Voici un exemple de thérapie alternative originale utilisant le milieu aquatique et cet animal marin fascinant qu’est le dauphin.

Nous préférons tous voir les dauphins surfer dans les vagues qu‘échoués sur nos plages. Pourquoi sommes-nous si attachés à ce mammifère marin ? Certains pensent qu’il nous ressemble, qu’il est notre meilleur ami aquatique ou encore qu’il est doté d’une remarquable intelligence. Le dauphin permettrait aussi de nous sentir mieux à son contact : c’est ce qu’illustrent les différentes expériences de delphinothérapie menées dans le monde, dont voici deux exemples.

En bas d’article, un reportage se questionne sur l’efficacité de la delphinothérapie et sur la problématique des dauphins en captivité.

L’Association Delphus nous propose dans ce premier film sur Youtube une présentation de son activité qui consiste à étudier les relations entre les dauphins et des enfants. Chaque année, Delphus amène une douzaine d’enfants atteints de troubles envahissant du développement comme l’autisme, ou porteurs de handicap physique ou mental, à la rencontre de dauphins au Parc Mundomar à Benidorm en Espagne.

L’idée est d’utiliser un dauphin dans un milieu aquatique pour permettre à l’enfant d’interagir avec lui. Les séances se passent sous la supervision d’un dresseur de dauphin et les interactions sont finement observées et analysées. Le contact passe par le toucher et par le contact visuel et auditif avec l’animal quand il met sa tête hors de l’eau. Le contact s’établirait également sous l’eau par l’intermédiaire des ultrasons émis par les dauphins qui seraient susceptibles d’être « entendus » par la peau de l’enfant, comme l’explique un ingénieur du son dans le film. Grâce à un hydrophone, ils arrivent à visualiser sur ordinateur les sons émis par les dauphins qui sont comparables à des harmoniques. L’objet d’étude de cette session de delphinothérapie était justement d’étudier une relation éventuelle entre les ultrasons des dauphins transmis dans l’eau et le comportement des enfants.

L’échange entre l’enfant et le dauphin est multisensoriel, d’un côté comme de l’autre.

L’avantage de la delphinothérapie en bassin est qu’elle a lieu dans un environnement sécurisé où la rencontre avec le dauphin est contrôlée et systématique. C’est une bonne première approche des dauphins qui permettra de mieux repérer les enfants pouvant bénéficier de la delphino-thérapie. Elle permet également de mener des évaluations des séances pour mieux objectiver les interactions et confirmer leur intérêt thérapeutique.

Il faut savoir qu’il existe également des programmes de delphinothérapie en mer comme ceux que proposent Water Planet à Panama City Beach en Floride, dans le Golfe du Mexique. Le déroulement des séances est totalement différent car la rencontre avec les dauphins n’est jamais certaine, mais quand elle survient, elle est plus spontanée, instinctive, naturelle.

La delphinothérapie en milieu naturel pourrait être complémentaire d’une surf thérapie et pourrait y être associée dans des endroits du monde où l’on trouve à la fois des vagues et des dauphins. Comme dans la surf thérapie où la planche de surf est un intermédiaire avec le milieu naturel, le dauphin est un médiateur dans la delphinothérapie pour interagir avec l’océan et l’environnement. Le plein air, le soleil, l’eau, la sensation d’apesanteur, la détente, etc. comptent également beaucoup dans les bienfaits apportés par ces thérapies alternatives.

Parmi les indications de la delphinothérapie, on notera l’autisme, le Syndrome de Rett, le Syndrome de Down (Trisomie), dyslexie, ADHD (Trouble du Déficit de l’Attention), troubles de concentration, certaines phobies, Syndrome de stress post-traumatique (PTSD), cancer, mucoviscidose, cécité, surdité, handicaps physiques ou mentaux… et aussi un syndrome dépressif, des troubles du comportement alimentaire comme l’anorexie…

Plus d’infos : http://www.waterplanetusa.com/fr/programneedsArticle.htm

La delphinothérapie a fait l’objet d’un reportage critique sur ARTE :

A propos de l'auteur :

Surf Prevention est le site sur le Surf, la Sécurité, la Santé et l'Environnement.

 

Tags: , , , , , , , , , , ,

 

5 Commentaires

  1. Dauphin dit :

    Bonjour,

    Ces pratiques sont de plus en plus contestées et s'apparentent souvent à de l'arnaque. Regardez ici :

    http://www.blog-les-dauphins.com/delphinotherapie

  2. Autre exemple de thérapie assistée par l'animal :

    Connu pour son rôle de compagnon dans les maisons de retraite, le chien a fait son entrée dans un hôpital gériatrique de Lyon où le labrador Eliott joue les "cabothérapeutes" en participant aux exercices de kinésithérapie de victimes d'AVC ou en apaisant les malades d'Alzheimer.

