Coup de gueule suite aux nombreux articles et reportages qui stigmatisent les médecins français et leurs honoraires. On prend l’exemple de quelques rares médecins pratiquant des honoraires hors-norme et on finit par jeter le discrédit sur l’ensemble d’une profession dans l’esprit du grand public. A quoi rime cette nouvelle chasse aux sorcières ?

Il faut d’abord comprendre qu’on a créé de toutes pièces un faux problème : le soi-disant scandale des « dépassements d’honoraires », comme le titrait le reportage d’Envoyé Spécial de ce soir.

Faut-il rappeler qu’une minorité de praticiens pratiquent ces dépassements, et que parmi ceux-ci l’immense majorité les pratiquent avec « tact et mesure », sous le contrôle de l’Ordre des Médecins ? Faut-il rappeler que ces dépassements ne sont possibles que par la volonté du gouvernement français qui instaura le secteur 2 en 1980 sous Raymond Barre ?

Trente ans plus tard, alors que les tarifs de base n’ont quasiment pas évolué – beaucoup moins que le coût de la vie en tous cas – on voudrait paupériser la médecine libérale en faisant travailler les médecins à des tarifs incompatibles avec leur exercice.

Les compléments d’honoraires ont justement été rendus possibles pour pallier l’incapacité pour la Sécurité Sociale de revaloriser les tarifs de base des médecins à un niveau suffisant. Pour certaines interventions, un chirurgien libéral peut aujourd’hui perdre de l’argent s’il opère un patient au tarif opposable ! (lire à ce sujet cet article édifiant de Benjamin Bajer). On comprend dans ces conditions qu’il est impossible pour des médecins à plateau technique lourd, aux primes d’assurances colossales, et qui emploient du personnel, de maintenir leur activité dans de bonnes conditions sans effectuer de dépassements.

Là où la polémique devient risible, c’est quand des médecins hospitaliers en viennent à faire la morale à leurs confrères libéraux, alors qu’ils bénéficient de tous les avantages du salariat et qu’ils peuvent en plus effectuer des consultations privées à l’hôpital avec…des dépassements d’honoraires ! C’est un peu l’hôpital qui se moque de la charité.

Et comme on n’est pas à une incohérence près, le frère de la Ministre de la Santé qui a décidé de s’attaquer aux dépassements d’honoraires facturerait des honoraires 5 fois supérieurs au tarif de la Sécurité Sociale. Allez comprendre.

Le vrai problème est que la Sécurité sociale n’a plus l’argent pour revaloriser les honoraires des médecins, et que les mutuelles n’ont pas envie de s’engager dans la solvabilisation des compléments d’honoraires. Des voix se sont élevées pour dénoncer les comptes opaques et les frais annexes des mutuelles, notamment des importantes dépenses publicitaires. Et la mutualité est allée jusqu’à porter plainte contre le vice-président de l’Union Française pour une Médecine Libre (UFML) qui avait mis en cause certains investissements.

L’évolution logique induite par l’avenant 8 à la convention conduira à la mort de la médecine libérale telle qu’on la connaît. Les médecins se regrouperont dans des maisons médicales, des centres de soins, peut-être même des dispensaires, pour « mutualiser » les moyens et rationner les soins. On essaiera de rentabiliser le système de santé à tous prix, quitte à en demander toujours plus à des professionnels de santé déjà à la limite du burn-out.

La solution ? Créer un secteur unique pour tous les médecins où les tarifs de base seront réévalués à leur juste valeur pour ne plus rendre les dépassements d’honoraires nécessaires.

Et si certains veulent encore effectuer des dépassements, pourquoi vouloir les en empêcher, tant que les patients conservent le choix de leur médecin et peuvent donc en choisir un qui ne dépasse pas ?

Cette polémique est d’autant plus dérangeante que les médecins ne comptent pas leurs heures (ils font souvent 2 fois les 35 heures par semaine) et ils ont un haut niveau de compétence et de responsabilités dans l’exercice de leur art. Mais aujourd’hui le médecin est descendu de son piédestal.  On en vient même à lui reprocher de gagner de l’argent !

