La combinaison représente une avancée dans le matériel du surfeur pour profiter des vagues par les températures les plus froides. Malheureusement pour certains, il est possible de développer une véritable allergie à sa combinaison. Mais il n’est pas aisé de déterminer à quel composant… Commence alors une recherche – qui peut devenir un véritable parcours du combattant – pour trouver une combinaison non allergisante. Le témoignage de cet internaute de Surf Prevention est intéressant, mais c’est loin d’être un cas isolé.

« Bonjour. Je fais du surf depuis 3 ans et c’est depuis 2 ans que je développe une allergie aux combinaisons qui se traduit par de l’eczéma au niveau des cuisses, poignets, hanches, épaules… aux endroits de frottement j’ai l’impression. J’ai testé des combinaisons O’neill, Billabong, Tribord, je suis allergique à toutes.

Je suis allé voir une allergologue et j’ai fait des tests et je ne suis pas allergique au néoprène ni à aucun des composants du caoutchouc. Je pense que je suis allergique à un composant des coutures ou à la colle. J’ai essayé avec un lycra en dessous mais je suis aussi légèrement allergique au lycra, ou alors il y a contact au travers…

J’aimerai tester d’autre solutions et avoir votre avis:

– Soit mettre comme une deuxième peau en coton mais j’ai peur que ma combi ne serve à rien du coup…

– Ou acheter une combinaison Patagonia (Néoprène avec doublure en laine) ou Sen no Sen qui sont faites avec du néoprène bio sans pétrole…

Donc si vous avez une idée, une solution ou si vous avez eu connaissance d’un problème similaire ?

Merci beaucoup. »

Réponse de Dr Surf :

Cher Lucas,

Tu n’es pas le seul dans ce cas, rassure-toi, et peut-être que ton témoignage va en entraîner d’autres dans les commentaires. Il m’est arrivé de voir quelques cas similaires mais la plupart du temps, un changement de combinaison suffisait à régler le problème. Quand l’eczéma de contact survient avec plusieurs modèles / marques différentes, il faut chercher à identifier la substance responsable. C’est là qu’une enquête policière commence en collaboration avec un dermatologue et/ou un allergologue.

Le coupable n’est pas forcément le néoprène mais parfois une colle utilisée, ou toute autre substance entrant dans la composition de la combinaison et qui se retrouve en contact avec ta peau. L’idéal serait d’avoir accès à la liste exhaustive des produits qui entrent dans la composition de la combinaison.

Au préalable, ton médecin traitant ou un dermatologue aura posé le diagnostic d’eczéma de contact à la combinaison. Ce diagnostic n’est jamais évident dans le cas d’un surfeur car les lésions d’eczéma peuvent se confondre ou s’intriquer avec les irritations provoquées par la combinaison. Les lésions irritatives fragilisent la peau et la rendent plus vulnérable aux allergènes surtout quand tu ne mets pas de « lycra » de protection en dessous. Mais le lycra ne suffit pas toujours.

Certains conseillent aussi l’application d’une crème protectrice ou de vaseline (gelée de pétrole rappelons-le) sur les zones à risques pour faire barrière entre la peau et la combinaison.

Si cela ne suffit pas, il faut effectivement changer de combinaison (il n’y a pas forcément d’allergie croisée entre les néoprènes). L’option des combinaisons doublées en laine Patagonia mérite d’être essayée. Personnellement, alors que je n’ai jamais pu porter une combinaison classique en néoprène sans un lycra en dessous, je supporte très bien le contact avec cette laine de mérinos à même la peau qui est beaucoup plus confortable que ce que l’on pourrait imaginer.

