Plus d’informations sur le site Internet de Biarritz Vague d’Avenir.

Biarritz est la ville dans laquelle je vis, travaille et surfe depuis toujours. Aujourd’hui, je suis inquiet du virage que prend la ville que j’aime, tant sur le plan social qu’environnemental. J’ai lu ce que proposaient les candidats aux municipales, et il me semble que leurs programmes manquent d’imagination et d’ambition pour Biarritz. A quelques mois des élections, je formule ici 15 suggestions pour orienter la ville sur une autre voie: celle d’un Biarritz rajeuni, éco-responsable et tourné vers l’avenir. Pour que Biarritz redevienne un phare culturel, scientifique et sportif.

– 1. Rendre le logement accessible:

C’est la priorité absolue. Biarritz est aujourd’hui rendue inaccessible aux jeunes et aux familles par des prix de l’immobilier prohibitifs et une politique orientée vers le tout-touristique estival. En 10 ans, Biarritz a perdu des milliers d’habitants et la moitié des familles qui y résidaient. Quand une ville perd sa jeunesse, elle se meurt.

La construction de nouveaux quartiers (Kléber, Aguilera, Iraty…) proposée par les candidats n’est PAS la solution. Cette bétonisation de Biarritz ne fera que déplacer le problème en périphérie en ghettoïsant les locaux dans des cités-dortoirs. Ce n’est pas en construisant des quartiers résidentiels sous le prétexte démagogique de faire du logement social qu’on résoudra le problème du logement sur la Côte Basque, mais en rendant accessible le logement existant, vide à plus de 50 % en centre-ville les trois quarts de l’année, du fait de la proportion aberrante de résidences secondaires qui font de Biarritz une ville-fantôme en hiver. Il faudrait rétablir un équilibre viable entre résidents à l’année et résidents occasionnels à Biarritz.

Les prix de l’immobilier étant devenus inaccessibles, même pour des classes moyennes supérieures, il faudrait faciliter la location à l’année, plutôt que la location saisonnière qui ne profite qu’aux estivants.

– 2. Priorité aux écoles:

Il faut impérativement sauvegarder nos écoles, au lieu d’envisager de transformer des salles de classe en logements (!); quand les familles reviendront à Biarritz, les écoles se rempliront de nouveau. Concernant la restauration scolaire, notre préoccupation essentielle devrait être de donner à manger à nos enfants une alimentation saine et de qualité en privilégiant les produits bio et locaux. Par ailleurs, la réforme contestée des rythmes scolaires imposera de mettre en place un accueil périscolaire de qualité en proposant aux enfants des activités physiques, linguistiques ou artistiques.

– 3. Investir dans la qualité de l’eau de mer:

L’océan est notre or bleu. Il faut le préserver et se donner les moyens d’avoir une eau de qualité dans les zones de baignade et d’activités nautiques. Cette qualité de l’eau doit être recherchée à l’année, et non plus exclusivement pendant la haute saison. Pour ce faire, il faut traiter le problème à la source, et non pas le contourner en rejetant des eaux contaminées plus loin dans l’océan. Tout cela demandera de lourds investissements à répartir sur un plan pluri-annuel de reconquête de la qualité des eaux de baignade. Les capacités de traitement de la station d’épuration devront être adaptées à la population estivale. Il faudra également faire appel à des solutions innovantes pour éviter que les eaux de ruissellement ne terminent leur course dans la mer. Il est impératif de mieux informer les usagers en temps réel sur la qualité de l’eau.

– 4. Se préoccuper de la qualité de l’air:

La qualité de l’air est liée à la qualité de l’eau de mer dans une station balnéaire. Mais elle est aussi liée aux sources de pollution atmosphérique que sont la circulation automobile ou le chauffage des habitations. Il est alarmant de constater que les pics de pollution de l’air aux particules fines se multiplient sur le BAB. La qualité de l’air n’est pas uniquement l’affaire des grandes villes. Il faudrait contrôler la qualité de l’air à Biarritz, notamment au niveau des artères les plus passantes, et prendre les mesures qui s’imposent pour préserver sa qualité.

– 5. Faire de Biarritz un parcours santé:

La santé des habitants d’une ville est intimement liée à sa marchabilité et à sa cyclabilité. Il ne suffit pas de baliser des trottoirs pour en faire des « Chemins de la Forme ». Il faudrait avant tout les rendre accessibles en toute sécurité aux piétons, poussettes, vélos, skateboards, rollers… Qu’attendons-nous pour rendre piétonnier tout notre magnifique front de mer, du Phare à la Milady ? On pourrait réaliser une véritable ceinture côtière piétonnière et cyclable en bannissant la voiture.