Qu’y a-t-il de scandaleux à ce qu’une consultation chez un médecin spécialiste coûte 30, 40 voire 50 €, quand une visite chez un ostéopathe peut en coûter 60 ?

Savez-vous que le tarif de base d’une consultation (23€) est parmi les plus bas d’Europe (avec la Roumanie) ? Et que quand vous donnez 23€ à un médecin, il n’en gagne même pas 10, une fois les charges déduites ? Dans certains pays comme l’Allemagne où les médecins sont beaucoup mieux payés, la sécurité sociale est largement excédentaire.

La vraie question est de savoir quelle médecine nous voulons pour demain. Le mouvement initié par « les pigeons » vise avant tout à conserver la qualité de soins destinée aux patients. Mais une médecine de qualité a un coût. Reste à savoir si la santé est encore une priorité dans notre pays, ou si on préfère dériver vers une médecine à la chaîne déshumanisée.

Les médecins ne se battent pas pour leur train de vie, beaucoup moins fastueux que certains se l’imaginent, mais avant tout pour un idéal: celui de conserver un système de santé de qualité accessible à tous.

A propos de l'auteur :

Je suis médecin généraliste, surfeur, et je m’intéresse avant tout aux bienfaits de la mer pour la santé. Je suis engagé dans la protection de l’environnement marin car notre santé est intimement liée à celle des océans.

 

Tags: ,

 

30 Commentaires

  1. Merci cher Guillaume, tu as vraiment compris l’essence de notre combat.
    Devant les injures et la désinformation, la solution est de nous défendre les uns les autres et non les uns contre les autres.

  2. Jean-François Mondoloni dit :

    Le problème est là: la sécu. Pourquoi n’a-t-elle plus d’argent ? Parce qu’elle est comme la majorité des français: Elle n’a plus de blé ! L’argent est de plus en plus confisqué par une petite partie de la population au détriment de la société en entier. C’est d’un boum politique dont on a besoin. Vous êtes médecins, donc sensés êtres cultivés et attentifs. Voyez-vous la pauvreté autour de vous ? C’est pour cela que votre mouvement est mal vu. Parce que certes, tous n’êtes pas millionnaires, mais de là à parler de paupérisation, il y a de la marge par rapport à cette majorité de l’hexagone qui a du mal à boucler les fins de mois, surtout les 30 derniers jours… Votre grève n’est immorales, elle est malvenue, c’est tout. Quant aux quelques uns qui outrepassent le « tact » et la « mesure », ils sont quand-même plus nombreux que la simple poignée que vous revendiquez. Les médecins, le plus fréquemment sont, avouez-le assez loin de la population lambda qui a du mal à joindre les deux bout. Pas riches, mais aisés, et je leur en sais gré compte-tenu d’études longues et pénibles. Mais de là se plaindre d’un effondrement du pouvoir d’achat, nos valeurs ne sont pas les mêmes. Ouvrez les yeux, luttez pour votre avenir mais…avec tact et mesure…….

    • clo dit :

      Entièrement d’accord avec vous. Certes la majorité des médecins pratiquent des dépassements d’honoraires avec tact et mesure(zéro reste à charge pour le patient) mais votre grève manque vraiment de tact et de mesure au vue de la situation actuelle de notre économie.

      • Mickey dit :

        Helas, cette situation ne fait qu’empirer depuis 10 ans, et le gouvernement nous promet une nouvelle aggravation de nos conditions de travail.

        Depuis 2 ans que je suis généraliste, je ressens cette aggravation.

        Alors c’est malvenu ? Ce n’est pas le bon moment ? Mais y a-t-il un bon moment ? Quand tout a bien, on ne nous emmerde pas, donc on n’a pas à se plaindre. C’est quand on nous prend ce qui nous reste.

