Compte-tenu de la judiciarisation galopante aux États-Unis, l’histoire qui suit n’est pas si surprenante : une victime d’accident de surf causé par une planche s’est retourné contre le fabricant. Le surfeur amateur américain Tom Gregg a en effet décidé d’intenter un procès à l’un des plus grands fabricants de planches de surf du monde, Channel Islands Surfboards, qui shape notamment des planches pour le champion du monde de surf Kelly Slater.

En 2009, Tom Gregg est victime d’un accident de surf survenu en France. Il a subi une plaie profonde au niveau de sa jambe droite après un wipeout. Comme dans plus de la moitié des plaies causées par une planche, c’est une dérive qui était en cause.

Le coup d’aileron a provoqué une plaie dont il a gardé des séquelles motrices avec un déficit de la force musculaire définitif au niveau de cette jambe.

Tom Gregg a déclaré auprès de la Cour Supérieure du Los Angeles County que la planche de surf et les dérives étaient trop dangereuses par rapport à l’usage qu’il voulait en faire. Sur ce point, on ne peut que donner raison au plaignant tant il est vrai que certains surf shops vendent parfois du matériel de professionnel à des surfeurs amateurs ou débutants.

De nombreux internautes surfeurs confirmés n’ont pas manqué de s’insurger contre cette plainte jugée comme abusive en arguant que le premier responsable de l’accident était avant tout le surfeur. Un internaute a même tourné cette plainte en dérision en déclarant qu’il allait porter plainte contre son spot où il s’est blessé car les vagues y ferment trop souvent…

Ce que beaucoup n’ont pas intégré, c’est que les novices n’ont pas toujours la notion que l’on peut se blesser avec une planche de surf en général, et avec les dérives en particulier, tout simplement parce qu’on ne leur explique même pas. Les médias, les marques, certains surf shops « vendent » le surf comme une activité ultra safe et les néophytes tombent souvent de haut quand ils se retrouvent à se faire suturer aux urgences après une collision avec une planche… Pour éviter d’en arriver à ce genre de » malentendu », mieux vaudrait vendre à un débutant une planche en mousse ou une planche gonflable, et s’il tient vraiment à surfer avec la planche de Kelly Slater lui proposer les dérives K-Flex qui vont avec…

Scott Anderson, responsable de Channel Islands, a déclaré qu’il s’agissait pour la marque des premières poursuites mettant en cause la fiabilité de leurs produits. Si la qualité de leur shape n’est pas remise en cause, ils devront s’expliquer sur les raisons de la vente de planches avec des dérives tranchantes à un surfeur amateur.  Il leur faudra notamment prouver qu’il y a une réelle utilité à avoir des dérives plus aiguës sur une planche de surf, ce qui est loin d’être gagné. On sait en effet que même pour un surfeur confirmé, les dérives à bords souples – utilisées par certains surfeurs professionnels – sont bien assez performantes. Channel Islands devra enfin fournir la preuve qu’il a bien apporté les informations de base concernant les risques liés à l’utilisation de leur matériel et sur l’existence de dérives adaptables beaucoup moins dangereuses (voir photo).

Ce procès aura au moins l’avantage de faire avancer la réflexion sur l’amélioration de la sécurité des ailerons de nos planches de surf, dans notre intérêt à tous. Mais il est toujours regrettable d’en arriver à un procès pour faire avancer les choses…

Source : http://latimesblogs.latimes.com/money_co/2011/08/surfer-tells-board-manufacturer-pay-up-brah.html

Lire aussi : une décharge à signer pour utiliser des dérives « mortelles »

A propos de l'auteur :

Surf Prevention est le site sur le Surf, la Sécurité, la Santé et l’Environnement.

