Nous voudrions tous protéger les requins mais nous mangeons du poisson ou de la viande tous les jours. Certains disent aimer les animaux mais vont quand même se divertir à la corrida. Ne nage-t-on pas en pleine incohérence ? Suffit-il de défendre les requins bouledogues sur les forums Internet pour s’autoproclamer défenseur des animaux ? Ou la protection animale requiert-elle un peu plus de réflexion et d’engagement que cela ? Les vrais défenseurs de la Nature sont-ils vraiment ceux que l’on croit ?

Nous entretenons des rapports ambigus et paradoxaux avec la vie animale et nous portons parfois un amour à géométrie variable envers certaines espèces animales. Des associations surfent actuellement sur la sensibilité croissante du grand public envers la protection animale, en proposant une approche simpliste, réductrice et parfois agressive.

Partant de simples constatations, nous nous interrogerons sur la place que nous accordons à la sauvegarde de certains animaux, alors que l’homme n’éprouve aucun scrupule à en éliminer d’autres dans certaines circonstances. Il est intéressant de voir les petits arrangements que nous faisons avec notre conscience pour gérer cette question. Il est important d’en parler car beaucoup ne sont pas au clair avec ces questions si l’on en juge à l’incohérence de leurs réactions sur Internet, notamment sur la question de la préservation des requins qui enflamme les débats en ce moment.

Les attaques de requins à La Réunion ont amené un débat houleux sur ce que l’on pouvait faire et ne pas faire pour prévenir les risques, avec un préalable non négociable posé par des associations écologistes et la bien-pensance du moment : ne pas pêcher le moindre requin.

On stigmatise des surfeurs, dont certains sont pêcheurs, pour avoir proposé de pêcher des squales potentiellement dangereux pour l’homme à des fins préventives, ou de les neutraliser à l’aide de drumlines comme cela se fait en Australie, malgré là-bas aussi des réticences et une hostilité grandissantes du grand public.

Certains écologistes nous proposent en substance de vivre en harmonie avec les requins-bouledogues. Savent-ils seulement que ce type de requin est plus proche d’un pitbull des mers que de Flipper le dauphin ? Et qu’il menace bien d’autres poissons et requins dans la zone ?

A lire certains avis d’internautes, on se demande ce qui les pousse à s’insurger devant la pêche de quelques spécimen de requins potentiellement dangereux à La Réunion alors qu’un pays comme la France pêche des milliers de tonnes de requins chaque année dans l’indifférence générale. Au lieu de s’attaquer en priorité à la surpêche industrielle, on s’attaque à un petit groupe de surfeurs qui réfléchit à l’intérêt d’une pêche préventive. Ne se trompe-t-on pas de cible ?

Que les choses soient claires : cet article n’a pas pour but d’encourager ou de cautionner la pêche au requin, qui de toute manière ne suffira pas à résoudre le problème requin à La Réunion. Il sert avant tout à pointer du doigt la schizophrénie de certains qui font mine d’être de fervents défenseurs de la vie animale alors qu’ils ferment les yeux sur les vrais problèmes et les questions essentielles liés à la préservation des écosystèmes et au respect de la vie animale.

Pour mettre en exergue l’incohérence de certains, je prends pour exemple le cas caricatural d’une personne de ma connaissance, grand amateur de corrida, aficionado le jour, et pourfendeur des surfeurs « chasseurs de requins » sur Internet la nuit…et qui ne se rend même pas compte de l’incohérence de son jugement ! Cet exemple nous incite à nous demander ce qui rend la mort de certains animaux « acceptable » pour certains.

Pour les aficionados, la corrida serait acceptable pour des raisons « culturelles » et de tradition. Mais quand on respecte vraiment la vie animale, on ne peut qu’approuver les arguments des anti-corridas qui n’y voient que souffrance animale gratuite pour le plaisir de l’homme. La tauromachie est d’ailleurs en déclin : l’intérêt du public – et notamment des plus jeunes – diminue, les arènes se vident et on a même assisté à l’interdiction de la corrida en Catalogne en 2011. Même si la tauromachie engendre parfois des victimes humaines (blessure d’un matador, mort pendant un encierro), le combat n’en reste pas moins déséquilibré entre un taureau affaibli et un homme en pleine possession de ses moyens. La souffrance animale pour l’amusement de l’homme ne devrait plus être tolérée : même les cirques, les zoos ou les aquariums trouvent aujourd’hui leurs détracteurs. S’il y a bien une souffrance animale contre laquelle il faut lutter, c’est celle qui est subie par les animaux pour la seule distraction de l’homme.

Si l’on excepte les raisons culturelles (variables d’un pays, d’une civilisation et d’une époque à l’autre), il existe plusieurs circonstances « vitales » dans lesquelles l’homme tolère la mort des animaux.

La première raison est bien évidemment celle de se nourrir. De tous temps, l’homme a eu besoin de chasser, de pêcher pour se nourrir. Le citoyen occidental moyen oublie parfois que la viande ou le poisson qu’il consomme a eu une vie (pas toujours rose) avant de se retrouver dans son assiette. On se rend mieux compte de cette réalité quand on doit se nourrir sur une île déserte. Le fondateur de Facebook Mark Zuckerberg va même jusqu’à tuer lui-même les animaux dont il va consommer la viande pour mieux se rendre compte de ce que cela représente, et en manger moins souvent…

Doit-on pour autant tous devenir végétariens stricts ? S’ils suivent leur logique, les jusqu’au-boutistes d’une certaine vision de l’écologie devraient tous l’être en tous cas.

La deuxième raison qui pousse l’homme à tuer des animaux est celle de se protéger contre un danger réel ou une simple nuisance. Car finalement, on protège les animaux tant qu’ils ne nous dérangent ou ne nous menacent pas. C’est ainsi que des chiens « méchants » qui n’ont pas forcément la rage sont euthanasiés, c’est ainsi que l’on dératise à tout-va dès que des rats ou des souris viennent gêner des particuliers dans leurs habitations, ou que l’on démoustique pour limiter la propagation de certaines maladies comme le paludisme, la dengue ou le chikungunya. Les frelons asiatiques sont même chassés à coups de fusil (!) dans le Sud-Ouest de la France à cause de la nuisance qu’ils représentent pour les apiculteurs. A partir du moment où un animal est déclaré « nuisible » pour l’homme, celui-ci est exterminé et tout le monde trouve ça normal. L’écologiste José Bové, qui avait pourtant été le premier à prendre la défense de Paul Watson, le protecteur des requins, a même appelé récemment à « tirer sur les loups » qui menacent les troupeaux…

La question-clé est donc celle de savoir sur quels critères l’homme décrète qu’un animal est nuisible.

Pour en revenir à la problématique des requins : à partir de quand un requin est-il considéré comme « nuisible » ? A partir de 5 surfeurs, 10 ou 20 surfeurs tués dans la même zone ? Cette question ironique vient en réaction à ceux qui pensent que la mort de quelques surfeurs n’est qu’un épiphénomène.

Devant tant d’irrationalité, il ne reste plus que l’hypothèse que le requin soit devenu un animal sacré dans l’inconscient collectif. Un requin comme le bouledogue est passé du statut de poisson-poubelle à celui de « seigneur des mers », en grande partie grâce au documentaire Sharkwater. Certains ignorent cependant qu’il n’y a pas une seule espèce de requins mais des centaines. Est-il logique de laisser s’éteindre des espèces de requins inoffensives pour l’homme et de laisser proliférer les plus agressifs comme les requins-bouledogues, les tigres ou les grands blancs ?

L’ONU a annoncé hier une initiative pour protéger les Océans avec un appel à reconstituer les stocks halieutiques et à éradiquer les espèces invasives. Mais qu’est-ce qu’une espèce invasive ? Une espèce de requin qui prolifère au dépend des autres, fait disparaître les requins de récifs et, accessoirement, tue quelques surfeurs, peut-elle être considérée comme invasive ?

Accepteriez-vous de laisser une meute de pitbulls enragés évoluer en liberté dans votre quartier ? Parce que c’est un peu cela que l’on demande aux surfeurs de l’Ouest de La Réunion en ce moment…

Devant la recrudescence des attaques et la pullulation de certains requins agressifs, la question n’est plus taboue en Australie où on se demande s’il faut pêcher le grand requin blanc ou le laisser se multiplier dans des conditions environnementales qui favorisent les attaques (raréfaction des poissons au large liée à la surpêche et réserves naturelles près des côtes qui deviennent leur garde-manger).

Encore une fois, il ne s’agit en aucun cas de faire l’apologie de la chasse au requin proposée par certains, mais de poser des questions que nous n’avons pas forcément envie d’entendre.

Nous sommes pour la protection inconditionnelle des animaux mais nous ne pouvons tomber dans le raisonnement binaire de certains. Le développement durable va bien au-delà et demande une réflexion bien plus approfondie.

Cette réflexion pourrait commencer par la redéfinition de ce qu’est, ou de ce que devrait être, la pêche.

Photo : Alana Blanchard a-t-elle participé au massacre d’un poisson, ou l’a-t-elle simplement pêché ?

A propos de l'auteur :

Surf Prevention est le site sur le Surf, la Sécurité, la Santé et l'Environnement.

 

Tags: , , , ,

 

79 Commentaires

  1. Bertrand dit :

    Le danger du requin a toujours existé. Les Sudafs et australiens posent des filets anti requins… et comprennent le danger quand on sort de ces zones. Même chose pour les skieurs hors piste.

    Faut-il rendre la nature responsable des dangers de l'outdoor de l'extrême ?
    A quand la mise en cause des volcans lors des éruptions, c'est vrai, c'est intolérable ! 😉

    Soyons un peu responsable. Aujourd'hui nous développons les pratiques à risque… mais sans assumer les risques.

    • Bertrand dit :

      Je tiens à préciser que mes commentaires ne doivent pas cacher mon sentiment que les surfeurs, par leur contact direct avec la nature et ses éléments, et par leurs actions, sont parmi les premiers écologistes…

      Aussi suis-je en effet surpris de cette remise en cause des réserves naturelles marines.

      Surtout quand on sait que dans les eaux internationales, zones de non droit, les requins sont pourchassés et torturés pour satisfaire des croyances médicales ancestrales liées à leurs ailerons…

      Seules les réserves nationales sont aujourd'hui une solution de refuge pour ce type d'espèce menacées…

      Le développement de la population de requins à la Réunion correspond sans doute à un déséquilibre de l'écosystème généré par l'homme. Alors attaquons nous aux origines de ce déséquilibre. Arrêtons donc la surpêche…

      Qui donc va se faire berner par la mise en place d'un plan de "prélèvement"de 20 requins soit disant à des fins scientifiques ? Pense-t-on vraiment que tuer 20 requins va régler l'affaire ??? Cela s'appelle de la poudre aux yeux politique, l'action d'un élu local qui a détecté un gain potentiel de popularité… Alors qu'il s'attaque plutôt à la surpêche… Grmpfff… c'est bien plus dur et les retombées en nombre de voix moinS assuréeS évidemment.;;;

      Enfin, de la part d'amoureux de la mer, de sa faune et de sa flore, cette "expédition punitive" qui consiste à tuer un requin quand un surfeur se fait attaquer et que vous notez dans cet article me hérisse. On règle quoi là ? A part un besoin de décharger un trop plein de testostérone que je croyais réservé aux footeux ?