        Paupérisation oui, je n’ai pas peur de le dire.
        Voulez vous des chiffre, puisque les gens aiment les chiffre.

        Un patient « paye » (ou non) 23€. Seuls 8 euro arrivent dans la poche avant impôts (frais de cabinet, de secrétariat, de charges sociales, retraite, taxes diverses).

        Un médecin moyen voit 20 patients par jour, 100 patients par semaine, 350 patients par mois (car les congés ne sont pas payés, et je compte une demi semaine par mois pour 6 semaines par an)

        Au total, ça fait 2800 euro par mois avant impôts. 50h par semaine, bac+10

        Si on monte à 30 patients par jour (plus fréquent dans les campagnes), 4200€ pour 70h.

        Alors ce chiffre est tout de suite loin des 15.000 euro qu’on trouve sur divers sites et qui sont exceptionnels…

        Sachez que si ce chiffre continue à descendre, les médecins arrêteront et se reconvertiront, ou iront travailler ailleurs…

        Un plombier vient chez vous changer un joint, 150 euro. Une chaudière 1500€. Un médecin en visite, 33€.

        Et si la médecine libérale meurt, c’est toute la médecine qui en pâtira, fermeture de cabinets médicaux, désert médicaux de plus en plus importants, fermeture des cliniques chirurgicales et augmentation des délais de consultation et de chirurgie dans le public, et ainsi de suite.

        Si les médecins ne sont pas réévalués à leur juste valeur, la médecine française sera morte dans 10 ans.

        • Nicolas dit :

          20 patients par jour en donnant 20 minutes par patient (je suis large), ça fait un peu plus de 6 heures de travail par jour. C’est pas beaucoup. Si tu as si peu de patients, tu t’es installé dans une zone surpeuplée médicalement. En s’installant judicieusement (là ou on a vraiment besoin de toi), on peut consulter trés facilement 30 voir 40 patients par jour (en faisant des visites). Travailler donc 12 heures par jour, ce qui ne me parait pas anormal pour un médecin. SI en plus tu ne travailles pas le samedi, ben ça te fait 2 jours pour récupérer. Et 8 euros sur 23…. Mouais…

          • Cédric dit :

            Et ben moi je préférerais pas être le 40 ème de la journée…

            • Nicolas dit :

              Quand tu vas aux urgences, et que tu arrives à 20 heures, t’es ptet le 90° patient du médecin qui t’examine… A quatre heures du matin, il peut en avoir vu 120 ou 130. Le chirurgien qui t’opère en urgence la nuit peut avoir 20 heures de boulot dans les pattes.

          • Bon nombre de médecins s’accommodent du système en multipliant les actes pour compenser l’insuffisance du tarif de la consultation.

            Mais peut-on exercer une médecine de qualité en voyant plus de 30 ou 40 (plus de 50 pour certains !) patients par jour ?

            Si on excepte les consultations qui vont vite et qui ne justifient pas forcément une visite chez un médecin (rhino-pharyngite, gastro, vaccin, etc.), interroger et examiner un patient prend du temps. Les médecins qui passent moins de 15 minutes avec leur patient ont-ils vraiment le temps de les interroger sur leur mode de vie, leurs habitudes alimentaires, de les écouter et de leur donner des conseils adaptés ?

            C’est justement parce que les médecins n’ont plus suffisamment de temps à accorder aux patients que ceux-ci se détournent d’eux pour aller voir d’autres thérapeutes qui leur proposent des consultations plus longues (ostéopathe, naturopathe…).

            Si on veut relancer la médecine libérale, il y a une seule et unique mesure à prendre urgemment : VALORISER LES CONSULTATIONS LONGUES !

            Il est aberrant qu’une consultation de 5 minutes pour un nez qui coule soit rémunérée de la même façon qu’une consultation d’une heure pour l’annonce d’un cancer par exemple.

            Si on veut instaurer de véritables consultations de prévention ou se donner le temps de prendre en charge correctement des patients polypathologiques de plus en plus nombreux, il faudra bien se résoudre à rémunérer les praticiens en fonction du temps qu’ils passent avec leurs patients.