– 6. Rendre les plages accessibles aux handicapés:

Nous n’avons pour l’heure qu’une seule plage accessible aux handicapés. Ce n’est pas suffisant. Il faut maintenant que TOUTES nos plages soient accessibles aux personnes à mobilité réduite pour qu’elles puissent venir s’y baigner ou y surfer avec toutes les installations et l’aide nécessaires.

– 7. Rendre la circulation plus fluide:

Il faut avant tout inciter les habitants et les visiteurs à limiter au maximum l’utilisation de la voiture, et privilégier les mobilités douces (marche à pied, navettes gratuites+++, vélos…). Pour fluidifier la circulation, il faudrait permettre le stationnement partout là où les voitures peuvent passer. Les Biarrots ont besoin de pouvoir s’arrêter en ville et de se garer gratuitement.

Il faut abandonner l’idée insensée de créer de nouveaux parkings payants comme celui de la Côte des Basques qui sera vide 10 mois sur 12 et qui ne fera qu’attirer encore plus de voitures en centre-ville.

Pourquoi ne pas encourager l’utilisation de véhicules non polluants comme la voiture électrique ? On pourrait par exemple leur proposer le stationnement gratuit et des bornes de recharge en libre service. Un système de vélos en libre-service type Vélib’ serait également intéressant à développer à Biarritz.

– 8. Favoriser les énergies renouvelables:

Biarritz fut pionnière de l’énergie houlo-motrice au phare dans les années 30. Il faudrait aujourd’hui favoriser l’énergie solaire, et pourquoi pas l’éolien ou l’énergie marémotrice, pour donner à Biarritz une autonomie énergétique au moins partielle sur certains bâtiments.

– 9. Stopper l’utilisation de produits chimiques:

Quotidiennement à Biarritz, les services municipaux aspergent de produits chimiques la voirie et les conteneurs enterrés. Ces produits toxiques sont épandus bien trop fréquemment, parfois à des heures de passage, pour donner une fausse « odeur de propre » aux rues. Ces produits présentent des effets indésirables pour la santé, même quand ils sont labellisés « bio ». Il convient d’en rationaliser l’usage et de privilégier des solutions non chimiques pour nettoyer.

Sur le même thème de la pollution chimique, il faudrait tendre vers zéro pesticide dans l’entretien des espaces verts publics, privés et des golfs.

– 10. Aller vers un tourisme durable:

Actuellement, la ville sature du 14 juillet au 15 août, mais elle est peu fréquentée le reste de l’année, avec des périodes quasiment mortes. Il faudrait lisser la fréquentation touristique en rendant Biarritz plus attractive en hiver (congrès, tourisme d’affaires, salons, spectacles…) et moins bondée en très haute saison.

Je propose de relancer une thalassothérapie à visée médicale pour des personnes âgées ou porteuses d’une maladie chronique ou d’un handicap. C’est par le tourisme de santé orienté sur les bienfaits de la mer que Biarritz s’est fait connaître au XIXe siècle; la relance d’un thermalisme marin redonnerait une attractivité annuelle à Biarritz en permettant aux curistes de profiter du printemps ou de l’arrière-saison.

– 11. Créer un Pôle Mer – Santé – Environnement:

Un tel pôle d’activité permettrait de développer et de mettre en valeur la recherche et l’enseignement dans ces domaines d’avenir. La création d’un pôle scientifique lié à la Cité de L’Océan permettrait de lui donner enfin une vocation. Une Université de la Mer permettrait de développer la recherche et l’éducation dans ce domaine. La Conférence Mer & Santé serait l’occasion annuelle d’exposer les travaux réalisés et de faire venir des chercheurs du monde entier.

– 12. Faire de Biarritz une capitale du surf:

Après avoir tristement laissé filer la dernière compétition de surf féminin à Hossegor, Biarritz doit repenser un événement majeur autour du surf: compétition de surf du circuit professionnel masculin ou féminin, en choisissant les dates à une période où il y a des vagues !

Biarritz serait la ville idéale pour créer un Centre de Haute Performance pour le Surf sur le modèle de celui qui s’est fait en Australie, auquel pourrait s’intégrer le Pôle France de Surf; l’installation d’un Wave Garden à Biarritz rendrait ce centre unique au monde.

Il faudra également s’engager dans la prévention des accidents de surf qui ont explosé ces dernières années du fait de la surpopulation des spots et du manque d’informations des surfeurs.

