La crise requin à la Réunion n’en finit plus avec une dernière attaque mortelle survenue au mois de février. Malgré une série de mesures prises pendant ce quinquennat, les positions politiques au plus haut niveau ont oscillé entre un laisser-faire et des velléités d’agir.

Comment se positionnent aujourd’hui les candidats déclarés à l’élection présidentielle 2017 sur les moyens de prévention à mettre en oeuvre et l’intensification de la pêche réclamée par des associations de prévention sur l’île ? Certains se sont mouillés sur ce sujet sensible.

Emmanuel Macron s’est exprimé sur le sujet pas plus tard qu’hier à l’occasion de son passage sur l’île de La Réunion. Il a exprimé un avis tranché :

« Je suis non seulement pour [cette pêche] mais je suis favorable à ce qu’on rouvre le sujet de la commercialisation et justement de la chasse. On sait qu’ici ce sont le requin bouledogue et le requin tigre qui sont concernés avec une surpopulation. Pourquoi ? Parce qu’il y a eu des protections, on est en réserve naturelle et donc il y a une protection de poissons et on arrive à ce déséquilibre. A la fois il y a un problème de sécurité pour les Réunionnais et les Réunionnaises, ensuite il y a un conflit d’usage : on ne peut plus exploiter le tourisme ni les activités sportives et en particulier le surf, la voile et toutes les activités balnéaires qui sont liées. Et à côté de ça, on pourra exploiter certaines activités marchandes si on décide de rouvrir cela. Je souhaite donc continuer les prélèvements et rouvrir ce sujet. »

En visite sur l’Île de La Réunion en 2015, le candidat béarnais Jean Lassalle, connu pour ses prises de positions radicales sur le loup et la protection des élevages, s’est intéressé au dossier requin :

« C’est un grand problème que je découvre. C’est un énorme problème parce que nous n’avons pas les institutions qui sont adaptées à ce type de problème. La cohabitation avec les fauves, qu’ils soient dans la mer ou dans la nature, n’est pas organisée et on laisse de pauvres hommes faire face à des fauves qui n’y sont pour rien, mais qui sont là, sans la moindre possibilité d’action, sinon à organiser la détestation des uns par rapport aux autres. Aujourd’hui je pense qu’il n’y a pas d’autre solution [que les prélèvements] mais il faut travailler à en élaborer parce que c’est l’évolution du monde moderne qui nous confronte à ce genre de situation. »

On se souvient que la candidat malheureux de la primaire de la droite et du centre Alain Juppé avait été le premier à s’intéresser à la situation de La Réunion en allant jusqu’à se baigner sur le spot de Boucan Canot protégé par des filets anti-requins.

alain juppe

Les associations de prévention du risque requin à La Réunion comme OPR travaillent à sensibiliser tous les candidats à cette problématique et essaieront de recueillir l’avis des autres candidats comme Nicolas Dupont-Aignan qui a été interpellé en pleine réunion publique sur le sujet par Jean-François Nativel, l’auteur du livre Requins à La Réunion, une tragédie moderne.

A propos de l'auteur :

Surf Prevention est le site sur le Surf, la Sécurité, la Santé et l'Environnement.

 

Tags: , , , , , ,

 

Pas de commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire

Laisser un commentaire