      Je précise enfin que je ne vais ni à la corrida, et ne mange pas de poisson, en bon végétarien que j'aspire à être. Je ne suis donc pas représentatif de la population me direz vous ? 😉

    • alex dit :

      tu te trompes bertrand,les australiens et les sud af ont toujours surfés avec un risque requin élevé à la reunion le risque requin etait vraiment trés faible (un incident/an) l'homme a changé les choses en voulant bien faire mais aujourd'hui le bouldogue a elu domicile sur toute cette reserve décimant (bien plus que les pecheurs à l'epoque) toute les especes récifales et semi pelagiques

      autre chose les comparaisons douteuses entre ce probleme et les skieurs…si je suis ton raisonement le skieur ne devrait pas avoir peur des avalanches mais des ours ou des loups…imagines les titres "encore un skieur dévoré par un ours à courchevel…qu'est ce qui se passerait a ton avis?

      • Alex D. dit :

        Heu… Alex à mon avis c'est un raccourci que tu prend en disant que le risque requin à toujours été faible à La Réunion. 1 incident par an c'est tout à fait relatif. 1 mort par an en moyenne serait plus exact. Mais le nombre d'attaque total c'est plus. Et au niveau du ratio nombre d'habitant par rapport au nombre d'attaque on est trés bien classé mondialement crois moi, et depuis longtemps! Si tu précises dans l'ouest à la limite… Encore que dire que ça a "toujours" été comme ça… Tu veux dire de mémoire de surfeur non? Et soit dit entre nous, même si ça vous hérisse, le surf (j'entend par là à un niveau de pratique et de pratiquant un minimum conséquent, pas 3 pelés sur un spot de temps en temps) n'est pas si vieux que ça ici. Après, de là à savoir pourquoi les dernières attaques ont eu lieu dans l'ouest et pas ailleurs… Vous êtes les seuls (les pro-pêche préventive) à affirmer que c'est anormal et que vous en avez les preuves. Aucune observation ne démontre formellement qu'il y a eu sédentarisation. Et admettons que ce soit le cas, le requin bouledogue est défini dans le dico comme suit: un requin côtier et semi-pelagique que l'on trouve dans tous les mers et océans tropicaux et tempérées du globe". Donc, à mon sens, qu'il y en ait toujours eu ou pas peu importe, même si ils ont décidé juste là maintenant de s'installer par ici, quoi de plus normal de trouver un requin côtier sensé être présent dans "tous" les océans et mers tropicaux et tempérés du monde, le long d'une côte,en plein océan indien sous les tropiques..? Je suis né ici, mon père et son père et le père de son père… Petit j'allais à la mer et je n'ai pas le souvenir de boucan ou des Roches saturées de surfeurs comme ça peut être le cas plus récemment. Mon grand-père né à st Paul et aujourd'hui agé de 88 ans m'a assuré qu'avant les plages "fashion" d'aujourd'hui, pas ou peu de personnes s'y baignait pour plusieurs raisons, dont le risque requin… Vous dîtes plus de requins? Moi je dis plus de monde dans l'eau, donc statistiquement… C'est un raisonnement comme un autre. Vous dîtes "toujours" ou "jamais" à tout va, mais vos repères temporels sont si minuscules comparés à ceux que peuvent être les cycles naturels… Une relative tranquilité de 20 ou 25 ans, ne veut absolument pas dire une tranquilité assurée…

        • fab dit :

          En bon créole que tu dois être, je pense qu'il faudrait que tu demandes exactement pourquoi, à l'époque de ton grand-pére, les locaux ne se baignaient pas….c'est que tout simplement, 95% des locaux vivaient de l'agriculture et non de la pêche, et tout cela dû à des croyances et autres légendes, engendrant la peur de l'océan, et non du requin, mais surtout de la noyade….par contre, le monde aux pics, je suis d'accord avec toi, mais il faudrait aussi voir le nombre croissant d'habitants, et du manque de respect de la nature dans les hauts et sur le littoral, qui via les ravines et la moindre pluie, se déverse dans l'océan, attirant encore les plus les bouledogues, sur le rivage…Malheureusement, et j'espére que cela n'arrivera pas, mais le jour ou un enfant de 8 ans sera tué par un requin à 2m du bord, beaucoup de discours changeront…Car si les gens se croient à l'abri dans le lagon de l'hermit, ils se trompent, en plus de le détruire….

          • Alex D. dit :

            @Fab

            Ben ecoutes, personnellement, la plupart des "anciens" que j'ai pu interroger à ce sujet, m'a confirmé que jadis, comme tu le dis la noyade et autre croyance venaient se joindre aux requins pour dissuader les gens de pratiquer la baignade à ces endroits là. Au tout début de la colonisation, à l'époque où la mer était la seule voie permettant de relier les différentes régions de l'île, les accidents de "barques" étaient fréquents et les attaques de requins tellement courantes dans ces régions que les gens ne prenaient même plus la peine de les détailler dans les documents officiels de l'époque. Il est possible de consulter pas mal d'archives dans lesquelles ces attaques (et je parle bien de l'ouest) sont relatés.
            Donc je me pose la question: Quand étions nous dans un état normal? Quand les choses étaient comme avant l'arrivée de l'Homme ou après que l'Homme ait fortement modifié tout ça?

      • Bertrand dit :

        Hello Alex

        Merci de ton commentaire.

        Je ne pense pas que ma comparaison soit douteuse comme tu le dis… Ton parallèle sur les ours et les loups l'est quelque peu davantage…

        Le but c'est quoi alors ? D'exterminer les requins comme on l'a fait avec les loups et les ours dans nos montagnes parce qu'ils gênaient l'activité humaine ? Il n'en reste qu'une poignée, et c'est encore de trop pour certains.

        Bref dans tout cela une question revient : l'homme est-il propriétaire de la nature ? Mais alors là, c'est un autre débat !

        A+ !

        Bertarnd

    • damien dit :

      Je ne vois pas le rapport entre la corrida, la pêche et le danger potentiel qu'est le requin.

      Le surf des mers est un sport à risque(blessures du à la force des vagues, aux rochers et maintenant le requin) pour limiter ce dernier risque, vous surf prévention devriez militer auprès des institutions étatiques afin d'obtenir la mise en place de protection non-évasive contre les requins et, ainsi, empêcher les gros spécimen(car ce sont les plus gros qui s'attaquent aux surfers)d'approcher trop de l'île. Allez voir Monsieur Thierry ROBERT et obligez le à faire des choses concrètes pour votre protection dans sa circonscription, car, sur ce sujet, à part tirer la couverture à lui à l'assemblée(où il est passé plus pour un crétin qu'autre chose ,d'ailleurs)il "surfe" sur ce problème pour être bien vu des élites parisiennes de son parti.

      Occupez vous donc de soumettre les autorités à faire leur travail pour la protection des pratiquants votre sport et des baigneurs, et laissez la corrida et la pêche tranquille.

    • Mercier Romain dit :

      Bonjour à tous,

      J'ai lu une certaine partie des commentaires (pas tous je l'avoue par manque de temps!) mais une chose me choque dans la globalité des commentaires, c'est la suprématie implicite de l'homme qui est niché dans tous les commentaires… Je pense que l'Homme fait partie du règne animal, évidemment par certaines de ces capacités il trône en haut de la chaine, mais cela n'a jamais voulu dire que l'homme n'avait aucun prédateur ou était tranquillement en sécurité au milieu de la Nature. Alors partant de ce principe, nous sommes tous exposés à de multiples dangers dès lors que nous sortons de chez nous. Que ce soit par l'Homme lui-même, ou par la Nature (animaux, éléments naturels, etc…) nous sommes tous soumis à des dangers… Je suis surfeur effectivement et je surfe dans une région où il n'y a pas de requins, mais lorsque je vais à l'eau je sais que la Nature ne me réserve pas un acceuil chaleureux et que l'Océan (au même titre que la montagne, le ciel,le désert,etc…) et que par conséquent je m'aventure dans un endroit susceptible de me tuer…

      En ce qui concerne les requins, quand je surfe sur un spot susceptible d'abrité des requins (oz, réunion, etc…) je sais prendre mes précautions, et si malgré tout un jour toute mes précautions ne sont pas assez pour me protéger d'une attaque de requin alors il ne me viendrai même pas à l'esprit si j'en réchappai d'accuser le requin qui m'a attaqué, mais plutôt moi-même de ne pas avoir été assez vigilant…

      Les requins sont présents sur Terre de puis 325 millions d'années, l'homme beaucoup moins… alors peut-être l'Homme être plus humble, et accepter qu'il n'est pas en sécurité partout sur Terre… peu importe que le requin bouledogue soit une espèce agressive ou non, qu'il soit endèmique ou non de l'île de la Réunion… la Nature est ainsi et il serait très difficile de vouloir la faire changer…

      Ce n'est que mon humble avis… mais il m'apparaissait utile de remarquer que l'Homme n'est pas suprême…

      • Pascal LEGLEYE dit :

        Je pense qu'il faudrait se mettre dans la peau du requin.

        Et sur sa peau, justement, il y a des capteurs sensoriels .

        1°De la salinité de l'eau qui , parce qu'il y trouve son compte l'oriente vers les zones de dessalure:

        les pluies, les crues, mais aussi les résurgences qui avec le basculement des eaux n'ont pas diminué, au contraire !

        Souvent les passes sont les prolongement de paléo-talwegs où l'eau douce continue de circuler et de ressortir même longtemps après la pluie sur son bassin versant.

        2°Des sons, basse fréquences (graves): quand je plongeais à l'épave du Haï Siang ,par 54 mètres de fond, les requins sortaient du "grand bleu" par curiosité, attirés par le son sourd de l'impact d'une ancre sur le fond. Les déferlantes , le tubes émettent des sons identiques quand la lèvre impacte la surface de l'eau.

        3°Des champs électriques : également perturbés dans les vagues, les remous, l'écume.

        4° Des formes, de leur reconnaissance, très perturbées aussi dans les brisants…

        Tout désoriente le prédateur et la fréquentation des spots augmentants, celles des drames aussi.

        Voilà , à mon avis, pourquoi les surfeurs payent, hélas, un si lourd tribut aux requins sur la côte ouest de l'île de la Réunion.

        La sur-pêche, les DCP, la réserve ne me semblent pas êtres des causes déterminantes : elles jouent dans un sens comme dans son sens inverse…

        Prélever les prédateurs a toujours été suivi d'un déséquilibre , suivi d'un nouvel équilibre qui , souvent, se révèle être pire encore.

        La topographie de nos côtes ne semblent pas permettre une pose valable de filets , leur efficacité est d'ailleurs contesté là où elle a été tentée.

        Reste la prudence.

  2. Tim dit :

    Tuer des requins pour pouvoir faire du surf tranquillement … jusqu'où ira la connerie humaine …

    • Tim… est-ce que tu as lu l'article ? Si tu l'avais ne serait-ce que survolé, tu te serais rendu compte qu'il ne s'agit pas du tout de ça ici…

      • Beachcomber dit :

        De mon côté, j'ai bien lu l'article.

        Je ne vois toujours pas ce qui justifierai de s'en prendre aux requins.

        1) "se nourrir" : c'est sans objet. Le requin ne fait pas partie de notre nourriture habituelle. Par ailleurs, cela fait bien longtemps que l'industrie agro-alimentaire ne se fournit plus en cueillette et chasse mais via des élevages et des cultures intensives. Je ne dis pas que c'est mieux mais c'est un fait.

        2) "se protéger" : idem. Aujourd'hui l'espèce humaine n'est plus menacée par aucun prédateur. Je ne reviens pas sur les dégâts sanitaires occasionné par les moustiques qui, comme chacun sait, sont de loin le danger animal le plus grave pour l'homme. Pas la peine non plus de s'étendre sur le cas des ours ou des loups (passés ou futurs) : les nuisances, lorsqu'il y en a ont un impact sur nos propres "garde à manger", à savoir les troupeaux. C'est cela qui nous gène et non les accidents impliquant directement des hommes, qui sont inexisants.