– 13. Miser sur la culture locale:

En soutenant les artistes biarrots par l’organisation de manifestations et la pérennisation d’un lieu d’expression comme les serres de la Milady.

Après le faible succès rencontré par les festivals de musique parisiens organisés chaque été à Biarritz, il est temps de mettre en place un véritable événement musical local dans l’esprit de ce qui se fait à Euskal Herria Zuzenean.

– 14. Que la Fête reprenne !

Nous avons perdu ces dernières années les 2 événements festifs majeurs qu’étaient les Casetas d’hiver et d’été. Pourquoi ne pas relancer les Casetas à la Côte des Basques en contrôlant mieux l’affluence, la consommation d’alcool, et en renforçant les moyens de sécurité terrestre et surtout aquatique pour limiter les risques de survenue d’un nouveau drame ?

– 15. Mettre Biarritz à l’ère numérique 2.0.

Last but not least: connecter enfin la Ville de Biarritz sur Internet ! Les candidats aux municipales ne sont pas vraiment des geeks; certains délèguent même la gestion de leur page Facebook ou Twitter à d’autres… Nous avons quelques-uns des plus gros acteurs de l’Internet français qui résident à Biarritz qui pourraient aider à mettre Biarritz à la page du numérique par lequel tout passe maintenant. On pourrait déjà relooker et redynamiser le site officiel de la ville, être beaucoup plus actifs sur les réseaux sociaux, créer du contenu média sur ce qui fait l’actualité à Biarritz pour compléter le traditionnel Biarritz Magazine version papier…  Pour que les citoyens puissent participer plus activement à la vie de leur ville, on pourrait aussi retransmettre le conseil municipal en direct.

Toutes ces propositions sont des pistes de réflexion qui pourront être détaillées dans de prochains articles. N’hésitez pas à faire part de votre avis ou de vos suggestions.

A propos de l'auteur :

Médecin, surfeur, auteur du livre Surf Thérapie. Adjoint au maire de Biarritz à l'Environnement, Qualité de Vie et Bien-Être.

 

Tags: , , , , , , , , , , , , , , ,

 

52 Commentaires

  1. Alain ESTRADE dit :

    j’ai pris connaissance avec intérêt de vos préconisations. Elles sont toutes empreintes de bons sens à tel point qu’on en retrouve la majorité dans le programme du candidat que je soutiens : Michel VEUNAC. Avec en plus chez lui, au delà du constat, des éléments de réponse précis sous forme de projets. Je me tiens à votre disposition, et Michel VEUNAC tout autant, pour en parler avec vous dès que vous aurez pris connaissance de l’intégralité de son programme (parution de la version écrite en début d’année 2014).
    D’ici là bon surf et veillons à respecter les priorités.

    • Michel Veunac a de bonnes idées comme celle de développer une filière autour de la Mer. Mais contrairement à lui, je suis radicalement opposé au parking de la Côte Basque et à la construction de centaines de logements à Aguilera qui devrait rester un espace dédié au sport.

  2. sebastien dit :

    je partage ton point de vue et aussi celui du problème des logements devenus inaccessibles meme aux personnes aisées…..
    ce problème est présent sur tout le littoral français…
    cependant que proposes tu concrètement pour empêcher cela ?

    • La particularité de Biarritz est que nous avons dépassé un seuil critique avec plus de 50% de résidences secondaires en centre-ville (40% à l’échelle de la ville: http://www.insee.fr/fr/bases-de-donnees/esl/comparateur.asp?codgeo=com-64122), et que cette proportion continue inexorablement d’augmenter.

      Va-t-on attendre d’atteindre 75% de résidences secondaires pour réagir ?

      La solution ne passera pas par la politique locale mais nationale, Biarritz pouvant servir de cas de figure extrême, le futur maire devant porter cette problématique devant les instances nationales.

      La solution la plus évidente est la surtaxation des résidences secondaires en « zones tendues » comme la Côte Basque: si on veut se payer le luxe de bloquer un logement dans une ville pour y venir 15 jours par an, il paraîtrait logique de contribuer davantage.

      • héhé dit :

        pourquoi taxer d’avantage les non-biarrot? la france s’en occupe déja . toujours plus . je vis entre biarritz et ici sur la cote d’azur , qui vit aussi grace aux ( tourismes ). Je travaille dur , je paye mes crédit et oui j’ai un appartement ( secondaire ) sur biarritz et j’y passe plusieurs mois par an . ou est le mal ?

