15/9/2014 : Dernière minute : Boyan Slat vient de réussir sa levée de fonds de plus de 2 Million de Dollars grâce aux donations de 38.615 internautes !

Nous avions parlé l’an dernier du projet fou de Boyan Slatjeune étudiant de 19 ans, de débarrasser les Océans de leurs déchets plastiques. A l’époque, il ne s’agissait que d’un concept un peu utopique mais qui avait généré un grand espoir chez les internautes.

Porté par les encouragements de dizaines de milliers de personnes, Boyan Slat a réussi à développer son projet. Et il nous prouve aujourd’hui qu’il est non seulement faisable mais également potentiellement rentable !

Boyan Slat n’est plus seul sur son projet baptisé « Ocean Clean Up » mais il compte déjà 100 collègues de travail pour l’aider à développer ce système révolutionnaire. Il a trouvé des partenaires scientifiques, industriels et financiers.

Il s’est lancé en juin dans une levée de fonds sur le site www.theoceancleanup.com . En 100 jours de crowdfunding, ils ont réussi à lever pas moins de 2.154.282 dollars grâce à la générosité des internautes.

L’idée de départ est lumineuse: au lieu de courir après les déchets avec des bateaux et des filets, pourquoi ne pas les laisser venir vers un dispositif fixe au gré des vents et des courants ?

Le projet veut s’attaquer à la « soupe plastique » qui flotte entre deux eaux en superficie. Leurs recherches préliminaires ont montré que la distribution verticale de ce plastique est concentrée dans les 3 premiers mètres sous la surface.

Grâce à un dispositif composé d’une plate-forme et de barrières flottantes attachées au fond marin, les déchets plastiques seront concentrés avant d’être collectés.

L’étude de faisabilité a permis à Boyan Slat de répondre point par point aux critiques des détracteurs de son projet.

Certains prédisaient que le système ne résisterait pas aux tempêtes. Des simulations par ordinateur ont permis de dessiner une barrière fonctionnelle dans 95% des conditions. En cas de très fortes vagues, les segments de la barrière peuvent se détacher et empêcher des dégâts sur le dispositif.

Avec des simulations informatisées de dynamique des fluides, ils ont calculé que 80% du plastique qui rencontre la barrière serait capté. A contrario, les captures accidentelles d’animaux marins seront rendues impossibles par l’absence de filet. Le plancton trouverait son chemin sous les barrières et les quantités piégées seraient négligeables d’après leurs calculs.

the ocean cleanup

Last but not least, le projet Ocean Clean Up serait économique: 1 kilo de plastique retiré de l’océan coûterait 4,50 €, soit 33 fois moins que les méthodes classiques. Le bilan carbone serait intéressant et les stations flottantes seraient rendues autonomes en énergie grâce notamment à des panneaux solaires. Après avoir récupéré une demie tonne de plastique sur les côtes hawaiiennes, ils ont montré que même le plastique ayant séjourné en mer était recyclable.

Comme vous pouvez le voir sur la vidéo Youtube ci-dessous, ce projet qui semblait impossible est en voie de concrétisation sous l’impulsion de ce jeune qui a décidé de s’y consacrer entièrement depuis 1 an. A nous de le soutenir pour lui permettre d’aller au bout de son idée.

A propos de l'auteur :

Médecin, surfeur, auteur du livre Surf Thérapie. Adjoint au maire de Biarritz à l'Environnement, Qualité de Vie et Bien-Être.

 

Tags: , , , , , , , , , , , ,

 

9 Commentaires

  1. clo dit :

    si il devient millionnaire, alors il n’y aura plus beaucoup de plastiques dans les océans, sinon….

  2. Adrien dit :

    J’ai lu son billet sur lequel il répond « point par point » à ses détracteurs.

    Premièrement, pour remettre les choses clairement dans leur contexte, les 2 millions de dollars qu’il cherche, aujourd’hui, c’est pour se lancer dans les « vraies » études de R&D.
    Pour l’instant, il estime un coût d’exploitation de 32 millions d’euros/an pour 1 installation dans le Pacifique. Il y a 5 gyres dans le monde, donc, potentiellement, 5 installations.
    Ces coûts d’exploitation ne prennent pas en compte l’investissement initial (pour tout construire), qui va être colossal (combien de dizaines de millions d’euros ?), ni les couts de traitements sur le continent. Et je n’ai rien lu sur l’évacuation des déchets vers le continent, non plus…

    Sur le plan technique, il veut donner l’impression que tout est possible et faisable.
    Je laisse ça de côté, même s’il ne répond pas, ou pas de manière satisfaisante, à toutes les questions.
    Mais pour la gouvernance, qu’en est-il ? Pas un mot à ce sujet dans son projet.
    Comment mettre d’accord tous les pays du monde pour agir ensemble ?

    J’ai toujours entendu dire (cf les ONG) que régler le problème de la faim dans le monde (enfin… donner à manger à tous ceux qui en ont besoin !) couterait moins de 5 milliards de dollars.
    En France, le budget du Ministère de la Défense (acheter des armes, et de gros engins, payer des soldats, faire la guerre ou faire peur, etc) est de 42 milliards d’Euros/an.

    Si tous les pays, ou ne serait-ce que ceux du G20, mettaient une petite pièce dans la tirelire, on règlerait ça très facilement…
    Pourquoi ça ne l’est toujours pas ?

    Il y des choses en ce monde, qui dépassent largement les bonnes idées et les bonnes volontés !

    Nous en sommes tous conscients, sur ce blog, puisque nous savons tous qu’il « suffirait » de modifier les réseaux d’assainissement des villes côtières pour avoir des eaux de baignade de bonne qualité garanties ! C’est de l’ironie… 😉

    Attendons de voir comment avance ce projet.
    Mais je reste toujours un peu perplexe.

  3. GUENERON DANIELLE dit :

    Je suis très fière de nos génies. Ils nous (les moins jeunes) donnent de l’espoir pour le futur surtout pour nos enfants voire petits-enfants. A nous, dès aujourd’hui, de changer nos habitudes pour réduire toutes ces poubelles en pleine nature et diminuer ce fléau qui est la pollution.

  4. Théophane dit :

    ce jeune à du talent, c’est peux-être un projet fou, mais il a la capacité à le réaliser,
    sois on fait rien et on accuse tout le monde, sois on se bouge et on se serre les coudes!

  5. LAURENT dit :

    OUAIS…encore un vœux pieux…@Adrien le met assez bien en évidence …

  6. Patator dit :

    Pour commencer à commenter les commentaires…
    L’imbécile qui marche va plus loin que l’intellectuel assis.
    Il y a quelques années Coluche a répondu aux remarques comme les votre en disant que les politiciens disent ah bah oui il faudrait…. Et lui, coluche, a répondu bah je sais et on fait.
    Oui il manque sûrement de l’organisation, oui il manque sûrement de ci et de ca. Lorsque Coluche à fait l’appel des resto du coeur il en avait moins que ca.

    Alors plutôt que de dire que ca marchera pas, faites quelque chose pour que ca fonctionne.

  7. Maxime Aubin dit :

    Bonjour , je m’appelle Amély . A l’aide de mon collègue maxime je prépare un expo science sur l’océan cleanup projet . On aimerais en savoir plus sur la pollution dans les océans et de comment ce projet marche

    merci

    Amély et maxime

  8. Andy LE SAUCE dit :

    Amély veuillez me contacter SVP : andylesauce@gmail.com (ajout à la question par expo peinture )

Laisser un commentaire