Pour les autres combinaisons, comme nous l’expliquait un internaute dans cet article,  ce sont plus les produits chimiques utilisés pour donner ses caractéristiques au néoprène que la matière première qui importent. La question importante n’est pas avec quoi le néoprène est fabriqué mais avec quoi il est traité. Quel que soit son mode de fabrication, le polymère du néoprène est le même (polychloroprène) : ce sont les substances chimiques avec lesquelles il est vulcanisé qui changent. La vulcanisation (procédé qui vise à rendre le néoprène plus élastique) est souvent réalisée avec de l’éthylène thiourée (ETU) ou ses dérivés comme accélérateurs, substances allergisantes et probablement cancérigènes… D’autres substances sont parfois incriminées : thiurames, carbamates, thiazoles…

Dans tous les cas, il faut essayer plusieurs modèles de combinaisons. Dans ton cas, il serait intéressant d’aller au bout de ta recherche pour déterminer à quel produit tu réagis. Cela t’évitera peut-être des désagréments avec d’autres produits contenant l’allergène comme un bandeau néoprène, des chaussures, des gants ou encore un bracelet en néoprène Power Balance 😉 …

Pour les personnes allergiques au néoprène, il existe des combinaisons sans néoprène comme ce modèle Thermocline de chez Fourth Element qui peut se porter seul ou en « seconde peau » sous une combinaison en néoprène car assurant une meilleure interface protectrice qu’un simple « lycra ». Plus d’infos : http://www.fourthelement.com/wet_thermocline.php

En savoir plus dans la fiche Surf Prevention sur les irritations et allergies du surfeur.

Références :

Liippo J, Ackermann L, Hasan T, Laukkanen A, Rantanen T, Lammintausta K. Sensitization to thiourea derivatives among Finnish patients with suspected contact dermatitis. Contact Dermatitis. 2010 Jul;63(1):37-41.

http://www.saferubber.eu/project

A propos de l'auteur :

Médecin, surfeur, auteur du livre Surf Thérapie. Adjoint au maire de Biarritz à l'Environnement, Qualité de Vie et Bien-Être.

 

Tags: , , , , , ,

 

12 Commentaires

  1. Nico dit :

    Bien sûr que si on connaît le produit allergène, d'ailleurs très communément et malheureusement répandu, c'est le latex!!!

    • Des combinaisons en latex ? on ne doit pas parler des mêmes combinaisons alors 😉

      Plus sérieusement, le latex et le néoprène sont 2 matériaux différents. On ne trouverait du latex qu'au niveau de coutures et de certaines parties de certaines combinaisons.

      Ce serait bien que quelqu'un qui s'y connait nous renseigne sur la présence éventuelle de latex dans les combinaisons modernes.

  2. Ces histoires d’allergie au néoprène me rappellent une anecdote.

    Pendant la grande mode des « bracelets d’équilibre » Power Balance, un patient convaincu de leur efficacité me raconte que son bracelet lui fait tellement d’effet que son poignet en devient rouge…

    Quand je lui ai dit que c’était simplement un eczéma de contact au néoprène, je l’ai senti un peu déçu…

  3. chinoisurfer dit :

    idem, j'ai eu de l'eczéma avec ma première combinaison oneil, une fois changé pour une bilabong foil ben pour le moment j'en ai pas ou très peu 🙂 Donc bon, sinon ne pas hésiter a mettre du diprozone après la douche qui combat parfaitement l'eczéma 🙂

  4. Lucas dit :

    J'ai testé une combinaison Sen no Sen avec le néoprène Iamamoto, il est vraiment super, confortable et très élastique mais je suis toujours allergique à ce néoprene, prochaine étape la Patagonia…

    • gael dit :

      trop tard pour toi surement, mais cela aidera peut-être quelqu’un d’autre, la pata ne changera rien malheureusement. une amie est allergique, je lui ai prete ma R2 pour un essai, et ca a été lapire crise de toutes ( a cause du temps porté superieur ). elle a pris une fourth element, pas de probleme, et elle met un longjohn par dessus, pour l’instant c’est la seule solution qu’elle a trouvé, mais cela ne permet pas de surfer au dela de fin novembre sous nos lattitudes…

  5. margodie dit :

    idem, eczéma de contact avec plusieurs combinaisons,
    débuté par une tribord puis une bodyglove et enfin une ripcurl
    toujours le problème de démangeaisons et de lésions cutanés quelques soit la marque et apparaissant très rapidement après une pause et/ou traitement corticoïde (idem à la situation précédente id est avec des tests allergo négatifs).
    je suis en train de tester une pata r3 avec laine depuis 4 sorties, pour l'instant disparition des lésions et du prurit, je croise les doigts pour que ça continue à marcher sur le long terme mais j'ai bonne espoir par rapport à mes précédentes expériences (néoprène de calcaire ou effet laine, je sais pas mais pour l'instant ca marche contre l'eczéma). En tout cas totalement ravi de la combi malgré le prix
    Il me restera à tester la thermocline que j'avais déjà repérer mais dur de trouver un distributeur français.
    sinon après j'ai pas d'idées…

