L’été est un moment propice pour arrêter de fumer. Et le surf peut vous y aider ! Que vous soyez néophyte ou surfeur confirmé, le surf peut occuper un rôle central dans votre décision d’arrêter la cigarette et dans votre sevrage tabagique.

Si vous êtes fumeur, vous avez certainement déjà songé à arrêter. La première étape est de se motiver et d’arrêter une date où vous serez dans des conditions favorables. L’avantage pendant les vacances estivales est qu’on n’est pas soumis au stress au travail, à la routine et aux pauses cigarettes qui entretiennent l’habitude de fumer.

Pour ceux qui ont besoin d’une aide au sevrage, il existe différentes options: patchs nicotiniques, médicaments, cigarette électronique… Ces méthodes – controversées pour certaines – ne sont pas dénuées d’effets secondaires, et elles imposent de se sevrer ensuite du moyen de sevrage lui-même. Si vous cherchez une option plus naturelle au sevrage tabagique et sans effets indésirables, envisagez le sevrage tabagique par le surf.

Même si elle n’a pas encore été évaluée dans cette indication, la surf thérapie a déjà été utilisée avec succès dans le sevrage alcoolique ou dans la désintoxication à des « drogues dures ».

Remplacer la clope par la planche de surf, c’est d’abord troquer la fumée ultra toxique de la cigarette par l’air le plus sain qui soit: l’air marin. Fumer devant la mer est un non-sens: on se prive de la pureté de l’air marin pour s’intoxiquer avec la fumée de cigarette. Si vous fumez pour vous détendre, sachez que l’air marin a aussi des propriétés anti-stress grâce aux ions négatifs qu’il contient en concentration élevée. Un patient me racontait à ce propos avoir beaucoup moins envie de fumer quand il est à Biarritz que quand il est à Paris. Pour ceux qui utilisent la cigarette comme un moyen de se relaxer, les vertus anxiolytiques de la Mer peuvent être utiles au sevrage.

Remplacer la nicotine par les endorphines
La dépendance au tabac se joue au niveau de neurones de notre cerveau: la nicotine va stimuler la libération de différents neurotransmetteurs (dopamine, noradrénaline, sérotonine…) et entraîner la sensation de plaisir et de détente que ressent le fumeur après le shoot nicotinique que lui procure une bouffée de cigarette. Pour compenser ces effets à l’arrêt du tabac, il faut trouver un moyen de reproduire ces sensations agréables, en faisant intervenir les neuromédiateurs en jeu dans la dépendance et le syndrome de sevrage. Une activité physique comme le surf va permettre la sécrétion abondante d’endorphines qui procurent des effets relaxants et euphorisants. La pratique du surf permet également la sécrétion de dopamine, neurotransmetteur du plaisir, quand on prend une belle vague ou quand on fait une tube, et d’adrénaline, « l’hormone des sensations fortes », quand on fait un late takeoff ou quand on prend une grosse vague par exemple.

Le surf permet de remplacer une addiction néfaste pour la santé par une addiction saine. Si le surf peut vous aider à vous sevrer du tabac, vous aurez en revanche le plus grand mal à vous sevrer du surf; vous n’en aurez d’ailleurs aucune envie après avoir essayé cette activité physique aquatique qui apporte tant de bénéfices pour la santé.

L’une des craintes majeures quand on arrête de fumer est de prendre du poids. Il ne faut pas se voiler la face, on risque effectivement de prendre quelques kilos, 2 à 4 kg en moyenne, du fait d’une modification du métabolisme et de l’appétit à l’arrêt du tabac. Le fumeur brûle plus de calories que le non-fumeur à activité égale. A l’arrêt du tabac, on brûle en moyenne 200 calories de moins, qui peuvent être largement compensées par 1 heure de surf ou de rame en stand-up paddle en mode cool, ou 30 minutes de session plus intensive.

Pour éviter ou limiter la prise de poids à l’arrêt du tabac, la meilleure option est donc d’augmenter son activité physique. Un régime draconien pendant le sevrage tabagique n’est pas indiqué car votre corps aura du mal à accepter plusieurs privations d’un seul coup.

