Cet article est une réponse à la Ville de Biarritz et à Surfrider 64 suite à la polémique relayée sur EITB :

« Je vous remercie d’avoir répondu à l’article publié sur le blog Surf Prevention dans votre communiqué posté sur le site de Surfrider 64, même si le débat soulevé concernant l’utilisation de produits chimiques aux abords des plages à Biarritz n’y est pas évoqué.

Je ne sais pas ce qu’il y avait dans l’eau rejetée par le camion en photo mais vous comprendrez mon étonnement en assistant en direct à cette vidange d’une eau, qui n’a pas vraiment l’aspect de l’eau d’Evian, dans le sable.

J’aimerais vous croire quand vous affirmez n’utiliser que de l’ « eau naturelle…sans aucun produit complémentaire…d’une qualité meilleure que celle de l’eau de pluie« . Malheureusement, nous assistons régulièrement au centre-ville de Biarritz et aux abords des plages à des lessivages avec des produits chimiques qui laissent une forte odeur persistante pendant plusieurs heures. Après renseignements auprès du Centre Technique Municipal cet été, j’ai appris en lisant la notice que l’un des produits utilisés – présenté comme un désodorisant biologique – contenait des composants potentiellement toxiques pour la peau, les yeux, les poumons, le système digestif… D’où mon inquiétude d’y être exposé de manière répétée et d’avoir à le respirer mêlé à l’air marin dont la pureté devrait être une priorité à Biarritz. En interrogeant habitants, personnel municipal et patients, j’ai pu me rendre compte que ces produits pouvaient occasionner des symptômes gênants comme des maux de tête ou des nausées. Ceci n’a malheureusement rien d’exceptionnel avec des produits de nettoyage de ce type, auxquels certaines personnes sont hypersensibles.

Ma première demande est l’ouverture d’un débat sur l’utilisation de tels produits à Biarritz, sur les lieux et la fréquence d’utilisation, et pourquoi pas d’en retirer des règles de bonne pratique de nettoyage applicables aux autres communes littorales.

Ma deuxième préoccupation soulevée par la photo du camion est celle des eaux qui s’écoulent directement dans le sable ou dans la mer. Vous me répondez que le quai est étanche et en pente de manière à ce que tout s’écoule dans le sable…

Cet état de fait n’est pas acceptable. Il signifie que les impuretés de la promenade s’écoulent « naturellement » dans le sable, même si vos techniques de nettoyage tentent de limiter le phénomène.

Le défi pour les plages de Biarritz serait justement d’enrayer ce phénomène. Il parait tout-à-fait réalisable de canaliser les eaux de ruissellement aux abords des plages pour éviter que celles-ci ne finissent leur course dans le sable ou en mer (cf. cette vidéo Youtube où on voit des mégots arriver sur la plage). Un système d’avaloir sur le quai pourrait permettre de récupérer les eaux de nettoyage et de ruissellement et les rediriger vers le réseau d’assainissement des eaux usées.

Je demande peut-être la lune pour des plages qui n’ont pas encore d’accès pour les handicapés… Mais il me semble que ces préoccupations devraient être centrales dans une commune qui veut s’affirmer « ville océane ».

A titre personnel, je trouve fort dommage que la ville ait investi des dizaines de millions d’euros dans une Cité de l’Océan avant de financer ce genre d’installations de base pour les plages.

Biarritz pourrait inventer la plage de demain si elle décidait d’investir massivement dans leur préservation.

Toute la communication faite autour de Biarritz Océan paraît décalée par rapport aux véritables préoccupations des usagers de la mer. Que faites-vous pour améliorer le quotidien des surfeurs ? Que faites-vous réellement pour l’océan ? Voilà ce que nous voudrions entendre plutôt que toute cette publicité à visée exclusivement touristique pour la Cité de l’Océan.

Surf Prevention reste à votre disposition pour faire avancer les causes qui concerneront directement la préservation de la mer. C’est ce qui intéresse avant tout le million d’amoureux de l’océan qui surfent chaque année sur notre site. »

A propos de l'auteur :

Médecin, surfeur, auteur du livre Surf Thérapie. Adjoint au maire de Biarritz à l'Environnement, Qualité de Vie et Bien-Être.