        Enfin, continuer à prendre les requins pour des animaux nuisibles alors qu'ils sont (de notoriété publique) un jalon majeur de l'eco-système marin, est particulièrement malsain. C'est leur donner un rôle qu'ils n'ont pas. Il est tout aussi malhonnête de croire que nous sommes devenus des proies alors que tous les accidents relèvent manifestement d'erreurs des requins. Ils se détournent bien volontiers des humains dès lors qu'ils les identifient clairement.

        Vous vous trompez de combat.

        • une personne concern dit :

          Je crois que, si tu as lu l'article, tu n'y as rien compris.
          Sais tu qu'à la Réunion, avant l'interdiction de pêcher les requins ils étaient consommés quotidiennement par de nombreux réunionnais?
          Il n'était absolument pas rare de voir sur un étalage des thons et des tranches de requins. Et pour ton information, il n'y a pas d'élevage de requins à la Réunion: ils venaient de l'océan!

          "Aujourd’hui l’espèce humaine n’est plus menacée par aucun prédateur" __ non mais c'est une blague j'espère? Alors la mort du jeune Alexandre Rassiga il y a moins d'un mois ne représente rien? Sans parler de Eddy et Mathieu qui sont également MORTS et de Eric Dargent et Fabien Bujon pour qui l'attaque n'a pas été fatale mais leur a arraché un ou plusieurs MEMBRES!!

          Alors oui, si tu vis en banlieue parisienne ou à Strasbourg tu n'es pas menacé par les requins! mais ce que tu dis est un tissu de conneries.
          Pour ta gouverne, des scientifiques commencent à remettre en cause le fait que le requin n'aime pas la chair humaine! Il arrive que le requin revienne à la charge sur un humain et; dans le cas de la Réunion; l'hypothèse que ce ne seraient que quelques requins sédentaires qui seraient les auteurs des attaques est privilégié. Cela signifieraient qu'ils se sont habitués au gout de l'homme et n'auraient donc pas de raison de ne pas recommencer.

          TU te trompes cruellement de combat.

          • Beachcomber dit :

            A la différence que, justement, je n'en fait pas un combat.

            Pour reprendre la littérature scientifique déjà bien fournie sur les requins, je n'ai pas vu de données sur l'appréciation positive de la chair humaine par les requins. Composée essentiellement d'os, de tendons et de muscles, elle ne répond pas aux besoins d'un requin en recherche de tissus gras.

            Si on ajoute à cela des morceaux de planche, combinaisons et palmes, cela fait un mélange que le requin goute mais ne ne consomme pas. Lorsqu'il revient, c'est excité par l'odeur du sang des blessures primaires.

            Qui privilégie la thèse de requins sédentaires ? les bateaux "sanitaires" reviennent bredouilles des zones en question. On est donc plus proche de requins "mobiles".

            Sur notre extinction provoquée par des prédateurs, je n'ai probablement pas suffisamment fait d'études supérieures pour compter mais je maintiens : les accidents de requins, aussi déplorables soit-ils, sont manifestement des erreurs de cible et non des attaques délibérées "requin-homme". Je conçois que cela ne console en rien les proches des victimes mais concevoir le bon diagnostic permettra de trouver les pistes d'évitement de prochaines rencontres.

            Sur l'argument du lieu de vie, je suis perplexe. En quoi le fait de vivre en banlieue ou à Strasbourg (pourquoi Strasbourg d'ailleurs ?) transforme un discours en "tissu de conneries" ? Ou est-ce plutôt le fait que je n'ai pas la même opinion que vous ?

            "Pour votre gouverne", je suis réunionnais. Je fréquente les plages de l'ouest depuis que j'ai à peu près appris à me tenir debout au début des années 70. J'ai grandi sous la férule des anciens qui nous ont enseigné la règle (non écrite) de partage de la mer : le jour aux hommes, l'obscurité aux requins. On savait tous qu'il y en avait, on connaissait partout la limite au delà de laquelle il valait mieux ne pas aller.

            Ces usages, je les ai appliqués lors de mes plongées dans d'autres mers tropicales que j'ai eu la chance de connaître depuis.

            Maintenant papa d'un gamin qui adore l'eau, je suis fier de lui enseigner le respect de la terre, de l'air, de la mer, des êtres vivants qui y vivent et des dangers qui y sont liés. Ma responsabilité en tant que père est de lui donner les armes pour la vie qu'il a à écrire : se servir de sa tête & aiguiser son sens critique.

            Aujourd'hui, je ne crains pas le requin lorsque le gamin sort de chez nous : j'ai la terreur du dingue alcoolisé qui fera monter sa bagnole sur le trottoir pour le faucher à pleine vitesse et "lui arracher un ou plusieurs membres".

          • Alex D. dit :

            Houla…Donc des scientifiques disent maintenant que le requin affectionnerait la chair humaine? Et qu'ici chez nous, un petit groupe de bouledogue tueur aurait juré la mort de tous les surfeurs? Ce que j'apprecie énormement depuis le début de ces histoires, c'est que les "anti-requin" ont tout un tas de preuves, mais qui sont comme le loup blanc, on en entend parler mais on le voit jamais! Avant de dire à quelqu'un qu'il raconte des conneries, il faut veiller à ne pas en dire soi même. Et au fait, quand on parle d'espèce humaine en danger, on ne parle pas d'un individu ou deux ou trois, mais de l'espèce entière! Désolé mais si l'homme devait disparaitre un jour, je ne pense pas que cela vienne des requins…

          • Creole dit :

            Et toi ? T'es créole …?? moi oui ..

            ET ou t'a vue qu'on mange du requin a la run .. ça n'a jamais été le plat national…!!! Fait un sondage autour de toi et demande qui mange ou mangeait du requin et on en rediscutera….

          • Bertrand dit :

            Ben voyons, oui, censurons les commentaires de ceux qui ne vivent pas en bord de mer, qui ne surfent pas dans des zones fréquentées par les requins…

            On risquerait de voir les choses différemment…

            L'apport d'autres regards, d'autres points de vue a toujours été enrichissant. A condition que l'on soit suffisamment ouvert pour les lire, et essayer de les comprendre.

            Et que l'on soit assez sage, malgré de légitimes convictions, pour accepter l'éventualité de faire évoluer son point de vue.

  3. Djoul33 dit :

    Et la SurfRider Fondation, elle prône la protection du littoral : de la faune et de la flore, qu'elle soit terrestre ou marine.

    Je doute que tuer pour surfer soit un geste respectueux pour la nature. Qu'Anna string Blanchard pêche (et qui dit qu'elle n'a pas remis son trophée à la mer), c'est une chose mais tuer en masse des requins à qui on a préparé consciencieusement une réserve, est contradictoire vis à vis des préceptes de la SurfRider Fondation.

    Qu'ils aillent surfer un peu plus loin. Les surfeurs n'ont aucune légitimité dans l'eau. Ils peuvent toujours aller jouer à la belote. Un requin ne peut pas vivre hors de l'eau ou faire sur surf dans une piscine à vagues.

    Quant à la corrida ? c'est une tradition ancestrale bête et méchante. Beaucoup s'accordent à le dire et à dénoncer son inutilité.

    • Josian dit :

      Et toi as tu plus de legimité à habiter sur les terres qu'un animal ? De ce fait, on a le droit de construire des routes, devaster des forets et de se debarrasser des especes menacantes ?Tu illustre parfaitement l'exemple des gens qui ont une conscience écolo lorsque ca les arrange. Reflechis un peu silteplait tu peux vivre sur un bateau également et te nourrir de la peche..Ah oups tu devras tuer du poisson peut etre que finalement c'est une mauvaise idée…

      • Alex D. dit :

        Soyons serieux… Déjà le fait de pêcher n'est pas le problème, ni le fait de tuer un requin en fait! C'est le pourquoi qui est gênant! que l'on tue pour se nourrir, parce que l'on vit sur un bateau ok, mais que l'on tue pour pouvoir se shooter à l'adrénaline tranquile c'est different non?
        Puis quand au fait du droit à habiter sur terre plus qu'un autre animal, ben je te dirais que si l'autre animal était un requin sorti de l'océan pour venir se taper un petit trip terrestre, alors oui j'ai plus le droit que lui je pense. Mais ne pas être d'accord avec le fait que l'on détruise d'autre animaux pour construire toutes nos m….., ne veut pas dire qu'on peut y faire quelque chose! Tu te rends compte les sommes en jeu! Ici juste pour aller glisser sur une vague t'as toute une bande de surfeurs prêt à tuer ceux qui font mine de s'y opposer! alors une bande de promoteurs et politiques blindés qu'est ce qu'ils en ont à faire de ce qu'on pourrait leur dire… C'est triste mais c'est comme ça!

  4. Jossdoit dit :

    Les surfeurs pourraient commencer par arrêter de surfer aux heures auxquelles s'alimentent les requins c'est à dire au lever du jour et à la tombée de la nuit car je crois que ce sont à ces heures que ce sont produites les attaques… et arrêter de surfer quand l'eau est sale donc favorisant les erreurs dans leur proie pour les requins, car le requin attaque l'homme par erreur !

    • Redux dit :

      C'était non seulement à des heures dangereuses mais en plus alors que le drapeau rouge signifiant la baignade interdite était hissé…

      • ben dit :

        rectification : la plupart des attaques se sont déroulées en pleine journée et à des heures inhabituelles pour des attaques de requins (créneau : 15h – 16h30 alors que le soleil se couche entre 17h45 et 18h30 a la réunion). de plus les dernières attaques se sont produites sur des spots sur lesquelles des vigies patrouillaient la semaine afin de "sécuriser" la zone de surf. je vous recommande donc de tourner votre langue 7 fois (voir milles) dans votre bouche avant de gaspiller de la salive inutilement.

      • alex dit :

        le drapeau rouge pour un surfeur …comment te dire tu as bien choisi ton pseudo…

  5. michel monier dit :

    Merci pour cet excellent article…keep riding.

  6. Patricia Bacquies dit :

    A propos de paradoxe, la réserve naturelle marine en est un. Une réserve n'a rien de naturel, même si sa destination honorable est de protéger la nature, à savoir ici le corail. Une réserve "naturelle" est en fait un conservatoire provisoire. Les prises de position de Thomas Fergasson à ce sujet sont assez éloquentes. Le problème posé par les réserves est qu'en voulant préserver un élément de la nature, dans un contexte artificiel, construit par l'homme, on arrive à créer un déséquilibre de la nature, aux conséquences parfois dramatiques.

    Le projet initial de la RNM de l'île de La Réunion devait prendre en compte un aspect écologique ainsi qu'un aspect socio-économique, car l'homme est désormais intégré dans l'environnement des réserves, afin de ne pas reproduire les erreurs du passé. L'état initial de la réserve donnait une légitimité de présence aux surfeurs. Aujourd'hui, les surfeurs en sont exclus… Qu'en est-il de l'aspect socio-économique ? Si les espèces endémiques disparaissent, que dire du résultat écologique ?

    La pêche maritime devrait être la commercialisation et la gestion durable des produits de la mer. Malheureusement, on assiste globalement seulement à la commercialisation et ceci dans un climat de surpêche industrielle. Les pêcheurs artisanaux se plaignent de la raréfaction de leurs prises, quand ils ne déclarent pas pêcher des poissons en partie dévorés.

