Pour rester une nation majeure du surf de compétition, garder une longueur d’avance sur ses concurrents (Etats-Unis, Brésil, France…) et fournir à ses athlètes un environnement idéal pour se perfectionner, l’Australie a décidé d’ouvrir un centre d’entraînement de haut niveau.

Le « Hurley Surfing Australia High Performance Centre » (HPC) a été inauguré la semaine dernière en Australie en présence du Vice-Premier Ministre Australien Wayne Swan et des champions de surf australiens Layne Beachley, Mark Richards, Wayne Bartholomew et Barton Lynch.

Ce centre à 4 millions de dollars financé en partie par le gouvernement fédéral se situe à Casuarina au nord du New South Wales. Il s’agit de la première structure de ce type au monde. Elle est destinée au perfectionnement des meilleurs surfeurs, mais aussi aux surfeurs de tous niveaux qui souhaiteraient se perfectionner en surf grâce à du coaching privé ou des surf camps à la carte.

Bâti sur deux étages, le centre bénéficie d’installations de haut niveau avec tous les équipements et le matériel pour bénéficier de la meilleure éducation et d’un coaching de haut niveau pour le surf avec cours théoriques, pratiques, analyse vidéo après session…

Conçu en collaboration avec l’Institut du Sport Australien, le centre HPC comprend une salle de gymnastique spécifique pour le surf, un auditorium, des bureaux, des salles d’examen et de soins, une piscine extérieure et une piscine chauffée intérieure, des terrains de sport et de tennis, un hébergement pour 22 personnes, un centre de test avec 40 planches de surf par les meilleurs shapers comme Darren Handley, Channel Islands, Lee Stacey Surfboards, et toutes sortes de dérives FCS.

Sans oublier la proximité immédiate de spots idéaux pour surfer tous les jours ! C’est tout de même ça le plus important.

Pour la septuple championne du monde de surf Layne Beachley: “C’est un établissement vraiment exceptionnel. Tout le souci du détail et tous les aspects du centre sont pour le bénéfice des athlètes. Ils sont là pour apprendre, pour mûrir, pour expérimenter le meilleur et être entourés d’experts. Je suis énormément fière de ce centre et je ne doute pas un instant que nous allons mettre le reste du monde à rude épreuve sur le tour professionnel grâce à lui.”

A propos de l'auteur :

Surf Prevention est le site sur le Surf, la Sécurité, la Santé et l'Environnement.

 

Tags: , , , , , ,

 

32 Commentaires

  1. Colonel Bigorno dit :

    ça vaut pas la cité de l'Océan, en plus il y a trop de piscines. En même temps c'est normal, ils n'avaient que 4 millions de $.

  2. Steph dit :

    Ce qui m'étonnait, c'est que le centre, financé par des fonds public, se nomme "Hurley"…Un ancien surfeur? Un politique?

    "In 2010 the Federal Labor Government earmarked $2 million to Surfing Australia to build a High Performance Training Centre, then Hurley got on board to sponsor the HPC" (…)"Hurley is the main investor of the Surfing Australia's High Performance Centre" (…) "But while the focus will be on developing junior surfers, over-age punters like you and I will also be able to attend camps and benefit from some of the best coaches in the country, and try out a bunch of DHD, Channel Islands or Lee Stacey boards and FCS fins. And when we come back in from the grind of an all day surf session on the Tweed Coast, we can plonk down on a Harvey Norman couch in front of a Sony TV and Playstation."

    Ca reste surtout une grosse machine de pub, et le financement par une des marques sponsor majeur du surf pro ne fait pas justice aux présentations tendancieuses (surtout venant du gouvernement australien)..;

    Il ne s'agit pas d'une initiative publique pour l'ensemble des surfeurs australiens à venir, mais d'un "partenariat public / privé" dans lequel les marques récupèrent la majeure partie des bénéfices, sans garantir le "service public" qui consisterait à promouvoir les jeunes australiens futurs professionnels. On jour sur les mots, avec HPC pour High performance center avec le H en forme de logo…Quiksilver fait pareil dans les Landes, non?