  6. thomas dit :

    bonjour,
    j’ai ce problème , lors de mes sessions kite-surf , je fais des rougeurs au points de frottement de mon harnais , et j’ai des démangeaison absolument horribles … du cou solution …
    ben la seule que j’ai trouvé est de passer mon lycra et ma combi a la machine a laver (en vitesse lente et eau froide) , et ça fonctionne pas mal , je pense que en séchant le sel reste dans les ports de la combi et du lycra et qu’ensuite au bout de plusieurs session il irrite la peau …
    je me trompe peu etre , et dans ce cas je serais bein content d’un conseil 🙂
    Thomas

  7. edou dit :

    bonjour, j’arrive un peu tard mais si certains sont encore pollués par ces allergies je vais vous partager mon avis et expérience. Hormis le fait que voir un allergologue est une vraie galère, que certains médecins voient uniquement un « eczéma de contact » qui se soignera par des corticoïdes (ponctuellement) et qu’en plus les dermato et tous ces gens ne s’impliquent pas trop dans le problème car c’est très complexe et très long. Apres des années de persévérance j’ai pu trouver un allergologue compétant et impliqué qui m’a fait passé tout un tas de tests sur une durée qui fait peur a entendre ce qu’il faut pour déterminé le composant parmi tant d’autre qui vous empêche de rider. Bref, l’idée principale est que le néoprène est une vraie saloperie car c’est une multitude de produits chimiques, de colles, de pétrole etc qui le compose. Dans un premier temps, lors d’une réaction par rapport a n’importe quoi (combi, protège tibia, chausses de wake, boots de snow etc) plusieurs épaisseurs et différents type de « plastique » sont largement différenciables. Pour les combi il y a souvent niveau du dos, abdomen, genoux ou autres parties une épaisseur supplémentaire plus résistante, ca peut en etre la cause (dans mon cas). Je vous invite donc a essayer la chose suivante, découpez de tout petits morceaux des choses pouvant etre a l’origine du problème (surplus apres couture pour ne rien endommager) pensez bien a l’intérieur mais aussi a l’extérieur de ceux ci. Collez ces patch échantillons avec des pansements stériles sur une partie de votre corps (haut du dos ou intérieur du bras marche bien) gardez les pendant 48h. les résultats ne sont pas discutables et vous saurez ou agir. Coudre des épaisseurs supplémentaires sur les interfaces aux endroits les plus sensibles, supprimer des parties non essentielles etc.

    En espérant vous aider pour vous débarrasser de ca. bon courage a vous

    • Calaugo dit :

      Pour ma part, je pense plutôt que les réactions cutanées sont dues aux colles utilisées. J’ai une Rip Curl pour la voile sportive et je ne fais que peu de réaction autour du cou au niveau de la doublure de protection anti-irritation, par contre depuis deux ans, j’ai réagi à une paire de chaussures de VTT d’hiver étanches, ainsi qu’à une paire de gants étanches eux aussi. Je réagis aussi énormément à une combinaison de triathlon qui a beaucoup de zones d’encollage pour les différents empiècements.

      • Calaugo dit :

        Je confirme mon allergie a la colle utilisée dans ma combinaison Orca S5 utilisée lors de mon dernier triathlon. Œdème aux jambes et baisse de tension dans les 48 heures.
        Je vais refaire une tentative avec des licras serrés pour interface.

  8. jc dit :

    Est ce que quelqu’un s’intéresse aux produits bactéricides parfois utilisés pour la désinfection type Bacterless …et la porosité des combinaisons doit sans doute contribuer à absorber les produits lessiviels et autres , qui se retrouvent alors en contact direct avec la peau, de plus le sel de l’eau de mer doit contribuer à leurs propagations sur la peau

Laisser un commentaire