    La situation dramatique actuelle sur les spots de l'île de La Réunion avait été annoncée l'année dernière par des associations locales. Une minorité s'est démenée pour proposer des solutions et éviter d'autres drames… Ils n'ont pas trouvé le soutien qu'ils auraient du obtenir dans une telle situation. Pire, ils ont été insultés ! De nouvelles attaques de requin sont survenues ces jours-ci apportant encore de la souffrance à une population meurtrie. Et, encore une fois, la haine et l'agressivité sont là pour témoigner de l'incompréhension ! Pourtant, les comportements des différents protagonistes ont été exemplaires.

    Je regrette que certains défenseurs de la cause animale ne la placent pas dans un contexte environnemental global et qu'ils se trompent effectivement de cible.

    Les causes du problème actuel sont sans doute multi-factorielles, mais un élément déclenchant pourrait-il être décelé ?

    De tout coeur, courage aux familles

    • jack jack dit :

      Merci enfin une personne qui reflechie et qui voit plus loin que son bout de nez … merci ca fait du bien et c'est rassurant…pour te rejoindre voici un lien, qui va dans ton sens le plus intelligent a mon avis a partir d'un postulat simple quand l'homme joue a l’apprenti sorcier en faisant des réserves il faut s'attendre de base a un moment ou a un autre a ce qu'il y ait de la regulation afin de proteger une certaine harmonie … le lien dc http://videos.tf1.fr/jt-we/zoom-sur-le-lac-de-gra

      • Patricia Bacquies dit :

        La main de l'homme, espèces invasives, régulation !

        On est bien dans cette logique !

        Je dois corriger ce que j'ai écrit plus haut. Il s'agit de François Terrasson… Désolée

      • Bertrand dit :

        Ouch, une vidéo de TF1 – la bonne chaîne populo – pour servir d'argumentaire voire d'expertise… J'ai mal 🙂

  7. Raymond dit :

    Si je soutiens à 1000% les surfeurs au sujet des requins, je dois regretter que la comparaison avec la corrida est très mal documentée. On peut naturellement discuter de la "souffrance" de l'animal, mais pas du "déclin" de la tauromachie. Il n'y a jamais eu autant de corridas: que ce soit en France, en Espagne et en Amérique latine.

    Et si la corrida a été interdite en Catalogne ce n'est pas du fait d'un rejet populaire. En 2004 les écologistes ont accepté d'aider les indépendantistes à gagner à la condition de faire interdire la corrida.

  8. Ladouze dit :

    Bonjour, j'avais deja posté dans un article précédent sur une question qui me travaille, mais sans réponse, je reposte donc ici:

    Pourquoi la réserve ferait-elle augmenter les attaques? Plus de poissons: plus de nourriture: alors pourquoi l'animal qui n'est pas en manque de nourriture s'attaquerait-il a des grosses proies si il a des tortues à profusion a disposition? On dit souvent que les attaques sont rares en indo ou polynésie justement car il y a un garde manger conséquent pour les squales.. donc je ne comprends pas le paradoxe quand on dit que la réserve est la cause des attaques( je ne parle pas de la sédentarisation des bouledogues mais bien des attaques). Des attaques de type " défense de territoire " sont elles envisageables? les morsures ont elles été analysées? il me semble avoir lu quelquepart que les morsures de reconnaissance, de défense, d'alimentation , étaient différentes de par la pression des machoires. (certaines morsures de grands blancs sur des surfeurs en Australie n'étaient clairement pas, de par leur gravité, du même genre que celles infligées aux phoques) Voila, si quelqu'un peut éclairer ma lanterne.. Merci d'avance.

    • RD dit :

      Tu poses de bonnes questions. Il faut savoir que le bouledogue est sans doute un des poissons les plus intelligents de la création. Il a une mémoire gustative très développée et la théorie de l'erreur de casting (confusion avec tortue) est un leurre (sans jeu de mots). Le bouledogue cherche à attaquer l'homme, au moins en ce moment sur la côte Ouest de la Réunion (car tous les bouledogues n'ont pas le même comportement : dans la breede en af sud, des machins de 4 mètres se contentent de manger les prises des pêcheurs mais laissent baigneurs et kites peinards-pour combien de temps ?). Il ne vise désormais plus la planche mais ce qu'il y a au-dessus. Comme le dit Guillaume, il existe plus de 465 espèces de requins, et parler de "requins" tout court est une connerie à nulle autre pareille. le bouledogue réunionnais chasse l'homme car il s'agit d'une proie facile. Comme tout être vivant, ce poisson, espèce invasive pour nous, va à l'économie. Le bouledogue sait très bien ce qu'il attaque, d'ailleurs les deux qui ont dévoré Mathieu Schiller sont revenus chercher le corps du malheureux à quelques mètres du rivage pendant que ses amis, d'un courage exemplaire, tentaient de ramener son corps sur la terre ferme. Il est CRIMINEL (j'insiste bien sur ce mot) d'avoir volontairement épargné les bouledogues restés sur les lieux de cette attaque plusieurs heures, chargeant même le zodiac de secours. Certains devront répondre de cette abstention criminelle un jour ou l'autre. Voilà entre autres pourquoi nous surfers réunionnais sommes dans une COLÈRE NOIRE.

      • Alex D. dit :

        Comment une espèce aquatique pourrait-elle être invasive pour une espèce terrestre? Là il faut m'éclairer parce que j'ai du mal à comprendre! Dans ce cas précis, l'espèce invasive c'est nous il me semble…

  9. zanatany dit :

    enfin un article plein de bon sens qui devrait encourager certains "écolos" a fermer leur grande bouche!!!!!Merci surf-prévention!

  10. greg dit :

    LA vérité rien que la vérité !!!!Quand j'ai vu ce jeune surfer ayant perdu sa jambe après une attaque en Afrique du Sud et qui explique qu'il n'en veut pas aux requins et qu'on doit assumer les risques de la nature quand on pratique une activité dans un milieux qui n'est pas le sien je me dit que les surfers de la réunion on beaucoup a apprendre sur ce milieu et cette faune qu'ils prétendent connaitre et aimer!!

    • jack jack dit :

      Greg ce que tu n'as surement pas compris c'est que cette situation n'est tt simplement pas normale… c'est sur que c'est une activité a risque simplement tu regardes ds les trente dernieres années aucune attaque ds l'ouest et la en 18 mois on en est a 6 tu crois vraiment qu'il n'y a pas de problème , de surcroit le probleme de surpopulation de bouldogue va bien audela du probleme surf-requin que diras tu quand un petit bouledogue viendra manger ds le lagon. l'homme a crée un déséquilibre il faut y faire face tu parles de risque ds quel qu’activité que ce soit il y a toujours un risque et croit moi qu'un surfer va a l'eau il n'est pas forcement tranquille conscient qu'il est ds un autre élément que terrestre mais il y a une différence entre entrer a l'eau et avoir très peu de se faire manger une toute petite quand même, et entrer a l'eau et avoir de très grandes chance que ca arrive… on crie sur les surfer mais si ils n’étaient pas la ce seraient tt simplement les baigneurs qu y passeraient et si on ne fait rien , c'est exactement ce qui va se passer… c'est pourquoi ce qui disent juste non il ne faut pas pécher les requins pour une régulation en ayant pour argument que le non il ne faut pas bé ce discourt est tt simplement inconscient et de surcroît criminel…

      • Alex D. dit :

        C'est faux. Aucune attaque à Roches-Noires ou Boucan ok. Mais 92 une attaque au niveau de la ravine Trois-Bassins à l'embouchure(dans l'ouest non?), dans les années 80 un surfeur s'est fait arracher le bras entre Trois-Bassins et Saint Leu (dans l'ouest aussi non?), dans les années 90 la baie de Saint Paul aussi a connu une attaque (St Paul c'est toujours l'ouest non?)… Sachant que ces attaques ont eu lieu à quelques encablures les unes des autres, et au regard des distances quotidiennes que parcourent les requins, je pense que l'on peut considérer que l'absence d'attaques à Boucan ou aux Roches n'est dû qu'à une sorte de… Chance. Les chiffres et données, il faut les utiliser tels qu'ils sont, et éviter de les "arranger" en fonction de son point de vue, au risque de ne pas avoir l'air serieux.

  11. snake dit :

    Pour ladouze car les autres c'est stérile.
    en recherchant sur le net tu vas trouver des infos sur les réserves marines( fidji, floride…) et le requin bulldog. elles seront toutes en anglais.
    le requin bulldog est celui qui se multiplie le plus rapidement dans les réserves.
    le peu d'étude sur son comportement décrit un requin agressif, territorial.
    ici à la réunion nous n'avons pas d'otaries ni de phoques. seulement des tortues et des baleines selon la saison.
    le bulldog se rencontre toute l 'année. nous n'avons pas de rush de poisson comme en Australie ou en Afrique du sud. certes il y a des périodes d'affluence de certaines espèces mais rien de comparable à ces pays.
    pour les attaques, je ne vais pas décrire mais je peux te dire que les personnes qui les ont vécues, les ont décrites comme étant extrêmement violente et ne ressemblaient pas à un simple contact.
    à l'inverse de certains qui se présente comme tel, je ne suis pas un expert. mais depuis 2010 je vis ces attaques, ce climat, ces insultes, cet indifférence ou cet acharnement (sea shepherd).
    les faits sont simples. les attaques dans l'ouest ont été faites dans le périmètre de la réserve marine: de boucan à st leu. à étang salé seulement une alerte. avant la réserve c'était dans d'autres endroits de l'ile connues pour le risque.
    les pécheurs de st gilles nous avaient averti du risque croissant depuis 2009/10. malheureusement nous les avons pas assez écouté .
    je suis absolument contre l'extermination mais je souhaite une régulation comme celle qui est pratiqué sur certains mammifères ou autres animaux.
    je ne comprend toujours pas cet acharnement sur la Réunion quand ont connait les dégâts commis par l'armada de pêche d'intermarché, par les KM de filets dérivants abandonnés, les rejets en mer de polluant etc etc.

    à l'heure d'aujourd'hui il n'y a plus d'écoles de surf, il n'y a plus de surf sauf à st pierre le spot de la jetée ou à manapany.
    imagine un instant la même chose entre Hendaye et Hossegor…

    • Alex D. dit :

      Permets moi d'être encore plus stérile… De un je voudrais juste préciser que Hossegor c'est Hossegor et La Réunion c'est La Réunion, sans agressivité aucune, mais si on ne doit pas, selon nombre de surfeurs, faire de rapprochement entre les risques liés au surf et les risques liés à d'autres sport alors pourquoi devrait on comparer deux endroits diamétralement opposés?
      Ensuite, sans être un spécialiste non plus, je me documente quand même pas mal (j'aime bien lire), et ce que je me demande c'est pourquoi n'est il fait mention dans vos argumentations à tous, que des études où preuves plus ou moins convaincantes qui viennent appuyer vos thèses? L'objectivité voudrait que vous ne dissimuliez pas une partie des infos si tant est que vous les ayez en votre possession. Si vous ne les avez pas c'est encore plus grave, car vous affirmez en ne connaissant qu'une partie de ce qui est. Par exemple une étude menée sur la Breed River en Afrique du sud, fait état d'une abondante présence de bouledogues (le plus gros jamais pêché c'est là-bas) dans cette rivière bordée d'habitation et dans laquelle il y a du monde à l'eau tous les jours. En 50 de "cohabitation" pas un seul accident répertorié, les gens ne pensent même pas à les chasser. Pourquoi ce genre de résultats n'apparait jamais dans les discours qui se veulent objectifs et éclairés? Présenter le requin bouledogue autrement que comme un monstre des mers assoiffé de chair humaine vous pose-t-il un problème? La vérité à mon avis, c'est que comme nous tous, vous n'en savez rien du ni pourquoi ni du comment, ni du normal ou de l'anormal de la situation.