 

Tags: , ,

 

19 Commentaires

  1. service communicatio dit :

    les questions sont légitimes et le débat est interressant : il faut savoir cependant que rien n'est plus contrôlé qu'une collectivité (législation, réglementation, formation des équipes, contrôles, etc), alors que les incivilités individuelles sont totalement incontrolables, outre la sensibilisation via les campagnes de communication : des désherbants extremement toxiques sont en vente dans tous les supermarchés, chacun utilise chez soit des produits tels que eau de javel, destop, etc. qui partent dans les réseaux publics et donc… la mer. Voici donc la réponse des responsables du nettoyage de la ville :
    "Le nettoyage des espaces publics d’une ville diffère en fonction des lieux et des agressions qu’il subit.
    Que dire de l’habitude prise par certain d’uriner en permanence contre les murs de la Ville alors que des WC publics sont à leur disposition.
    Que penser de la présence répétée de déjections canines, qui montre sans doute une marge d’amélioration de notre système de nettoyage, mais est surtout la trace visible d’incivilités qui dégradent notre environnement.
    Si, sur le bord de mer, nous avons expliqué le mode opératoire (laveuse aspiratrice en temps normal et lame de ramassage de sable et rinçage à l’eau pure du quai en cas de submersion de celui-ci par la mer), d’autres moyens sont mis en œuvre en ville.
    Karsher et autres laveuses de trottoir interviennent (avec l’eau souterraine du lavoir Foch) après balayage des feuilles, mégots ou papiers. En effet notre obligation sanitaire de rentre les trottoirs propres nous contraint en les lavant à utiliser un détergent et à les désodoriser (urine et déjections canines). Sinon que penser d’un espace simplement balayé, soumis à ces agressions, et sur lequel un enfant tombe ou met les mains ?

    Nous utilisons pour ce faire un produit sans danger pour l’homme (le BIOTEMAN DESODOR, un désodorisant écologique), aux caractéristiques légèrement moussantes et à l’odeur reconnaissable qui masque les affres des usagers indélicats.
    Il est respectueux de l’environnement et permet comme tout détergent d’éliminer les molécules odorantes.

    On peut essayer de combattre les incivilités d’un côté, mais à choisir entre une ville qui sente l’urine et les déjections canines ou l’utilisation de produits écologiques qui nous aident à la rendre agréable à vivre, le choix s’impose.

    Enfin concernant la lutte contre les mauvaises herbes ou les mousses, la trace visible de ces envahisseurs verdâtres montre le relatif manque d’efficacité des produits utilisés par la Ville sur ses trottoirs. Nous avions anticipé de quelques années les normes imposant de ne plus utiliser certaines molécules sur le domaine public, d’un passage annuel nous en sommes à plusieurs passages moins efficace.
    Là aussi le choix de la protection des usagers, végétaux ou nappe phréatique a été assumé, quitte à impacter nos modes opératoires sur le terrain. Par contre tous les produits nocifs incriminés n’ont bien évidemment pas disparu des étals des grandes surfaces ou des jardineries ou tout un chacun peut les utiliser ! Contradiction du système règlementaire !

    Nous tenons d’ailleurs à la disposition de tous les fiches des produits autorisés que nous utilisons.

    Des erreurs sont possibles, des comportements peuvent bien évidemment être améliorés, mais la ville est fermement engagée dans une lutte quotidienne, de limitation drastique des produits phytosanitaires et de netteté de l’espace public qui va au-delà du simple coup de balais, il en va de notre image et de la qualité de vie.
    Ce travail quotidien se fait en toute transparence, il est décrit dans l’Agenda 21 de la Collectivité avec le souci permanent de protéger notre environnement qui fait partie pleinement de ce qu’est Biarritz."

  2. Le produit que vous utilisez n'est pas sans danger pour l'homme et pour l'environnement. Il est fait mention dans la fiche technique de "composants dangereux". Il faudrait donc en limiter au maximum l'usage. Le problème est cette obsession des odeurs de pipi à Biarritz qui font utiliser des produits chimiques à outrance pour les masquer. L'urine n'est pas toxique, vos produits oui. Si ces odeurs vous gênent, la meilleure prévention serait d'apprendre aux fêtards à ne pas uriner dans la rue…

  3. toio dit :

    On sait très bien ou sont les "fêtards" le week end (grande plage, Clemenceau/halles et port vieux)et comptez les wc publics dans les environs? oui c plutôt rare (les wc des parkings sous terrain sont souvent fermés en plus). C'est peut etre trop demandés que de construire 1 ou 2 wc publics dans les parages? ah oui c vrai on préfère mettre 500 000 € pour une statue sur un rond point…

  4. Marine dit :

    Il me semble que pour qu'il y ait des odeurs d'urine il faut qu'il y ait des résidus; si les odeurs restent aprés un nettoyage, ne serait ce pas que le nettoyage est mal fait? Plutôt que des produits masquants nocifs, un bon nettoyage mécanique et suffisament fréquent devrait faire l'affaire…

    Donc plus de WC et un meilleur nettoyage SVP. Merci!

