On ne parle plus que d’elle depuis une semaine (mais le problème a débuté au moins 3 semaines avant) : une mystérieuse algue toxique empoisonne le quotidien des surfeurs, sauveteurs, moniteurs de surf ou de natation et autres professionnels travaillant en bord de mer.

On en sait aujourd’hui un peu plus sur cette microalgue du genre Ostreopsis observée au microscope. Sur l’espèce, il persiste encore un doute sur la présence d’Ostreopsis Siamensis, Ostreopsis Ovata, ou les deux à la fois.

Je vous avais parlé d’Ostreopsis Ovata en Méditerranée il y a 12 ans sur Surf Prevention, mais jamais cette microalgue n’avait posé de problèmes de cette ampleur sur la Côte Basque, même si elle y a déjà été repérée par le passé.

La toxicité de cette algue provient de sa toxine qui peut provoquer des symptômes chez l’homme, et chez l’animal, par contact, par ingestion, ou par inhalation. C’est bien cette dernière voie qui pose le plus large problème car elle peut contaminer via l’air marin et les embruns non seulement les personnes dans l’eau, mais aussi toutes celles sur le sable, ou même celles présentes sur le bord de mer, en promenade ou en terrasse par exemple.

Heureusement, les symptômes sont le plus souvent gênants mais bénins et spontanément résolutifs. Parfois, ils peuvent être beaucoup marqués voire sévères. Sur les dizaines et les dizaines de témoignages que j’ai reçus via l’appel à témoins sur les comptes Instagram et Facebook de Surf Prevention et vos messages spontanés, voici les principaux symptômes.

Les symptômes le plus fréquemment rencontrés sont : un nez pris, des yeux qui piquent, des maux de gorge ou une toux, parfois aussi une irritation cutanée.

Quand l’exposition se prolonge, on assiste à de grandes fatigues, à de la fièvre ou à d’authentiques syndromes pseudo-grippaux qui peuvent être pris pour des cas de Covid-19 surtout en ce moment où la période estivale a connu une vague de cas conséquente sur la Côte Basque.

Les personnes à risques sont les personnes sensibles, allergiques ou asthmatiques. Des crises d’asthme peuvent être déclenchées par l’exposition.

Que faire en cas de symptômes ?

La première chose à faire est de se tenir à distance de la zone d’exposition. Certaines zones sont plus touchées que d’autres. Initialement, c’est surtout le nord de Saint-Jean-de-Luz, Guethary, Bidart, le sud de Biarritz, puis ces derniers jours Hendaye. Anglet semble préservée pour l’instant, peut-être protégée par la pointe du Phare de Biarritz ou la moindre présence de rochers sur ses plages de sable.

Si les symptômes occasionnent une gêne respiratoire, un malaise, ou une altération de l’état général, il ne faut pas hésiter à faire le 15.

Si des symptômes plus modérés de type allergique persistent, une consultation chez votre médecin généraliste ou SOS Médecins pourra suffire.

Pensez à faire une déclaration à l’ARS Nouvelle-Aquitaine en cas de signes avérés.

L’IFREMER vient de lancer des analyses et un protocole de recherche.

Cette microalgue a pu être repérée par le passé dans le sud de la Côte Basque mais il faut aujourd’hui éclaircir les causes de son efflorescence. LEs remières hypothèses évoquent le réchauffement climatique mais à n’en pas douter la cause est probablement multifactorielle.

Cet article sera mis à jour au fil des nouvelles informations. N’hésitez pas à laisser des commentaires et témoignages.

Crédit Photo : François Verdet.

A propos de l'auteur :

Médecin, surfeur, blogueur. Auteur des livres Surf Thérapie et DETOXseafication.

 

Tags: , , , , , , ,

 

6 Commentaires

  1. thibault dit :

    Je me suis mis à l’eau a Anglet mardi ( qui devait être safe d’après la communication de la ville sur les reseaux sociaux) résultat : 2J la gorge en feu.
    J’y suis retourné hier ( dimanche ) plage de la barre mais sans mise à l’eau cette fois et aujourd’hui rebelotte.
    C’est vraiment dommage le manque de communication et d’honnêteté à ce propos !
    Si on ne sait pas, il faut dire : « on ne sait pas » et pas  » c’est bon pas de problèmes! »

  2. Debelleix dit :

    Bonjour,
    Ma fille, 15 ans c’est baignée vendredi 13 Août à Henday, elle présente des symptômes évocateurs de l’intoxication à ostreopsis : rhume sans fièvre.
    Ça n’a pas l’air de passer crois tu que quelque chose pourrai la soulager ?
    Merci
    Marie

  3. ACHARD dit :

    Samedi 14 août baignade sur Hendaye, l’eau présente une odeur inhabituel et le soir nous avions mon fils de 11 ans et moi même les yeux très irrités et des symptômes de rhume et mal à la tête (vivant ici depuis 10 ans c’était la 1ère fois que nous avions des symptômes similaires) algues ou pas ?

  4. Jean Marc dit :

    Vendredi 6 août en fin d’après-midi midi, entraînement collectif de body surf Grande Plage.
    Samedi 7 août au lever du lit : toux, asthme, mal aux oreilles, sensation d’état grippal, mais pas de fièvre.
    Mardi 10 août, la toux et les douleurs aux oreilles ont disparues.
    A ce jour, mardi 17 août, toujours un peu d asthme . Le plus inquiétant est cette extrême fatigue générale. Impossible de pratiquer une activité physique !
    J’ai même fait un test Covid hier, malgré ma vaccination, et le test était négatif.Une analyse sanguine est en cours.
    A noter que mes camarades s’étant entraînés avec moi le 6 août n’ont pas été « touchés » !

  5. Peuch Emmanuel dit :

    Après une grosse session de surf jeudi 19/08 (plus de 4h dans l’eau) sur la plage d’Hendaye, mon fils de 13 ans s’est retrouvé complètement congestionné : mal au crâne, nez boucher, mal à la gorge, très fatigué en un pic de fièvre à 39. Aujourd’hui samedi 21/08, il va mieux, mais est toujours très congestionné (plus de fièvre). Après consultation l’algue toxique semble en être la cause. Donc c’est pas fini !

  6. Rappin Didier dit :

    Retour de congés passés à Biscarrosse plage.
    Symptômes équivalents à ceux exposés (atteinte ORL, irritation oculaire, fièvre ponctuelle); testé PCR négatif.
    Symptômes développés à partir du 22 août; estompés aujourd’hui 24 août (je ne suis plus en congés).
    Nombreuses sessions « photographie » de surf; mon épouse et une de mes filles ont également développé les symptômes (test Covid négatif; symptômes en cours de disparition).

Laisser un commentaire