  3. docnico dit :

    Au moins en australie c'est un partenariat public/privé pour le surf et pas pour des stades de foot qui bénéficie en permanence d'une manne d'euros kolossal.En france ni le public ni le privé ne mettront les moyens.C'est peut étre un projet européen de Panchoa Hollande?

    • choucas dit :

      non nous en France on se pose en permanence la question (medias, politiques…)mais comment va t on pouvoir financer une telle depense ?
      La seule depense pour laquelle on ne se pose mais aucune question c'est la guerre : 7 MOIS de bombardements en Lybie , des milliers de tonnes d'armement parachuté aux rebelles d'Al Quaida …Bientot une intervention en Syrie personne n'a Jamais publiquement posé la question du coup….apres on va nous dire que ce type de projet concernant le sport et l'education est surement une folie …C'est vrai ca doit correspondre a une petite semaine d'intervention en Lybie faut savoir ce qu'on veut apres tout !

  4. Dav dit :

    blablablabla au moins les jeunes australiens font du sport, ont ce qui faut comme encadrement pour devenir pro ou se perfectionner s'il le veulent, cela les éloigne de la rue de la violence et comme cela on voit moins de gros et plus de personnes en bonne condition phyqique ce qui est fort appréciable a tout point de vues.
    Ou est le mal ?! on critique mais on fait pas mieux en France.

    Quick fait à peut pres la même chose dans les landes mais sans les gros sous.

  5. uhaina dit :

    Quand on connait la pauvreté des structures du pole France Surf c'est sur ça fait rêver !!!

  6. abcd dit :

    Ahah je vois vraiment pas en quoi la France est un actuel concurrent de l'Australie en surf !

  7. Froggy dit :

    c'est surtout avoir Mick fanning en coach qui fait la différence ,avec les gros théoriciens du surf français qu'ont jamais rentré un snap de leur vie (pas confondre brevet d'état et champion du monde ),ces froggys :bon pour la théorie mais pas de passé de champion derièrre les entraineurs

    • vlam dit :

      Si tu étais un vrai sportif, tu saurais que les meilleurs entraineurs sont très rarement les meilleurs sportifs… mais bon… tout le monde n'a pas la capacité de faire fonctionner son cerveau pour de la pédagogie …

      • Timax dit :

        Bien dit!

      • Froggy dit :

        …cerveau ,pédagogie :ça c'est bon pour l'inititiation .Chez les pros,ça fait des retours videos juste pour voir la lecture de vague .Tout le reste:c'est antinomique ! cerveau + pédagogie ,ça s'apelle l'approche TECHNOCENTREE et ça produit au mieux des sportifs bléssés ,au pire des sportifs de petit niveau ..Au niveau pro,la valeur clé c'est l'ENGAGEMENT et ça se travaille avec des squats ,du mountain bike,du trampo ,du mental ,et du surf ,du surf et des gars comme Faninng qui dit aux groms "arretez de vous poser des questions et envoyez le snap des que ça creuse " ..Pas de connerie vissage/dévissage et d'energie potentiel de pesanteur franchouillarde !

        • drakkars dit :

          Je ne savais pas que le SQUAT permettais de travailler l'engagement …..
          Tout comme le trampo ….
          Le skate est aussi une bonne base pour travailler l'engagement et les réflexes (version pool et pipe … pas street)
          Sinon, le mental, c'est dans quel sens ??? L'envie ???? L'anticipation ???? (en effet pour bien surfer, il faut aussi essayer de visualiser ses trajectoires sur la vague ….. c'est une bonne manière de préparer ses réflexes …)

          • Froggy dit :