 

Tags: , , , ,

 

9 Commentaires

  1. drakkars dit :

    Hé guillaume ……… Si je ne t'avais pas suggéré ce lien aujourd'hui … Tu n'en aurais rien su! LOL

  2. Merci Drakkars, mais tu aurais pu prévenir plus tôt 😉

    J'aurais dû préciser : [Source Drakkars]

  3. héhé dit :

    je compte m'acheter des derives souple car il est vrai aprés plusieurs coupure due au derive pour l'instant sans gravité a part des points de suture et pour aussi protéger les autres , ce week end un debutant ma coupé ma board en deux avec ses derives en me coupant la priorité.heureusement que ce ne fut que la board , pourquoi laissé de telle derive aussi coupante sur des boards de location????

  4. clo33 dit :

    Ils sont fous ces américains! Bientôt les boxeurs vont porter plainte contre le fabricant de gant pour avoir pris des coups,ou le skieur contre le fabricant de ski parce qu'il s'est cassé une jambe en tombant…
    C'est du n'importe quoi,on vit vraiment dans une société de gros nazes irresponsables.Quand même,il suffit de toucher la dérive(ou le nose et le tail) pour comprendre qu'il faut faire attention.Un accident est toujours possible, même en faisant son footing.
    En tout cas,voici le nouveau moyen de se faire sponsoriser par channel island.Il ne fait pas ça que pour la sécurité du sport(ça perception des choses n'à pas l'air d'aller aussi loin).
    C'est lamentable,surtout qu'ils n'ont même pas honte(je crois que c'est le pire)

  5. nico dit :

    C'est clair, scandaleux ! Ce qui me choque le plus c'est que dans la législation américaine c'est la personne attaquée qui doit se défendre (en l'occurrence CIS) ! Sérieusement, je crois que l'utilisation "normale" d'un aileron, ce n'est pas de tomber dessus ?!? A partir de là, si le gars en fait n'importe quoi de quel droit ose-t-il se plaindre ?

    La prochaine fois que je frotte un peu ma caisse contre un mur de parking et que ça fait une marque sur la peinture je vais attaquer Renault parce qu'il ne m'ont pas prévenu que frotter la voiture sur le mur l'endommagerait ! Il faut être un minimum sérieux quand même, on ne va pas demander aux marques d'ailerons de nous fournir un manuel d'utilisation de 3000 pages comme les magnétoscopes à l'époque, juste pour nous énumérer toutes les situations à ne pas reproduire !

    -"ne pas lancer l'aileron dans la tête de votre conjoint"
    -"ne pas faire fondre votre aileron pour l'ingérer"
    -"ne pas remplacer votre frisbee par un de nos ailerons"..

    QUELLE BLAGUE, c'est pitoyable.

  6. Oliv64 dit :

    Si ça se trouve, le gars est allé surfer en surestimant son niveau de surf alors que les conditions à l'eau était trop hard pour lui…

  7. Marc dit :

    Surfer confirmé ou débutant, les dérives restent dangereuses pour tout le monde. Il y a certainement des progrès à faire qui pourraient être intéressants pour améliorer la sécurité (Nose, leash et dérives). Peu de surfers utilisent un nose tip. Même les dérives à bords "souples" me paraissent encore un peu dangereuses. Il y a de plus en plus de monde à l'eau. Travailler sur la sécurité, cela paraît désormais indispensable.

  8. Henry dit :

    Je rejoins Nico, effectivement, il faudra donner une liste complète d'utilisation avec un surf, et surtout tout ce qu'il ne faut pas faire avec
    – ne pas mettre le surf dans le micro-onde
    – ne pas utiliser votre surf comme sex-toy
    – ne pas le confier à un enfant de moins de 36 mois ou à votre grand mère de plus de 94 ans (sauf si elle n'a plus de dents)
    – etc
    Bref, ces américains me font doucement rigoler avec leur manie d'intenter des procès pour un oui ou pour un non dans le but unique de récupérer du pognon.
    Le problème c'est qu'un jour cela se retournera contre eux et lorsque le nombre d'interdiction sera trop important, il réfléchirons peut être un peu plus..ou pas

Laisser un commentaire