Depuis une semaine, la nouvelle de l’interdiction de toutes les activités de surf foil à Anglet (kite, surf et SUP foil) fait grand bruit dans le mundillo du surf et a déjà fait la une des sites spécialisés : Surf Session, MagicSeaweed, CarveMag, StabMag

Anglet y est présentée comme la première ville au monde à franchir le cap d’une prohibition totale du foil. Nous verrons en bas d’article que d’autres communes de la Côte Basque ont déjà pris des arrêtés d’interdiction plus nuancés*.

J’écris cette tribune en tant que pratiquant débutant pour dire pourquoi il est incohérent et anachronique d’interdire le foil dans la région où est né le surf en France. Une pétition en ligne est jointe en bas d’article.

Le foil est une discipline très jeune mais qui grandit à vitesse grand V. Quand on voit la progression du matériel et des pratiquants en seulement quelques mois, on se dit que ce nouveau support a un énorme potentiel pour devenir un vecteur de glisse d’avenir.

Il y a à peine un an, Laird Hamilton faisait une démo remarquée à Biarritz et sur le spot de Parlementia. Au fil des semaines, nous avons vu Kai Lenny repousser toujours plus les limites en surfant du petit à San Sebastian et du très gros à Jaws, et en tentant des manœuvres impossibles.

Dans le même temps, différentes marques (Naish, F-One, Takuma, Sroka, etc.) commercialisaient du matériel en vente libre à destination d’un public averti.

Pour le moment, le foil est surtout pratiqué par une élite en France, et certains des meilleurs surf foilers actuels comme Xavier Leroy, Stéphane Iralour ou le jeune Matthieu Aguirre viennent de la Côte Basque. On peut également citer des watermen basques comme Ludovic Dulou, Peyo Lizarazu, Manu Portet ou Nicolas Thouand qui ont adopté la discipline et y excellent. Aujourd’hui, les interdictions mettent ces surfeurs de haut niveau en situation de hors-la-loi, alors qu’ils maîtrisent leur art et prônent une pratique responsable.

Photo : Le jeune espoir Matthieu Aguirre photographié en surf foil par Iñaki Armagnacq (Instagram @Pickiller).

Alors qu’on ne connaît pas encore bien l’accidentologie liée à ces pratiques (une étude vient d’être lancée), l’interdiction totale apparaît comme arbitraire et abusive.

Imaginez un instant que la même chose se soit produite lors de l’arrivée du surf en France dans les années 50. Devant l’apparition de planches lourdes et incontrôlables (sans leash à l’époque !) qui menaçaient les baigneurs, les autorités locales auraient très bien pu prendre la décision de facilité de l’interdire. Et nous n’aurions jamais connu le développement du surf sur la Côte Basque qui en fait aujourd’hui un haut-lieu reconnu au niveau mondial.

A chaque fois qu’une nouvelle discipline apparaît, c’est la même chose : les « anciens » voudraient interdire les « nouveaux » d’investir leur surface de glisse. Nous l’avons vécu il n’y a pas si longtemps avec l’arrivée du Stand-Up Paddle pour lequel certains surfeurs prônaient l’interdiction pure et simple. A la montagne, c’est pareil avec les snowboardeurs qui ont longtemps été considérés par les skieurs comme « persona non grata » (et sont encore interdits dans certaines stations !)

Aujourd’hui, les SUP apparaîtraient presque comme des enfants de chœur à côté des foileurs qui vont beaucoup plus vite et peuvent surfer des vagues qui déferlent à peine et glisser beaucoup plus longtemps.

Il y a aussi le phénomène de la multiplication des interdictions en France pour se prémunir des risques les plus improbables comme nous l’avons vu avec le projet d’interdiction du SUP sur les Lacs du Parc National des Pyrénées. On ouvre le parapluie de plus en plus souvent, et parfois sans avoir la moindre notion des risques réels liés à une pratique…

Plutôt qu’une interdiction, il faudrait favoriser un encadrement adapté des différentes disciplines liées au foil. Réglementer intelligemment ne peut se faire qu’en prenant le temps d’écouter les acteurs pionniers de la discipline, comme Bruno André qui faisait du surf foil avant tout le monde en France ou Eric Terrien très en pointe sur le développement du foil.