            Pour une raison certainement lié au developpement de l'espèce (fuir les prédateurs en courant),le renforcement des membres inférieurs donne de l'engagement.C'est peut être aussi une réminiscence de l'enfant qui s'engage la première fois en se lâchant et acquiert, parcequ'il s'est lâché UNE FOIS ,la station debout .Toujours est il que le squat au niveau biomécanique sollicite la flexion de la vôute plantaire,la ceinture pelvienne ,le gainage abdominale ,le placement de dos,le placement de la respiration pour eviter la compression thoracique et cela se traduit par des ressources physiques augmentées qui se traduisent par des ressources psychologiques améliorées…Plus de confiance et d'engagement.Le fait de recruter des unités motrices (EN travail mi lourd explosif aprés avoir stabilisé le placment de dos à vide en 5X 3 reps ) se traduit aussi psychologiquement par cette compétence à s'engager .Floater périlleux,late take off,roller sur la lévre,reentrie ou round house cut back,quand on a des appuis travaillés au squat ,on tient sa manoeuvre(ça ne marche pas avec la chaise à quadriceps)

            Le mental c'est un sujet "vaste".Le mind surfing dont tu parles developpe la lecture de vagues,le "lissage de l'action " cher aux exécutions complexes d'habiletés motrices,et le developpement de boucles neurales (réseaux neuronaux ) qui peuvent commencer à "pousser" grâce à la visualisation .C'est pour ça qu'inconsciemment les surfers regardent autant de videos surf avant d'aller surfer ,ça stimule ce que Bandura ,psychologue américan,apellait la vicariance ou la contagion comportementale:"Si quelqu'un d'autre l'a fait ,à force de le voir ,je me l'approprie"

            D'où mon crédo pour le minimalisme à l'entraînement :squats,magnésie,montée de dunes ,danser nu sur du death métal,surfer en single sans leash dans du 3 m qui ferme ,eviter de surfer quand on n'est pas en forme pour éviter l'encodage d'automatismes ratés (tombés) ,garder la conscience de l'instant présent en evitant le bavardage intellectuel et le labyrinthe intellectuel cher aux frogys,dont je suis le produit ,le fruit et le poison dans le ver.héhé ,tout un programme !

            • drakkars dit :

              Magnésie pour quoi faire ??????
              Ha oui ….. pour le squat … LOL !!!!!!

              Tu serais pas un haltérophile à la base ?????

              Et la souplesse ???? çà ne joue pas en surf ????
              Il y a des tas de manières de travailler son assise sur ses pieds !!!!

  8. Vlam dit :

    Je suis effaré par ta réponse…
    tu cite le retour vidéo… c'est pas le summum de la pédago ça???

    Faut arrêter de croire que la progression se fait en surfant. à mon humble avis, je préfèrerais avoir affaire à un coach qui te dit pourquoi ça n'a pas marché, ce qu'il a manqué, avec une analyse poussé qui te mène vers de la visualisation/concentration… plutôt qu'un branque aussi bon soit il qui me dit «arretez de vous poser des questions et envoyez le snap des que ça creuse»…
    ça revient à se dire que sur un malentendu ça peut marché…

    Et puis la pédagogie, c'est ni plus ni moins que de l'enseignement… et donc oui, c'est propice aux novices… mais celui qui progresse le mieux serra toujours celui qui garde son esprit critique de novice, et qui donc, reste dans la pédagogie…

    De la descente pour de l'engagement? et le mec qui fait de la descente, tu vas lui prescrire quoi pour travailler son engagement, du surf?
    L'apprentissage et l'engagement étant essentiellement dans la tête, je suis étonné que tu ne cite même pas la méditation pour ton histoire de travail d'engagement…

    Enfin, j'ai envie de conclure sur ton "ça produit au mieux des sportifs bléssés ,au pire des sportifs de petit niveau" …
    Non, pas d'accord, du tout!
    ça va produire des sportifs de haut niveau, qui malheureusement, sont tous blessés, car en exploitant le corps humain, forcément on l'use… SAUF QUE, on sait pourquoi on l'use, et on devient capable d'y remédier.
    deux exemples:
    -Mauresmo, épaule fracassée par son service, pourtant déjà joueuse pro, le retravail, certes, ça devient moins esthétique, mais plus efficace.
    -Tiger Woods, épaules fracassées par son swing hors norme, le retravail, pour le rendre béton, il joue encore.

