Ceux qui suivent Surf Prévention depuis le début savent que j’ai toujours prêché pour une meilleure prise en compte des traumatismes de la tête en surf et pour leur prévention.

Le casque doit rester une option, mais force est de constater qu’il existe différentes situations où il peut s’avérer bien utile :

– Monde dans l’eau et risque de collisions (de plus en plus fréquent sur nos côtes en été) ;
– Surf avec une planche dure, lourde, pointue (nose) ou tranchante (dérives) ;
– Surf sur le reef.

Sachant que toutes les tailles de vagues peuvent être accidentogènes, et que les accidents de surf sont les plus fréquents dans les petites vagues, le port d’un casque est loin d’être superflu. Et la question du port de casque pour les enfants se pose aujourd’hui en surf comme elle s’est posée quelques années plus tôt sur les montagnes (aujourd’hui presque 100% des enfants skient casqués).

Avec mes filles de 7 et 9 ans qui commencent à avoir envie de se mettre à l’eau à Biarritz, je recherche avant tout les (rares) moments et spots où il y a peu de monde dans l’eau pour leur apprendre à surfer en sécurité.

Mais si je me mets à l’eau avec elles sur un spot très fréquenté comme la Côte des Basques, j’avoue être plus rassuré quand elles portent une protection de la tête.

Quand Décathlon m’a proposé de tester leur nouveau casque à destination des enfants, j’ai immédiatement accepté car il n’était pas facile jusqu’alors de trouver un bon compromis entre la légèreté nécessaire du casque pour l’apprentissage des enfants et la protection contre les chocs inévitables avec sa planche ou celle des autres.

Je reste marqué par l’accident de l’enfant Pascal Dattler qui avait pris la planche d’un autre surfeur dans la tête et avait eu son crâne gravement fracturé. Les enfants sont plus à risque de traumatisme au niveau de la tête car leur taille les met davantage à la portée d’une planche perdue et qu’ils n’ont pas encore les réflexes pour s’en protéger. En 10 minutes de session, ma fille aînée a pris une planche dans la tête pendant le tournage de la vidéo, et j’ai dû en éviter plusieurs pendant que je la poussais…

Bien sûr le casque n’est pas une assurance tous risques contre les traumatismes crâniens, mais il permet au moins de protéger des traumas les plus légers et de limiter la gravité des plus violents.

Le frein à l’acquisition d’un casque était jusqu’à maintenant le prix qui pouvait allègrement dépasser les 100 €. Avec un casque léger et abordable à moins de 20 €, gageons que Tribord / Décathlon saura séduire des enfants et des parents qui souhaitent améliorer la sécurité de leurs enfants dans l’eau.

Ce casque fait également office de protection solaire sur le crâne et une partie du visage des enfants grâce à sa visière, et protège les oreilles du vent grâce à un revêtement léger et perméable.

Le casque que je porte sur la vidéo n’est qu’un prototype qui sera commercialisé l’année prochaine pour les adultes, et qui existera avec 2 types de visières et avec la protection des oreilles en option (bien utile pour freiner l’exostose et les traumas du tympan).

Plus d’infos : www.tribord.tm.fr/conseils/pourquoi-porter-un-casque-pour-surfer-a_165120

casque

A propos de l'auteur :

Médecin, surfeur, auteur du livre Surf Thérapie. Adjoint au maire de Biarritz à l'Environnement, Qualité de Vie et Bien-Être.

 

Tags: , , , , , , , , , ,

 

2 Commentaires

  1. Boris de Biarritz dit :

    Salut à tous, salut Guillaume.

    J’ai vu ce casque à decathlon lundi. Il ressemble à un casque de rugby et sa couleur orange n’est pas très discrète. Je suis cependant emballé sur le principe d’un protection correcte bon marché car acheter un casque pour enfant genre GATH (que jai pour moi) demande un sacré investissement ! Surtout pour mes 2 enfants, comme toi.
    Je vais retourner à decathlon pour l’essayer sur ma fille de 4 ans, qui fait déjà sa session quotidienne… elle ne peut pas faire de vélo sans casque, réflexe acquis depuis ses débuts. Je pense qu’il faut maintenant faire pareil pour le surf. Monde à l’eau ou pas.
    Merci pour cette initiative.
    Y’a plus qu’à le fabriquer en ROSE por ma fille… merci !! « J’aime que le rose papa… ».

Laisser un commentaire