      • RD dit :

        Et bien Alex comme tu aimes lire, lis mon commentaire où je parle justement de la breede, et va sur ma page fb : tu verras plein de docs. J'avoue avoir la flemme de mettre les liens vu que je poste bcp. Si j'étais payé pour ce faire je pourrai consacrer plus de temps et faire un travail plus pro. Comme d'autres qui investiguent, ce que les journalistes pro ne semblent pas décider à faire, semble-t-il…

      • jack jack dit :

        et oui effectivement si tu lisais un peut plus tu saurais que le comportement d'un requin peut changer d'un endoit a un autre ainsi dans une meme baie les requins de l'ouest ne sont pas agressifs et ceux de l'est hyper agressifs ca aussi c'est une réalité et ici le comportement de ces individus sont de fait très dangereux car ils n'ont depuis a peut prés 4 ans maintenant plus peur de l'homme et y on pris gout ils apprennent par comportement, si l'attaque de l'homme comme tel est le cas ICI entre ds leurs meurs je te laisse imaginer le carnage, puisqu'il se reproduisent aussi vitesse grand v alors je te conseil de lire un peu plus d'aller regarder les spécificités du requin bouledog et de la ramener un peu moins….tu fais l'avocat du diable et c'est irritant ….

        • Alex D. dit :

          Personnellement je dis juste que lorsqu'on ne sait pas, on évite de toucher. Bien des catastrophes auraient pû être évitées si ce principe de précaution avait été respecté.
          La "normalité" dont vous parlez tous est tout à fait relative. 30 ans de tranquilité (quoique ce soit contestable, il y a déjà eu des attaques dans cette région) vous suffisent à dire que la normalité dans l'ouest c'est: pas de requins. Mais 30 ans c'est long pour un Homme, et pourtant si court pour la planète! Pour savoir si tout cela est normal, il faudrait remonter bien avant ces "30 glorieuses" de l'ère balnéaire ouest-réunionnaise. Mais visiblement pour bon nombre d'entre vous 30 ans ça suffit.
          A mon sens, dans la Nature, tout est équilibre. Quand quelque chose ou quelqu'un vient rompre cet équilibre, la Nature trouve toujours un moyen de le rétablir. Alors, j'imagine que vous me direz que la Réserve Marine est LE déséquilibre… Possible… Mais pas sûr! Du moins il convient de considérer les choses sous un maximum d'angles possibles. La surexploitation globale (pas seulement le surf) du littoral est peut être LE déséquilibre. Avez vous seulement envisagé cette éventualité?
          Le problème des algues vertes en ce moment sur une partie de la côte atlantique de la métropole, est apparement une réponse de la Nature pour pallier à une trop forte production de nitrates, relative à l'activité humaine en amont. L'équilibre. C'est horrible de voir toutes ces plages envahies par ce végétal dont les émanations sont nocives pour l'homme, mais c'est la réponse de la Nature à notre manque de modération.
          A mon sens, si il est un "problème" requin ici, ce qui reste à démontrer de façon incontestable, il est difficile de parler de normalité ou d'anormalité. Admettons que ces requins ne soient pas à leur "place" habituelle, encore une fois cela est fortement soumis à caution, mais ils sont sûrement la réponse à un déséquilibre que nous avons créé. Pas forcément nous, réunionnais, à un niveau local (Réserve, ferme aquacole), mais peut-être plus largement, nous humains. La Réunion, aussi petite et isolée puisse-t-elle être, n'en reste pas moins un territoire "terrien" et est soumise bien malheureusement à l'ensemble des "conneries" de l'humanité.
          Ce que je pense, c'est qu'à travers l'histoire, nombreux sont les exemples où l'Homme s'est senti l'égal de la Nature. Où l'humain a décidé ce qui devait être ou pas. Et les conséquences on les connait. Quelque soit la cause de ce supposé problème requin, elle est trés probablement humaine. Et je pense qu'il est inconcevable que nous fassions une fois de plus, payer le lourd tribut de notre bêtise à des animaux, même si ce sont des requins.
          Avocat du Diable… Mais vous plaisantez j'espère!! Cette simple assimilation montre combien vous manquez d'objectivité sur le sujet. Le bouledogue, aussi agressif et terrifiant soit-il, n'est qu'un animal, un poisson. La notion du bien et du mal dans l'accomplissement de la tâche pour laquelle il a été programmé, n'existe pas!! Il n'est pas le méchant dans l'histoire! C'est un animal sauvage. Il tue sans distinction et pour se nourrir. Faîtes vous la nuance? Tuer pour se nourrir, et tuer par agrément, par jeu ou pour le jeu?
          Certains donnent à la vie humaine une plus grande importance qu'à tout autre forme de vie. Voilà ce qui différencie l'homme de l'animal. L'animal lui n'accorde pas plus d'importance à telle ou telle forme de vie qu'à une autre. Il chasse, il mange… il survit. L'arbitraire n'existe pas chez lui. L'anthropocentrisme est le propre de l'homme.
          Personnellement je m'interroge. Vous devriez essayer. Comme toute réponse, je n'obtient que ce genre d'attaques de la part de "ceux de votre camp". Excusez moi mais c'est un peu léger et bien trop subjectif pour que ça m'aide à réviser mon jugement. Les questions sont nombreuses, et les réponses ne viennent pas. Dans le doute, vous vous tuez, moi je m'abstient. Car j'ai beaucoup de mal à imaginer qu'une espèce vivant dans un milieu totalement étranger au notre (l'océan), puisse être une espèce "invasive". Quand il vous aura poussé des branchies ou un évent je pourrais éventuellement considérer les choses autrement, mais pour le moment, je vous l'affirme, vous et moi sommes bien des animaux terrestres.
          La propension que vous avez, pour beaucoup d'entre vous, à opposer votre amour de la mer à la sensation écolo-bourgeoise de ceux qui réfutent vos points de vue, ça c'est irritant.
          Réveillez vous! L'industrie, l'immobilier, le tourisme, le balnéaire… Voilà l'invasion! Tout ça prend une place dans nos vies et celles des animaux qui n'est pas légitime. Le superflu, le superficiel prônent dans nos sociétés et l'importance que nous nous accordons doit être considérée avec énormément de recul. Un requin dans l'océan, pour moi, c'est normal, quelque soit le littoral, quelque soit la plage.
          Maintenant, si vous me demandez si ces morts passées ou à venir (prédictions relativement simples à produire étant donné qu'il y a toujours eu des morts dues aux attaques de squales) m'attristent, au risque de vous choquer, je vous dirais non. Pas plus en tout cas que les milliers de morts quotidiennes à travers le monde et imputables à tant d'autres choses que les requins. C'est triste, mais c'est comme ça. Accepter le fait que nous n'avons pas réponse à tout, et qu'il n'est pas toujours bon de s'immiscer dans les choses de la nature, serait à mon sens un grand pas dans notre évolution. Mais ceci semble difficile à concevoir pour de nombreuses personnes.
          J'ai pratiqué le surf pendant longtemps partout autour de l'île. Je connais bien les surfeurs, même si je ne me suis jamais vraiment senti proche de ce groupuscule. Pour moi, l'image du surfeur passionné, amoureux de la nature, de la mer, grand défenseur des océans et de ses habitants, cette personnalité complexe dans laquelle se mêlent mysticisme et marginalité d'esprit, est une image fausse. Je ne parlerais même pas des pêcheurs, et des autres "exploitants" des milieux marins, pour qui l'argent et l'appât du gain ont depuis bien longtemps pris la place de la passion.
          Tout ça c'est ce que je pense. Je ne dis pas que c'est vrai. Je ne dis pas que vous avez tort, ni que vous devriez vous taire. Et même si vous m'irritez également, je ne m'octroi pas le droit de vous considérer comme une personne n'ayant pas son mot à dire. Seul l'avenir nous dira qui avait raison. Entre temps, même si cela vous donne des rougeurs, acceptez le fait que l'on puisse être en désaccord avec vos idées, cela ne veut pas forcement dire que vous avez tort. Mais la fermeture d'esprit dont vous faîtes preuve ne me permet pas de considérer votre opinion avec un réel interêt. Vous me semblez être un extrêmiste de plus. Rien d'autre.

  12. Ladouze dit :

    Merci Snake de ces précisions!!j'avais juste une autre question pour laquelle tu es sauras surement plus.. concernant les marquages, j'ai juste pu lire que les trop peu nombreux bull marqués dont on avait analysé les déplacements étaient très peu observés près des côtes mais y venaient occasionnellement, c'est véridique? Qu'appelle-on territorialisation, sédentarisation dans ce cas? Et pour ce qui est de la ferme aquacole et DCP? Lorsque j'étais venu à la réunion il y a 10ans, j'ai ce souvenir de la plage de Saint_Paul totalement vide a cause de ce risque bien connu "requin" alors que Boucan grouillait de monde.. il y avait deja un facteur de risque comme la ferme dans la Baie de saint Paul en 2003?? Merci d'avance!!

    • snake dit :

      les résultats des marquages sont diffusé à la goute.
      je ne peux pas m’avancer la dessus. il en ressort quand même des passages assez marqué sur st gilles. mais d’apres les scientifiques, les bulls ne sont pas sédentaires mais résidents… je cherche encore la différence…

      en 2003 c’était différent et le problème est apparue assez rapidement.
      il y a toujours des attaques mais pas comme ça concentré sur si peu de côte.
      même le pic de 2005 n’est pas comparable.
      pour st paul il y a eu un projet de plage avec une étude de l’ifremer ou c’etait pour st pierre. je ne me souviens plus. st paul à toujours eu mauvaise réputation, plage de sable noir l’eau est toujours foncé, grosse agglomération avec des rejets etc.
      Boucan tranchait d’un coup avec St paul. sable blanc de carte postal etc.

      pour l’aquaculture à la Réunions tu auras des infos sur le site de L’ARDA.
      il y a des choses intéressantes comme d’apprendre que les tortues d’ici ne sont pas forcément endémiques… enfin. il y a de quoi.

      notre problème est complexe. il est évident que si nous nous contentons seulement d’une pêche ( qui dans dans un premier temps est nécessaire) nous sommes pas prés d’en voir la fin…

      le plus écoeurant sont ces personnes qui y vont de leur avis et thèse afin d’avoir une part du gâteau.
      l’argent de l’état et des communes à attiser beaucoup convoitises. les associations, ong, scientifiques… ils se tirent dessus mais au final ils veulent tous la même chose. quand ce n’est pas le pognon c’est la gloire. regarde Sea shepherd, l’observatoire marin, squal’idée et d’autres comme pascal deynat etc.

      pourquoi tant de passion pour ce caillou dans l’océan indien quand il existe des combat autrement plus important pour la préservation des espèces?
      enlève les budgets, les places au soleil et d’un coup on pourrait zigouiller toute une espèce sans émouvoir qui que ce soit.
      tout le problème est là.

      Ladouze, la prochaine fois que tu iras à l’eau penses à nous ici c’est vide. tu reviendrais aujourd’hui tu le croirais pas. de boucan à etang salé il n’y a plus personne à l’eau… plus une école de surf, plus un baigneur (sauf dans le lagon, pauv lagon)

      profites!

      • RD dit :

        OUI Snake tu as raison. D'ailleurs on se demande (en fait non, on sait pourquoi) les gens de la réserve et de l'IRD n'ont même pas prononcé une seule fois les mots "ferme aquacole", aimant à squales indéniable, depuis le début de cette affaire : ils travaillent ensemble, font de projets communs et récoltent ensemble des centaines de milliers d'euros de subventions publiques; ELLE EST PAS BELLE LA VIE D'UN SCIENTIFIQUE SQUALOPHILE SOUS LES TROPIQUES ? Pendant que la population crève la dalle, eux se goinfrent en mettant en danger touristes et populations et tous ceux qui essaient de gagner leur vie par leurs propres moyens (économie touristique) sans attendre de surrémunératioin de l’État et des subventions diverses. Tout ceci est à vomir. On attend des journalistes d'investigation de métropole : un jour peut-être.