Ceux-ci vous expliqueront que le foil ne peut pas (et ne doit pas) se pratiquer n’importe où, et qu’il est surtout intéressant là où le surf classique ne peut pas aller. Il y a tout un tas de spots sur la Côte Basque et dans le monde qui sont considérés comme trop mous pour le surf mais qui deviennent de véritables paradis du foil. C’est aussi le cas un peu partout quand les vagues deviennent trop petites, trop molles, ou que la marée est trop haute pour surfer.

Il suffit d’essayer le foil pour comprendre que le foileur est surtout dangereux pour lui-même car le risque principal pour le pratiquant est de se heurter contre son propre foil (raison pour laquelle le néophyte doit s’équiper d’un maximum de protections et au moins d’un casque et d’une impact vest). Un débutant en foil n’ira pas bien loin et ne constituera pas une menace pour les autres surfeurs s’il reste bien à l’écart. Un foileur expérimenté prendra beaucoup plus de vitesse mais saura davantage éviter les situations à risques.

Considérant tout cela, difficile d’affirmer aujourd’hui que le foil est aussi dangereux qu’il en a l’air au premier abord. On voit beaucoup de spots, à Hawaii notamment, où de parfois très jeunes foileurs partagent l’espace avec d’autres surfeurs, sans que cela ne pose de problème. Du matériel de moins en moins lourd, et de plus en plus sécurisé se développe, rendant la pratique moins risquée.

A l’heure actuelle, on sait par contre que la discipline la plus dangereuse sur les plages, et de très loin en nombre d’accidents, est le shortboard. Mais personne ne penserait sérieusement à l’interdire !

Attention : si aujourd’hui on laisse interdire le foil, demain ce sera le SUP qui sera menacé. Et dans notre société ultra-sécuritaire et ultra-réglementaire, après-demain ce seront les grandes planches puis le surf qui seront interdits.

Ne tombons pas là-dedans. Acceptons les risques de chacune de nos activités. Étudions-les. Diffusons les règles de bonne pratique. Développons du matériel plus sécurisé. Et nous pourrons tous continuer à glisser, chacun à notre place, sur le vaste espace qu’offre l’océan.

Le kite foil et le wind foil posent des questions spécifiques mais là aussi nous avons affaire à des pratiquants chevronnés et responsables qui en plus pratiquent leur discipline au large. Fun Kite Sud-Ouest s’est ému de cette nouvelle réglementation dans un communiqué  (voir ci-dessous).

La première compétition régionale de kitefoil a d’ailleurs eu lieu ce week-end sur la Côte Basque, non pas à Anglet, mais à Hendaye organisée par le Anglet Kitesurf, YCAA Voile et le CDV 64.

Aujourd’hui le foil souffre de sa jeunesse et de son développement très rapide. La discipline n’est pas encore structurée, il n’y a pas de fédération nationale ou internationale pour organiser et défendre les sports qui y sont liés. Aujourd’hui cela devrait être aux fédérations de surf et de voile de « prendre sous leur aile » ou non ces disciplines. Mais on ne pourra pas rester dans le flou artistique et juridique bien longtemps.

Je propose qu’une table ronde soit organisée entre les acteurs du monde du foil, les agents et les élus des mairies concernées pour mettre au point une réglementation consensuelle sur la Côte Basque.

La Côte Basque ne peut pas devenir la zone où les activités de glisse futuriste comme le foil sont prohibées, alors que dans le même temps elle se voudrait être un « living lab » des nouvelles tendances de glisse.

Foil surfing is not a crime.

Guillaume Barucq.

Non à une Interdiction Totale du Surf Foil sur la Côte Basque

  

Non à une prohibition totale du foil (surf, SUP, kitefoil et windfoil) sur la Côte Basque. Oui à un encadrement adapté des pratiques et à une responsabilisation des usagers.

