Un collectif de médecins surfeurs a publié ce mois-ci dans RESUSCITATION, revue de référence sur la réanimation cardio-respiratoire, une lettre à l’éditeur pour demander que les spécificités de la réanimation en cas de noyade soient mieux prises en compte. Voici la traduction en français de l’article :

Monsieur,

Nous demandons votre attention pour cette revue des recommandations suivantes basées sur la physiopathologie et concernant la réanimation d’un arrêt cardiaque causé par une noyade ; recommandations susceptibles d’améliorer les conséquences cliniques de la noyade.

Alors que la réanimation cardio-pulmonaire (RCP) avec uniquement des compressions thoraciques en cas de mort subite cardiaque est en plein essor, cela s’est fait au prix d’une confusion quant au traitement le plus adapté pour un arrêt cardiaque provoqué par une cause initiale non cardiaque.

Avec une mort subite d’origine cardiaque présumée, dont la majorité est la conséquence de l’occlusion d’une artère coronaire,  les guidelines actuelles en dehors de l’hôpital recommandent une RCP avec seulement des compressions du fait de la possibilité d’une compliance plus grande du passant qui intervient¹.

Dans un arrêt cardiaque causé par une noyade, la cause de l’arrêt cardiaque est généralement l’hypoxémie systémique (manque d’oxygène). Dans ces cas, la réanimation requiert aussi bien une ventilation que des compressions pour pallier au manque d’oxygène et permettre une perfusion coronaire et cérébrale².

Parce que les ventilations peuvent être difficiles à réaliser, des consignes plus détaillées pour la RCP en suivant l’approche traditionnelle ABC (Airway–Breathing–Circulation) sont nécessaires.

C’est particulièrement important pour : les parents avec une piscine, les sauveteurs, les sportifs aquatiques, et les personnels de santé d’urgences.

De plus, les patients après la noyade ont souvent de la mousse ou du vomi dans les voies aériennes, ce qui pourrait facilement dissuader un secouriste potentiel d’apporter les ventilations nécessaires si l’importance d’inverser l’hypoxémie n’est pas bien comprise.

Lire aussi :

Pourquoi faut-il faire le bouche-à-bouche en cas de noyade ?
Comment faire le bouche à bouche dans l’eau ?

Ce n’est pas un nouveau concept, c’est écrit dans les recommandations de réanimation cardio-pulmonaire depuis de nombreuses années, comme on peut le lire ci-dessous, mais c’est parfois occulté par le développement de la RCP basée sur les compressions seules utilisée pour les morts subites d’origine cardiaque.

Citations :

European Resuscitation Council Guidelines for Resuscitation 2015. Section 2 and 4.3, 4

« La plupart des arrêts cardiaques d’origine non cardiaque ont des causes respiratoires, comme la noyade (qui concerne beaucoup d’enfants) et l’asphyxie. Les insufflations de secours aussi bien que les compressions thoraciques sont cruciales pour la réussite de la réanimation de ces victimes. »³

« La majorité des victimes de noyade subissent un arrêt cardiaque secondaire à l’hypoxie. Sur ces patients, la RCP basée uniquement sur les compressions est susceptible d’être inefficace et devrait être évitée. »(4)

American Heart Association (AHA) 20105

« La RCP pour les victimes de noyade devrait avoir recours à l’approche traditionnelle ABC (libération des voies aériennes – ventilation pulmonaire – circulation sanguine) en raison de la nature hypoxique de l’arrêt cardiaque ». (5)

« Le premier et le plus important traitement d’une victime de noyade est l’apport immédiat d’une ventilation ». (5)

Pour toutes les raisons listées ci-dessus, nous demandons aux intervenants en premiers secours de se former aux plus récentes recommandations de la 2015 European Resuscitation Council  et les Guidelines 2010 de la AHA pour la réanimation de la noyade et ses conclusions.

La réanimation initiale de la noyade devrait suivre la séquence ABC en commençant par 2 à 5 ventilations initiales suivies par 30 compressions thoraciques, et de continuer avec 2 ventilations toutes les 30 compressions.

Ces recommandations ont été fournies et portées conjointement par les organisations suivantes :

-Surfing Medicine International (Netherlands).
-Sociedade Brasileira de Salvamento Aquatico-SOBRASA (Brazil).
-Lifeguards Without Borders (USA).
-Surf Lifesaving Great Britain (UK).

Source : Andrew Schmidt, David Szpilman, Ingvar Berg, Justin Sempsrott, Patrick Morgan. A call for the proper action on drowning resuscitation. Resuscitation Journal. August 2016 Volume 105, Pages e9–e10

Références :

1. Kleinman, M.E., Brennan, E.E., Goldberger, Z.D. et al. Part 5: adult basic life support and cardiopulmonary resuscitation quality: 2015 American Heart Association guidelines update for cardiopulmonary resuscitation and emergency cardiovascular care. Circulation. 2015; 132: S414–S435

2. Szpilman, D., Bierens, J.J., Handley, A.J., and Orlowski, J.P. Drowning. N Engl J Med. 2012; 366: 2102–2110

3. Perkins, G.D., Handley, A.J., Koster, R.W. et al. Adult basic life support and automated external defibrillation section Collaborators. European Resuscitation Council Guidelines for Resuscitation 2015: Section 2. Adult basic life support and automated external defibrillation. Resuscitation. 2015; 95: 81–99

4. Truhlář, A., Deakin, C.D., Soar, J…., and Cardiac Arrest in Special Circumstances Section Collaborators. European Resuscitation Council Guidelines for Resuscitation 2015: Section 4. Cardiac arrest in special circumstances. Resuscitation. 2015; 95: 148–201

5. Vanden Hoek, T.L., Morrison, L.J. et al. Part 12: cardiac arrest in special situations: 2010 American Heart Association guidelines for cardiopulmonary resuscitation and emergency cardiovascular care. Circulation. 2010; 122: S829–S861

bouche a bouche sauvetage aquatique

A propos de l'auteur :

Médecin, surfeur, auteur du livre Surf Thérapie. Adjoint au maire de Biarritz à l'Environnement, Qualité de Vie et Bien-Être.

 

Tags: , , , , , ,

 

Pas de commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire

Laisser un commentaire