D’après un article des Archives of Internal Medicine publié le 9 mai 2011, les médecins américains prescriraient de plus en plus souvent sur leurs ordonnances des séances de thérapies complémentaires reliant le corps à l’esprit (mind-body therapies = MBT) comme le le yoga, le tai chi, le qi gong, la méditation, l’imagerie mentale dirigée, la relaxation musculaire progressive ou encore les thérapies respiratoires.

On savait déjà que 38% des Américains – et 70 % de la population mondiale – ont recours à des médecines dites alternatives ou de complément. Ce que les chercheurs d’Harvard ont montré ici est que de plus en plus de médecins pratiquant la « médecine allopathique » ont recours à des thérapies alternatives.

D’après les chiffres de l’étude National Health Interview Survey (NHIS 2007),  6.3 millions d’Américans auraient eu recours à des thérapies psycho-corporelles sur les conseils de leur médecin contre 34,8 millions de personnes qui y ont eux recours d’elles-mêmes. Les patients adressés par le médecin étaient généralement plus malades que ceux qui avaient recours spontanément à ces thérapies.

Cela peut paraître encore relativement peu mais ces résultats indiquent une nouvelle tendance d’ouverture à des thérapies complémentaires dans le corps médical conventionnel dont de nombreux praticiens sont encore sceptiques voire réfractaires aux thérapies alternatives. Aditi Nerurkar, l’instigateur de cette étude a déclaré : « Nos résultats nous montrent que les médecins orientent les patients vers des thérapies psycho-corporelles en dernier recours une fois que les options thérapeutiques conventionnelles ont échoué. On se demande s’il ne serait pas plus bénéfique d’adresser ces patients plus tôt vers ce type de thérapies pour diminuer le recours aux soins médicaux et peut-être obtenir de meilleurs résultats chez ces patients. »

Parmi les bienfaits apportés par les thérapies alternatives, on retient la réduction du stress qui permet d’améliorer des problèmes de santé fréquents comme l’hypertension artérielle, les troubles du sommeil, la fatigue chronique, certains troubles mentaux…Certaines douleurs comme les lombalgies chroniques, la fibromyalgie, etc. peuvent bénéficier de ces thérapies complémentaires.

Ces résultats n’ont rien d’étonnant quand on sait que les Américains sont pionniers dans une thérapie alternative dont on parle beaucoup sur le site : la surf thérapie. La méditation est d’ailleurs l’une des pierres angulaires de la méthode surf thérapie telle que proposée dans le livre. Des articles sur des séances de yoga en bord de mer seront proposés dans les prochaines semaines sur le Blog Surf Prévention pour agrémenter votre cure de surf thérapie estivale !

Source : Aditi Nerurkar, MD, MPH; Gloria Yeh, MD, MPH; Roger B. Davis, ScD; Gurjeet Birdee, MD, MPH; Russell S. Phillips, MD. When Conventional Medical Providers Recommend Unconventional Medicine: Results of a National Study. Arch Intern Med. 2011;171(9):862-864.

A propos de l'auteur :

Médecin, surfeur, auteur du livre Surf Thérapie. Adjoint au maire de Biarritz à l'Environnement, Qualité de Vie et Bien-Être.

 

Tags: , , , , , , ,

 

2 Commentaires

  1. Natali dit :

    C'est vraiment bien que ces alternatives complémentaires à la médecine traditionnelle soient maintenant reconnues par les médecins.

    Moi j'y crois depuis longtemps car je pratique le yoga depuis 10 ans et cette discipline m'a beaucoup aidé non seulement à me détendre mais également à régler un problème d'ordre hormonal.

    Alors je dis oui au yoga sur prescription!

    Natali Gagnon

    Professeur de yoga au Centre Yoga Santé
    http://www.centreyogasante.ca

  2. La médecine traditionnelle à toujours soigné des millions de personnes, depuis des milliers d'années. Aujourd'hui nous parlons de psychocorporel. Aujourd'hui la médecine allopathique s'y réfère. Tant mieux!
    Ça commence à être temps, que ces médecins à blouse blanche se réveille. La médecine, n'a pas commencé avec eux!
    Je suis très heureux de voir de plus en plus l'intégration des 2 médecines. Chacune à ses forces.
    J'ai suivi mon premier cours de tai chi en 1973. Dix ans plus tard je l'enseignait, au même titre que la massothérapie, le psychocorporel et autres dites-médecines traditionnels.
    As-ton besoin d'une prescription pour se garder en santé?
    Je vous rappelle, qu'en Chine antique, semble-t-il, que le médecin n'était pas payé quand le patient devenait malade…..

Laisser un commentaire