  13. alexpo dit :

    j'adore vos commentaires …serieux…vous parlez tous comme si vous parliez de choses que vous connaissiez ,le minimum est de se renseigner etc'est exactement le problème actuel et passé.
    il y a 15 ans à la reunion on étaient tranquilles jusqu'a ce que des 'specialistes' autoproclamés tout comme vous viennent nous coller une reserve (naturelle?) au beau millieu de nos eaux soit disant en danger
    ben nous ont a dit: cool merci …dix ans plus tard on enterre trois dalons deux autres sont amputés en l'espace de huit mois? c'est quoi le bordel.
    et là vos potes auto proclamés se renvoient la balle mais aucun n'a le courage de dire :heu là on a fait une connerie qu'est ce qu'on peut faire? trop fiers!

    de plus le prefet ordonne une peche et c'est les surfeurs qu'on montre du doigt !normal c'est nous qui sommes en première ligne et qui nous faisons bouffer donc on rale mais on rale pour les baigneurs,les touristes en masque et tuba,les nageurs,les pecheurs traditionnels,nos enfants et toute l'economie que crée cet ocean indien que nous aimions tant,avant.

  14. Needle dit :

    Merci Guillaume pour cet article posé, réfléchi et sans parti pris, et merci Snakos pour les précisions. le problème est qu’on s’adresse à des gens qui ont des reflexes de fanatiques, d’intégristes. leur karma, c’est la sauvegarde du requin réunionnais, qu’ils n’ont d’ailleurs jamais vu et dont ils ignoraient jusqu’à l’existence avec que les journaux TV n’en parlent récemment. tous les arguments qu’on peut leur opposer n’ont aucune prise sur le « pas touche au requin péï »! les morts de surfeurs d’un côté, et les massacres de millions de requins pour leurs ailerons n’ont pas de valeur à leur yeux, ne méritent pas qu’ils dépensent leur énergie. c’est le requin de l’ouest réunionnais qui compte! et toujours les mêmes lieux communs ressortent: les surfeurs n’ont qu’à pas surfer le matin, ni le soir, ni quand l’eau est trouble, ni quand il y a des vagues (donc un drapeau rouge!). les surfeurs n’ont qu’à surfer ailleurs (où ça, à la Réunion?) ou se mettre à la belotte!…
    je suis fatigué des « débats » stériles sur le net, mais merci encore une fois à Surf-prévention d’essayer, tant bien que mal, d’élever le niveau.

  15. Un certain mec dit :

    Je vais surement faire un commentaire hors sujet, mais qu'en était-il au commencement? Qui du requin ou de l'homme est au sommet de la chaine alimentaire? L'homme répondront la plupart des gens sans hésiter, cependant, imaginez l'espace d'un instant, qu'on ne posséderait pas toutes les armes à notre disposition, et que le requin s'adapterait à la vie terrestre, qui serait vraiment avantagé? le requin évidemment; notre intelligence nous a permis de nous développer, et ce depuis des milliers d'années, de dominer quasiment toutes les espèces sur le globe, de quasiment les faire disparaitre parfois, puis de les réintroduire car on se rend compte qu'ils sont nécessaires à l'écosystème, comme on l'a fait pour les loups et les ours en France. Certes aucune espèce n'est immortelle, souvent du fait de cataclysme tel les météorites qui ont clairement précipiter la chute des dinosaures, mais ce fait est celui de la nature. Depuis l'apparition de l'homme, non seulement des milliers d'espèces ont disparu, mais aussi la diversité de la flore est en train de faiblir, nous sommes en train de détruire la planète, au lieu de nous adapter à notre environnement, et après on vient dire que les requins sont nocifs pour l'homme, alors que nous sommes plus de 6 milliards, et que quasiment toutes les espèces de requins sont menacées de disparaitre. Certes les requins tuent, mais environs 70 personnes/an. Alors que notre espèce en tue des milliers. Alors arrêtons l'hypocrisie, préservons la nature de nous-même; plusieurs causes expliquent sans doute la recrudescence des attaques à la Réunion, mais ce n'est pas une raison pour tuer tous ces requins, qui, contrairement à nous n'ont pas réellement conscience de ce qui se passe autour de nous.

  16. Kim dit :

    L'article ainsi que le travail de Surf Prévention sont excellents, c'est certainement un des meilleurs point de vue philosophique que j'ai pu lire sur le sujet. Je trouve votre approche très intéressante tout particulièrement sur la question de la mise à mort et jusqu'où accepterons nous la mise à mort d'un être vivant (animal, humain peut importe).

    Nombreux commentaires sont aussi très avisés et pour une fois, on ne tombe pas dans l'horrible trophée d'arguments plus ou moins douteux voir des insultes. Merci pour cela.

    Je suis en ancien surfeur de la Réunion, une ile que j'aime profondément et que je respecte comme beaucoup de surfeurs, plus précisément de bodyboardeurs qui y sont passés.

    Pour ma part j'y suis resté un an, et j'y ai surfé presque tous les jours sur la plupart des spots de l'ouest, parfois seul et même tôt le matin.
    Néanmoins j'ai toujours essayé de respecter les consignes d'horaires et de condition d'eau. Je crois que cela a bien fonctionné.
    Il y avait eu plusieurs attaques juste avant mon arrivée, dont une mortelle, et quelques alertes pendant mon séjour.
    J'avoue que j'allais à l'eau sans trop y penser pour pouvoir rester calme loin du bord, néanmoins je pense que je n'en aurai pas voulu au requin qui m'aurait enlever un membre puisque selon moi je suis chez lui.

    En revanche, j'en aurai voulu aux responsables des côtes, des littoraux et tout autres garants de la sécurité nationale qui n'aurait pas prévenu ou avertit d'un risque fort, ou aider dans mon malheur.
    La route est dangereuse, il existe le code de la route. Le hors piste est dangereux, il existe un balisage pour savoir lorsque l'on sort du sentier battu. Toutes les pratiques ont un code et un cadre qui le définit et qui garantit la sécurité des usagers.
    A la Réunion il n'y a aucun panneaux sur la cote ouest (du moins à mon époque, peut être cela a t'il changé, sur les spots des dernières attaques), ce qui est choquant pour les gars de là bas, c'est que toute leur vie ils ont pu pratiquer et que du jour au lendemain (enfin depuis 5 années), les attaques se multiplient, les morts avec. ET personne n'aide (au niveau du pouvoir étatique) les surfeurs réunionnais, on les traite en revanches de moins que rien et d'incultes, de honte. C'est inacceptable et faux.

    La Réunion est une ile extrêmement développée, tout particulièrement sur le littoral de la cote ouest. On a jamais l'impression d'être en pleine nature. L'homme y a laissé des traces partout sur le littorale et même en profondeur avec cette fameuse réserve naturelle. C'est très loin de l'image du surfeur seul, loin des cotes, dans une nature vivace et luxuriante, encore vierge de toute rencontre avec l'homme, qui se fait attaquer par un gros requin en train de croiser au large du rivage.

    On sait que l'origine de la présence des requins bouledogues est multifactorielle, et nombreux facteurs sont du fait de l'homme. La pêche, la pollution, la réserve marine…sont autant de preuves aujourd'hui irréfutables qui prouvent que nous avons modifié l'écosystème, et la chaine alimentaire du requin, l'amenant à se rapprocher des cotes. Est ce pour autant que nous devons laisser le problème amplifier ? Baisser les bras et ne pas trouver de solution en disant vous n'êtes pas chez vous les hommes ?

    Nous devons trouver les solutions durables (le prélèvement étant particulièrement contre cette logique) permettant de protéger humains et animaux. En contrepartie, les surfeurs doivent adopter un comportement de prudence, et de respect des espaces qui sont dangereux. Pour le moment, les surfeurs "consomment" la mer comme un produit, mais demain il devront apprendre à mieux la consommer, comme une source de plaisir, une ressource naturelle mais surtout un lieu dans lequel on risque sa vie.
    Les surfeurs ne sont pas des écologistes, la plupart des matériaux que nous utilisons sont extrêmement polluants, les voyages que nous faisons pour aller chercher LA vague sont polluants…sur la masse de surfeur de la réunion, tous respectent la mer, mais aucun d'eux n'est 100% écolo. On est simplement des gens qui aimons notre lieu de vie.

    Ce que le surf nous a enseigné, c'est que la nature et l'homme peuvent cohabiter, et que tout peux fonctionner si c'est raisonné, dosé, contrôlé, un peu à l'image des trajectoires que l'on laisse dans la vague et qui génèrent tant de plaisir.
    A partir de là, nous pouvons accepter d'utiliser quelque chose au détriment d'un autre, si on a l'assurance que l'autre, au sens globale et en l'occurrence le requin, pourra en tirer un bénéfice par la suite.

    Effectivement cela va demander du temps, de l'argent et de l'énergie aux humains pour se comprendre et se tolérer. Ce que je lis depuis déjà de long mois voir des années est bien loin de cette recherche de compréhension mais plutôt à chaque fois d'accusation d'une ou l'autre des parties.

    La Réunion vit aujourd'hui une crise "Requins" par ce qu'elle concentre tous les ingrédients pour que les requins deviennent un sujet de débats, mais demain si on le traite pas il sera évidemment bien plus global. A quand la première attaque à la cote des Basque en juillet pour que la population et l'état se pose les questions qui blessent ?

  17. JPO974 dit :

    Égoïsme de masse , c'est la nature , tous ne vous ai pas du les petit beauf

  18. dood dit :

    Très belle prose winter, je ne peux que m'incliner… chapeau.. mais en fait tu n'as rien compris au problème et ton post n'apporte … rien (désolé). Tu vomis tes paroles aussi philosophiques soient elles sur les surfeurs sans apporter une once de questionnement rationnel. La poubelle qu'on a créée.. ? tu vis dans quel monde la? et toi… c'est quoi ton mode de vie?

    Pourquoi tout le monde s'évertue a déblatérer sa science dans des débats totalement inutiles? Posez des questions, informez vous, faites avancer le probleme à votre échelle, posez vous les vraies questions!!

    Tiens moi j'en ai une ? Est ce que la configuration topographique de l'ile de la reunion en fait une zone plus a risque que d'autres iles par exemple? (il avait ete dit que les attaques en Egypte avaient pu etre causées par la presence du plateau oceanique très proche des cotes) si quelqu'un a une réponse je suis intéressé!

  19. incognito dit :

    Winter comme dirait Dieudonné "FERME LA A TOUS JAMAIS"…

    Quel manque de tact pour les familles des victimes…

  20. aec dit :

    LUTTE CONTRE L'HIPPOPHAGIE

    NON ! UN CHEVAL CA NE SE MANGE PAS !

    Obtenez un autocollant gratuit en écrivant à :

    AEC

    Résidence La Pléiade

    98, rue de Canteleu

    59000 LILLE

    Joindre une enveloppe timbrée pour le retour du courrier.

    Merci aussi de visiter les sites :

    http://aec89.site.voila.fr

    http://www.feracheval.com/petitions.php

    http://www.lapetition.be/en-ligne/parlons-enfin-d

    Rejoignez la groupe sur :

    http://www.facebook.com:80/group.php?gid=63542203

    Faites passer le message à vos amis.

    Amitiés.

    AEC.

