Les surfeurs de Mundaka sont mobilisés pour protéger leur vague mythique : de nouvelles opérations de dragage en cours pourraient menacer la qualité de l’une des plus belles gauches du monde située dans la réserve naturelle d’Urdaibai au Pays Basque.

Signez la pétition.

save mundaka

La colère des surfeurs locaux vient du fait qu’ils ne connaissent pas l’impact des travaux qui ont lieu actuellement à proximité de leur spot.

La municipalité d’Ibarrangelu souhaite retrouver du sable sec à marée haute sur la plage de Laida, située en amont dans l’estuaire de la rivière de Mundaka qui débouche sur le spot. Cette plage de Laida a disparu sous l’effet de l’érosion consécutive aux tempêtes qui ont affecté le littoral basque entre janvier et mars 2014. Mais plutôt que d’attendre que le sable revienne naturellement sur la plage Laida, ce qui prendrait environ 7 ans, les autorités ont décidé d’accélérer le processus en allant chercher du sable où il y en a pour remblayer cette plage. Motif invoqué pour cette intervention : les retombées économiques générées par cette plage qui accueille chaque année 210.000 visiteurs et génère 4,85 millions d’euros de recettes pour la zone.

Pour recharger Laida en sable, il est prévu de ramener 40.000 m³ de sable en provenance du dragage du petit port de Mundaka et de la zone intertidale de Laida (où le sable n’est accessible qu’à marée basse mais recouvert à marée haute). Le fond sableux est labouré à marée basse pour faciliter les mouvements de sédiments et permettre qu’ils s’accumulent sur la plage de Laida.

Problème : ce sable prélevé pour réengraisser Laida est le même que celui qui alimente le banc de sable de Mundaka jusqu’à l’automne où il produit chaque année des vagues de classe mondiale. Et la dernière fois que cela s’est passé, ça a été la catastrophe : en 2003, quand 300.000 m³ de sable ont été prélevés dans le fond de la rivière pour engraisser Laida, la vague a beaucoup perdu de sa superbe et il a fallu attendre 2006 pour qu’elle renaisse enfin et 2009 pour y revoir une session absolument épique.

Échaudés par cet épisode de 2003, les surfeurs locaux sont très mécontents de ne pas avoir été suffisamment consultés pour ces opérations et demandent aux autorités toutes les garanties pour s’assurer que les travaux n’altéreront pas la vague de Mundaka.

Dans un communiqué, le Club de Surf de Mundaka demande l’arrêt des travaux et exhorte les autorités à protéger le banc de sable de Mundaka. Devant les incertitudes, ils demandent une étude plus approfondie de l’impact environnemental qui fait défaut actuellement. Ils reprochent également aux ouvriers de ne pas suivre les plans initialement présentés et de ne pas respecter les distances de sécurité d’au moins 100 mètres avec le rivage.

Les surfeurs sont allés au devant des ouvriers pour leur demander des explications comme on peut le voir sur la vidéo :

Les surfeurs veulent mettre en avant le fait que la vague de Mundaka a aussi une valeur inestimable pour l’attractivité touristique et économique de la région. Et que sa préservation devrait donc être une priorité absolue pour les politiques.

La solution pour protéger définitivement cette vague serait de la faire reconnaître dans le Patrimoine Mondial de l’UNESCO, comme le proposait Surfrider Foundation Europe.

En attendant, les surfeurs devront attendre le mois d’octobre pour constater d’eux-mêmes si ces travaux de dragage ont altéré la qualité de leur vague favorite.

Pour soutenir les surfeurs de Mundaka, signez la pétition.

Plus d’informations :
http://www.surf30.net/2015/05/comunicado-de-mundakako-surf-taldea.html
http://www.surfilmfestibal.com/blog/2015/05/12/actuacion-surfilmfestibal-en-relacion-a-la-intervencion-para-recuperar-playa-de-laida-mayo-2015/

A propos de l'auteur :

Surf Prevention est le site sur le Surf, la Sécurité, la Santé et l'Environnement.

 

Tags: , , , , , ,

 

3 Commentaires

  1. Burgue dit :

    no au Dragage a Urdaibai

  2. Alcalde dit :

    No al dragado !!!

  3. Des images rassurantes de Mundaka ces derniers jours qui montrent que la vague n’a pas trop souffert de ces travaux :

Laisser un commentaire