    Réformé de l'école de chiens d'aveugles "parce qu'il avait peur des camions dans la rue", Eliott, trois ans, est arrivé en septembre 2011 à l'Unité neuro-vasculaire de la personne âgée (UNV) de l'hôpital gériatrique des Charpennes à Lyon. Un service de rééducation neurologique "unique" en France, créé il y a près d'un an, où ce chien va connaître une "deuxième carrière", selon le professeur Pierre Krolac-Salmon, médecin-chef de l'hôpital.

    "L'idée a émergé avec l'expérience bénéfique pour les patients de chiens d'aveugles venant leur rendre visite à l'hôpital. On a alors construit le projet d'avoir un chien à demeure participant à des ateliers avec des patients atteints de troubles cognitifs" ou troubles de la mémoire, a-t-il expliqué.

    "Mais ce qui est plus original et innovant", souligne le neurologue, "c'est le travail du chien dans les exercices de rééducation de personnes âgées, après un accident vasculaire cérébral (AVC)".

    Utilisée depuis plus de 20 ans aux Etats-Unis et au Canada, la "zoothérapie", méthode utilisant la présence d'un animal, souvent un chien, pour améliorer la santé mentale ou physique d'un patient reste peu répandue en France. "C'est l'animation en maison de retraite qui est beaucoup plus développée", note le neurologue.

    A raison de deux ateliers d'une heure trente matin et soir, Eliott, devenu la "mascotte de l'hôpital", assiste ergothérapeutes et kinésithérapeutes.

    Victime d'un AVC dans l'hémisphère droit après une chute fin 2011, Andrée, 79 ans, avait perdu la motricité et la sensibilité de ses membres gauches et ne pouvait plus "se repérer dans l'espace".

    La présence d'Eliott, trois fois par semaine, lors de ses exercices de rééducation lui permet "d'élargir son champ de vision et de ne plus rester concentrée sur elle-même", explique le kinésithérapeute Philippe Bonnet.

    "Le regard est le premier sens qui permet l'ouverture vers l'extérieur. Au début, elle se concentre sur le chien pour le suivre et après, ce sera sur l'environnement", ajoute-t-il.

    Obéissant aux ordres du thérapeute, Eliott se déplace de gauche à droite pour "ouvrir le champ et élargir la vision périphérique" de l'octogénaire, appuyée sur sa canne.

    "Au début je peinais pour marcher, mais Eliott m'aide, il y a une différence avec lui", assure celle-ci, reconnaissante.

    Débutée il y a six mois, cette "expérimentation" en est encore "aux balbutiements", souligne M. Bonnet, selon lequel "c'est une rééducation très spécifique qui ne doit pas se substituer aux autres, mais c'est très prometteur par les résultats et par l'intérêt des patients.

    Souvent "déprimés" à la suite d'un AVC, nombre de patients âgés qui "refusaient la rééducation, l'acceptent avec le chien", note le professeur Krolak-Salmon, pour qui sa présence est un "énorme facteur de motivation".

    Désormais son objectif pour début 2013 est de démontrer les bénéfices de la thérapie au moyen d'une étude clinique sur deux groupes de patients, l'un exposé au chien et l'autre non.

    Autre mission d'Eliott: apaiser les malades d'Alzheimer atteints de troubles du comportement "débutants". "On a remarqué que la présence de l'animal apaise les éventuelles tensions et est un facteur de motivation de soins", observe le Pr Krolak-Salmon. Au point de "rendre le sourire à pas mal de soignants".

    Source AFP

  3. BONJOUR A QUI LE DROIT
    JE VOUS FAITS PARVENIR UN COURRIEL POUR SAVOIR COMMENT DEVENIR DELPHINOTHERAPIE AVEC LES DAUPHINS.JE SUIS UNE FEMME TRES SERIEUSE J,AIME LES DAUPHINS.J,ATTEND DE VOUS NOUVELLES BIENTOT JE L,ESPERE. JE VEUX LES INFORMATIONS EN FRANCAIS
    DIANE LAVERDIERE
    CANADA

  4. de los santos dit :

    bonjour, je cherche à contacter un spécialiste de la délphinothérapie comment avoir son n° tel . (pour des soins épileptique je vous donne n° 06 84 50 88 85 .

    CORDIALEMENT.

  5. mr mimouni gerard chef de service dit :

    je souhaite inscrire des jeunes acceuillis dans notre etablissement pour un programme de therapie dans votre centre merci de me contacter afin de convenir des modalites d’inscription . MrMIMOUNI

Laisser un commentaire