Vous êtes-vous déjà arrêté quelques secondes dans votre vie pour Respirer, avec un grand R ?

Je ne parle pas de cette respiration trop courte avec laquelle nous avons tendance à nous ventiler le plus souvent. Si vous prêtez attention à votre respiration à cet instant où vous lisez ces lignes, vous vous apercevrez peut-être qu’elle n’est pas satisfaisante. Cette respiration superficielle peut survenir en réaction au stress ou à un air ambiant de mauvaise qualité par exemple.

Jeune femme respirant à pleins poumons l'air marin sur la plage, la respiration abdominale est bénéfique pour la santé / iStockphoto

Certaines personnes ne se rendent même pas compte qu’elles respirent, alors qu’il suffit parfois de respirer pour prendre conscience de son propre corps, et par là-même de son existence.

Nous devons réapprendre à respirer. La respiration est vitale car elle apporte l’énergie nécessaire à nos cellules et permet l’évacuation des déchets : l’inspiration permet l’oxygénation du sang qui sera propulsé par le coeur pour irriguer nos tissus alors que l’expiration élimine le gaz carbonique.

Si vous respirez mal, vous pouvez ressentir de la fatigue, de l’anxiété, des maux de tête ou une humeur triste. Une bonne respiration apporte énergie, tonus et vitalité.

La respiration se fait de manière automatique et inconsciente mais notre volonté peut en modifier le rythme et l’amplitude sur commande. Des disciplines comme le yoga, la méditation, la relaxation musculaire progressive ou encore les arts martiaux utilisent la respiration comme base essentielle de leurs techniques.

Pour se nourrir d’un bon air, il faut se retrouver dans un environnement atmosphérique préservé : ce n’est ni dans le métro d’une grande ville polluée, ni dans l’appartement d’un fumeur, ni dans la salle d’attente d’un médecin généraliste en période de grippe, que vous le trouverez…

Nous puisons l’air dans l’atmosphère et nous nous en nourrissons littéralement : nous consommons plus de 12 000 litres d’air par jour ! Mieux vaut privilégier un air pur. Pour respirer à pleins poumons, rien ne vaut la qualité de l’air marin. La respiration est l’un des piliers de la Surf Thérapie que je vous propose. Quand vous allez à la plage pour marcher, pour nager ou pour surfer, profitez-en pour RES-PI-RER !

Apprêtez-vous à nourrir votre organisme d’un air d’une qualité supérieure. L’air marin est d’une extrême pureté : il ne présente pas de polluants, pas de poussières, pas de germes,… Sa richesse en ions négatifs facilite l’assimilation de l’oxygène par les globules rouges au niveau des alvéoles pulmonaires.

Conseils pour respirer sur le sable :

N.B. : en cas d’asthme ou d’autre pathologie respiratoire, consultez votre médecin traitant ou votre pneumologue avant de vous lancer dans des exercices respiratoires.

Mettez-vous debout face à l’Océan. Plantez vos pieds parallèles dans le sable pour mieux vous « connecter » à l’environnement.

Détendez-vous et concentrez-vous sur le moment présent pour mieux en profiter : vous êtes à ce moment sur une plage, loin de vos soucis. Vous êtes libre, calme, détendu. Sentez votre musculature cervicale se détendre et vos épaules se libérer.

Pour vous détendre, je vous conseille de pratiquer une respiration abdominale « connectée » (sans marquer de pause entre les 2 temps respiratoires). Plutôt qu’une respiration inefficace et saccadée avec les épaules ou le thorax, vous allez apprendre à respirer profondément avec l’abdomen.

Inspirez amplement par le nez. Sentez la fraîcheur de l’air marin pénétrer par vos fosses nasales et emplir pleinement vos poumons jusqu’aux plus petites bronchioles de votre arbre pulmonaire. Votre abdomen se soulève au fur et à mesure de l’inspiration pour laisser le diaphragme se déployer vers l’abdomen. Vous pouvez placer une main sur votre ventre pour mieux le ressentir.

Une fois que vous avez atteint le point culminant de votre inspiration (sans chercher à gonfler exagérément vos poumons), enchaînez sur une expiration à la même vitesse.

Expirez par le nez ou par la bouche. Sentez votre paroi abdominale revenir vers la colonne lombaire. En bout d’expiration, concentrez-vous sur le court intermède et laissez votre instinct déclencher une nouvelle inspiration vitale.

Quand vous aurez trouvé la fréquence et l’amplitude respiratoires optimales, vous vous sentirez plus « zen », en phase avec la sérénité du tempo imprimé par l’Océan, votre respiration suivant les mouvements oscillatoires de la houle.

Cet exercice de respiration abdominale basique peut également se réaliser allongé ou assis confortablement dans le sable.

Conseils pour respirer dans l’eau :

Pour mieux respirer sur une planche de surf, je vous conseille la station debout sur un stand-up paddle board. Contrairement à la rame allongée, les mouvements respiratoires de votre cage thoracique ne seront pas entravés par le contact avec la planche.

Choisissez un plan d’eau plat, ou attendez une accalmie. Laissez reposer vos bras le long du corps avec la pagaie dans une main (ou posez votre pagaie sur la planche) et respirez à pleins poumons debout sur l’océan : au bout de quelques respirations, vous ressentirez une sensation de plénitude.

La respiration pourrait donner accès à un état de conscience supérieur : des émotions, des souvenirs enfouis ou refoulés au plus profond de nous peuvent remonter à la surface en utilisant certaines thérapies respiratoires. C’est peut-être pour cela qu’après une session de surf, on a plein d’idées qui viennent ; on arrive à mieux relativiser ses problèmes et à mettre sa vie en perspective.

Copyright Guillaume Barucq / Surf Thérapie© 2010.

Plus de conseils pratiques sur la respiration abdominale dans ces vidéos :

A propos de l'auteur :

Médecin, surfeur, auteur du livre Surf Thérapie. Adjoint au maire de Biarritz à l'Environnement, Qualité de Vie et Bien-Être.

 

Tags: , , , , , , , , , , , , , ,

 

Pas de commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire

Laisser un commentaire