Beaucoup de surfeurs pratiquent le golf en complément du surf, et ils s’inspirent maintenant du matériel utilisé par les golfeurs ! Une nouvelle marque de dérives vient en effet d’emprunter une technologie au golf et à la forme de ses balles. C’est Courtney Potter, le fondateur et designer de 3D FINS basé à Margaret River en Australie, qui a eu cette idée originale.

Il faut savoir que jusqu’au début du XXe siècle, les balles de golf étaient toutes lisses, mais les joueurs s’étaient rendu compte que les vieilles balles un peu cabossées avaient une meilleure portée que les balles neuves. Les petites alvéoles réparties sur les balles de golf se sont imposées dans les années 30 car elles permettaient à la balle d’aller plus vite et plus loin, avec moins de résistance. C’est ce principe d’aérodynamique que 3D Fins a repris pour ses dérives, après que le fondateur ait une révélation pendant…une partie de golf ! La dérive avec la même surface que les balles de golf allait naître.

Les réactions de ce revêtement de balle de golf dans l’eau étaient inconnues. « Il n’y a pas énormément de différences entre l’air et l’eau – qui sont tous deux considérés comme des fluides, avec l’eau qui est juste plus dense et qui bouge plus lentement, » d’après Courtney Potter. Les dépressions situées sur les parties incurvées de la dérive créent de petits flux tourbillonnants, et ce tourbillonnement permet aux dérives de fendre l’eau plus vite. Le flux tourbillonnant permet de réduire la résistance lors des changements de direction et sur les prises de vitesse. Une dérive avec alvéoles permet au surfeur de générer plus d’accélération et de maintenir sa vitesse, y compris dans ses manœuvres, ce qui a pour effet d’améliorer la performance globale de la planche.

Des tests de simulation ont été effectués par ordinateur par l’expert en dynamique des flux Darrin Stephens pour comparer la dérive MOONRAKERR, et le même modèle sans alvéoles. L’étude a montré qu’une dérive avec une surface lisse se comportait comme une balle de golf lisse, avec un flux laminaire sur toute sa surface. La dérive marche assez bien quand la planche va tout droit ou lentement, mais moins bien dans les virages et aux plus grandes vitesses où l’eau s’écarte de la surface de la dérive. Le flux turbulent obtenu avec la dérive alvéolée permet plus d’adhésion et retarde la séparation du flux.

Le surfeur professionnel polyvalent Josh Kerr qui fait partie du team 3D Fins utilise ces dérives dans toutes les conditions, des petites vagues à aerials à celles tubulaires du Pipe Masters 2012 où il est allé en finale après avoir battu Kelly Slater. Kerr est pleinement satisfait de ces dérives qui ajoutent selon lui un zeste d’explosivité et de réactivité à ses planches.


www.3dfins.com

A propos de l'auteur :

Surf Prevention est le site sur le Surf, la Sécurité, la Santé et l'Environnement.

 

Tags: , ,

 

17 Commentaires

  1. JM dit :

    A quand les planches totalement en structure alvéolaires ???

  2. ludo dit :

    C’est pas nouveau. Ce principe était utilisé dans les années 85-90 sur la carène de certaines planches de windsurf. Puis comme beaucoup d' »innovations », c’est passé aux oubliettes. Y a eu aussi les carènes dépolies selon le même principe.

  3. José dit :

    Je reste une burne, et c’est pas un set de dérives à 150€ qui va y changer quoi que ce soit

    • Rodolphe dit :

      Ah Marketing quand tu nous tiens !!!!!
      Je ne suis certain que tous les très bons surfeurs soient capable de faire la différence !!!!!
      Bonne glisse !

  4. En parlant de golf et de surf, voici le nouveau projet soutenu par Laird Hamilton pour surfer sur les terrains de golf: la Golfboard !

    • Colonel Bigorno dit :

      Qu’est-ce qui se passe Laird? C’est la déprime? L’âge? Je t’ai connu légèrement plus radical comme garçon; ton skate électrique, là, (qui existe déjà, mais tes potes lui ont rajouté un carénage même pas beau malgré la ligne de voiture de sport qu’on parvient à déceler en se mettant sur la pointe des yeux), à moins qu’il puisse coller l’aiguille du compteur à 120…
      Dans un autre registre, c’est bien le golf, mais en dépit de la mise en place d’une pléthore de procédés ces dernières années, les greens ne sont pas forcément les lieux les plus écolos malgré leur nom, ne serait-ce que parce que ça pompe pas mal d’eau, sauf à Biarritz me dit-on dans mon oreillette, ok.

  5. Marc dit :

    Hé oui ..!!! pffff j’ai les bras qui m’en tombent ,mais ou va t’on dans la conneries entre les dérives pour milliardaires surfeurs et la trotinette pour les bobos surfeurs golfeurs ???? quand à Laird ,je resterai poli pour faire simple .

  6. Rodolphe dit :

    Ni plus ni moins qu’un gros skate électrique !!!!!
    Encore un très bon moyen pour être de plus en plus fainéant et éviter de se bouger le c…!!!!
    Bonne glisse

  7. paddy dit :

    en réponse à JM pour les boards c’est déja fait depuis longtemps :

    http://www.swaylocks.com/node/1027546

    pour les dérives si tu veux moins de trainée (less drag dans la vidéo)
    et bien c’est tout con tu les supprimes mais bon c’est pas avec ça que tu vas te faire des couilles en or, c’est plus simple d’arnaquer des surfers crédules,

    quand à Laird il a des impots en retard à payer ou quoi ?

  8. monky dit :

    Il y a une trentaine d’année des shapers faisaient déjà ce genre de boulot sous les carènes il appelaient ça des fazers…
    Ce type de shape a été abandonné car trop long a strater surtout au niveau de la finition….
    Mais vu que le surf devient de plus en plus bling bling ma fois ça devrait le faire sur le marché des bobos surfeurs

    • Z dit :

      Oui tu as raison, c’était bien les fazers pas les bonzers comme je l’ai écrit plus haut, effectivement, une galère à strater et des bénéfices pas évidents…

  9. monky dit :

    Ce qui est dommage c’est que ça manque un tout petit peu de créativité une balle de golf c’est pour voler et donc ça tourne dans les sens, enfin ça doit aussi fendre l’air …
    il aurait été amusant voire même intéressant de plagier une peau de poisson les écailles sont bien spécifiques entre chaque espèces qu’ils soient prédateurs, sur le fond de l’eau, ou dans les vagues….
    voilà qui pourrait peut être vraiment changer quelque chose surtout que sur un surf le frottement sur la carène ou sur les dérives se fait que sur un axe. Du bord d’attaque vers le bord de fuite pour la dérive…
    Alors celui qui a un peu de temps qui est manuel et minutieux je l’invite à sculpter ses nouvelles dérives qui je pense peuvent avoir encore plus de résultat que le style bobo balle de golf…
    En France je pense que surfer avec les dérives écaille de bar serait parfait…
    ha il me semble que l’on se rapproche du biomimétisme, après tout il faut bien parce-qu’ il n’y a plus beaucoup de poissons au bord des côtes…

  10. Colonel Bigorno dit :

    Il faut tout de suite amener un exemplaire de golfboard au Monster Garage (culte sur AB moteurs), et là je pense qu’on aura quelque chose qui a de la gueule. Parce qu’il faudrait pas grand chose pour que ce tas de boue puisse tondre la pelouse en même temps. On attaquerait les talus d’herbes folles à grands coups de rollers, on décapiterait les taupes, ce serait le bonheur dans son jardin.

Laisser un commentaire