            Elisabeth Hubert l’avait proposé mais Nicolas Sarkozy n’avait pas tenu compte des conclusions de cet « excellent rapport » qu’il avait pourtant lui même commandé: http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20101126trib000576834/l-elysee-annonce-des-mesures-pour-la-medecine-generale-des-2011.html

  3. sebastien dit :

    Pour la premiere fois je ne trouve pas judicieux cet article car il ne concerne pas le surf.

    Par ailleurs ton passage sur les PH me fait « sourire »…Combien travaillent sans faire de privé ? une majorité chez nous en tout cas…

    avantage du salariat dis tu ? ouai salaire moyen heures importantes…mais bon

    l’attaque de la ministre pour les agissements de son fere ne me semble pas digne de ce que tu ecris d’habitude…Le coup de la colère sans doute.

    A mon avis il faut réévaluer les honoraires (comme les dentistes d’ailleurs) et limiter les abus de certains qui voient 1 patient toutes les 3 minutes quand d’autres passent 15 a 30 mn…pour le même prix… c’est sur qu’a 23 euros les 3 minutes ca fait 460 euros de l’heure alors qu’a 23 euros les 20 mn ca ne fait que 60 et pourtant aucun des deux ne fait de dépassement…

    Et il faut arrêter de nous prendre pour des pingouins avec le trou de la sécu..il est ou le trou de la sécu ? Si on redonne les recettes tabacs et alcool a la secu (c’était bien pour ça a la base non ?) et bien de trous il n’y a plus…

    Je ne parlerai pas des génériques où on nous dit que c’est la même chose (20% de marge de principes actifs, excipent différents avec des allergies nouvelles, etc..)

    Mais bon la on s’éloigne du surf 🙂

    amicalement
    seb

    • Jean-François dit :

      Je suis d’accord pour le tabac et l’alcool. Mais il faudrait y rajouter les cotisations patronales non versées pour cause de « niches fiscales » ou de chantage à l’emploi. Dans ce cas là oui, le trou est comblé. Avec une taxation des des actifs et des transactions financières (taxe Tobbing), on règle aussi la dette et on augmente les médecins.

    • On est bien d’accord sur toute la ligne Seb !

      Les honoraires du Pr Touraine ne me choquent pas, mais j’avoue avoir du mal à comprendre la croisade de sa soeur contre les compléments d’honoraires. Pourquoi un grand professeur reconnu internationalement devrait-il pratiquer les mêmes honoraires qu’un médecin lambda?

      Ne pas valoriser le travail, les compétences et le niveau de responsabilité à leur juste valeur ne peut que décourager les vocations.

      Cela n’empêche pas les médecins qui pratiquent des dépassements de ne pas faire payer les patients dans le besoin, comme l’a illustré la consultation de l’ORL dans le reportage d’Envoyé Spécial.

      PS: la plupart des articles de Surf Prevention concernent depuis le début le surf et/ou la santé, mais pas forcément les 2 en même temps 🙂

