Parmi les livre de surf à avoir impérativement dans sa bibliothèque, voici « Surf Food / The Ultimate Surfers Cookbook » écrit par la surfeuse australienne Nava Young. Le concept : donner un aperçu de ce que mangent les meilleurs surfeurs et surfeuses du monde, en proposant pour chacun d’entre eux l’un de leurs plats favoris avec la recette.

Nava Young est longboardeuse et musicienne, et elle a passé deux ans à contacter des surfeurs professionnels pour connaître leurs repas préférés.

Pendant l’écriture de son livre, Nava Young s’est rendue compte que beaucoup de surfeurs sont aussi passionnés par la cuisine que par le surf, et que la quête de la bonne nourriture peut s’apparenter à la quête de la vague pour certains. Elle prend pour exemple la recherche inlassable de la truffe parfaite par le surfeur de légende Mickey Dora dit « Da Cat » quand il était en France.

Nava Young va même plus loin en comparant un bon repas avec une bonne vague, qui sont tous deux des expériences courtes mais nourrissantes, et qui peuvent se partager en famille ou avec des amis.

Surf Food est un livre ludique pour se donner de bonnes idées de plats sains et variés. Les recettes sont faciles à comprendre, simples et rapides à préparer, même pour un apprenti cuisinier amateur.

Pour le petit déjeuner, Lisa Andersen nous livre une recette de pancakes à la banane, Barton Lynch propose un petit déj’ copieux avec des oeufs pochés au bacon à l’australienne, et Kelly Slater, adepte des petits déjeuners fruités, donne sa recette pour un smoothie à l’avocat.

En entrée, Sage Erickson propose une salade au poulet chinoise, Dane Reynolds une soupe aux tortillas, Rob Machado des nachos classiques et Gerry Lopez du riz brun avec une sauce de Teriyaki.

En plat de résistance, Layne Beachley aime les fajitas au tofu, Rosy Hodge une tarte au poulet et aux légumes, Joel Parkinson est adepte de la Marinade de Poisson ultime, alors que Laird Hamilton y va de son strip steak de New York aux légumes.

En dessert, vous avez le choix entre le gâteau aux fruits de Stephanie Gilmore,  les Rock Cakes aux fruits séchés de Mark Richards, ou le brownie au chocolat suprême qu’affectionnait Andy Irons. Les longboarders Eduardo Bagé et Romain Maurin proposent respectivement une recette de banane farcie au chocolat et un cake pomme caramel.

Si cet article vous a ouvert l’appétit et que vous souhaitez découvrir toutes ces recettes et bien d’autres encore (60 recettes différentes sont proposées), procurez-vous le livre « Surf Food ».

Plus d’informations: http://www.surffood.net

A propos de l'auteur :

Surf Prevention est le site sur le Surf, la Sécurité, la Santé et l'Environnement.

 

Tags: , , , , , ,

 

4 Commentaires

  1. Quoi ! Les surfeurs pros ne boivent pas de la potion qui donne des ailes ?

    On entend souvent dire que bien manger coûte (trop) cher. Il existe pourtant des astuces pour se nourrir sainement à moindre frais. Personnellement j'achète à 90% de produits bio, que ce soit en grande surface ou auprès des producteurs locaux. J'ai également réalisé une enquête dans mon entourage, que tout le monde peut faire. J'ai posé la question suivante "pourquoi ne mangez-vous pas bio ?".

    Certains n'y voyaient pas d'intérêt, peu sensibilisés au fait que la nourriture "non bio" contient des produits chimiques qui favorisent l'apparition de cancers (sans parler de la chaine OGM qui sert à nourrir les animaux destinés à la consommation).

    Pour les autres, le prix est un facteur déterminant. Je leur ai donc demandé ce qu'ils achetaient et je leur ai fait constater qu'ils se procuraient des produits "non bio" dont les prix sont équivalents voire plus chers que les "produits bio" identiques. Pourquoi ? Ils achètent des produits de marque.

    Un exemple : des yaourts bios de marque "distributeur" sont moins chers que leurs équivalents en danone, nestlé, etc… Et c'est la même chose pour de nombreux produits qui font partis d'un panier classique.

    D'autres produits sont en outre bien plus chers : tout ce qui est à base de porc (jambon blanc bio, …). Quand on voit le désastre écologique qui découle des fabriques de porc "non bio" en Bretagne (pollution des sols, algues vertes, …) et les conséquences directes sur les surfeurs, peut-être que dans ce cas bien précis, l'effort militant est justifié.

    Il existe aussi des produits bio qui ne respectent pas totalement l'environnement. C'est surtout le cas des gâteaux à base d'huile de palme bio qui reste… de l'huile de palme (toxicité à long terme, déforestation).

    Si manger est vital, bien manger est un choix. A vous de savoir s'il vous faut le gros véhicule et le dernier iphone, ou si vous préférez investir votre argent dans un capital non côté en bourse : le capital santé.

    Bon surf et surtout bon appétit 😉

  2. francis dit :

    Totalement d’accord

  3. ANNABELLE dit :

    bonjour,
    où peut on acheter ce livre pour le recevoir en france sur le site surfood.net pas livrable chez nous .Merci de votre aide

Laisser un commentaire