Tour d’horizon des spots les plus connus de la Côte Basque présentés par les surfeurs locaux. Très belle série de vidéos de BENITU Vidéo qui montre bien la qualité et la diversité des vagues que nous avons sur la Côte Basque entre Anglet et Hendaye, mais aussi la pression qui se fait sentir de plus en plus avec le monde à l’eau.

Du nord au sud, partons à la (re)découverte des Cavaliers à Anglet avec Romain Laulhé, du VVF avec Jonathan Larcher, la Grande Plage de Biarritz avec Romain Gilles, la Côte des Basques avec Mathieu Cerramon, Bidart Centre avec Manu Portet, l’Uhabia et les Embruns avec Thomas La Fonta, Parlementia avec Pilou Ducalme, Cenitz avec Alatz Elcano, Lafitenia avec Laure Mayer et Sainte-Barbe à Saint-Jean-de-Luz avec Xabi Lafitte.

 

Tags : , , , , , , , ,

A propos de l'auteur :

Surf Prevention est le site Internet sur le Surf, la Santé et l'Environnement.

 

Suivez les commentaires sur cet article en vous abonnant au flux RSS
 

32 Comments

  1. jawal dit :

    Je ne me lasse pas de regarder les vidéos. Les images sont superbes et les surfeurs représentent le surf que j’ai envie de connaître. Installée depuis peu au EH, c’est difficile d’appréhender les locaux dans ces moments intimistes. Au début, on leur en veux de garder leurs spots mais très vite on devine pourquoi. C’est une belle invitation à surfer et au respect! Big up x

  2. Jotabe dit :

    Une remarque revient régulièrement dans ces vidéos : la surpopulation.
    Quel est l’avenir du surf face à son développement incessant ?

    • Am'S dit :

      le modèle pour les spots urbains ou à accès tout confort, c’est la station de ski ou le parc d’attraction, seuls capables de gérer le flux…
      Sinon, il suffit de regarder vers l’australie, la californie, hawai, autant de région ou la question est doté d’un facteur 2 ou 3…

  3. UR dit :

    C’est sûr que ces videos vont aider à combattre la surpopulation…

  4. neo dit :

    :) merci pour ce moment de partage en toute simplicité

  5. Marc dit :

    D’accord ,même si c’est déjà la Chine ,ces intervenants ont bonne mine ,c’est les mêmes qui doivent râler quand « leur spot » est gavé…et ils ont le soucis du détail en plus ,mais que voulez vous les surfeurs sont de grands narcissiques ,dès que tu te pointes avec une caméra ou un appareil photo ,ils sont prêt à tout pour être dans la « boîte  » rire ..!

  6. madvain dit :

    Cela me saoul un peu cette histoire de localisme , les gens pensent a tord que la mer leur appartient sous pretexte qu ‘ils habiteent a coté , de toute façon il risque d ‘y avoir de plus en plus de surfeur , de personne qui pratique le sup , kayak etc… ou tout simplement des nageurs , il faudra bien a un moment donner que les locaux comprennent que ce n ‘ est pas leur spot , mais celui de tout le monde, et il seront dans tout les cas obliger de s ‘effacer pour faire place au reste de la population . Je n ‘ai rien contre les locaux j ‘en veut plus aux connards qui pensent que la mer leur appartient ! bisous

  7. Jotabe dit :

    Oui enfin comme les chauffards sur la route qui pensent que la route leur appartient, c’est peine perdue.

  8. Am'S dit :

    La schizophrénie guette tous les surfeurs amoureux de l’océan et des vagues et ce post est l’ultime test révélateur du fait. Vu de Gironde, tous ces spots sont mythiques et pour en avoir pratiqué quelques-uns dont je connais (un peu) l’usage et les moeurs, je n’avais guère tenté les plus engagés (et bondés) par humilité et par manque de connaissances. Les descriptions honnêtes et généreuses en détails précis accroissent radicalement ma connaissance et donc mon appétit et mon audace ce qui veut dire aussi la probabilité de m’y mettre à l’eau à l’occasion…
    En même temps, on rêve tous de connaître tout ça et de ne pas être nombreux dans ce cas: on veut tous y être mais pas que tous y soient, là réside notre ambivalence tortueuse…
    Pas d’autres solutions que la patience, la persévérance et l’opportunité heureuse d’une session hold-up surprise pas prévue… « Le surf est une sagesse en action  » disait l’autre?
    Une chose est sûr, vous êtes au paradis les gars!

  9. UR dit :

    Nulle histoire de localisme.
    J’ai toujours pensé que la mer n’appartenait à personne.
    Non, la question n’est pas là. Le surf est aussi une histoire de culture, de patience. Arpenter les spots afin de les connaitre et bien évidemment, celui qui les connait les mérite et donc ne divulgue pas toutes les informations à n importe qui…

    La mer se gagne et je ne comprends pas un tel acte de la part de tels surfeurs. Qu’ils ne viennent pas se plaindre de la surpopulation.

    Oh oui, ce discours n’est pas démocratique mais je ne crains pas de le balancer.

    • Colonel Bigorno dit :

      « celui qui les connait les mérite », et qui peut se permettre de les arpenter et les pratiquer souvent ? Histoire de localisme donc. Et celui qui les connait, il ferait bien mieux de divulguer les infos, notamment celles qui offrent plus de sécurité pour tous (priorités, rochers, courants, localisme patenté…).
      Surpopulation, c’est en effet un peu comme sur les routes: si personne ne se croyait le roi du bitume dans sa caisse, faisait sa part de taf en roulant correct genre à droite et en utilisant les clignotants, en se calant à la même vitesse, ben y’aurait moins de bouchons et ce serait plus sûr; idem à l’eau. Mais t’en as toujours quand ils lisent 110 ils comprennent autre chose, 90 ou 160. La surpopulation, je ne crois pas qu’on va se l’éviter, alors on peut au moins la rendre fluide donc plus supportable, plutôt que de se comporter comme des connards parce qu’on connait ce tronçon de route ou de vague comme notre poche et mieux que les autres.