  4. Nicolas dit :

    J’ai beau être médecin (généraliste), je ne soutiens pas ce mouvement.
    On en parle assez peu, mais il y a de trés grandes disparités dans ce métier, entre les spécialités mais aussi à l’intérieur de chacune. Certains travaillent vraiment comme des dingues, avec des horaires de dingue et en prenant des responsabilités réellement énormes pour un salaire disons « normal »(ex: le chir digestif du public, pour 5 à 8000 euross par moi), mais c’est vraiment loin d’être généralisable et je ne m’étends pas plus sur le sujet. Je pense donc que certains médecins sont loin d’être rémunérés à leur juste valeur.
    Mais je pense surtout que nous sommes les enfants gâtés d’un système qui nous surprotège. Il est temps d’arrêter de se plaindre et de faire notre part de sacrifices. La liste de nos avantages est sans fin. On peut travailler OU ON VEUT (allez parler aux médecins de réguler la liberté d’installation pour mieux répartir leur population), AUTANT QU’ON VEUT (on peut choisir de gagner 2000 euros en travaillant quelques heures par semaines et c’est quelque chose qui se répand avec la féminisation de la profession entre autre cause), choisir de remplacer toute sa vie (aucune contrainte, rétributions moelleuses, vacances à volonté), et j’en passe. Les médecins font à peu prés ce qu’ils veulent. Et quand tout le monde se serre la ceinture, ils s’offusquent qu’on mette le nez dans leurs affaires. Pas question de toucher aux honoraires libres? Ok. MAIS QU’EST CE QU’ON PROPOSE POUR SAUVER CE FAMEUX SYSTEME POUR LEQUEL ON EST CENCE SE BATTRE? Qu’est ce qu’on propose pour qu’enfin des médecins condescendent à s’installer là ou on a besoin d’eux, à part les zones blanches qui ont juste permis aux rares qui y exercent de gagner encore plus? Quand va-t-on obliger les jeunes médecins à s’installer? Et instaurer un minimum de temps de travail hebdomadaire?, etc…
    Bref, je n’ai pas trop le temps de développer, mais je pense qu’il est hypocrite et insultant pour une grande partie de la population de jouer les offusqués. Moi, je trouve que c’est une chance de pouvoir travailler beaucoup pour gagner beaucoup (6500 euros par mois en moyenne pour un généraliste, c’est quand même un beau pactole), surtout quand on exerce un métier valorisant, qui ne connait pas le chomage (j’en connais qui se payent le luxe d’afficher dans leur salle d’attente qu’ils ne veulent plus de nouveaux patients…), au chaud dans son cabinet, et, de plus en plus, sans gardes, sur rendez-vous, avec le minimum de visites,… Bref. On s’éloigne de plus en plus de l’image mythique du médecin dévoué, à la tâche 18 heures quotidiennes, de jour comme de nuit, pour les riches comme pour les pauvres, seul détenteur du savoir.

  5. Philippe dit :

    C’est marrant cette société du misérabilisme dans laquelle on est. J’ai eu un grave accident il y a 5 ans. 48 h dans le coma et j’ai failli perdre une jambe. Après cette expérience, si je pouvais je leur donnerais des millions aux gars qui m’ont remis sur pied. Ce Nicolas trouve que c’est bien 6000 euros? Pour 50h de boulot par semaine et après 10 ans d’études et avec la responsabilité que vous avez, je trouve moi que c’est minable. Je connais plein de gars avec des BTS d’action commerciale qui gagnent ça. J’ai un total respect pour votre métier mais j’en reviens pas que vous vous tiriez une balle dans le pied comme ça. A la louche, moi je dirais que 10 000 euros pour un généraliste ce devrait être le minimum syndical. Et pour les chirurgiens, quand je pense à ceux qui ont passé une nuit entière sur ma jambe et que là je marche sans la moindre boiterie, je me dis que si eux n’ont pas le droit de s’offrir une porsche, je voudrais bien savoir qui a le droit de s’en offrir……faudrait donc penser à fermer tous les concessionnaires de voitures de luxe dans le pays.

    • Nicolas dit :

      Philipppe, tu veux les payer comment tes médecins? Avec l’argent de qui? Un médecin, ça doit forcément gagner plus d’argent qu’un gars qui a un BTS? Elle est ou la logique? Avoir fait 9 ans d’étude, ça donne de facto droit à un salaire énorme? Tu crois qu’un médecin de PMI, ça sait réparer des jambes? Qu’un généraliste a le même niveau de compétence ou de responsabilité qu’un anesthésiste-réanimateur en CHU? Et bien non. Dire le contraire est un mensonge et une tromperie. Ton chirurgien, il mérite sans doute sa Porshe, si tant est qu’on puisse juger le mérite là-dessus. Mais il a signé pour en chier et je répète que tout médecin n’exerce pas dans les mêmes conditions de responsabilité et n’ont pas la même pénibilité dans leur travail quotidien.