    Ta méthode de laisser les gamins se dépatouiller et de voir qui en sort le meilleur, ça me rappelle la méthode chinoise, où les sportifs sont cassés, sauf un qui sort du lot, parce que plus de chance…
    En france, on a moins de côte, donc moins de fréquentation, donc moins de surfeur, donc on en prend soin, et on devrait pas trop considérer ce que tu racontes…

    • frogy dit :

      Vlam,on va te dire ce que tu attends : tu as raison.tu connais mieux que les autres,tu es une autorité en matiere de pros ,d'entraînement,de surf,etc. Tu as bien choisis ton pseudo .Sois effarée,et apprecies le haut niveau du surf francais qui concurrence le bresil,les.us et l'Australie (en ce qui concerne le melon et la vanité :champions du monde les frogs).vas faire un tour en surf camp a lennox head ,a hossegor et tu causeras moins .

  9. Un peu de courtoisie et de respect mutuel dans vos réactions SVP.

    Je remarque que depuis quelques temps, certains essayent d'imposer leur avis sur le blog, au lieu de participer à un débat constructif.

  10. Dav dit :

    "Faut arrêter de croire que la progression se fait en surfant"

    Faut dire qu'avec ce genre d'aberations on s'énerve vite.

    • Vlam dit :

      Par expérience, j'ai pu voir que les phase de repos était bénéfiques. Plus tard, j'ai pu lire que c'était dans les phases de repos que ça se met en place dans la tête…

      J'veux dire, des fois c'est plutôt bon de travailler des éducatifs, au sec, sur le plancher des vaches, afin de développer des automatisme avant de retourner à l'eau, surtout dans le surf! (et surtout vu le caractère irrégulier d'une vague par exemple).

      Alors oui, on progresse en surfant… mais on progresse certainement plus en se creusant la tête. Après, oui, arrêter de réfléchir à du bon… mais les automatisme ne viennent pas par miracle.

      bon surf.

      • Dav dit :

        Mais bien evidemment que les phases de repos sont necessaires, mais comme dans tous sport, plus tu en bouffes si j'ose dire, plus tu progresses certes tu passeras par des phases ou ta courbe de progression se ralentira voir stagnera pendant un certain temps, mais l'entrainement en condition réelles est primordial.

        Comment croit tu que l'on devient pro ?
        ca se met en place dans la tête dans les phases de repos car quand tu surfes, tu ne peut pas réfléchir en temps réel sur toutes tes erreurs, et t'auto analyser, c'est assez dur et ca demande beaucoup de concentration. Les replay sont la souvent pour revoir la session d'un oeil exterieur plus apte a la critique.

        Je suis désolé les automatismes c'est dans l'environement que tu les aqcuierts a force d'entrainements acharnés, tu finis par le faire naturellement.

        je pense que dans le fond on est en faite d'accord, mais arretons de pinailler sur quelques notions qui sont différentes en fonction des individus, pour généraliser, plus tu t'entraines plus tu progresses.

        une vague est différente chaque minute, ce n'est pas une piste de ski ou une descente de montain bike tu ne peut pas mémoriser le tracé dans ta tête t'isoler avant ton heat et tu le repasser mentalement.

        le surf c'est bien différent.
        peace

  11. Non Dav, on n'a pas à s'énerver sur un commentaire, ou alors on le critique avec des arguments.

    Chacun est là pour exprimer sa vision des choses.

    PS: merci à ceux qui laissent des commentaires de ne pas changer de pseudo d'une intervention à l'autre.