  21. Xtef dit :

    Sympa ton petit text Winter!

    j´ai bien aimé le passage: " si ces deux groupes continuent à surfer le web et à se faire des intérférences sur le même peak,sur la même vague argumentaire,c’est qu’au fond,dans leur excés chacun est le méta miroir de l’autre,ce qui les condamne à se rencontrer,l’un devant apprendre de l’autre (et réciproquement ))"

    Sinon je ne comprend pas, pourquoi, on ne peut pas réguler la prolifération des requins et que beaucoup de monde, se la joue "défenseurs de requins", alors qu´en bas de chez eux, au taquet de chasseurs régulent plusieurs populations d´animaux, comme les cerfs, ragondins, certains endroits les chats, les lapins, sangliers etc… et la tout le monde s´en tape aussi…et au fait? ou sont construites vos maisons? sur d´anciennes forets ou prairies habités par de nombreux animaux!!! mais c´est mieux de faire son cake sur le net et de faire semblant de s´interesser aux animaux!
    Franchement c´est l´effet mouton environnemental qui rend les gens aveugles!

    • Alex D. dit :

      Le problème c'est que si tu essaies de construire ta case en pleine mer tu vas galérer je pense… Sans être un fantiques écolos, je pense que nous n'avons as de nécessité absolu d'aller surfer… Me trompais-je? Serieusement, tu ne fais pas la nuance entre tout ce que tu viens de dire là? Anciennes forets et tout ça… Tu as raison on a déjà pas mal abusé de NOTRE millieux naturel, doit-on maintenant qu'on a plus rien ou presque à bousiller sur la terre ferme, s'attaquer à ramener l'océan au même point?

  22. sacha dit :

    reportage a voir

  23. AB dit :

    Face à une telle richesse argumentative qui s'accompagne d'exemples éloquents , je me demande comment des métropolitains et même des Réunionnais qui ne connaissent rien au milieu marin osent encore l'ouvrir pour nous rabâcher leurs conneries.

  24. Kawa dit :

    Entre la douleur et la raison……

    Les Questions sont donc "pourquoi y a t-il tant d'attaques de requins sur nos côtes depuis quelques temps?" et " comment faire baisser ces stats inquiétants?"

    Beaucoup de paramètres sont à prendre en compte, on s'en doute effectivement, et je ne tenterai pas l'analyse ici.

    Mon conjoint a pris la décision de ne plus rentrer à l'eau, depuis la dernière attaque (Fabien), Il faut dire que son addiction à la glisse est forte….ce qui explique cette décision tardive. Evidemment, je suis rassurée mais lui, est triste de ne plus pouvoir pratiquer son sport, je l'accompagne dans son désarroi.

    On a chacun nos intérêts:

    D'un côté, des convictions, des études, des emplois nécessitent la défense des budgets de la réserve marine et donnent l'impression d'être dans le vrai et le durable; et d'autre part, les passions, la douleur des proches, la peur de la perte, poussent les autres à manifester pour défendre leur sport et leurs intérêts économiques, qui ne sont pas moins valables que les premiers cités.

    Chacun a sa réalité, et on a besoin de tous les points de vue pour avancer. Toutes les causes sont ainsi défendues depuis la nuit des temps. Les pro et les anti s'affrontent, c'est ainsi que dans quelques années, des solutions seront trouvées, des points de vue auront évolués grâce aux échanges.

    Il faudra du temps pour changer les mentalités et revenir à un équilibre, mais restons positifs et respectueux. Le temps fera son oeuvre.

  25. RD dit :

    Excellent papier Guillaume, heureusement que toi et quelques autres êtes là.. Merci !

  26. Alexandre G. dit :

    Article très pertinent… A retenir une chose, personne ne souhaite éradiquer le requin mais juste rétablir les choses, pour que cela puissent redevenir comme avant. Et quand je lis dans certain commentaires qu'il y a dans le temps un tué par an par les requins à la Réunion, je me demande où vous allez chercher ça… Si on reprend les stats, en aucun cas on a eu un mort par an à la Réunion sur les 20 derniers années, et encore moins à Saint-Gilles, la ZONE BALNEAIRE.

    Aussi, l'Homme (être humain) fait également parti de la système… il ne faut pas l'oublier, quand un animal ce fait attaquer par un autre, sa réaction n'est-elle pas de se défendre sans pour autant décider d'éliminer toute la race de l'animal qui vient de l'attaquer ? Et bien, ce qu'il est demandé à la Réunion c'est un peu la même chose. Sauf que cela va faire bientôt un an que des solutions sont demandés et que personnes (politicien) ne réagit.

    A tous les "écolos" pronant la protection du bouledogue (qui n'est en rien une race en voie d'extinction) qu'ils soient cohérent avec eux-mêmes, qu'ils aillent s'attaquer d'abord à ceux qui font de vraies massacres avec les pêches industrielles et massives d'espèces protéger avant de venir hurler devant la pêche de quelques spécimens dangereux. Qu'ils regardent le lagon de la Réunion et se rendent compte qu'en protégeant ces requins ils acceptent et soutiennent la destruction de ces lagons, de races de poissons qui étaient avant présent dans cette zone, de la disparition d'autre requin (pointe blanche notamment) et aussi qu'ils se rendent compte qu'avec une réserve marine les requins viennent simplement élire domicile dans un endroit où ils n'étaient pas auparavant et donc disparaissent des zones aux alentours pouvant également provoquer un déséquilibre dans l'écosystème non négligeable. Les surfeurs sont les cibles aujourd'hui car ils sont en première ligne, qu'ils sortent de l'eau et demain se sera un baigneur c'est aussi simple que ça.

    A tous ceux qui protègent les requins et se manifestent comme des écolos protecteur des océans et de la terre : Vous trouvez normal que l'homme joue à dieux en créant des réserves marines ? En toute franchise, et pour ma part, je ne vous écouterai que lorsque vous arrêterez de vous noyer dans l'incohérence et le mensonge, que lorsque vous assumerez et ferez ce que vous dite, que lorsque vous serez capable de prouver que vous appliquez à vous ce que vous prônez. Vous croyez en ce que vous dites ? parfait, alors arrêtez de polluer l'air avec des voitures (ou tout autre engin), ne mangez pas de poissons ou de viandes (et attention de ne pas manger des légumes ou plantes rares), n'utilisez que des sources énergétiques naturel (tel que le solaire mais attention à l'origine des panneaux solaires, il ne faut qu'ils viennent d'une industrie polluante), mettez en place un système de récupération des eaux usées pour les renouveler et pouvoir les réutiliser, retirer tous les insecticides de votre domicile, n'habitez uniquement dans des lieux construit de manière écologique, jetez vos oreillers en plume d'oie (ou autre – idem pour couverture et manteaux), ne portez pas de vêtements ou chaussure ou autre accessoires en peau (ou peau retournée) et boycotté les marques qui font des produits en peau également, ne fumez que des éléments naturels non issu de l'industrie lourde (tout d'un coup vos pensez vont être différentes je pense 😉 ), déconnectez vos portables et vos internets (et oui car cela aussi est issu d'une industrie en partie polluante tant par les matériaux qu'ils utilisent que par leur manière de produire)… et j'en passe. En gros vivez de manière primitive, car c'est l'unique solution pour ne plus avoir un véritable "mauvais" impact sur l'environnement et accusez l'évolution…

    Franchement je commence à en avoir marre des discours, commentaires et articles accusant de tous les mots de la terre les surfeurs réunionnais car ils demandent simplement de pouvoir pratiquer leur passion dans les conditions qu'ils ont toujours connu avant que l'Homme ne décide de se prendre pour dieu. Surtout quand on voit l'origine de ces mots souvent issue de personnes n'ayant jamais mis un pied à la plage ou dans l'eau et voir même très souvent jamais mis un pied à la Réunion et qui se revendiquent en 10 secondes des grands connaisseurs du sujet.

    La faute que l'on peut retourner aux surfeurs, la seule et unique, est qu'ils aient attendu beaucoup trop longtemps pour s'avouer que les choses étaient en train de mal tourné, car le problème ne date pas d'un an mais de bientôt presque deux ou trois ans. Ils auraient peut-être aussi due s'impliquer dans la mise en place de la réserve marine plutôt que d'attendre le pire.

    Sur ceux, à plus tard…

  27. Laurent dit :

    Merci pour cet article bien pensé.

    Une autre idée;

    Il arrivera un moment on l'on se rendra compte, si ce n'est en passe d'être fait, que les requins bouledogues ont assimilé les surfers/moreyeurs/glisseurs comme une nouvelle forme de proie.

    Je veux dire par là qu'ils transmettront à leur descendant, qu'ils apprendront à leur petit à venir chercher ces proies là.

    Les orques le font (et bien d'autre mammifères marins également), les requins bouledogues sur l'ile de la Réunion sont en train de l'apprendre.

    Et là se posera la question de savoir si, une bonne fois pour toute, l'humain à le droit de défendre sa vie.

    La question ne se pose même pas.

    • Penti974 dit :

      Pas d'accord du tout. D'une part il faut vous rendre compte que ces morsures sont des accidents et non des actes de prédation délibérés, sinon les victimes se compteraient par milliers, moi le premier qui pratique régulièrement la plongée ou la nage en mer ne serait pas là pour écrire ces lignes.

      D'autre part nous nous défendons sur notre territoire, qui est la terre ferme. L'esu reste pour nous un élément étranger, que pour 99% d'entre nous nous fréquentons par loisir et non par nécessité de survie. Le jour où des requins sortirons de l'eau et viendront nous attaquer dans notre sommeil ou nos activités vivrières (comme le faisaient les loups à une époque par exemple) nous pourrons parler de nous défendre, mais on n'en est pas encore là.

  28. Kim dit :

    Ce qui est positif la dedans c'est que je vois une communauté très mobilisée autour de cette thématique. Le nombre de commentaires sur les derniers articles liés aux attaques de requins explose les stats de votre Blog Surf Prévention! Bravo pour élever le débat.

    Ce serait bien que cela soit régulièrement le cas.

  29. Bonjour,

    Etant directement mis en cause dans cet article, je me permets un court droit de réponse. Notre association, Longitude 181 Nature a rejoint le collectif monté sur place afin de proposer une charte demandant le respect des réglementations en place et notamment la poursuite de l'étude CHARC et le maintien telle qu'elle de l'aire marine protégée. Nous déplorons, bien entendu, que de tels accidents se produisent. Certains d'entre nous sont océanologues plongeurs et spécialistes des requins et notamment des grands blancs, nous connaissons donc trés bien ces espéces. Nous ne sommes pas opportunistes , puisque depuis 2002 nous intervenons au travers de nos Centres Ambassadeurs dans le monde entier pour faire changer le comportement des plongeurs vis à vis de l'environnement marin et des populations riveraines. Nous intervenons aussi sur la question de la surpèche depuis longtemps. La corrida et la consommation de viande ne sont pas nos domaines directs, d'autres s'en occupent.

    Nous ne condamnons pas non plus la pêche dans ce qu'elle a de noble, nous condamnons celle qui consiste à piller systématiquement la ressource.

    En tant que spécialiste de l'alimentaire, par contre, je peux vous affirmer que tous les poissons de haut de chaîne alimentaire présentent une chair contenant des polluants dangereux pour la consommation. C'est aussi là où le bas blesse. Prétendre rechercher une toxine pour voir si l'autorisation de pêche au requin peut être donnée alors qu'on ne recherchera pas les polluants de style métaux lourds ou pesticides. C'est sûr , l'intoxication avec ces produits est plus longue et plus discrète.

    Des surfers soutiennent notre action, nous nous garderons bien de stigmatiser une partie des usagers de la mer, aussi nous vous remercions de faire de même dans l'autre sens.

