Avertissement : ces informations sont données à titre indicatif : seul un médecin est capable de diagnostiquer une spondylarthrite.

Le sujet atteint est le plus souvent un homme ou une femme jeune ( environ 25 ans de moyenne d’âge).

Des douleurs « axiales » (douleurs de la colonne vertébrale, douleurs au niveau des fesses, douleurs au niveau du thorax) peuvent être révélatrices de la maladie.

Ces douleurs ont un horaire bien particulier. On dit qu’elles ont un rythme inflammatoire. Elles réveillent le patient en 2e partie de nuit ou au petit matin. Le patient a souvent du mal à démarrer le matin car il se sent « raide » mais au fil des heures cette raideur matinale a tendance à s’estomper : on parle de « dérouillage matinal ».

Le « mal de dos » se manifeste le plus souvent par des douleurs lombaires ou dorso-lombaires. Chez un surfeur, les dorsalgies sont le plus souvent en rapport avec un autre diagnostic qu’une spondylarthrite mais une douleur du milieu du dos récurrente doit faire évoquer la maladie.

Les douleurs fessières ( = pygalgies) concernent une ou deux fesses simultanément ou alternativement. La douleur peut descendre derrière la cuisse et s’arrêter au genou (on parle alors de « sciatique » tronquée).

Les douleurs thoraciques éventuelles se manifestent par une douleur entre le sternum, les côtes et /ou la clavicule. Il ne faut pas confondre ces douleurs avec d’autres douleurs costales ou du cartilage costal plus fréquentes chez les surfeurs.

On peut observer des douleurs au talon (talalgies) souvent bilatérales. La douleur est à son maximum pendant les premiers pas puis a tendance à diminuer dans la journée. En termes médicaux, on parle d’enthésite calcanéenne. Il ne faut pas la confondre avec une banale tendinite ou une aponévrosite plantaire qui peuvent également toucher le pied du surfeur.

On peut également observer l’inflammation d’une ou plusieurs articulations périphériques (arthrites) touchant surtout les grosses articulations des membres inférieurs (hanche et genou surtout).

Une spondylarthrite peut aussi se manifester par des doigts ou des orteils « en saucisse » : ce gonflement s’explique par une inflammation de la gaine des tendons extenseurs ou fléchisseurs (ténosynovite) et par une arthrite inter-phalangienne ou métacarpo-phalangienne.

La spondylarthrite évolue lentement par poussées dont le rythme varie d’un sujet à l’autre.

Un critère diagnostique évocateur est la bonne réponse des douleurs à un traitement par anti-inflammatoires non stéroïdiens : les douleurs s’améliorent sous 48 heures avec le traitement mais réapparaissent généralement rapidement à l’arrêt de celui-ci.

Aucun de ces symptômes pris séparément n’est spécifique de la spondylarthrite mais ils doivent vous inciter à consulter votre médecin qui saura faire la part des choses et orienter les examens complémentaires nécessaires au diagnostic.

Dr G.Barucq .

A propos de l'auteur :

Surf Prevention est le site sur le Surf, la Sécurité, la Santé et l’Environnement.

 

Tags: , , ,

 

Pas de commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire

Laisser un commentaire