  12. Froggy dit :

    Tu as de l'humour mr barucq:vlam commence ses commentaires par "si tu etais un vrai sportif " puis "je suis effaré de ta réponse " et tu trouves que les autres sont condescendants et "énervés" ?!!!!!? bon on va faire comme Vlam :"si tu étais un vrai journaliste ,tu accepterais qu'on trouve ses fins de non recevoir un peu secs et je suis effaré de ta réponse,un blog n'est il pas le lieu démocratique où l'expression de son propos ne doit pas être bridé,sauf si l'attaque se fait sur des procés d'intention (exmple:si tu etais un vrai sportif)"…LOl .On revient à nos moutons :le surf français ,comme toute approche motrice et technique souffre des excés des connaissances théoriques et de ce que l'on apelle CONNAISSANCES DECLARATIVES ;Savoir faire un AIR ne signifie pas faire un AIR ;IDEM pour un late drop ,idem pour un barell ,etc. trop de verbiage ,pas assez d'engagement ,trop de bla bla.En australie ,ils DISENT et FONT A MERVEILLE LE " STOP THE TALK AND WALK THE TALK "

  13. vlam dit :

    je pense que son intervention etait pour tout le monde… t'as pas à te sentir visé particulièrement.
    il y a une certaine tendance a casser du francais en generale… ça en devient lassant.
    le modèle d'entrainnement francais est loin d'être mauvais ça c'est certain. on a quand même des perfomances dans la plupart des disciplines, mais parcequ'on n'a pas un equivalent kelly slater, et bien les entraineurs sont nazes… lassant!

  14. seb dit :

    Et le plaisir dans tous çà !!!! N'est ce pas la notion essentielle pour progresser dans son surf ou tout autre discipline du pro au débutant !C'est pourtant la recette du king ,car quand le king se fait plaisir dans l'eau ….rien ni personne ne l'arrête !!!même pas les jeunes surentrainés gavés de redbull sortant des centres d'entrainements highttech !!!!A bon entendeur les entraineurs de l'espace ….