  5. cano dit :

    Bonjour
    après lecture de ce dialogue, je constate que comme d'hab ça tourne en rond autour du pipi. Soyont plus efficace.
    1- le composant chimique fait il partie de la liste des produits interdits à diluer dans l'eau? . Pour cela se référer si je ne me trompe pas à l'annexe 10 du Grenelle de l'environnement. Si il fait partie de la liste, la mairie est en infraction sinon rien à dire.
    2 – les eaux pluviales ne doivent pas emprunter le même circuit que les eaux usées. C'est la loi
    3- la loi (loi sur l'eau et les mlilieux aquatiques dite LEMA) dit qu'il est interdit d'entretenir tous les fossés avec des desherbant et autres produits similaires. Je ne sais plus trop si c'est un délit ou une contravention.
    4 ainsi les particuliers commes les collectivités sont soumis au mêmes règles et loi. Simplement le manque de communication fait que la plupart des gens ne savent pas et le font sans méchanceté. D'autres le font volontairement bien sûr. On dit que c'est plus restrictif pour les communes, mais non, seulement les communes n'ont pas le droit à ne pas connaitre les lois alors que le particulier on tolère.
    LA SOLUTION??? A mon avis une forte "comm" pendant des années puis verbaliser "pollueurs payeurs".Mais c'est pas gagné car il ya les manip politiques, le copinage entre gens haut placés qui fait que certains passent au dessus des lois et dans tous les domaines.

  6. Christophe dit :

    Bonjour,
    En complément de cet article et des réactions des internautes, je vous recommande d'aller faire un tour du côté de la Plage du […] et vous aurez peut être l'occasion d'y voir une figure du surf régional (école de surf) qui désinfecte quotidiennement les abords de son bungalow avec du Crésyl. Après lui avoir fait part de mon étonnement en accompagnant mon fils pour une leçon de surf, d'après lui ce produit n'est nocif, ni pour l'homme, ni pour l'environnement. Un rapide coup d'oeil sur la FDS ( http://www.laverdure.fr/uploads/38315111849a4220b… me laisse penser le contraire. Même dans la communauté des surfeurs il reste du travail à accomplir !!!
    Un Lot et Garonnais qui vient régulièrement au Pays Basque et qui souhaite en préserver la beauté de ses paysages.

  7. J’ai assisté à une scène surréaliste tôt ce matin.

    Alors qu’il pleut à torrents depuis des jours, les services de nettoyage inondaient quand même les rues de la ville avec leur produit chimique…

    Le produit n’avait pas le temps de toucher le sol qu’il était emporté par des flots d’eau.

    Je vous laisse deviner où tout a terminé.

    Quel est l’intérêt de lessiver les sols quand la pluie se charge de faire le travail ?

  8. Rodolphe dit :

    Oui effectivement c’est une grande spécialité de la ville de biarritz on nettoie plein pot avec les camions qui font du ramdam le matin très tôt , comme cela les bobos voient un ville bien propre ( que c’est beau quand on se ballade en ville !!!!!!). Ils ( les camions ) passent souvent le matin de très bonne heure sur la négresse pour enlever les clopes des lycéens et autres , mais quand il pleut beaucoup tout cela ravine et ça va ou !!!!!
    La est la question. Encore et toujours la pollution mais tout va bien grâce à la cité de l’océan !!!!!!

  9. MrS dit :

    La pollution est un réel problème, et la meilleur solution à un problème reste encore de ne pas le créer. Je pense qu’il faut travailler en amont, et la je pense au rôle de l’éducation et à la sensibilisation.
    Pas de dechets de detritus laisser sur la voie publique et ce quel qu’il soit ( mégots, déjéctions canines, ect..)
    Je suis partisan pour que l’on verbalise davantage les incivilités, les gens doivent comprendre que la propreté à un côut comme on le vois sur le budget d’une collectivité mais aussi pour l’environement ( destruction par les détergents). Certaines personnes se moquent éperdument de la pollution et cela n’est pas normal.