**votre signature**

254 signatures = 51% de l’objectif
0
500

Partagez sur les reseaux sociaux

   


Latest Signatures
254 M Romain C. Nov 16, 2018
253 M Christian D. Oct 28, 2018
252 M sylvain E. Oct 25, 2018
251 M Franck M. Oct 16, 2018
250 Mme Marie-Victoire D. Oct 12, 2018
249 M Jules G. Oct 12, 2018
248 M Jean d. Oct 11, 2018
247 M Dominique A. Oct 11, 2018
246 Mme Milena W. Oct 11, 2018
245 M Cesar A. Oct 11, 2018
244 M Raphaël d. Oct 11, 2018
243 M Frederic D. Oct 09, 2018
242 M stephane d. Oct 09, 2018
241 M Pierre M. Oct 07, 2018
240 M christophe s. Août 23, 2018
239 M olivier L. Août 15, 2018
238 Mme Laurent C. Août 12, 2018
237 M eric n. Août 11, 2018
236 Mme Virginie M. Juil 31, 2018
235 M laurent n. Juil 30, 2018
234 M. benoit c. Juil 21, 2018
233 M Nicolas J. Juil 20, 2018
232 M. Ortwin C. Juil 19, 2018
231 M Augustin H. Juil 18, 2018
230 M GILLES F. Juil 15, 2018
229 M alejandro a. Juil 10, 2018
228 M M L. Juin 27, 2018
227 M Christophe A. Juin 27, 2018
226 M Michel T. Juin 26, 2018
225 M Benoit C. Juin 26, 2018
224 M Jean M. Juin 26, 2018
223 M Nicolas L. Juin 26, 2018
222 M Benoit J. Juin 25, 2018
221 M Marc V. Juin 22, 2018
220 M Sébastien V. Juin 21, 2018
219 M francois l. Juin 21, 2018
218 Mme Alex H. Juin 20, 2018
217 M Stephen Z. Juin 18, 2018
216 Mme Maria G. Juin 17, 2018
215 M Peter M. Juin 16, 2018
214 Dr. Fraser S. Juin 16, 2018
213 M. Gunnar B. Juin 16, 2018
212 M Seb P. Juin 15, 2018
211 Mme emmanuel p. Juin 15, 2018
210 M Sébastien D. Juin 15, 2018
209 M Christophe A. Juin 14, 2018
208 Mme Benoit C. Juin 14, 2018
207 M Jean-Pierre J. Juin 14, 2018
206 Mme Sophie M. Juin 14, 2018
205 M Thibault S. Juin 13, 2018

*Que disent exactement les arrêtés pris sur la Côte Basque exactement ?

– À Anglet, l’arrêté municipal pris le 29 Mai 2018 ne laisse pas de place à l’interprétation : il stipule que « toute activité pouvant présenter un danger pour le public (baigneurs) est formellement interdite, particulièrement les activités utilisant des foils (foil kite, foil surfing, et foil stand-up paddle) ».

– À Saint-Jean-de-Luz, l’article 11 de l’arrêté réglementant les activités nautiques stipule que les planches avec foil sont interdites sur les plages de la commune dans les zones de surf. Cet arrêté paraît aussi excessif par rapport à la réalité du terrain où certains spots offrent une zone de glisse idéale pour le foil et où des pratiquants s’exercent régulièrement.

– À Biarritz, la réglementation est plus souple comme l’explicite l’article 4 de l’arrêté municipal concernant la baignade et les activités nautiques : « la pratique du foilboard est interdite dans le périmètre des plages réglementées. » Et uniquement sur ce périmètre. Le conseiller municipal délégué au surf, Laurent Ortiz, m’a explicité que par voie de conséquence, le foil est toléré en dehors des zones et des heures de surveillance, et sur les spots non réglementés.

-Arrêté municipal pris à Anglet :

– Réaction de Fun Kite Sud-Ouest :

A propos de l'auteur :

Médecin, surfeur, blogueur sur Surf Prevention. Auteur du livre Surf Thérapie. Adjoint au maire de Biarritz à l'Environnement, Qualité de Vie et Bien-Être.

 

Tags: , , , , , , , ,

 

9 Commentaires

  1. gurval dit :

    Salut.