  10. Marc dit :

    Un paradis qui devient parfois un enfer …(rire)mais tu as raison ,avec l’expérience ,nos connaissances des spots ,on finit toujours par faire la super session avec un gavage orgiaque à la clef.Mais ça devient de plus en plus rare ,il faut bien le reconnaître.

  11. Rodolphe dit :

    200% d’accord avec toi Marc , des paradis peuvent effectivement devenir des enfers dans certaines conditions de surpopulation …… Mais honnêtement j’ai beaucoup de difficultés à comprendre des comportements comme suit : cet hiver belle session laffite + de soixante mecs à l’eau , et les voitures continuant d’arriver ,sans aucune gêne ,les gars sortant leur combi pour se mettrent au pet !!! Franchement je rêve !!!  » la connerie à ce niveau la n’a pas de limite ,  » l’enfer c’est les autres » . ….
    Heureusement q ´avec plus 300km de cotes il y a plein de petits paradis encore … ( pour ceux qui veulent marcher ) !!!!
    Bon surf

    • Am'S dit :

      Veux-tu dire que c’est les premiers au pic qui sont prioritaires et que passé un quota on ferme l’entrée du spot?

      Sachant que le bon moment de marée est le même pour tous, un tel calcul conduira bien vite à voir des mecs dormir au pic pour entrer dans le quota ou se mettre à l’eau 6h avant les conditions comme pour les billeteries de grands matchs ou les soldes…

      Ou alors tu veux dire qu’il faudrait donner un jeton d’entrée avec l’heure d’arrivée et imposer sous peine d’amende une heure de sortie pour faire tourner le sopts sachant qu’il y aura une file d’attente etc…

      Ou généraliser le système de séries de 30 mn 5 surfeurs par 5 surfeurs tirer au sort avec inscription sur internet et tirage au sort et photo de la vague en cadeau…

      Pas de solutions, si c’est accessible en voiture et proche d’une ville, il faudra apprendre à surfer à 120 au pic comme en californie, en australie, etc… OU MARCHER loin loin loin loin…

      Et même quand c’est extrême, avec le matos et la militarisation des expédétions de surf avec bateaux, jets, photographes, hélicos, etc… comme à Teahupo, ils se gênent et ça sature…

      Moi je crois qu’au hold up et à la surprise, au décalage, à la session ventée sous la pluie ou au grand froid…

  12. clo dit :

    En tout cas, que cela vous rassure,ces vidéos ne me donnent toujours pas envie de venir surfer dans le pays-basque……

  13. madvain dit :

    Surfer dans le pays basque ! Franchement depuis que je lis des infos sur ce site , mon envie de surfer au pays basque a profondement diminuer , localisme exacerber , pollution , trop de monde , franchement malgré le cadre magnifique de la region , cela ne donne pas envie du tout , comme dis plus haut heureusement , en france il ya plein d autre endroit pour surfer et être tranquille !

    • Am'S dit :

      Ah ben voilà au moins une bonne nouvelle pour tout ceux qui craignait de faire exploser encore davantage la surpopulation sur ces spots par ce sujet!
      Comme quoi, le pire n’est jamais certain…
      Moi qui trouvait justement que les images des spots et les propos des surfeurs étaient bien soft et très en dessous de la réalité au sujet de la saturation des spots et de ses conséquences en matière d’ambiance et de sécurité, bah je me suis trompé et je suis le seul à avoir pensé ça!
      Ahhhh, putain ça fait du bien d’être un peu seul!

  14. Marc dit :

    Non ,les mecs restaient sur les spots du Pays Basque,dans les Landes on affiche complet et bientôt ça va être la guerre …!!!!D’ailleurs je crois bien qu’elle a déjà commencé et je ne ferai pas l’historique de nos spots comme les surfeurs ci dessus .Savez vous pourquoi????je fuis les caméras ,les photographes et je ne me regarde pas tout les matins en me disant que mon état civil est SURFEUR….car le grotesque n’est pas loin et Rodolphe à raison ,60 gugus au pic tu devrais comprendre que tu surferas une session pourrie pffff..!!De toute façon il faut se rendre à l’évidence qu’il n’y aura pas de place pour tout le monde et ça se finira à la tarte .

  15. madvain dit :

    les personnes qui collerons des tartes seront a terme en minorités face au reste de la populations dans l eau , aigris , il partirons d’eux meme ou s adapterons ( et fermerons leur claque-merde pour pouvoir prendre une vague ) .

  16. Marc dit :

    Hélas ,tu te trompes madvain,il n’y a pas une semaine sur la cote sud des Landes ou il y a pas des frictions avec les locaux et ça ne fais que de s’amplifier .Force de constater que le phénomène prends de l’ampleur et ils ne sont pas prêt de partir .

  17. Pierre dit :

    Il y a une solution contre la surpopulation: arrêtez tous de surfer.

  18. wammoi dit :

    Sinon y a des spots sympas ailleurs que dans les landes ou pays basque…

  19. Gerry Kantor dit :

    I used to surf this place in the mid seventies. I did not feel old until I saw this. A lot can happen in 50 years. Like all these people. Hey, I was there first! I am the local! Anyone who was born after 1975, I was there first.

    • Gerry Kantor dit :

      ps, in the 70s, there were almost no French surfers, everyone was a traveler, many Australians, a few euros, almost no Californians. I used to surf Boucou perfect and alone all day. Everywhere was fun and not many surfers.

Postez un commentaire

Nom (Requis)
E-Mail (Requis)
Site Web