    En ce qui concerne la sphère privée seul un contrôle drastiques des produits chimiques permettraient d’exclure les plus dangereux, d’ailleurs je cite ici un nettoyant ménager incroyable il s’agit de la PIERRE BLANCHE totalement biodégradable pour un résultat impeccable sur tout type de supports.voila c’était la minute BONUX

  10. Une solution innovante qui pourrait être intéressante pour Biarritz:

    http://www.sudouest.fr/2013/11/08/l-avaloir-qui-depollue-a-la-source-1223277-2733.php

    Veolia a installé un prototype d’avaloir dépolluant. Une première en France destinée à traiter, à la source, les eaux de pluie. Mais aussi de les valoriser.

    • Adrien dit :

      Ce n’est pas une innovation, il s’agit juste d’une « nouveauté » pour Arcachon.

      Ce type d’installation existe depuis des années, et est disponible au catalogue de la plupart des entreprises de ce secteur.

      Pour rappel, le réseau de Biarritz est unitaire. En fonctionnement « normal », rien n’est censé rejoindre le milieu naturel sans traitement… (le « normal » est très important !)

      L’intérêt de cet avaloir est de pallier le principal défaut des réseaux séparatifs : l’absence totale de traitement des eaux pluviales, pourtant potentiellement chargées.

      Mais il n’est pas adapté aux réseaux unitaires, comme celui de Biarritz.

    • yull dit :

      Juste une question :
      Comment sont traités les polluants une fois piégés dans les filtres « nid d’abeille » ?

      Si c’est comme les FAP (filtre à particules équipant les diesels modernes),la solution de traitement n’existe pas, pour l’instant –> on stock donc ces fameux FAP en attendant de savoir les recycler correctement…

      Dans l’immédiat, c’est toujours mieux de voir atterrir ces polluants ailleurs que dans l’océan, c’est sûr.

  11. Rodolphe dit :

    Toujours à propos de pollution sur nos plages !!!!!
    Arrivant à l’instant d’une petite ballade sur la plage ( tempête) du pavillon à Bidart , je suis à chaque fois complètement écœuré par la merde ( il n’y a pas d’autre mot) que l’on peut voir sur la plages et sur les rochers . pour 70% ce sont des déchets Espagnols qui viennent souillés nos plages , quelle honte c’est inadmissible que cet état et nos politiques laissent faire un tel massacre écologique .Depuis des années,
    je ramasse après chaque session toujours plus de déchets ( tubes bouteilles etc ) . il faut le faire savoir . l’été le touriste ne voit rien ,les ( plages ) centrales sont nettoyées sur de nos côtes .

    • Adrien dit :

      Vous voulez faire savoir quoi ? Que vous ne savez pas grand chose ?

      1- Les plages sont nettoyées toute l’année, par les villes. Ce n’est pas la Surfrider Foundation qui le fait un weekend par an, qu’il faut remercier pour avoir des plages « propres » pour tout l’été… Et il y a 2 cycles de marées par jour. Un weekend comme celui-ci, à chaque marée descendante, de nouveaux déchets sont apportés. Que fait on ? On met des barrières, et on interdit l’accès aux plages pour cause de chantier permanent ?

      2- Quand il y a des tempêtes (hors période estivale), et si possible, le weekend, les plages sont sales jusqu’à lundi… Difficile de mobiliser des agents communaux à ces moments là ! Ils ont le droit au repos dominical, comme tout le monde (sauf CastoMerlin).

      3- La Nature est bien faite ! Les déchets n’arrivent que pendant les tempêtes (qui se produisent principalement en automne et hiver), et pendant tout le printemps. Malgré ce que l’on pense, il y a beaucoup moins de déchets en été…

      4- 70% des déchets identifiables sont espagnols ? Mais 99% des déchets sont des fragments non identifiables… Le ratio des déchets « espagnols » baisse ! Ensuite, c’est le jeu des courants ! Dans le Golfe de Gascogne, les courants circulent en longeant la côte atlantique, du sud vers le nord, et redescendent vers le sud, au large (comme un gros tourbillon). Ainsi, les déchets espagnols sont identifiables, car ils n’ont parcouru que quelques dizaines de km avant de passer devant chez nous, et qu’une partie vienne s’échouer sur la Cote Aquitaine. Les nôtres (il faut arrêter de croire qu’on est meilleurs et plus propres que les Espagnols !), partent au nord, et nous reviennent dans la face après avoir séjourné plusieurs mois ou années en mer, et parcouru des milliers de kilomètres… On ne distingue plus rien…