  15. Mark Harris dit :

    Arguments très intéressants, à tout point de vue.
    Cependant, le surf français est-il aussi mauvais qu'on le dit?
    A voir les vidéos de cette jeunesse dorée qui fracasse et score en Somalie (une perle de vidéo à voir et revoir), sur une gauche aussi hallucinante que dangereuse, on est en droit d'en douter; technique, placement, esthétique, culot, engagement, la vague est creuse, lourde, grasse, et les frenchies cartonnent avec une vraie aisance et détachement qui fait mouche.. pareil pour Sancho qui fracasse et gagne le challenge XXL de Billabong, devant les nations traditionnelles de la gagne!
    Multi champions d'Europe h/f, du monde junior, vainqueur à Pipe, classés WCT.. on peut dire sans rougir que les français ont fait "quelques" progrès depuis les premières incursions pro des Frank Gomis ou Seb Saint-Jean, et cette tendance semble progresser de façon si exponentielle qu'elle ferait presque oublier que la France métropolitaine ne pratique pas un surf comparable aux states ou à l'Australie. La France n'est pas à proprement parler une nation du surf, plutôt du foot.. de ce point de vue là, les résultats du surf français sur la scène mondiale sont-ils mauvais?
    On ne surfe donc pas toute l'année sur les côtes françaises comme on le fait ici à La Réunion, donc, en short, en eau turquoises et chaude, c'est un fait connu, et on ne peut compter le plus souvent que sur un type de surf aléatoire sur spots de sable, que sur des machines à barrels déroulant proprement sur reef, comme dans les DOMs et autres destinations tropicales à barrières récifales, dont les vidéos de surftrips que l'on trouve à la pelle sur le net y sont légions.
    A quelle école ont été formés les réunionnais qui déchirent; Robin, Cloitre, Toyon, Florès, Huscenot.. ou des métropolitains comme Duvi, Picon, Sancho, Lacomare.. peut-on encore évoquer la suprématie réunionnaise sur le surf métro aujourd'hui?
    Peut-on encore dire que tout est joué pour les tous meilleurs français du top 44, face aux pros australiens, américains, brésiliens, hawaïens?
    La dernière édition du contest à Teahupoo n'a t-elle pas vu Florès se faire remettre des mains de Bruce Iron le trophée du meilleur chargeur, pour son courage dans des cavernes à fleur de reef, à provoquer un arrêt cardiaque à n'importe lequel d'entre nous dans pareille situation aussi extrême?
    A bien des égards la France a su profiter de ce que l'on ne l'attendait pas sur les premières places pour les ravir, justement, en prodiguant un surf explosif, aérien, coulé, carvé, enchaîné, radical, hyper crédible qui mérite les premières places, et plus souvent qu'au tour de ceux qui en avaient jusque là l'habitude. Usurpé la sixième place mondiale du polynésien Michel Bourez en 2011?
    Plus largement on voit aussi que le surf européen même à très largement évolué, le cas du portugais Pirès n'est pas unique..
    Doit-on, dans ce cas, tant redouter, et même copier ce qui se fait ailleurs, plutôt que d'adapter à nos psychologies latines un mix adapté des recettes de coaching et d'entrainement connus, et faire au mieux avec ce que l'on a, ce qui réussit finalement pas mal à la France à la réflexion!
    Va pour la méthode Bra Boys, va pour la méthode Coué, le Zen, l'analyse intellectualisée de retours vidéos, et toute la clique.. du moment que ça marche, et que ça rapporte des points..
    L'Australie a une vraie longueur culturelle surf d'avance sur la France, pareil pour les States, et le Brésil surfe pour vivre- ça motive, faute de moyens techniques et logistiques- les hawaïens sont les hawaïens quoi, ils lochent à domicile.. ça n'en donne que plus de mérite aux réunionnais et aux français métropolitains de s’enorgueillir quand ils scorent devant les ténors!
    La recette miracle existe t-elle, devient-on pro du surf en étant juste doué pour ça, faut-il travailler plus le physique que le mental, doit-on allier les deux, les rendre complémentaires, un surfer pro doit-il être intelligent pour percer, et devenir champion du monde un jour?
    C'est quoi la recette pour devenir bon, faire comme Pott'z disait; "on réfléchit avant, on réfléchit après, quand on surfe on ne pense pas"?
    Ou, comme Tom Carroll, précurseur en ce domaine, et aujourd'hui Fanning, miser sur un entrainement hyper athlétique, calculer ses postures et surveiller sa diététique à la Slater, privilégier la communion avec les éléments façon Rasta, couler des bières jusqu'à plus soif façon Matt Hoy, ou courir à poil façon Occy foncedé dans les champs de canne hawaïens?!?..
    Quel était le secret de Curren, de Lopez, de Dora, de Hackman, C'est quoi le mieux: puissance, style, esthétique, airs, c'est quoi le surf de demain, c'est plutôt Parko, plutôt Médina, ou JJF, ou un successeur encore à venir?!?..