        • Am'S dit :

          Faire société c’est tenir compte de tout le monde donc lorsqu’on n’arrive plus à loger les habitants d’un ville parce que le logement secondaire a explosé toutes les limites, on est en droit de mettre en place des dispositifs qui visent à rééquilibrer la ville pour son propre bien et celui des visiteurs. Tout le monde est le bienvenue mais une ville ce n’est pas un parc d’attraction ou une réserve touristique. Dans ville, il y a vie!

        • Il n’y a pas de mal « héhé », surtout si tu y passes plusieurs mois par an. Je connais des résidents secondaires qui viennent une semaine en été, et encore pas tous les ans !

          Je ne vais pas me faire que des amis en disant cela, mais je crois qu’il faudrait trouver un mécanisme pour rendre le logement secondaire d’autant plus dissuasif que la surface (non) occupée est importante et que le temps passé dans le lieu de résidence secondaire est faible.

          Même si nous sommes clairement dans une bulle immobilière qui explosera un jour ou l’autre, il faut se rendre compte que la situation est devenue intenable pour les « locaux ».

          Je suis médecin, ma compagne est prof agrégée, mais nous n’aurons jamais les moyens d’envisager l’achat d’une petite maison pour notre famille dans le coin sans nous endetter jusqu’au cou sur 30 ans… Pire, nous ne trouvons plus RIEN à louer à l’année dans la ville où nous travaillons ! Moi qui m’étais juré de ne jamais quitter Biarritz, je suis en train d’envisager l’exil au nord de l’Adour !

          Bref, tout ça pour dire que beaucoup de jeunes doivent galérer encore plus que nous, et que si rien n’est fait dans les 5 prochaines années pour parer au problème, il n’y aura plus que des retraités aisés à Biarritz, et de belles résidences aux volets fermés.

          • Héhé dit :

            On a le meme probleme dans ma ville. Je ne pourrrai jamais avoir une villa avec jardin ou meme un appartement au centre ville . J’ai a a acheté un petit appartement non proche du bord de mer car cela est impossible . J’ai un studio a biarritz rien de luxueux un peu a l’ecart de la ville mais je suis la pour le surf que je pratique depuis plusieurs année et je viens tres peux l’été , trop de monde , je vis la meme situation ici .je comprends tout a fait cet situation mais de la a vouloir encore taxé plus . Et je suis jeune et je galere . je vis pour le surf c’est tout.

          • Cox dit :

            Le problème des taxes dissuasives c’est que j’ai la vague impression que ça ne change rien dans la mesure où ceux qui ont les moyens de payer pour passer au travers se retrouvent avec un atout de plus pour se distinguer… pour faire simple,  » j’ai une résidence secondaire à Biarritz où je ne vais que deux fois par an pendant 2 jours… » genre je peux me permettre d’avoir ça malgré les taxes… la surenchère de « je t’en mets plein la vue parce que j’en ai rien à foutre c’est pas des problèmes qui me concernent… »

            • Am'S dit :

              Si c’était aussi vrai que ça il n’y aurait pas 15 milliards d’évasion fiscale rien qu’avec la suisse cette année… Si l’on avait au niveau européen régulé la triche et le vol des états en instaurant des instances d’observation des flux financiers depuis 1970, la dette française ne serait plus que de 70% du PIB aujourd’hui, simplement en respectant la loi sans ajouter la moindre taxe ou règle… Contourner la loi c’est ne pas la respecter: A voyous voyous et demie!

  3. Isa dit :

    Très bon article! Je te suis sur tous les points, j’espère que ça va suivre aux nouvelles municipales. A tres vite. Isa.

  4. Adrien dit :

    Et pourquoi pas une liste avec le Dr Barucq, en tête, alors ?

  5. Ben dit :

    Bonjour,

    Merci pour ces propositions pertinentes. La liste citoyenne écologiste : Biarritz L’humain d’abord, pour une alternative écologique et solidaire reprendra l’essentiel de ces propositions pour porter un projet novateur et ambitieux pour Biarritz.
    N’hésitez pas à venir aux réunions publiques, notamment demain mercredi 18 h maison des asso sur le logement et les solutions concrètes pour endiguer le phénomène d’explosion des résidences secondaires vides à Biarritz.

    https://www.facebook.com/biarritzlhumaindabord

    http://biarritzlhumaindabord2014.jimdo.com/

    A bientôt

  6. Guy Lafite dit :

    Guillaume,

    Sans démagogie ou tentative de récupération déplacée, tes 15 propositions figurent dans mon programme « Esprit Biarritz! » et notre priorité absolue est bien le logement.

    Biarritz a perdu 40% (oui, quarante !) de ses familles avec enfants en 10 ans.

