L’arrestation d’un surfeur la semaine dernière sur le Lac Michigan fait scandale dans la communauté surf aux États-Unis. Pourtant, Rex Flodstrom n’est pas le premier surfeur à être ressorti d’une session de surf sous escorte policière. Nous avons ressorti des archives cette séquence improbable de l’arrestation d’un surfeur à Biarritz pendant la marée noire du Prestige. David Valla, le surfeur arrêté s’en souvient comme si c’était hier.

David travaille depuis des années au magasin Quiksilver de Biarritz situé sur la Grande Plage. Aux premières loges pour checker le spot, David rate rarement une bonne session et c’est peut-être le surfeur qui a pris le plus de vagues à la Grande ces 20 dernières années 😉 Pourtant, dans les mois qui ont suivi la marée noire du Prestige, quand le surf a été interdit sur la côte atlantique, David a dû ronger son frein. Jusqu’au jour où l’appel de la mer a été le plus fort par une belle journée de février 2003…

« Il y avait des jolies vagues d’un mètre super lisses ce jour-là. Avec mon collègue Pierre B., nous n’avons pas résisté à nous mettre à l’eau pendant la pause entre midi et deux » se souvient David. Ils avaient profité de barrières entrouvertes sur la Grande Plage pour accéder à la plage et se mettre à l’eau.

Mais la session avait tourné court : les gyrophares, les sirènes hurlantes et les sifflets de la police n’avaient pas tardé à retentir. Un hélicoptère avait même été envoyé sur place… Pierre avait été le premier à être sorti de l’eau tandis que David, qui n’avait pas tout de suite compris que la police en avait après lui, est sorti quelques minutes plus tard.

Les policiers l’ont embarqué dans leur voiture direction le commissariat où il restera en garde à vue en combinaison et chaussons trempés une bonne partie de l’après-midi avant d’être finalement relâché avec une amende de 11 €… Malgré les admonestations du commissaire de l’époque, il n’avait pas été poursuivi.


Cette arrestation immortalisée par un photographe de l’AFP avait fait grand bruit à l’époque mais avait finalement contribué à rassurer sur la possibilité d’aller à l’eau malgré la marée noire, ce qui laissait espérer que la prochaine saison touristique allait pouvoir se dérouler presque normalement sur la côte atlantique…

Cette arrestation témoigne des décisions parfois incohérentes qui peuvent être prises face à une pollution marine dont on connaît mal l’impact sur la santé. Un surfeur en combinaison intégrale ne risque a priori pas grand chose 3 mois après la catastrophe à distance du foyer de pollution. Barack Obama nous a bien prouvé que l’on peut se baigner en maillot après une marée noire

Cela n’enlève rien à la gravité de cette marée noire dont il est bon de se souvenir pour qu’il n’y ait plus jamais ça (« Nunca Máis« ).

Pour rappel, le naufrage du Prestige avait eu lieu le 13 novembre 2002, quand le pétrolier navigant sous pavillon de complaisance, en transit entre la Lettonie et Gibraltar, avait été victime d’une collision au large des côtes de Galice en Espagne. Dans la tempête, la collision d’origine indéterminée (vague ? objet flottant ? conteneur ?) avait créé une large brèche de 50 mètres au niveau du flanc droit de sa simple coque. Le 16 novembre, plus de 5 000 tonnes de fioul s’étaient déjà répandues, souillant le littoral sur des dizaines de kilomètres. Après plusieurs tentatives de remorquage pendant lesquelles des milliers de litres de fioul lourd s’étaient échappés, le navire s’était brisé en deux le 19 novembre 2002, à 270 km des côtes de la Galice et avait coulé par 3 500 mètres de fond avec les restes de sa cargaison de 77 000 tonnes de fioul lourd. Le fioul avait continué de s’échapper de l’épave dans les semaines qui avaient suivi. Une terrible marée noire allait souiller gravement les côtes du Portugal, de la Galice, du Pays basque, de l’Aquitaine, de la Vendée, jusqu’au sud de la Bretagne.

Pour ne pas oublier la marée noire du Prestige, je vous invite à revoir le documentaire de Dani Garcia y la Ola Negra sur ce désastre écologique.

Photos AFP.

A propos de l'auteur :

Surf Prevention est le site sur le Surf, la Sécurité, la Santé et l'Environnement.

 

Tags: , , , , ,

 

5 Commentaires

  1. drakkars dit :

    Haha (…) Ils auraient au moins pu le laisser se changer au shop…..
    Surtout qu'ils sont parfaitement au courant qu'il bosse ici ….

    çà me rappelle quand il y avait eu cet échouage de détonateurs il y a plus de 15 ans …
    Avec les CRS à tout les coins de la mer, avec ce jeu du chat et de la souris à lafit' ….

  2. darfid dit :

    haha j'ai vécu la même chose en méditerranée dans la région toulonnaise, vagues superbes, pas de vent (c'est rare) glassy, il y avait une pollution aux hydrocarbures, drapeau violet tout le bazar

    on s'est dit ok on y va quand même on été que deux, Le truc c'est que contrairement aux 2 landais, on n'est pas sortit de l'eau et je me souviens avoir invité les flics a venir me chercher eux même.
    biensur malgré les camions, les sifflets, le megaphone, et les menaces de venir nous chercher en Zodiac e nous coller une grosse amende, ils n'ont rien fait et ont laché l'affaire apres la fin de leur service.

    jai pu surfer pas loin de 4 heures tranquille. avec mon pote.
    Bon ok apres on pués l'essence

    ah les pouvoirs publics 🙂

  3. darfid dit :

    ah ah tient tu fais dans la censure guillaume comme d'habitude dans le politiquement correct

  4. boris de biarritz dit :

    Je ne savais pas ! quelle connerie ! une garde à vue pour ça…. délire…

Laisser un commentaire