Limiter le temps d’exposition solaire est une chose, mais il faut aussi apprendre à gérer la fréquence de ses expositions solaires. Celles-ci doivent en tous cas être très progressives et commencer en douceur par des expositions courtes, pour laisser le temps à notre peau de s’adapter au soleil.

Pour profiter du soleil sans mettre sa peau en danger et faire le plein de Vitamine D, il faut avoir du temps devant soi pour espacer ses expositions. Il faut au moins avoir une dizaine de jours de temps ensoleillé, ce qui n’est pas toujours évident dans les zones où le temps est changeant, ou quand les vacances sont de courte durée. Quand on a le temps, on peut planifier un programme d’exposition solaire en y allant très progressivement crescendo.

L’erreur à ne pas commettre est de s’exposer trop fortement les premiers jours. Contrairement à une idée reçue, les coups de soleil ne sont pas le préalable au bronzage. Il faudrait idéalement arriver à ne jamais attraper de coup de soleil.

L’exposition solaire doit être très courte le premier jour: moins de 10 minutes sans protection, moins d’une heure avec protection solaire efficace. Vous serez certainement fatigué après cette première exposition. Il faut laisser le temps à la peau de se réparer des dommages créés par les UV, et au corps de s’adapter au nouvel équilibre procuré par un séjour au soleil en bord de mer.

Les jours suivants, vous pourrez progressivement vous exposer plus longtemps, par tranche de 5 à 10 minutes supplémentaires, selon le phototype. L’objectif n’étant pas de rester des heures à la plage, puisque quelques minutes suffisent à synthétiser la vitamine D.

Si vous vous sentez particulièrement fatigué après une journée de plage, ou si vous ne vous sentez pas de vous exposer au soleil, mieux vaut passer une journée entière à l’ombre. Ecoutez votre corps, il vous dit quand vous avez trop pris le soleil. On ressent généralement une asthénie ou une lassitude qui indiquent qu’il vaut mieux s’abstenir d’y retourner pendant au moins 24 h.

Votre peau s’adapte au soleil grâce à différents moyens. La peau se pigmente grâce à la mélanine, elle s’épaissit… Nous verrons cela en détails dans le chapitre consacré aux mécanismes d’adaptation de la peau au soleil.

L’exposition répétée et progressive au soleil engendre une plus grande résistance de la peau à l’érythème et au coup de soleil (la peau rougit moins facilement), mais également un renforcement de ses mécanismes de défense*, dans des proportions limitées**, aux niveaux local et général***. Ce qui est logique quand on connaît les capacités d’adaptation de notre corps à son environnement. NB: ces capacités d’adaptation sont d’autant plus limitées que le phototype est clair.

Malheureusement, nos périodes d’expositions solaires dans les conditions habituelles sont souvent trop courtes ou trop intermittentes pour que la peau ait réellement le temps de s’adapter, ce qui augmente les risques de coup de soleil et fait le lit de futurs cancers de la peau.

Si vous ne restez que quelques jours au soleil, il faut être réaliste, vous n’aurez pas le temps de bronzer et il faudra donc adopter toutes les mesures de protection solaire utiles. Le bronzage ne devrait jamais être une priorité pendant les vacances. Un hâle se crée naturellement chez des personnes qui s’exposent régulièrement au soleil, comme les surfeurs.

Si vous vivez dans une région ensoleillée, ou si vous êtes amené à fréquenter la plage au quotidien, ces conseils d’exposition progressive valent aussi pour vous. L’avantage est que vous aurez plus de temps qu’un vacancier pour « préparer » votre peau au soleil. Cette adaptation de la peau est toujours très provisoire et n’est jamais totale.

Pour résumer, mieux vaut une exposition modérée, régulière et progressive au soleil, qu’une exposition intermittente et intensive (quels que soient les moyens de protection solaire utilisés).

Références:

*Sandrine de Winter, Ard A Vink, Len Roza and Stan Pavel. Solar-Simulated Skin Adaptation and its Effect on Subsequent UV-Induced Epidermal DNA Damage. Journal of Investigative Dermatology (2001) 117, 678–682; doi:10.1046/j.0022-202x.2001.01478.x http://www.nature.com/jid/journal/v117/n3/abs/5601194a.html

**Narbutt J et al. Repeated low-dose ultraviolet (UV) B exposures of humans induce limited photoprotection against the immune effects of erythemal UVB radiation. Br J Dermatol. 2007 Mar;156(3):539-47. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17300245

***Laihia JK, Koskinen JO, Waris ME, Jansén CT. Adaptation of the human skin by chronic solar-simulating UV irradiation prevents ultraviolet-B irradiation-induced rise in serum C-reactive protein levels. Photochem Photobiol. 2005 May-Jun;81(3):654-8.
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/15689177

A propos de l'auteur :

Médecin, surfeur, auteur du livre Surf Thérapie. Adjoint au maire de Biarritz à l'Environnement, Qualité de Vie et Bien-Être.

 

Tags: , , , ,

 

1 commentaire

  1. Tim dit :

    Bonjour,

    Un article est il prévu sur les crèmes solaires et leurs « secrets » ? Y a t il des moyens de protection naturel ? (utilisé dans certaines cultures ou pays par exemple)

    Merci !

Laisser un commentaire