    A force de voir les réunionnais truster tous les podiums, la France du surf métropolitain a été obligé de créer une France A, et une France B.. On a dépassé ces clivages aujourd'hui, les réunionnais se doivent AUSSI de déchirer dans des vagues pourries de sables venteux de début d'hiver des Landes, comme le métro pour les vagues de reef, et pour ça, pas d'autre alternative que d'y vivre suffisamment longtemps sur zone.
    Le surf français est aujourd'hui gagnant parce qu'il a su se remettre en question et puiser dans les autres disciplines sportives ce qui marchait, et éliminer ce qui le freinait.
    Aujourd'hui l'Australie se dote d'un équipement supplémentaire, bien, mais à bien y regarder ce n'est guère plus qu'une guère de l'intox..
    Ce n'est ni plus ni moins de cette façon que la France a su s'imposer dans des discipline olympiques, comme l'escrime, ou le Judo par exemple, pour ne citer qu'elles.. parce que ces centres d'entrainement de très haut niveau c'est depuis longtemps la norme en France, et les sports études surf en sont les dérivés.
    Il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs, la réussite sportive, même individuelle, est une affaire collective, pensée, raisonnée, qui se remet régulièrement en question, pour progresser toujours d'un pas supplémentaire, sachant que les reculs sont de toutes façon inévitables.
    L'Autralie ou les states ne sont pas meilleure surfeuses que la France, elle surfent seulement depuis plus longtemps. Elle surfent plus souvent, et ceux qui surfent sont bien plus nombreux.
    La France ne coure pas à armes égales avec les nations traditionnelles et historiques du surf. En France- à grande échelle s'entend- on ne va pas à l'école avec sa planche, on ne dispose pas d'horaire aménagés spécialement pour aller surfer quand le swell est le meilleur, la vie de la cité ne s'articule pas autour du surf.. il existe des endroits dans le monde où toute une région surfe, vis pour le surf, travaille directement ou indirectement pour et autour du surf, et naturellement ces régions là produisent des champions du monde potentiels en puissance.
    En France le surf professionnel est mal connu, peu valorisé, peu crédible, on ne se vante pas d'être un professionnel de surf, hormis dans le milieu bien sûr, en dehors c'est encore tabou, alors que c'est plutôt banal ailleurs!
    Il faut faire avec, et regarder le passé du surf français et européen de ces 30 dernières années pour se rendre compte que le surf français est plutôt méritant en définitive, et à su rattraper un retard considérable, en très peu de temps, avec nettement moins de moyens que l'Australie ou les states!
    Cela pose la question suivante: faut-il donc que la France continue sur sa lancée propre, ou qu'elle singe les autres, pour espérer gagner un jour un titre mondial WCT?
    D'un certain point de vue, on peut sans risque affirmer que la France est de classe mondiale, puisque l'on compte des français au top 44! D'un autre point de vue, combien d'australiens ou de ricains autour?!?..
    Question plus vicelarde, combien de floridien 11X champion du monde professionnel de surf sur le tour?
    Mieux, combien de floridien professionnel de surf sur le Tour?
    A mon sens, il n'y a pas de mauvaise technique d'entrainement, ou de récupération, ou d'analyse, sur ce post tout le monde à raison, et à simplement tort de ne prêter foi qu'à une seule.. en France, soyons sérieux, on sait faire, on est pas moins bon que les australiens, on ne pratique pas le même surf, c'est tout.
    C'est avant tout une affaire culturelle. De même qu'en France nous n'usurpons pas notre image érudite, cultivée, réfléchie, subversive, libres nous ne renions pas notre élan latin, ce qui fait de nous des champions qui ont la classe UNIQUE de ceux qui ont quelque chose d'AUTRE dans le cigare que de l'eau (option robinet derrière la nuque, pour évacuer!), et n'apparaissent pas simplement comme des gros bourrins formatés pour la gagne depuis l'enfance, l'hymne national martelé chaque matin avec une fausse ferveur apeurée avant d'entrer en classe..

    • clo dit :

      Lucide et plein de sagesse. Pour avoir "côtoyé" le haut niveau dans une autre discipline que le surf,je suis entièrement d'accord avec ton analyse fortement avisée du surf et du sport français en général.
      Au moins on ne peut pas dire que ce commentaire n'est pas construit;-)

    • drakkars dit :

      Merci Mark
      On ne pouvais pas mieux dire ….

  16. Dav dit :

    intervention de Mark, rien a rajouter, sujet clos.

  17. arazam dit :

    pas besoin de ça pour etre champion : http://www.youtube.com/watch?v=tBkpXOPr_wk

Laisser un commentaire