    C’est un danger mortel. En laissant notre ville se vider de ses enfants, nous perdons du dynamisme, de la richesse, une qualité de vie collective et le sens de la fête.

    Il faut absolument enrayer ce phénomène avec un programme de construction de logements ambitieux et respectueux de la qualité architecturale de Biarritz. Nous en avons les moyens et la volonté.

    Je t’ai envoyé un Email pour te rencontrer et discuter avec toi de tous ces sujets.

    A très vite,
    Guy
    http://www.EspritBiarritz.fr
    http://www.facebook.com/Guy.Lafite2014
    http://twitter.com/GuyLafite

    • Nous sommes d’accord sur le diagnostic Guy, mais pas sur le traitement. La construction de 3 nouveaux quartiers (ou plus ?) participera à l’urbanisation galopante de la Côte Basque et ne résoudra rien au problème de fond du logement. Nous devrions trouver d’autres leviers que la densification des habitations sur les derniers espaces constructibles de Biarritz.

  7. gerard piton dit :

    C’est le moment de vous unir……je recherche des biarrots pour une demande collective sur :
    Publication du patrimoine avant, pendant et après le mandat
    avec effet rétroactif pour les élus en poste.

  8. AROSTEGUY MAIDER dit :

    Bonjour Guillaume,

    1er septembre 2013: programme Max Brisson écrit : 80 pages environ.
    Du concret et du factuel qui reprennent 80% de tes points.
    Seul point noir c’est le logement : la solution que tu proposes serait surement jugée inacceptable car taxer oui, mais jusqu’à combien pour que ce soit dissuasif…
    Kleber et Iraty apporteront des réponses de court terme.
    Pour le long terme l’Agglo pourrait apporter des réponses.

    Quant à l’idee de Monsieur Piton, elle est juste …excellente.
    Transparence transparence. Qu’ils publient tous leur patrimoine .
    Encore 3 mois pour échanger et préparer Biarritz pour les 6 prochaines années.

  9. capdeville dit :

    BARUCQ ,A LA MAIRIE …..

    • Am'S dit :

      Monsieur Baruck, comme tous les autres parties qui se sont exprimés ici, nous partageons à 87,89% vos préoccupations comme notre programme vous le confirmera. En tant qu’acteur actif de la société civile et à l’instar d’Edwood M. de Flcitron la-haut dans l’Est, je me demandais si vous vouliez défendre l’Océan, le surf et Biarritz sur notre liste au parlement européen. Biensûr, nous vous donnerons les moyens de votre action par la mise à disposition d’un appartement avec vue sur la grande et webcam au balcon pour vos déplacements… Vous serez entièrement libre de vos interventions et de leur contenu, pourvu que vous apparteniez à notre groupe parlementaire. Cdt, Bronx Envie, SG du Péèsse (si tu modères ça j’écris au canard enchainé et c’en est fait de ton site!)

  10. Xan dit :

    Le programme de M. Brisson reprend 80% de ces propositions ???? Ah ah mais c’est une blague !!!? Si la majorité sortante dont M. Brisson fait partie avait fait de l’écologie à Biarritz, ça se saurait ! Même le label Agenda 21 a été refusé ! Alors arrêtez de faire de fausses promesses ! La seule chose que la droite sait faire à Biarritz, c’est bétonner la côte avec des parkings Vinci et favoriser les logements secondaires !

  11. docnico dit :

    C’est une vision sur l’ensemble de l’agglomération BAB et méme le long de la cote basque qui est à mener.Vous avez un raisonnement biarrot/biarrrritz,où est la vision du 21e siécle?Il faut faire appel à des projets avec des urbanistes et une réflexion collective rassemblant la population locale active.Bon courage.

  12. Boris de Biarritz dit :

    Salut Guillaume, et bravo. tu sors ta liste et puis c’est tout.
    Tes idées t’appartiennent, toi seul pourras les porter à bien car tu y crois et jusqu’au bout, avec une bonne équipe derriere. Il faut presque tous les changer dans cette mairie…

    Pour les autres candidats, tes idées resteront sur le papier glacé de leurs programmes….