      • simon dit :

        « Qu’un généraliste a le même niveau de compétence ou de responsabilité qu’un anesthésiste-réanimateur en CHU »
        « Ton chirurgien, il mérite sans doute sa Porshe »
        Mais d’ou tu sors pour sortir des stupidités pareilles? Qu’est ce que tu connais aux études de médecine toi? Au système de soins? Aux responsabilités de chaque spécialité?
        Tu penses que le Médecin de campagne qui va passer à côté d’une méningite foudroyante chez un enfant n’a pas de responsabilité , et pas de retombées judiciaires? Que sais tu des connaissances du généraliste par rapport à celle de l’orthopédiste? Ton anesthésiste à 11 ans d’études pour 9 pour le généraliste , tu crois qu’il a acquis ses compétences si spéciales en 2 malheureuses années? La pénibilité dans le travail quotidien comme tu dis tiens plus en ce moment a écouter ton genre de discours.

        • Nicolas dit :

          Je suis moi-même médecin, cher ami, généraliste ainsi qui précisé plus haut. J’ai travaillé comme praticien hospitalier dans un service de médecine ou j’ai cotoyé « sur un pied d’égalité » (statutairement) a peu prés toutes les spécialités. J’ai également fait de la médecine d’urgence et de dispensaire à Mayotte et en Guyane pendant plusieurs années et travaille actuellement en milieu rural en France. J’ai un frère radiologue et mon père était cardiologue J’ai donc un certain recul sur le milieu médical. Je maintiens ce que je dis. En médecine générale libérale, tu as certes certaines responsabilités, mais tu dois surtout éviter de passer à côté de »gros trucs ». ça demande juste de la vigilance. Aprés, le boulot est assez standardisé et tu as toujours le temps de refléchir, au besoin en revoyant le patient et surtout en demandant l’avis de collègues. Et la pénibilité de cette activité a considérablement diminué avec la quasi-disparition des gardes et la tendance « relax » de la nouvelle génération (rendez-vous, jours de repos, temps partiel,…). Bref, mon but n’est pas de dénigrer la médecine générale au profit d’autres spécialités, mais de montrer que d’une part être médecin n’est pas synonyme de prise de risque, de performance ni de dévouement. Et le salaire doit être au moins proportionnel à ces 3 indices. Tu ne connait manifestement pas les études de médecine. Le passage de l’internat nécessite un surinvestissement que beaucoup de généraliste n’ont pas fourni. Il apporte aussi une masse de connaissance et une méthode bien spécifiques. Les années d’internat en CHU sont bien plus riches en formation mais aussi bien plus difficiles et souvent bien plus longues que celles du généraliste. Re bref, une spécialité difficile par nature, lourde en charge de travail, lourde en responsabilité, devrait être bien rémunérée proportionnellement, ce qui n’est abssolument pas le cas en ce moment, et qui explique la grogne des chirurgiens, mais qui m’amène également à dire que les généralistes, les ophtalmo ou les dermato libéraux, par exemple, n’ont absolument pas à se plaindre de leur condition, au vue de ce que le pays subit actuellement. Merci pour ton attention.

          • Précision: depuis 2004 TOUS les médecins passent l’Internat (qui s’appelle maintenant Examen Classant National ou ECN), y compris les futurs généralistes qui enchaîneront sur un Internat de Médecine Générale. Plus rien ne distingue donc la formation des médecins « spécialistes » des « généralistes » qui sont devenus des spécialistes de médecine générale.