Le surf peut vous donner de bonnes raisons d’arrêter de fumer
Le surf peut donner envie aux plus récalcitrants d’arrêter la cigarette. Pendant une session remuante où vous enchaînez canards, longues rames et wipeouts, vous allez cracher vos poumons et mieux vous rendre compte à quel point le tabac a déjà altéré vos capacités respiratoires. Mais rassurez-vous, au bout d’un mois d’arrêt, les cils de vos bronches commenceront déjà à repousser et vous vous sentirez de moins en moins essoufflé au fil des semaines. Dès les premières 72 h d’arrêt du tabac, vous ressentirez déjà une nette amélioration au niveau de votre respiration. Et quand vous aurez goûté au plaisir du surf en respirant à pleins poumons, vous n’aurez plus envie de redevenir le surfeur haletant que vous étiez…

Surfer permet également de changer ses habitudes. Pour être bien réveillé pour la session offshore à l’aube, on va éviter de sortir tard la veille au soir. Pendant les premiers temps au moins, il est bon de couper avec les circonstances dans lesquelles on était amené à fumer. Pour les fumeurs habituels en soirée, tout ce qui permet de limiter les sorties est bon à prendre pour passer le cap des premiers jours sans tabac. Mettez-vous en mode Kelly Slater avec alimentation saine, sommeil de qualité et yoga.

Pour faire passer la forte envie de fumer qui vous assaillira parfois, mais qui ne durera que quelques minutes, vous pouvez boire un grand verre d’eau, effectuer plusieurs respirations profondes, ou…prendre votre planche sous le bras et partir surfer !

Si vous n’avez encore jamais surfé, l’idéal est de faire coïncider la date d’arrêt du tabac avec le jour où vous commencez un stage de surf. On pourrait d’ailleurs imaginer des cures de surf anti-tabac sous supervision médicale pour évaluer l’efficacité d’une telle méthode.

Si vous surfez déjà, il faudra envisager une intensification de votre pratique, soit en augmentant la fréquence de vos sessions, soit en vous donnant de nouveaux objectifs: préparation pour une compétition, un surf trip, initiation au SUP ou préparation à la rame sur de longues distances…

Si vous n’êtes pas encore prêt à vous mettre au surf, sachez que les bains de mer ou la marche aquatique pourront se révéler tout aussi utiles pour vous aider à arrêter de fumer.

Arrêter de fumer, même provisoirement, est toujours une victoire qui vous mènera vers l’arrêt définitif.

Certaines personnes arrivent à arrêter de fumer seules grâce à une volonté de fer, mais d’autres auront besoin de soutien (famille, amis…) et d’un suivi. N’hésitez pas à en parler à votre médecin traitant ou à un tabacologue avec qui vous choisirez la méthode qui vous convient le mieux pour arrêter de fumer, qu’elle soit conventionnelle ou alternative (hypnose, homéopathie, acupuncture…).

Dans tous les cas, le surf sera un précieux allié pour mieux supporter le sevrage et parvenir à votre objectif d’arrêt du tabac.

Juste une dernière chose avant d’arrêter : ne laissez pas votre dernière cigarette sur le sable… Un seul mégot peut contaminer 500 litres d’eau et mettre 5 ans à se décomposer en mer. Malgré cela, les incivilités se multiplient sur les plages où il n’est pas rare de ramasser des milliers de mégots.

Ce chapitre est extrait du livre Surf Thérapie / Se soigner au contact de l’Océan :

A propos de l'auteur :

Médecin, surfeur, auteur du livre Surf Thérapie. Adjoint au maire de Biarritz à l'Environnement, Qualité de Vie et Bien-Être.

 

Tags: , , , , , , , , ,

 

11 Commentaires

  1. boris de biarritz dit :

    ça fait bizarre de voir Toto avec une clope au bec !! beeeeurrrkkkk !

  2. Panpan dit :

    Très bon article Bravo. On aurait cependant voulu avoir des avis scientifiques pour légitimer l’article. Mais encore une fois excellente initiative, même si je ne suis pas concerné.

  3. Michel dit :

    Pour ceux qui pratiquent déjà, c’est bien beau tout ça, mais une chose importante c’est que trop de surf nuit à la santé musculaire, et au final une addiction au surf avec une impossibilité de pratiquer causée par une blessure qui nécessite entre 6 mois et 1 an de repos, et bien on devient alcoolique et/ou toxicomane pour combler le manque… :s (histoire personnelle malheureusement vraie)

  4. Nelson dit :

    Très bon article ! je suis moi meme un jeune fumeur/seurfeur de 16 ans, et il est vrai que je ne ressent aucun besoin de fumer quand je suis sur lacanau pour une session de surf(ou tout siplement jouer les touristes) ; contrairement a l’inévitable pause clope entre les cours durant la semaine ! Donc suivez les conseils indiqués ci-dessus, cela facilite grandement l’arret de la cigarette (ou autres addictions) ; je me laisse personnellement encore une petite semaine (BAC oblige) et je combine preparation physique/surf/arret de la clope pour cet été! (a noter que se mettre au sport en semaine (après les cours,travail) a le meme effet bénéfique pour s’aider a se « dégouter » de la cigarette ! encore braveau pour cet article !!