  13. Picard dit :

    Enfin un programme clair,concis qui synthétise l ensemble des préoccupations des Biarrots
    Cohérence et mise en lumière des difficultés de logement sur Btz,des difficultés de circulation et d’accessibilité dans le centre ville
    Ca fait du bien Merci

  14. CHEVILLARD dit :

    « Les prix de l’immobilier étant devenus inaccessibles, même pour des classes moyennes supérieures, il faudrait faciliter la location à l’année. »
    On ne peut qu’être d’accord avec ce constat. Mais comment comptez-vous y remédier ? Vous ne semblait connaître que le levier fiscal. Et une fois de plus, ce n’est pas la solution. Cela risque aussi d’aggraver la situation. Ne parlez plus de taxes à vos éventuels futurs mandants ! C’est de cela que toute notre société meurt. Soyez plus créatifs et intelligents. Salutations.

  15. Aurélie SOULAN dit :

    Bonjour,
    Un GRAND MERCI! Tout est dit!
    Couple de cadre sup, trentenaire, cherche désespérément depuis 2 ans à devenir propriétaire à Biarritz…
    Nous avons fait une offre en Avril dernier. Cette dernière a été vite effacée par des touristes payant cash et au prix affiché… Alors en attendant nous louons un T2…

    • olentzero dit :

      marrant de voir des professions libérales ou des cadres sup remettre en cause la loi du marché,
      si ils arrivent à etre proprio ce seront les 1ers à vouloir faire une plus value. de plus en quoi est ce choquant qu’un soi-disant touriste qui paye le prix affiché se voit attribué la vente ; pourquoi le vendeur aurait -t il du faire un cadeau à des cadres sup qui sont à mon avis des résidents de fraiche date et sont donc à mes yeux aussi touriste que la personne incriminée.

      • Aurélie SOULAN dit :

        Cher Olentzero,
        Je me dois de répondre:
        je suis née à Bayonne, ai grandi à Biarritz. J’ai quitté la ville à l’obtention de mon BAC pour faire des études. Je rentrais bien évidemment dès que possible. Puis dès que j’ai pu, je suis rentrée!
        Bien à vous

  16. isa dit :

     » que la fete reprenne »
    Tout d’abord par l’installation de festival ( big festival ) et par l’aménagement de la halle d’iraty en une seule salle pour acceuillir de grosse tete d’affiche . PLUS DE DISCOTHEQUES !!

  17. maohi64 dit :

    Salut, de bonnes idées dont certaines seraient à débattre car un peu contradictoires à mon sens par contre je le redis de bonnes idées d’une personne qui ne fait pas de la politique son métier c’est peut être là la différence……

  18. just-ice dit :

    J’avais cru lire  » 15 propositions pour dynamiter Biarritz ».
    Ouf! J’ai eu peur du gouffre…

  19. Jim Bob dit :

    Concernant le logement, c’est le marché qui décide le prix, et c’est à chacun de se décider ce qu’il veut faire avec son logement par la suite; s’il veut y habiter 3 jours par an, c’est son choix et cela ne regarde personne d’autre.
    Je ne vois pas ce qu’il y a d’autre à faire mis à part construire de nouveaux logements. C’est une solution et si l’immobilier où vous souhaitez habiter n’est plus accéssible c’est la vie et ca arrive partout. Sinon j’habiterais en plein Bondi Beach, Sydney.
    Sinon vous faites des commentaires très constructifs concernant l’énergie et l’importance de la mer et les usines qui polluent.

    • Am'S dit :

      Le marché c’est la somme des acteurs dans un système de contraintes et d’un contexte politique et social. Changer le système c’est changer le marché, c’est l’essence des société démocratique. Maintenant si tu me dis qu’on est en dictature et que l’on est maître de rien… On se rappellera que jamais nul part la servitude n’a duré éternellement même lorsqu’elle était divine…
      Une banque a besoin d’électricité, l’argent n’est qu’une valeur d’échange d’adhésion et la propriété privée n’est garantie que par un état démocratique…
      Moi j’dis ça mais j’ai rien dit!

  20. Fregoli dit :

    Bonnes idées mais attention : avec + de 50 % de résidences secondaires, si vous taxez ou découragez les personnes concernés, ils peuvent se faire inscrire sur les listes électorales à Biarritz et ils feront la loi… J’en connais un certain nombre qui l’ont déjà fait.

  21. Biarrote dit :

    Affligeant le défilé des différents candidats dans les commentaires, c’est vraiment le bal des hypocrites, pathétique !

    • Adrien dit :

      Pourquoi est-ce si affligeant ?
      A quoi sert ce billet, si ce n’est, justement, d’attirer l’attention des candidats ?

      Tout n’est que démagogie !

      Qui peut avoir la prétention de garantir du travail pour tous, des logements pas chers, des baisses d’impôts et la protection de l’environnement ?

      Vous pensez franchement que la liste Surf Prévention ferait mieux que les autres, si elle etait élue ?

