Beach-Bums-400x270

A l’occasion de la Journée Mondiale des Océans, on apprend qu’une nouvelle étude originale concernant les surfeurs va débuter au Royaume-Uni. Elle vise à évaluer l’exposition des surfeurs aux bactéries multi-résistantes au cours de leurs sessions de surf. Pour ce faire, il devront fournir aux scientifiques des échantillons en provenance de leur rectum.

L’étude baptisée « Beach Bums » a l’ambition de recruter 150 surfeurs et bodyboardeurs qui surfent au moins 3 fois par mois. Chaque participant devra recruter pour l’étude une personne qui ne surfe pas.

Chaque surfeur se verra remettre un kit pour réaliser des écouvillonnages au niveau rectal. Les écouvillonnages rectaux permettront aux chercheurs d’évaluer les populations microbiennes qui colonisent le tube digestif des surfeurs réguliers. Les prélèvements seront comparés à ceux des personnes qui ne surfent pas.

Cette étude est le fruit d’une collaboration entre l’University of Exeter Medical School et l’ONG Surfers against Sewage à qui ont doit l’application Sewage Alert Service (devenue Safer Seas Service).

Pour l’une des chercheuses impliquées dans l’étude, Anne Leonard :

“Nous savons que les surfeurs ingurgitent régulièrement de l’eau de mer en plus grandes quantités que les autres usagers des plages – jusqu’à 170 ml par session – ce qui est 10 fois plus que les nageurs en mer. Nous avons déjà montré que l’eau de mer pouvait contenir des bactéries multi-résistantes (BMR) aux antibiotiques mais nous n’avons pour le moment aucune idée de comment cela peut affecter les microbes qui vivent dans nos intestins (le microbiote intestinal), ou comment cela pourrait avoir un impact sur la santé. Nous demandons donc à des adultes en bonne santé qui font du surf ou du bodyboard au moins 3 fois par mois de prendre part à cette étude qui pourra dévoiler des éclaircissements sur les effets potentiels de la pollution marine. »

Pour Andy Cummins, directeur des campagnes de Surfers Against Sewage :

“Alors que la qualité des eaux de baignade s’est sensiblement améliorée ces 20 dernières années, les eaux côtières peuvent toujours être polluées par des eaux contaminées aussi bien par les animaux que les humains, introduisant des milliards de bactéries potentiellement néfastes dans l’environnement marin. Nous voulons établir clairement les risques auxquels les personnes s’exposent quand ils entrent dans l’eau, de manière à assurer que nos eaux de baignade soient sûres pour tout le monde. Ce lundi 8 Juin marque le « World Oceans Day » et nous lançons l’étude Beach Bums aujourd’hui car nous croyons vraiment que des océans sains peuvent conduire à une planète saine. »

Pour participer, les volontaires doivent vivre en Angleterre, Pays de Galles ou Irlande du Nord. Ils recevront un kit pour collecter les échantillons et également un questionnaire à remplir. Toutes les informations seront traitées de manière confidentielle. Pour s’enregistrer, contacter david@sas.org.uk .

Plus d’infos : www.ecehh.org/news/beach-bums/
www.sas.org.uk/news/campaigns/scientists-and-surfers-team-up-to-assess-antibiotic-resistance-risk/

A propos de l'auteur :

Médecin, surfeur, auteur du livre Surf Thérapie. Adjoint au maire de Biarritz à l'Environnement, Qualité de Vie et Bien-Être.

 

Tags: , , , , , ,

 

3 Commentaires

  1. sxam dit :

    Je propose de réaliser cette étude intégralement dans les eaux de St Martin bien connues pour leur relargage de réservoirs d’eaux noires en pleine mer.
    Il faudra aussi écouvillonner les cavités buccales après les sessions parce que là bas ( après les passages des dépressions tropicales) l’eau a un petit gout amer , un peu âpre façon coliformes à la sauce chien!

  2. Céline dit :

    Bonne nouvelle que l’on se préoccupe enfin de la santé des surfeurs qui sont directement impactés par la pollution de l’eau.
    Dans l’attente des résultats…

  3. moleur dit :

    Bonjour,
    j’ai une proposition: il faut selectionner des surfeurs hyper réguliers dans la pratique…je propose le 3ieme adjoint au maire de la mairie de Biarritz et son beau frère!
    on aura une bonne image de la pollution de la grande plage et du VVF…

Laisser un commentaire