Résumé :

Comme l’Océan, notre organisme est exposé à la pollution.

La pollution de l’environnement est une réalité omniprésente dans nos sociétés modernes. Pour ne pas tomber malade dans ce monde toxique et vivre le plus longtemps possible en bonne santé, nous devons aider notre corps à se détoxifier.

En s’inspirant de l’Océan qui s’auto-épure tout seul, on peut apprendre à « détoxseafier » notre milieu intérieur.

Ce livre expose comment utiliser l’eau de mer pour nettoyer notre organisme des déchets du métabolisme et des toxiques qui s’y accumulent au quotidien : air pollué que nous respirons, résidus de pesticides dans l’alimentation, polluants chimiques dans l’eau et autres xénobiotiques dans les produits de consommation courante.

Le but du programme Detoxseafication est de stimuler les défenses naturelles et les moyens d’élimination de notre organisme pour faire face aux agressions de la vie moderne.

Une cure à base d’eau de mer est une façon simple et économique d’accomplir une détoxification aussi bien physique que psychique, tout en faisant le plein en sels minéraux et en oligo-éléments.

Vous apprendrez en lisant ce livre que les trois meilleures choses à faire pour améliorer sa santé sont respirer l’air marin, se baigner régulièrement, et… boire des dosettes d’eau de mer ! Ce livre fait d’abord un état des lieux de la contamination de notre environnement et de notre organisme. Il donne ensuite des clés pour comprendre les moyens de détoxification étonnamment comparables et complémentaires entre le milieu marin et notre milieu intérieur.

Sortie officielle : 15 Novembre 2018.

Pour acheter le livre : https://shop.surf-prevention.com/produit/detoxseafication/

A propos de l'auteur :

Médecin, surfeur, SUPeur. Auteur des livres Surf Thérapie et DETOXseafication. Adjoint au maire de Biarritz à l'Environnement, Qualité de Vie et Bien-Être.

 

Tags: , , ,

 

7 Commentaires

  1. nicolas dit :

    Franchement, Guillaume, sans bien te connaitre, je trouve ton approche de la médecine pour le moins empirique et tes analogies hasardeuses. Bien sûr, tu vas me dire qu’il faudrait lire ton livre pour comprendre, mais ça m’a l’air quand même léger ton programme et tu m’as l’air d’enfoncer allègrement les portes ouvertes. C’est sûr qu’il vaut mieux respirer le bon air marin que l’air vicié des grandes villes et nager, pourquoi pas dans l’eau de mer, que se prélasser toute la journée devant la télé avec une bière. Pour ce qui est de boire de l’eau de mer, là, faut voir, mais va falloir nous l’expliquer autrement que simplement à partir d’analogies périlleuses. Ca rappelle un peu les tribus qui consomment naivement disons du lion pour en absorber la force. Là, on boit de l’eau de mer pour se détoxifier (ce qui ne veut rien dire au passage, mais c’est une notion, on le sent dans ton discours, que tu rapproches d’un processus presque magique de purification).
    Pour ma part, je vis au bord de l’eau, je consomme le poisson que je pêche régulièrement, je nage et je fais du paddle presque tous les jours et je me sens bien. MAis c’est parce que j’habite là. J’ai eu une vie aussi saine et équilibrée en vivant en montagne et je me sens aussi bien. Le bon air frais et l’activité physique sans excés, c’est aussi sain partout. Je ne doute pas que tu sois bien intentionné mais diable, pourquoi toutes ces théories pompeuses et fumeuses?

    • OK… ça c’est dit !

      C’est pour avoir le feed-back des lecteurs que j’écris les chapitres directement sur le blog.

      Avec ce titre, j’étais sûr d’avoir droit à ce genre de réflexion.

      Mais je peux vous rassurer tout de suite: il n’y aura pas de « théories fumeuses » dans ce livre qui s’appuiera sur des données médicales et scientifiques. On parlera biologie marine, biophysique, physiologie, hydrologie, climatologie, etc.

      Même si l’habillage (titre, photo, résumé) peut vous paraître fantaisiste, le contenu sera au rendez-vous, et vous devriez même apprendre des choses 🙂

      Je travaille sur le sujet depuis 3 ans et je m’inscris dans une démarche sérieuse d’étude des propriétés de l’eau de mer.

      Après, je revendique aussi une part d’empirisme (que vous semblez me reprocher) dans ma façon d’appréhender la médecine. L’observation, l’expérience et l’esprit critique devraient au moins compter autant dans la démarche médicale que les études publiées dans les revues.

      Cordialement.

  2. sebastien dit :

    Moi j’ai hâte de le lire ce livre.
    Pour ce qui est de boire l’eau de mer, je suppose que tu nous proposeras des conseils pour la rendre propre à la consommation.
    Ce que je constate (c’est empirique aussi mais bon) depuis que je vais au moins 2 fois par semaine dans l’eau (de mer) je n’ai plus ces rhumes et rhino-pharyngites que j’avais avant au moins 1 fois par mois…

  3. colonel Bigorno dit :

    Un verre d’eau de mer pour accompagner mes lasagnes et à la fin du repas, autopsie par un gars avec un bistouri et une gopro 😉 pour savoir ce que j’avais réellement ingéré.

  4. Alex dit :

    ayant pratiqué par exemple le jeûne et l’urinothérapie, je peux comprendre ce qu’on vous reproche mais perso j’aime votre approche et cette première accroche me donne envie d’en savoir plus. Pour reprendre le 1er commentaire qui parle de données scientifiques, avez-vous entendu parler du sérum de quinton (j’espère avoir bien écris), bien enterré par le lobby pharmaceutique?

  5. Anaëlle dit :

    Finalement la sortie est prévue pour quand?

  6. Sortie reportée au mieux à fin 2013, voire au printemps 2014.

    Je suis totalement accaparé par l’organisation du Congrès Mer et Santé, et j’ai dû rééditer Surfers’ Survival Guide en juillet, et maintenant Surf Thérapie.

    Je travaille toujours ardemment sur DetoxSEAfication que je terminerai dès que j’aurai un peu de temps devant moi.

    Vous serez tenue au courant.

    Cordialement.

Laisser un commentaire