  5. Benoit dit :

    Experience identique a Michel, le surf est une addiction et quand on en est prive, on peut compenser en fumant et buvant d’avantage.

  6. Lima dit :

    Fumer n’amène a rien ! 😉

  7. clo dit :

    Personnellement j’ai arrêté la clope voila bientôt 2ans. Le surf ne pas aidé à arrêter,au contraire. La clope d’après la session(je pense que d’autres doivent la connaître) a été une des plus « résistante ». J’avais vraiment l’envie de fumer après ma session.
    C’est surtout (ou seulement) une réelle détermination qui permet d’arrêter.
    Après je suis d’accord avec Michel,ce n’est pas l’addiction qu’il faut guérir dans bien des cas, mais bien le comportement addictif.

  8. Danito dit :

    trés sain d’arreter de fumer…
    pour aller surfer dans une eau puante de pollution.

  9. Colonel Bigorno dit :

    Bonjour,
    à peu près 20 ans que j’ai cessé de fumer, j’avais commencé comme un débile fin collège. Je me rappelle que le déclencheur a été de me rendre compte que j’avais une apnée minable, souffle de merde dans l’effort. Dans l’eau ou fumer j’ai choisi, méthode radicale du 12 clopes/j à 0 en 1/2 après-midi où la session était magique et où je devais reprendre du coffre sur le sable au lieu de profiter un peu plus à fond.
    Donc on peut dire que le surf m’a mis la claque derrière la tête qui m’a aligné les neurones, et m’a fait déposer les cigarettes à la POUBELLE. Car je profite vite fait de ce post pour dire:
    « ‘tain mais au minimum foutez vos mégots dans des cendriers, officiels, artisanaux, ou celui que votre petit bout vous a fabriqué en papier mâché pour la fête des pères/mères, peu importe, mais AILLEURS que sur la plage MERCi »

    • lulu dit :

      tout à fait d’accord!et je rajouterais,ne jetez vos megots ni sur la plage ni sur la voie publique en general;j’ai un petit garçon qui les ramasse et qui les met à la bouche,c’est degueulasse;je m’evertue à faire un peu « le menage » moi meme,mais le chantier est infini!
      alors les fumeurs,responsabilisez vous,et en vous baladant,faites moi plaisir,regarder par terre…peut etre allez vous percuter!
      et la prochaine fois, vous irez jusqu’a la poubelle la plus proche!
      je precise que j’habite en bord de mer,donc il doit y avoir des megots de surfeurs pollueurs…alors vous n’avez plus qu’a suivre les conseils du docteur surfprev,ça peut pas vous faire de mal!

  10. YOHANN dit :

    la clope jaunit les dents, rougie les yeux, tue les spermato, déssèche les lèvres et la peau du visage, file le cancer, ect..On respire assez de merde comme ça, pas la peine d’en rajouter avec une clope qui ne fait pas tant d’effet que ça!! Moi j’ai arrété la cigarette en 2009 grâce à un voyage au senegal chez l’habitant, là bas j’etais avec des familles qui ne fumaient pas, ça aide! De plus les clopes de làbas sont dégueu à cause de la chaleur intense. Le plus dur ce n’est pas d’arréter mais c’est de ne pas reprendre lors d’une soirée trop arrosée…En ce qui me concerne ce qui m’a aidé c’est me dire que la clope me fatiguait à la longue, je me sentais faible et je préfére prendre des grandes bouffées d’OXYGENE à la place!!Quand on se sent en manque il suffit de respirer profondément!! l’effet est bien meilleure je trouve, et puis le prix des paquets est trop élevé, alors je me dis dit que je préfère me faire un trip de temps en temps plutôt que de claquer tout mon argent dans le tabac.la vie est faite de choix mais on les fait souvent trop tard hélas…

Laisser un commentaire