      Je crois que c’est plus ça, qu’il faudrait faire savoir ! 😉

  12. Rodolphe dit :

    C’est vrai que la gestion des déchets espagnols est remarquable. puisque vous savez vous ,avez vous naviguez vers Bilbao ou Santander ? Je vous rappelle aussi que les autorités espagnoles ont magnifiquement géré l’affaire du prestige dont les conséquences sont probablement loin d’être terminées. Ensuite vous parlez des plages ou les promeneurs se promènent ( moi je parle de toutes les plages qui sont souillés y compris celles où il n’y a personne et cela toute l’année , grandes marées ou pas !!!!)’
    Maintenant quant à votre commentaire faite savoir ce que vous voulez mais j’ai aussi le droit d’être indigné et de le dire car voyez vous depuis de nombreuses années je n’ai jamais omis de ramasser quelque chose chaque fois que je vais à l’eau ( et à ce titre la je parle en connaissance de cause en fonction de ce que j’observe )

    • Adrien dit :

      Si votre seul argument, c’est « j’ai le droit de dire ce que je veux ! », je m’incline face à cette vérité implacable…

      • Pas très constructif non plus comme commentaire Adrien… Merci de garder une bonne ambiance entre vous 🙂

      • Rodolphe dit :

        Je ne connais pas le degré de votre légitimité cher Monsieur , peut être faites vous des analyses moléculaires sur les déchets océaniques afin d’en vérifier la traçabilité (!!!!!). peut être que vous retranscrivez également certains écrits très savants sur la physique des courants marins . pour ce qui me concerne je passe pas mal de temps sur notre littoral atlantique (été comme hiver )et j’observe tout simplement .
        Il faut aussi remercier surf prevention qui permet à ceux et celles qui sont près de l’océan d’offrir une vitrine d’observation et de réflexion

    • Adrien dit :

      Je n’ai aucune légitimité particulière, par contre, j’aime bien les raisonnements pragmatiques.

      C’est très « déstabilisant » (pour rester poli !) de constater, une fois de plus, que des « ressentis », plus que subjectifs, deviennent des rumeurs, qui finissent par tenter d’être de l’information.

      TOUT le littoral de la Côte Basco-landaise est nettoyé. Les zones plus « sauvages » le sont moins fréquemment que les plages urbaines, certes, mais elles le sont tout de même.
      Il y a des chances qu’une plage n’ait pas le même aspect la veille et le lendemain de son nettoyage…

      Il faut relativiser les choses et les replacer dans leur contexte !

      Ecrire qu’il y a de plus en plus de déchets sur le littoral, qu’est ce que cela veut réellement dire ?
      Qu’il n’y a pas si longtemps, le caniveau était la seule façon de traiter les déchets. On balançait tout dans le fossé, et ça partait plus loin (et finissait dans l’océan, bien sûr).
      Que nous sommes de plus en plus nombreux sur Terre, et toujours plus nombreux à vouloir vivre sur le littoral.
      Tellement nombreux qu’il a fallu commencer à réfléchir sur « comment gérer nos déchets ».
      Que cette gestion est de plus en plus efficace, qu’elle est plus proche du 100% que du 0, bien qu’elle n’atteindra jamais 100% d’efficacité.
      Ensuite, c’est statistique : plus on est nombreux, plus il y a d’incidents, de négligences et de nuisances…
      En valeur absolue, il y a peut être plus de déchets qu’auparavant (mais j’aimerais bien d’autres données qu’un simple « ressenti »), mais vu l’explosion de la démographie et l’amélioration de la gestion des déchets, en valeur relative, il y en a certainement moins qu’avant…

      De quel côté de la lorgnette veut on regarder ?

      Par contre, stigmatiser les voisins espagnols comme étant plus sales que nous, ce n’est pas gentil pour eux, et cela s’apparente un peu à du racisme, non ?
      Pour reprendre vos exemples : l’agglomération de Bilbao, c’est 950 000 habitants, et celle de Santander, c’est 180 000 habitants. Et ce sont, tous 2, de grands ports de commerce. Si vous voulez faire des comparaisons valables, allez voir les problèmes de pollution de Marseille, de Boulogne, du Havre, etc… Consultez aussi les photos et vidéos de l’association « Mal de Seine », et vous verrez si la France est vraiment plus propre que l’Espagne.
      Enfin, l’anecdote du Prestige est, un peu, hors sujet, mais on peut aussi disserter sur la gestion des catastrophes de l’Erika et de l’Amoco Cadiz, par l’Etat français.

Laisser un commentaire