autour de ses doigts. Or la force exercée par les vagues peut provoquer d'importantes fractures, voire l'arrachement d'une ou plusieurs phalanges. La commission de la sécurité des consommateurs (CSC) a dans cette perspective fait réaliser des essais sur 12 modèles de leash . Les résultats de ces tests montrent d'une part que la conception des produits est perfectible et d'autre part qu'aucune information relative au risque d'enroulement du câble autour des doigts ne figure sur l'emballage ou la notice des produits. C'est pourquoi la CSC demande si la mise en place d'un système de recueil des accidents est envisageable afin d'analyser les circonstances dans lesquelles ils se sont produits et ainsi engager par la suite des actions de prévention adéquates. Il lui demande donc de bien vouloir lui indiquer si des réflexions sont actuellement menées sur ce sujet et s'il entend donner suite à la requête de la CSC.

    Texte de la réponse
    La commission de sécurité des consommateurs saisie par la fédération européenne des services d'urgence de la main (FESUM) a rendu un avis lors de sa séance du 28 Juin 2011 sur les dangers inhérents au leash des planches de surf. Le leash est la laisse qui relie la cheville du pied arrière du surfeur à la planche afin que celle-ci ne soit pas perdue lors d'une chute. Malgré son intérêt, elle est à l'origine de graves blessures de la main. En récupérant sa planche, le surfeur utilise parfois le leash en l'enroulant autour de ses doigts. Or la force des vagues peut provoquer d'importantes coupures, voire l'arrachement d'une ou plusieurs phalanges. Même si ce type d'accident est relativement rare (moins de 10 % de l'accidentologie) il représente les lésions les plus graves nécessitant une intervention chirurgicale. L'étude montre que la région Sud Aquitaine, principale région de pratique du surf en France, comptabilise chaque année une vingtaine d'amputations des doigts de la main dues principalement au leaash. Interrogés, les professionnels du surf soulignent que l'utilisation du leash à l'aide de la main ne constitue pas « un geste naturel ». En effet, en cas de chute, le simple rétablissement du surfeur à la verticale dans l'eau permet de ramener la planche vers soi. De ce fait, il n'existe pas de recommandations spécifiques relatives à une utilisation sans danger du leash aussi bien de la part des fabricants que des professionnels du secteur. Au regard de ce constat, la commission de sécurité des consommateurs émet des recommandations en direction principalement des fabricants et des pouvoirs publics. Concernant les fabricants, la commission recommande d'engager des travaux de normalisation, sous l'égide de l'AFNOR, pour les planches de surf et leurs accessoires dont le leash. Elle préconise dans l'attente de ces travaux de normalisation, de concevoir des leashes limitant la possibilité d'enrouler volontairement ceux ci autour des doigts mais aussi d'améliorer les informations sur les notices d'utilisation. Concernant les pouvoirs publics, la commission recommande d'engager principalement des actions de prévention en direction des pratiquants et des professionnels. A ce titre, le Ministère des Sports a informé, dès cet été les directions départementales interministérielles, situées dans les départements de pratique des conclusions de l'avis de la commission de la sécurité des consommateurs. Lors des actions de contrôle auprès des établissements de surf, priorité inscrite par la direction des sports dans le plan national de contrôle de l'été 2011, les agents ont pu sensibiliser les professionnels à cette problématique de santé. De plus le ministère a sollicité le directeur du CREPS d'aquitaine afin qu'il puisse dès la prochaine formation du BPJEPS activités nautiques option surf (février 2012) intégrer dans l'unité d'enseignement consacrée au matériel de surf les informations nécessaires à l'utilisation sans risque du leash. . Il est envisagé, pour la saison estivale 2012, la mise en place d'un observatoire de l'accidentologie en surf qui pourrait être coordonné par la direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale d'Aquitaine. En complément, une campagne de prévention sur les différents risques inhérents à la pratique de l'activité surf avec la fédération française de surf est à l'étude. Elle s'inspirera des campagnes de préventions menées par la direction des sports pour le ski ou le VTT. Ces mesures permettront de contribuer durablement à une prise de conscience des dangers souvent ignorés par le pratiquant dans une activité qui connait un fort développement dans notre pays.

    Source : http://questions.assemblee-nationale.fr/q13/13-12

  36. Sylvain dit :

    Ah zut, on s’est aussi aperçu qu’un idiot a perdu un doigt dans un piton en escalade. Vite une circulaire pour imposer les mouffles en escalade…

Laisser un commentaire