            • Nicolas dit :

              C’est encore bien frais pour en voir apparaitre les premiers effets et les postes de généralistes sont pour les plus mal classés (on peut d’ailleurs le passer sans trop se fouler). Par ailleurs, la formation des internes-généralistes se fait toujours essentiellement dans les hopitaux périphériques et est à mon sens loin d’atteindre le sérieux de celle des spécialistes (staff, encadrement par des assistants-chefs de clinique, etc…), qui sont de surcroit formés par leurs pairs et dans leur futur milieu d’exercice. Je le redis, mon but n’est pas de dénigrer les médecins généralistes, mais je pense qu’il ne faut pas mettre tous les médecins sur un pied d’égalité. On ne fait absolument pas tous le même métier.

      • Philippe dit :

        Ben oui un médecin doit gagner plus qu’un BTS. Le niveau de responsabilité et la durée des études n’est quand même pas le même!!!! ça me rappelle l’histoire des ingénieurs et des ouvriers dans l’ancienne tchécoslovaquie. Les ouvriers étaient mieux payés. Donc les élèves brillants qui avaient le potentiel pour être ingénieurs restaient ouvriers. On sait comment ça c’est terminé dans ces magnifiques pays de l’Est.
        Après il est clair que vous n’avez pas la même responsabilité en fonction de vos spécificités et effectivement un médecin de PMI qui fait ses 35h tranquillou, c’est normal qu’il ait pas les mêmes revenus qu’un chirurgien qui passe des nuits au bloc.
        Pour ce qui est de l’argent, tes collègues qui râlaient ces derniers jours ont raison, ça doit venir des mutuelles. Pas normal qu’ils sponsorisent plein de compet sportives, qu’ils inondent de pubs la télé avec des acteurs connus et qu’ils nous remboursent peau de balle. Il parait qu’ils ont plus de 8 milliards de bénéfices, y a de quoi rembourser pas mal de choses avec ça. C’est bien pour ça qu’elles ont été créées non?

  6. Marine dit :

    Je ne suis pas médecin donc tout a fait à mon aise pour vous dire qu’effectivement je pense qu’ils ne sont pas suffisament payé par rapport à la longueur des études et leur compétence..20 min chez l’estheticienne (e.g. une épilation) coutent plus qu’une consultation chez le toubib. Bien sur il y en a qui exagerent, 3 min à 23 Euros, c’est pas cadeau, mais 30 min à 23 Euros, c’est vraiment pas cher. Tout est question de mesure, mais on veut tous pouvoir être soigné demain aussi et il ne faudrait pas que les futurs médecins potentiels choisissent la finance ou le commerce à la place pour être sûrs de vivre bien. On aura toujours besoin de bon toubibs, n’oubliez pas!

  7. docnico dit :

    Pour la paie lesz médecins s’en tirent pas trop mal et chez les surfers on a choisi ce métier pour étre un peu indépendants et pouvoir aller surfer et si possible ne pas rater les super journées.Comme partout il y a des gars peu défendables qui abusent sur les tarifs et sur le « reste à payer » pour les patients;il faut dire qu’en france les patients sont peu habitués à sortir des sous chez le médecin,le pharmacien ou le dentiste mais il va peut étre falloir s’y résoudre ou bien continuer à vivre au dessus de nos moyens avec le tout gratos pour tous!Le systéme fonctionne comme une grosse poire et c’est plutot les mutuelles,assurances,banques,tous ceux qui font leur pub à la télé qui pompent le jus.Ceux qui roulent en porsche en profitent aussi mais on les retrouvent rarement au line up,manque de temps plus de condition physique et beaucoup de stress au travail.So What?