    Pour finir, si la définition de l'aire marine en question est remise en question, ce sera un signal fort donné à tous les chasseurs d'ailerons de requins qui trouverons là une formidable légitimité pour leur massacre. Effectivement, je suis entièrement d'accord avec vous, il faut raisonner plus globalement…

    Aquatiquement

  30. Penti974 dit :

    Bonjour,

    Il y a une différence énorme entre tuer un animal pour se nourrir et tuer un animal pour se divertir ou pouvoir se divertir. En ce sens la pratique de la corrida et le fait de tuer des requins pour pouvoir faire du surf sont à mettre exactement dans le même panier.

    La plupart des personnes qui sont contre le "prélêvement" de requins sont également contre la corrida.

    Mais il existe une autre différence, qui est que les taureaux de corrida sont des animaux d'élevage, qui n'existent (et n'ont échappé à la boucherie qu'ont connu leurs congénères non choisis pour l'arène) que parce que l'homme les élève, alors que les requins sont des animaux sauvages, prédateurs suprêmes indispensables au milieu dans lequel ils évoluent et déjà mis en danger par la pêche pour le commerce de leurs ailerons.

    La symbolique est forte, tuer un animal sauvage en voie de disparition pour pouvoir pratiquer un loisir (j'entends par là quelque chose qui n'est pas vital) est-il acceptable ?

    Trouveriez vous normal de tuer des lions ou des rhinocéros africains pour pouvoir pratiquer paisiblement la randonnée en savane ?

    ou encore de "prélever" les ours blancs pour pouvoir faire du ski de fond sans danger vers le cercle polaire ?

    Nous sommes tous attristés par les malheurs qui ont frappé ces jeunes gens et ces familles, mais au delà de l'émotion il faut réfléchir à tête reposée et savoir rester raisonnable, si une activité de nature est dangereuse à cause de la nature (requins dans l'océan, avalanches en montagne, tempêtes en alpinisme, éboulements sur les falaises) il faut prendre ses responsabilités et soit accepter de prendre le risque soit renoncer à pratiquer cette activité.

  31. greg dit :

    http://www.agoravox.fr/actualites/environnement/a
    Et oui mais tout ça est faux!!!!bien sur! tout le monde ment sauf les surfers!!

  32. scoubah dit :

    – pas l'air d'être ecolo bobo parigot lui ? si ?c'en est un ?

    http://www.zinfos974.com/Il-va-nager-pour-montrer

  33. Dav dit :

    Enorme beachcomber, j adore les coms intelligents

    • Beachcomber dit :

      Merci Dav.
      J'adorerais débattre de la même façon avec des personnes d'opinion différente. Mais il faut croire que la politesse dans les échanges et l'humilité manque cruellement dans certains espaces d'expression…

  34. Pendant ce temps, on apprend aujourd'hui dans Sud-Ouest que la pêche au requin se poursuit paisiblement sur la côte atlantique de la France…

    "Une fois pêché, le requin bleu est vendu 100 euros les 15 kilos environ. « C'est un poisson qui se vend bien, surtout l'été », reconnaît le père pêcheur."

    A lire ici : http://www.sudouest.fr/2012/08/22/landes-des-requ

  35. Sly dit :

    Je pense que Didier Dérand fait autant de mal aux ecolos que l'auteur de cette "article" aux surfers….

  36. Christophe dit :

    Bonjour,

    mais c'est Surf Prevention qui a écrit ça ???…non mais arrêtez là, ça décrédibilise complètement votre notoriété : surveillez vos auteurs et vos publications !!! Un vrai ramassi de C…..  cet article mais je ne vais pas tout commenter ça prendrai des lustres.

    Pour l'auteur de cet article : va voir ça, ça te fera pas de mal : http://www.linfo.re/-Societe-/La-pollution-marinehttp://linfo.re/-Chroniques-/article380025

    Les seuls trucs censés que j'ai vu depuis la polémique requin à La Réunion.

    « Au lieu de s’attaquer en priorité à la surpêche industrielle, on s’attaque à un petit groupe de surfeurs qui réfléchit à l’intérêt d’une pêche préventive. Ne se trompe-t-on pas de cible ?  »

    T'as raison, on se trompe de cible, les surfers aussi je dirais…le vrai problème ne vient pas de la mer mais de la terre : le véritable responsable c'est l'homme lui-même. Outre la surpêche, ce qui se passe à La Réunion c'est que la qualité de l'eau s'est considérablement dégradée ces dernières années. Et apparemment le Bouledogue vit plutot dans l'eau turbide et les milieux dégradés (ce n'est pas le cas de la plupart des spots à la Réunion???) Et qu'on fait les surfers de La Réunion à ce niveau ces 30 dernières années ???…alors maintenant voilà, on essaie d'éteindre l'incendie en voulant faire des pêches « préventives ». Toi aussi tu n'as pas l'air contre…pfff belle connerie ! La nature a horreur du vide, les bouldogues péchés seront immédiatement remplacés…et après ? On tue et on tue encore. Non soyons sérieux, on peut pas continuer comme ça, il faut régler le problème à la source !

    Pourquoi certains s'évertuent à protéger les requins, je cite : « les requins ont un rôle écologique indispensable dans les mers et les océans: la biodiversité et l'équilibre des populations seront fortement perturbés si une modification de la chaine alimentaire venait à intervenir »

    tu dis : « Est-il logique de laisser s’éteindre des espèces de requins inoffensives pour l’homme et de laisser proliférer les plus agressifs comme les requins-bouledogues, les tigres ou les grands blancs ? »

    Complètement faux : sois curieux et va sur le net, tu verras. La plupart des espèces de requin sont en baisse constante, le requin blanc est carrément en voie de disparition.
    C'est malheureux d'écrire des trucs pareils sans vérifier…

    et stp, parle pas de corrida et de ton copain qui adore ça, tu t'égares…on voit vraiment pas où tu veux en venir. Et ta dernière photo ? C'est quoi le but ??? Tu mélanges tout, tu écris n'importe quoi alors stp, rends service à Surf Prevention et aux gens qui te lisent : n'écris plus !

    Bon j'marrête là, perdu trop de temps avec ça…Bon courage aux surfers réunionais et battez vous pour la qualité des eaux !

    Christophe

  37. Patricia Bacqui&egra dit :

    AMHA, l'article est très bien réalisé ; à partir d'exemples concrets, il propose une réflexion et met en évidence des attitudes et des comportements paradoxaux, accompagnés de réactions agressives.

    J'aimerais, moi aussi, partager quelques liens :
    http://www.zinfos974.com/A-qui-profitent-les-fermhttp://mobile.agoravox.fr/actualites/environnemenhttp://www.youtube.com/watch?v=Q5gl1MB8AQg

    Le requin bouledogue n'est pas une espèce protégée. Ce requin côtier et semi-pélagique est particulièrement agressif,opportuniste, se plaît dans les lieux surpeuplés et pollués. Il évolue en milieu marin et aussi en eau douce, nécessaire à sa reproduction. Les eaux chaudes et froides lui conviennent. Il est omnivore et même cannibale. Autant dire que sa capcité d'adaptation, sur une planète globalement polluée, avec 3/4 de la population mondiale vivant sur le littoral et 3/4 de la population mondiale vivant en milieu urbain, est favorisée par nos modes de vie. De là à imaginer un scénario "fiction" d'acteurs économiques "surfant" sur une nouvelle forme d'"eco" tourisme, il n'y a qu'un pas que le bon sens ne devrait pas supporter… Intolérable idée que l'Homme puisse instaurer des structures de ce type : "Bienvenue à Bullsharkoland, ici on nettoie gratos !"

    Protéger les espèces animales menacées est une chose ! Croire que l'on est en présence d'une espèce protégée en parlant de requin bouledogue en est une autre ! Quand bien même il serait protégé, il faut avoir présent à l'esprit que REGULER C'EST PROTEGER ! ou plus exactement réguler c'est protéger globalement en prenant en compte l'écosystème et pas seulement une espèce. A partir du moment ou un grand prédateur porte atteinte au milieu dans lequel il a été installé par l'Homme, ce même Homme doit intervenir pour tenter de rétablir un équilibre en régulant. Bien sûr, la régulation est une mesure d'urgence et tout est formulé là :
    http://www.petitions24.net/pour_la_securisation_d

    Ici, c'est l'Homme qui souffre du grand prédateur et là est tout le problème ! Le requin bouledogue a été installé par certains humains et sont défendus par des misanthropes et/ou des opportunistes alors que d'autres humains ayant un lien direct et durable avec leur environnement en souffrent et sont injustement sacrifiés.

    Concernant les différentes sources de pollution, il est vain de se renvoyer la balle en disant que la cause est soit maritime, soit terrestre.Le littoral n'est pas un frontière, mais bien un lieu d'échanges ou l'être humain a sa place. Les causes potentielles, très souvent listées et décrites comme multifactorielles prennent en compte la pollution terrestre. Quand on lit que quelques jours de pluie et leurs conséquences suffisent à avoir un effet désastreux sur le corail, on peut se demander si les mesures prises pour la protection du corail étaient réellement les bonnes.

    Bon courage à tous et qu'une solution durable voit le jour !

    • Christophe dit :

      he Patricia !…une solution durable tu dis ! et tu penses que le prélèvement de requins bouldogues est une solution durable ???
      Tu auras beau faire des "prélèvements", la place libérée sera à nouveau occupée par un autre requin bouldogue. La solution durable c'est de s'attaquer à la cause et non pas à la conséquence ! Donc la pollution…qui vient en grosse partie de l'ile.

      Et si tout le monde se mobilisait pour mettre la pression aux maires pour avoir des stations d'épuration digne de ce nom ?
      En retrouvant une bonne qualité des eaux, on fait d'une pierre 2 coups : le milieu ne convient plus aux bouldogues (puisqu'il aime les eaux turbides et polluées) donc il ne revient pas, le récif a un milieu plus propice pour son développement et toute la faune qui va avec se développe….mais ça ça prendra évidemment plus de temps et plus d'argent, c'est le prix à payer de la surpopulation et de la surconsommation !

  38. Nono dit :

    Il faudrait trouver la cause ou les causes du problème requin à la réunion. Il semble toujours il y'avoir eu des requins mais depuis quelques année le nombre d'attaque augmente de manière très significative, il c'est donc passer certain évènements entre temps qui ont amené un plus grand nombre de requin sur les cotes de la réunion ( la réserve, eau pollués, surpeche au large….) Le véritable enjeux de la réunion n'est pas de faire fuir (exterminer) tout les requins, ou de fermer tout les spots de surf est interdire la baignade. Le véritable enjeux est de préserver les requins tout en minimisant les risques d'une attaque sur l'homme, c'est à dire vivre en cohabitation. Après c'est aux spécialistes de trouver les solutions adéquates et de les mettre en place pour permettre une cohabitation entre homme et requin avec un minimum de risque dans un soucis de durabilité.

  39. Sea Shepherd dit :

    Paul Watson est accusé par certains Etats (Japon, Costa Rica, Allemagne, Taiwan, Namibie) de sauver et protéger les océans..cela dérange certaines nations qui brassent des milliards en vidant, massacrant et polluant nos océans en TOUTE INEGALITE ! du coup un mandat d'arrêt a été déposé dans ces pays en question afin d'emprisonner Paul Watson, sachant que sa tête est mise à prix par la mafia taiwanaise..
    Afin qu'il trouve un pays d'accueil pour assurer sa protection, une pétition est mis en ligne..
    Vous souhaitez sauver la planète et nos océans, cliquer sur le lien ci-dessous et signer..merci
    http://www.avaaz.org/fr/petition/Pour_que_la_Fran

Laisser un commentaire