    Bien évidement je vais signer cette pétition. S’il y a une table ronde , je veux en être. Tu sais pourquoi guillaume 😉

  2. Antoine Saint-Paul dit :

    Oui à l’interdiction de l’utilisation de paquebots conçus pour des surfeurs moyens

  3. regis dit :

    mais tu te rends compte de se que tu dis ?un mec comme clovis ou robin qui finissent menotté et au poste traité comme des criminels a la cote des basques chez eux ;la plage ou ils sont nés et appris a surfer ;qui surfent classique sans leash ;qui n ont jamais eu d accidents ;par contre qui ont bien faillit y rester quand des mecs balancent leur planche « parcque j ai un leash » ,demande a robin de temontrer la cicatrice au frond ,demande a clovis la foi ou il a faillit se noyer et l ematome qu il a eu dans le dos quand une fille a fait son take off sur lui a deux cm de la colene et la t es ou ?avec tes petitions ,la ou on laisse des debutants dangereux surfer et faire n imaporte quoi qui ne connaissent pas les regles lachés dans la nature pendnat qu on empeche des gars qui en ont fait un metier qui ont du style ;,de la grasse et qui ont pout premier reflexe d attraper leur planche quand ils tombent ;regarde toi quand tu droppe un mexicain pendnat les mondiaux a btz ;vous ne respecter personnes vous vous donnez des droits et juger les autres ;tant mieux qu on interdise les hachoir a viande tant qu il y aura autant de tocard dans l eau ,

    • Phil dit :

      Vu l’expansion du nombre de pratiquants sur les spots de surf une réglementation doit être rédigée sur les foils , ainsi que les paddle boards pour assurer une sécurité maximale! Il faut les parquer le plus loin possible des spots . Maintenant mon point de vue sur ces 2 pratiques (paddle – foil) c’est que ces personnes n’ont rien à faire au milieu des surfeurs, ils ne font pas de take off et enlèvent toute la pureté et la difficulté du surf lorsqu’il faut prendre une vague, le duel entre l’homme et la vague n’existe plus. Aucune priorité leur est due le combat entre le surfeur et le stand up n’est pas égal! Rangez vos Foils , vos Sup au placard et reprenez le droit chemin svp !

      • Yan dit :

        Entièrement d’accord avec Phil, à quand une pétition pour interdire ces braconniers à rame ou à quille. Au final oui le surf disparaîtra au profit de bobos prétentieux qui auront les moyens de se payer ces engins hors de prix et tranchants. Plus de priorité, trois quatre vagues one shot… les autres, les vieux, attendrons… ou couperont des leash 🙂 ..A+ les beach brothers

  4. Fab65 dit :

    A titre personnel, j’estime que la multiplication des modes de glisse, et l’augmentation considérable du nombre de pratiquants, sans parler de l’hétérogénéité des niveaux de pratique, sont déjà des facteurs de risques largement suffisants pour ne pas en rajouter avec des lames de rasoir qui se baladent au line-up…
    En conséquence je suis favorable à une interdiction totale, sur certaines zones, de toutes les pratiques de foil. Pourquoi ne pas leur « réserver » certains endroits en attendant de voir ce qu’il en est réellement de l’accidentologie ? Ce pourrait être une solution intermédiaire de bon sens, il me semble.

  5. Auguste dit :

    Bonjour à tous,
    Il est vrai que depuis l’apparition des paddles, les vagues ne sont plus un terrain de jeu et de mérite.
    Combien de personnes ont peur de voir venir un de ces gros engins se coller à lui.
    l’inquiétude de croiser une lame, risque de se faire casser la planche ou physiquement.
    De plus, ça vient de loin et plus personnes s’amusent(priorité), avec quelques coups de pagaie, le gus prends presque toutes les vagues et lorsque tu demandes de laisser jouer un peu ces camarades, le gus devient sourd.
    La nature nous offre une belle récréation à tout âge(disons)alors respectons nous.

  6. Jean dit :

    Le Foil n’est pas le problème, le Foil est LA solution du problème du surf actuel. Il permet de surfer la houle. De fait il multiplie par cent le nombre de spots ! Le spot n’est plus une ligne 1D mais devient une surface 2D.
    Et puis les foilers ne seront pas des nouveaux arrivants supplémentaires sur les spots: ce sera vous !
    Déjà 4 ans que je fais du Kitefoil: pas une égratignure, pas un incident, dix fois plus de sessions qu’avant, des spots redécouverts.

Laisser un commentaire