      • Je ne sais pas si notre liste ferait mieux, mais elle ferait bien différemment en tous cas.

        Il nous faudra déjà trouver un autre nom de liste que « Surf Prevention » 🙂

      • Bertrand AUPETIT dit :

        Démagogie ?!?
        je suis né dans cette ville il y a 37 ans et tout ce que j’ai vu c’est un glissement constant vers une ville morte à 50 %, un tout-tourisme suicidaire, une perte de l’identité, un cloisonnement des classe sociale et des générations, un apauvrissement inquietant du monde associatif, une maison de retraite à ciel ouvert, Paris plage toute l’année…alors s’il te plait, viens pas parler de démagogie à des gens qui subissent cette politique « pour vieux du RPR en retraite  » et qui PENSENT exactement ce qu’énumère cette liste : on en a marre !!!

        • Adrien dit :

          Définition de « démagogie » :
          « Les propos démagogiques sont proférés dans le but d’obtenir le soutien d’un groupe en flattant les passions et en exacerbant les frustrations et les préjugés populaires. Pour cela, le démagogue utilise des discours délibérément simplistes, sans nuances. Il fait ainsi appel à la facilité, en proposant des analyses et des solutions qui semblent évidentes et immédiates. »

          J’en fais aussi ! 😉
          Mais je maintiens que les solutions proposées ici ne sont pas bien différentes des promesses électorales des « vrais » candidats…

  22. Biarrote dit :

    Pathétique tant tout d’un coup les propositions faites ici sont comme par magie partie intégrante des programmes des différents candidats, heureuse coïncidence… D’autant plus que parmi ces candidats certains siégeaient déjà au Conseil municipal et mis en place une politique en contradiction avec l’esprit des mesures prônées ici (parking notamment, mais pas seulement).

    Je n’ai pas dis qu’une potentielle liste Surf prévention ferait mieux ! Mais la récupération des propositions me fait sourire.

  23. LALOI Daniel dit :

    Fallait peut être réfléchir à tout cela bien avant-Et cesser de soutenir, cette composition municipale-

  24. Olivier64 dit :

    Sans les élections municipales de 2014, toutes ces propositions n’auraient pas été faites…

  25. Miguet Marine dit :

    Top tes propositions!! J’adhère à 100%. Petite préférence pour la partie université de la mer avec un pôle mer-santé-recherche et une cité du surf!!

    Réfléchis à une liste sérieusement, je suis sûr que tu trouverais des personnes non corruptibles qui aurait envie de porter le projet avec toi!

    Hâte d’être à la prochaine conférence mer et santé

  26. Bertrand AUPETIT dit :

    Bravo Guillaume,
    Ton statut de médecin offre une vraie crédibilité à des idées partagées par un grand nombre de biarrots. Le problème des résidences secondaires DOIT être débattu à l’assemblée porté par les maires et les députés.
    Je remarque qu’un grand nombre de candidat se grouille de te récupérer, j’espère que tu tomberas pas dans le panneau ! j’en ai approché quelques un et c’est tout pour le tourisme quoiqu’ils en disent. Peu pour penser aux biarrots qui ne peuvent pas se loger dans LEUR ville, c’est une honte !

    En tout cas continue dans cette voie, il semble que ça comence à payer ! ALC !!!

  27. Mathieu Accoh dit :

    Suite à l’article de décembre du journal Sud-ouest sur la politique du logement proposée par Guy Lafite, nous avons répondu par un communiqué de presse afin de mettre en évidence le fait que, derrière les discours pleins de bons sentiments, il existait de grandes divergences su cette question cruciale. Le voici :

    « Comme un cadeau de Noël la promesse du candidat PRG/PS de nous offrir sur la ZAC d’Aguilera (encore au stade de l’avant-projet) 500 logements dont 30% en « locatif social » devrait être de nature à nous combler de bonheur et à nous faire oublier le passif désastreux de la ville de Biarritz dans le domaine du logement et du logement social en particulier, passif qui s’est traduit dans notre ville par la perte de près de 5000 habitants entre deux mandats municipaux . Promesse sincère et empreinte de repentir ou duplicité d’un candidat qui dans sa fonction d’adjoint aux Finances de la ville a cautionné et organisé du point de vue financier la braderie des 650 logements de la Sogicoba, l’ex parc social de Biarritz, au profit d’une société marseillaise « filiale de premier rang de la Caise d’Epargne, le premier banquier privé du logement social », la société Erilia qui n’est pas venue à Biarritz pour nous faire la charité mais pour faire bénéficier ses actionnaires de dividendes significatifs. Si monsieur Lafite a été un piètre gestionnaire on ne peut lui reprocher d’être maladroit en matière de communication et son intrusion dans la campagne électorale avec comme cheval de bataille le logement social, marronnier qui occupe depuis des années les débats politiques et sociaux de notre ville, reste une action de communication à caractère tristement démagogique.