  8. Olivier64 dit :

    Le réel problème de la sécu n’est pas vraiment les dépassements d’honoraires des médecins. Certes, il y a des médecins qui « abusent » sur leurs dépassements. Mais il faudrait revoir entièrement le système de la sécu et entre autres le mode d’attribution de la CMU et de l’aide médicale d’état.
    Il est impressionnant de voir l’abus de beaucoup de personnes bénéficiant de la CMU qui profitent de n’avoir aucun frais médicaux à payer et qui font des examens inutiles sous prétexte que c’est « gratuit » pour eux. Ils se prennent pour des VIP du système médicale. Il n’y a pas une semaine où ma compagne me parle de cela, des gens qui à l’annonce du prix de l’examen disent « je m’en fous j’ai la CMU », j’en passe et des pires. Quant à des femmes de plus de 40 ans ne parlant pas français (certains diront que mes propos sont racistes, ils pensent ce qu’ils veulent)qui font des examens hors de prix pour voir quand elles seront en période d’ovulation pour pouvoir se faire insémination artificielle (acte médicale également très cher) et le tout au frais du contribuable.
    Donc peut-être que les dépassements d’honoraires sont à revoir mais ce n’est pas le seul point à aborder dans la réforme de la sécurité sociale.

  9. adp dit :

    c’est très intéressant ce que tu nous raconte olivier64.
    maintenant si tu pouvais chiffrer tes propos ça serait encore mieux.
    quel pourcentage de la population a la cmu? combien parlent/ne parlent pas français? combien de femmes de 40 ans et + se font inséminer? combien sont francophones? combien ne le sont pas? etc etc ..
    sinon j’ai bien peur que tes propos soient du niveau du caniveau.

    • Olivier64 dit :

      Ma compagne travaille dans une clinique, donc toute les semaine j’en entends parler. Sur une moyenne de 80 patients pris en radiologie chaque jour, près de la moitié sont bénéficiaires de la CMU. Quant aux personnes venant passer des examens pour les inséminations, passé 40 ans, c’est 1 à 2 fois par semaine. Je ne critique pas le fait que la CMU existe, c’est son mode d’attribution qui est à revoir car il y a des abus. Des exemples concrets:
      – une femme qui vient pour un radio du thorax avec 4 ordonnances de 4 médecins différents,ordonnances datées de 2 jours consécutifs la même semaine. Et qui parce qu’elle a la CMU va voir 4 médecins pour être sur que le 1er à fait le bon diagnostic. Est-ce normal?
      – dans la même matinée, une mamie qui vient repousser son rdv au mois suivant car elle doit d’abord se faire soigner une dent et que sa retraite de 800 euros ne lui permet pas de pouvoir bénéficier de ces 2 actes médicaux. Alors qu’un jeune d’une trentaine d’années arrive avec ses fringues de marques et son i-phone et qui lui a la CMU. L’inverse ne devrait-il pas être plutôt appliqué?, la mamie qui bénéficie de la CMU et le jeune non?
      Il y a bcp de choses à revoir.

      • Olivier64 dit :

        Tout cela nous le constatons depuis que nous avons déménagé en région parisienne. Ce n’était pas autant le cas quand nous étions dans le Sud-ouest.

  10. yul dit :

    P’tite question :

    Cela à avoir quoi avec le surf tout ça … ?

    Il y a de la dérive dans l’air !

  11. john dit :

    il faut se poser les bonnes questions ! il faut toujours remonter à la cause des causes ( je ne suis pas médecin mais ne dit on pas qu’il faut soigner le patient et non pas le symptôme ) le vrai problème dans cette affaire c’est … l’argent ! il n’y a plus d’argent pour payer les médecins comme il le mériterait mais pourquoi ? cela vient de la dette c’est la cause des causes qui à été voulue et décidée par nos politiques (de gauche comme de droite) depuis 40 ans maintenant et qui entraine fatalement le démontage de tout nos acquis sociaux petit à petit … pour arriver au final à un système à l’américaine ou si t’as un cancer tu vends ta maison pour te soigner… yes we can !

    pour comprendre en 5 min

    ou les vidéos d’Etienne Chouard ..

  12. bat dit :

    Hello,

    Je vous colle juste une émission que j’ai trouvé très intéressante sur ce sujet. Elle est longue, 60min, mais on apprend un tas de choses. Histoire, idéologie, financement de la sécu etc…

    Si le sujet vous intéresse, prenez le temps d’écouter cet interview. Plus on en sait, mieux on est…

    http://www.franceinter.fr/player/export-reecouter?content=519787

Laisser un commentaire