    Mais même en admettant que le triste constat, de bon sens, soit partagé, il existe bien deux réponses très différentes au problème du logement à Biarritz. D’un côté ceux qui affirment qu’il conviendrait de construire davantage, en particulier du logement social, pour répondre à la demande de logement (700 dossiers en attente à Biarritz, 30 000 nouveaux arrivants attendus dans l’agglomération d’ici 2025 selon le SCOT). Or cette conception omet volontairement de dire que la dénomination « logement social » recouvre des réalités très différentes (les fameux PLS (pour prêt locatif social) sont par exemple accessibles à un couple avec deux enfants touchant 49.990 € par an. Elle dérive d’une vision productiviste dont on sait qu’elle est en contradiction avec les impératifs écologiques d’un monde durable. Elle repose sur la volonté affirmée de densifier, construire en hauteur, et participe ainsi du mitage désastreux pour nos paysages et la qualité de vie qui suppose au contraire des espaces verts et libres. « Trouver de nouveaux Kleber » comme l’affirme Monsieur Lafite est un leurre et une erreur lorsqu’on prétend construire un monde solidaire et durable.

    D’un autre côté, et c’est la vision de la liste « l’humain d’abord » soutenue par le Front de Gauche et Europe-écologie-les-verts, nous pensons que le problème du logement à Biarritz est lié à la spéculation immobilière et au 42 % de résidences secondaires qui soustraient près de la moitié des logements aux besoins des Biarrots. Or lutter contre cette dérive spéculative suppose de mettre en œuvre des moyens juridiques, économiques et politiques qui existent. Utiliser de manière active, systématique et préventive le droit de préemption afin de dissuader la spéculation, mettre en place avec les agences immobilières une charte fixant des règles en matière de qualité du bâti, de prix et de quotas de propriétaires occupants, le premier mois de commercialisation étant réservé aux habitants et aux salariés de la ville, la signature par l’acquéreur d’une clause anti-spéculative, sont de puissants leviers. Il est aussi possible de se doter des moyens de recenser les logements vacants ou trop faiblement occupés afin d’apporter des solutions spécifiques en terme de rénovation, location solidaire, résolution de différends juridiques, etc, mettre en place une taxation spécifique aux résidences secondaires, créer une conférence de consensus avec les habitants, les acteurs sociaux et environnementaux de notre ville pour réfléchir ensemble à la politique du logement.

    Tout cela peut être fait et dépend d’une volonté politique. D’autres villes l’ont fait avec bonheur et en vue de l’intérêt général. C’est cette vision que la liste l’humain d’abord défendra lors de cette campagne électorale.  »
    http://biarritzlhumaindabord2014.jimdo.com/

  28. azerti dit :

    Bonjour Guillaume,

    Simple question : qui sont les « quelques-uns des plus gros acteurs de l’Internet français qui résident à Biarritz qui pourraient aider à mettre Biarritz à la page du numérique par lequel tout passe maintenant. » ?

    Merci pour cet article fort intéressant.

    @z

    • On fera un article sur ce sujet où j’essaierai de faire intervenir quelques-uns de ces ténors du Web français aussi bien dans la création de sites Internet que les medias pure-players, le web-marketing, le web-advertising ou la sécurité sur Internet qui résident ou qui passent régulièrement à Btz (j’en connais quelques-un(e)s personnellement).

  29. Soutien dit :

    Bravo pour votre engagement, je vote à Anglet mais vous soutiens entièrement dans chacune de vos propositions étant nous même attristés de voir la tournure que prennent les choses à Btz. Soyez courageux et perspicace et tentez de pas vous laisser dissuader par tous ces autres requins intéressés, bravo et merci, il y avait bien longtemps que nous désespérions d’avoir quelqu’un de simple et simplement plein de bon sens comme vous paraissez l’être. Courage, et Merci

  30. Hunold dit :

    Il faut avoir de bonnes propositions, mais aussi avoir un bon porteur de projet, c’est très important ! Nous avons besoin de gens simples, humbles, et altruistes en politique, c’est essentiel si l’on veut qu’elle change cette politique dont nous sommes tous las. Le changement il est là ! Donner un autre visage aux dirigeants. Je vous soutiens à 100%

Laisser un commentaire